Les commissaires Vassiliou et Füle entament des discussions avec les ministres des pays du partenariat oriental à Erevan

Chemin de navigation

Les commissaires Vassiliou et Füle entament des discussions avec les ministres des pays du partenariat oriental à Erevan

La commissaire chargée de l'éducation, de la culture, du multilinguisme et de la jeunesse, Androulla Vassiliou, le commissaire chargé de l'élargissement et de la politique européenne de voisinage, Štefan Füle, et la secrétaire générale adjointe du Service européen pour l'action extérieure, Helga Schmid, représenteront l'Union européenne à l'occasion du troisième dialogue informel de partenariat oriental, qui se tiendra à Erevan, en Arménie, le 13 septembre. Cette réunion rassemblera des ministres et hauts fonctionnaires des pays du partenariat oriental (Arménie, Azerbaïdjan, Biélorussie, Géorgie, Moldavie et Ukraine).

Le Commissaire Füle et la secrétaire générale adjointe Schmid participeront à une séance de travail avec les ministres des affaires étrangères au nom de la haute représentante de l'UE et vice-présidente de la Commission, Catherine Ashton. Outre les sujets liés au partenariat européen et aux récents développements intervenus dans la région, la secrétaire générale adjointe Schmid abordera d'autres questions de politique étrangère d'intérêt commun telles que l'Iran, la Syrie et l'Égypte. La commissaire Vassiliou participera à une autre séance avec les ministres de l'enseignement, dont Dainius Pavalkis, le ministre lituanien de l'enseignement et des sciences, en sa qualité de représentant de la présidence de l'UE.

Les réunions du dialogue informel serviront à préparer le troisième sommet du partenariat oriental, qui aura lieu à Vilnius les 28 et 29 novembre. Elles reflètent aussi la volonté de l'UE de faire avancer le partenariat oriental et d'étendre la coopération sectorielle.

La commissaire Vassiliou mettra en exergue les nouvelles opportunités qui seront créées par Erasmus+, le nouveau programme de l'UE pour l'éducation, la formation, la jeunesse et le sport, au profit des étudiants des pays du partenariat oriental qui ont l'intention de faire une partie de leurs études supérieures dans une université de l'UE. La Commission envisage d'octroyer une enveloppe annuelle de 400 millions d'euros aux pays partenaires tiers pour des actions de mobilité et de coopération au titre de ce programme. Des projets de renforcement des capacités, actuellement financés au titre du programme Tempus, bénéficieront aussi de fonds supplémentaires accordés dans le cadre d'Erasmus+.

«Nos programmes Tempus et Erasmus Mundus ont remporté un franc succès depuis leur lancement dans la région du partenariat oriental et je me réjouis de ce que nous pourrons soutenir un nombre croissant d'échanges d'étudiants dans le cadre d'Erasmus+. Un enseignement de qualité est essentiel pour assurer la prospérité et la stabilité de nos sociétés; sans systèmes d'enseignement performants, il ne peut y avoir ni croissance ni développement», a déclaré Mme Vassiliou.

Les étudiants des pays du partenariat oriental pourront aussi profiter de bourses pour des programmes communs de master. Les bourses destinées aux doctorants seront financées dans le cadre des actions rebaptisées «Marie Skłodowska Curie», qui font partie du nouveau programme Horizon 2020.

Contexte

Les dialogues informels de partenariat oriental sont organisés deux fois par an pour permettre aux partenaires de s'investir davantage dans le processus et contribuer à accroître la visibilité du partenariat oriental.

Erasmus+, qui remplacera sept programmes de mobilité existants, dont Erasmus Mundus et Tempus, devrait être approuvé par le Parlement européen et le Conseil dans le courant de cet automne et sera lancé en janvier 2014. Il est prévu de le doter d'un budget total de 14,5 milliards d'euros.

Depuis 2004, l'UE a alloué, par l'intermédiaire d'Erasmus Mundus, un montant de 150 millions d'euros à près de 6 000 étudiants et enseignants de la région du partenariat oriental pour les aider à suivre une partie de leurs études ou de leur formation dans une université de l'UE. 700 de ces bénéficiaires sont originaires d'Arménie. En outre, plus de 200 chercheurs et 135 établissements de pays du partenariat oriental ont bénéficié des actions Marie Curie, le programme de mobilité de l'UE pour l'évolution de carrière et la formation professionnelle des chercheurs.

