EUROPA > European Commission > DG Health and Consumer Protection  Contact | AZ-Index | Search | What's New? | Subscribe | Home 
 
left
  slide
right
transtrans
 

de en fr

Santé et protection des consommateurs

Press releases

Bruxelles, le 24 octobre 2001

ESB - Le comité scientifique directeur publie un avis sur le risque potentiel d'ESB chez les ovins et les caprins

Le comité scientifique directeur, qui conseille la Commission européenne sur les encéphalopathies spongiformes bovines (ESB) et d'autres questions pluridisciplinaires en matière de santé du consommateur, a publié aujourd'hui un avis sur la sécurité des produits d'origine ovine et caprine dans l'hypothèse où l'ESB serait confirmée ou jugée probable chez ces petits ruminants. C'est l'annonce de la confirmation possible de la présence d'ESB dans des cervelles d'ovins analysées dans le cadre d'expériences qui sont en cours au Royaume-Uni, par l'Agence britannique des normes alimentaires, en août de cette année, qui a conduit à saisir le CSD de ces questions. Le ministère britannique de tutelle pour ces expériences a toutefois indiqué le 18 octobre que les cervelles datant du début des années 90 et qui ont été utilisées dans le cadre de ces tests ne convenaient pas pour ces besoins.

À ce jour, il n'existe aucune preuve que l'ESB puisse être présente chez les petits ruminants au stade expérimental. Les scientifiques n'excluent cependant pas que des ovins aient été nourris, dans le passé, avec des farines de viandes et d'os potentiellement infectées et rappelle leur avis selon lequel le risque d'ESB chez les ovins ne peut être écarté. Ils demandent que des recherches supplémentaires soient menées dans un certain nombre de domaines spécifiques afin de combler les lacunes actuelles dans les connaissances scientifiques et confirment que les avis émis précédemment en ce qui concerne le risque d'EST chez les petits ruminants restent valables.

Les scientifiques recommandent la prise de mesures d'urgence pour valider et introduire des tests rapides sur les ovins et les caprins afin de déterminer leur infection éventuelle par une encéphalopathie spongiforme transmissible (EST), qui peut être soit l'ESB soit la tremblante. Ceci permettrait de recueillir des données essentielles sur l'incidence réelle de l'EST et sa répartition géographique, dont le besoin se fait cruellement ressentir. Il serait préférable d'effectuer les tests rapides sur des tissus lymphoïdes révélant l'infectivité des ovins au stade précoce de l'incubation, plutôt que sur des tissus cérébraux.

Les tests devraient être liés à des analyses génotypiques des animaux soumis aux tests, de manière à pouvoir déterminer l'éventuelle résistance génétique de certaines catégories d'ovins à l'EST. Actuellement, les scientifiques estiment qu'il n'existe pas de garanties suffisantes que certaines races ovines de différents génotypes résistants à la tremblante ne soient pas des porteurs sains d'EST. La combinaison de tests rapides et d'analyses génotypiques fournirait la base scientifique permettant de confirmer que les génotypes ovins résistant à la tremblante n'hébergent pas d'EST.

La certification des troupeaux exempts de tremblante et d'EST, en corrélation avec une meilleure identification et un meilleur traçage des petits ruminants, constituent, selon le CSD, la meilleure option stratégique pour déterminer en sécurité l'origine des produits ovins et caprins et pour assurer la protection des consommateurs à plus long terme. Néanmoins, les scientifiques recommandent de lever les incertitudes existantes en ce qui concerne la résistance des ovins aux EST avant d'introduire des programmes d'élevage d'animaux résistant aux EST dans l'Union.

Le CSD estime qu'il conviendra de réactualiser ses avis antérieurs sur les matériels à risques spécifiés qui doivent être prélevés de la chaîne alimentaire dès lors que l'ESB s'avérerait probable chez les ovins et les caprins. Le comité rappelle cependant son avis selon lequel le lait et les produits laitiers d'origine ovine et caprine ne représente pas un risque possible pour autant que le lait des animaux suspects soit exclu de la chaîne alimentaire.

Le texte complet de l'avis de ce jour peut être consulté à l'adresse Interne:

http://ec.europa.eu/food/fs/sc/ssc/outcome_en.html

Les avis antérieurs du CSD concernant l'EST chez les ovins peuvent être consultés à la même l'adresse.

Top

Press releases
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE | SANTÉ PUBLIQUE | CONSOMMATEURS | DIRECTION GÉNÉRALE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION DES CONSOMMATEURS

 
lefttranspright

 

  printable version  
Public HealthFood SafetyConsumer Affairs