Membre de la Commission européenne - Maroš Sefcovic - Relations interinstitutionnelles et administration

Membre de la Commission européenne - Maroš Sefcovic - Relations interinstitutionnelles et administration

Membre de la Commission européenne - Maroš Sefcovic - Relations interinstitutionnelles et administration

La confiance, la transparence et le dialogue sont au cœur de l'avenir de l’Europe, a déclaré M. Šefčovič à des députés français

Le vice-président Maroš Šefčovič

Le vice-président Maroš Šefčovič s'est rendu à Paris les 26 et 27 juin pour participer à une série de débats mettant l'accent sur le rôle de la France dans le développement du projet européen et les efforts déployés par la Commission pour améliorer la transparence des activités de lobbying.

Dans un discours prononcé devant les membres de la commission des affaires européennes de l'Assemblée nationale, le 26 juin, M. Šefčovič a souligné le rôle central que la France a joué dans la création et l'évolution de l'Union européenne au cours des 60 dernières années. Toutefois, il a également averti que la solution à adopter face à la désillusion grandissante à l'égard de l'Europe passait par une approche nouvelle, plus inclusive, de l'élaboration des politiques.

Les parlements nationaux ont un rôle essentiel à jouer dans le développement du processus européen d'élaboration des politiques, a-t-il déclaré aux membres de la commission, en mettant notamment l'accent sur le «contrôle de subsidiarité» introduit par le traité de Lisbonne, qui permet aux parlementaires nationaux de s'opposer à un projet de législation européenne dont ils estiment qu'elle est non nécessaire et que le sujet serait mieux traité à l'échelon national. (Vidéo)

Il s'est félicité du renforcement du dialogue entre les parlements nationaux — et entre ces derniers et le Parlement européen — sur les questions européennes, un élément fondamental pour garantir que le processus décisionnel européen soit perçu comme démocratique et responsable.

Le vice-président a également salué la France pour les actions de sensibilisation sur les questions européennes qu'elle a entreprises depuis quelques mois dans le cadre de l'Année européenne des citoyens, et a rappelé aux députés que tous les projets visant au futur développement de l'Union européenne devraient tenir plus compte du souhait des citoyens de pouvoir y participer et y contribuer davantage.

La façon dont les citoyens perçoivent l'Union européenne était également au cœur des discussions auxquelles il a participé le 27 juin, lors d’une conférence organisée par l'OCDE sur le rétablissement de la confiance dans les pouvoirs publics, faisant suite à divers scandales liés au lobbying.

Le vice-président Šefčovič a présenté le registre de transparence commun géré par la Commission européenne et le Parlement européen, qui répertorie aujourd'hui plus de 5 700 représentants et groupes d'intérêts accrédités, allant de cercles de réflexion à des associations industrielles.

Il a rappelé aux participants que le lobbying, au sens le plus large, est un élément essentiel de l'élaboration des politiques de l'Union européenne, car il permet à ses décideurs d'obtenir les informations dont ils ont besoin pour légiférer en connaissance de cause et de manière intelligente, mais que ce processus doit être transparent et guidé par des orientations éthiques claires, afin d'éviter toute utilisation abusive du système.

La confiance dans les pouvoirs publics, nationaux et européens, a été sérieusement mise à mal par une succession de scandales notamment liés au lobbying, et c'est le rétablissement de cette confiance qui motive en grande partie le contrôle plus strict des activités de lobbying au niveau européen, a-t-il déclaré.

Il a conclu par une réflexion sur la manière d'améliorer le registre — une question qui sera examinée de manière approfondie dans les mois à venir, dans le cadre de la procédure officielle de réexamen. Parmi les points envisagés, il y a l'opportunité de rendre le registre obligatoire, l'élargissement ou la réduction de son champ d'application, les possibilités de mieux faire respecter ses règles et de récompenser ceux qui l'ont signé et, plus généralement, la dimension mondiale de la réponse à apporter à la question de l'internationalisation croissante des activités de lobbying.

Dernière mise à jour : 16/07/2014 |  Haut de la page