Depuis 2007, Tempus a investi plus de 100 millions d'euros dans les universités des pays du partenariat oriental pour développer de nouveaux programmes d'études, former les enseignants et moderniser les équipements. La dotation des programmes Erasmus Mundus et Tempus a été considérablement augmentée depuis 2011. En 2012, le budget d'Erasmus Mundus pour la région a doublé, s'établissant à plus de 35 millions d'euros. En ce qui concerne Tempus, la dotation régionale a été majorée, passant de près de 13 millions d'euros en 2011 à environ 42,5 millions d'euros en 2012.

Pour de plus amples informations

Le Commissaire Füle et la secrétaire générale adjointe Schmid participeront à une séance de travail avec les ministres des affaires étrangères au nom de la haute représentante de l'UE et vice-présidente de la Commission, Catherine Ashton. Outre les sujets liés au partenariat européen et aux récents développements intervenus dans la région, la secrétaire générale adjointe Schmid abordera d'autres questions de politique étrangère d'intérêt commun telles que l'Iran, la Syrie et l'Égypte. La commissaire Vassiliou participera à une autre séance avec les ministres de l'enseignement, dont Dainius Pavalkis, le ministre lituanien de l'enseignement et des sciences, en sa qualité de représentant de la présidence de l'UE.

Les réunions du dialogue informel serviront à préparer le troisième sommet du partenariat oriental, qui aura lieu à Vilnius les 28 et 29 novembre. Elles reflètent aussi la volonté de l'UE de faire avancer le partenariat oriental et d'étendre la coopération sectorielle.

La commissaire Vassiliou mettra en exergue les nouvelles opportunités qui seront créées par Erasmus+, le nouveau programme de l'UE pour l'éducation, la formation, la jeunesse et le sport, au profit des étudiants des pays du partenariat oriental qui ont l'intention de faire une partie de leurs études supérieures dans une université de l'UE. La Commission envisage d'octroyer une enveloppe annuelle de 400 millions d'euros aux pays partenaires tiers pour des actions de mobilité et de coopération au titre de ce programme. Des projets de renforcement des capacités, actuellement financés au titre du programme Tempus, bénéficieront aussi de fonds supplémentaires accordés dans le cadre d'Erasmus+.

«Nos programmes Tempus et Erasmus Mundus ont remporté un franc succès depuis leur lancement dans la région du partenariat oriental et je me réjouis de ce que nous pourrons soutenir un nombre croissant d'échanges d'étudiants dans le cadre d'Erasmus+. Un enseignement de qualité est essentiel pour assurer la prospérité et la stabilité de nos sociétés; sans systèmes d'enseignement performants, il ne peut y avoir ni croissance ni développement», a déclaré Mme Vassiliou.

Les étudiants des pays du partenariat oriental pourront aussi profiter de bourses pour des programmes communs de master. Les bourses destinées aux doctorants seront financées dans le cadre des actions rebaptisées «Marie Skłodowska Curie», qui font partie du nouveau programme Horizon 2020.

Contexte

Les dialogues informels de partenariat oriental sont organisés deux fois par an pour permettre aux partenaires de s'investir davantage dans le processus et contribuer à accroître la visibilité du partenariat oriental.

Erasmus+, qui remplacera sept programmes de mobilité existants, dont Erasmus Mundus et Tempus, devrait être approuvé par le Parlement européen et le Conseil dans le courant de cet automne et sera lancé en janvier 2014. Il est prévu de le doter d'un budget total de 14,5 milliards d'euros.

Depuis 2004, l'UE a alloué, par l'intermédiaire d'Erasmus Mundus, un montant de 150 millions d'euros à près de 6 000 étudiants et enseignants de la région du partenariat oriental pour les aider à suivre une partie de leurs études ou de leur formation dans une université de l'UE. 700 de ces bénéficiaires sont originaires d'Arménie. En outre, plus de 200 chercheurs et 135 établissements de pays du partenariat oriental ont bénéficié des actions Marie Curie, le programme de mobilité de l'UE pour l'évolution de carrière et la formation professionnelle des chercheurs.

Depuis 2007, Tempus a investi plus de 100 millions d'euros dans les universités des pays du partenariat oriental pour développer de nouveaux programmes d'études, former les enseignants et moderniser les équipements. La dotation des programmes Erasmus Mundus et Tempus a été considérablement augmentée depuis 2011. En 2012, le budget d'Erasmus Mundus pour la région a doublé, s'établissant à plus de 35 millions d'euros. En ce qui concerne Tempus, la dotation régionale a été majorée, passant de près de 13 millions d'euros en 2011 à environ 42,5 millions d'euros en 2012.

Pour de plus amples informations

Commission européenne: Éducation et formation

Suivez Androulla Vassiliou sur Twitter: @VassiliouEU

Dernière mise à jour : 13/09/2013 |  Haut de la page