Cadre financier pluriannuel: le commissaire Šefčovič appelle à un accord avant la fin de l'année

Cadre financier pluriannuel: le commissaire Šefčovič appelle à un accord avant la fin de l'année

L'absence d'un accord, avant la fin de l'année, sur le budget à long terme de l'UE risquerait sérieusement de miner les efforts déployés par l'Europe pour stimuler la croissance et l'emploi. Tel est le message annoncé sans fioritures par le vice-président de la Commission européenne, Maroš Šefčovič, lors du Conseil informel «Affaires générales» organisé le jeudi 30 août par la présidence chypriote, à Nicosie.  

Prenant la parole avant l'ouverture d'un long débat sur le prochain cadre financier pluriannuel (le budget 2014-2020 de l'UE), le commissaire Šefčovič a martelé qu'il était crucial de parvenir à un accord avant fin 2012. «Nous devons soutenir la croissance et les investissements pour répondre à la crise économique. Une décision rapide sur le cadre financier pluriannuel montrerait avec force notre détermination à remettre l'UE sur le chemin de la croissance», a-t-il déclaré devant les ministres et secrétaires d'État chargés des affaires européennes. 

Le commissaire a toutefois prévenu que, si la Commission souhaitait un accord rapide, elle n'était pas prête à procéder à des coupes claires dans ses propositions budgétaires, comme la pressent de le faire certains pays. «La Commission n'a pas l'intention de revoir à la baisse le niveau total des dépenses. Ses propositions sont déjà modérées dans l'ensemble, les réduire encore ne peut pas être présenté comme une fin en soi». Il a ensuite ajouté: «Nous devons réfléchir aux moyens de mieux cibler les fonds alloués aux domaines politiques prioritaires et d'assouplir la procédure budgétaire globale de manière à pouvoir faire des transferts entre postes si nécessaire».  

Lors de la conférence de presse organisée à l'issue du débat, à laquelle ont également participé des membres du Parlement européen, M. Šefčovič a indiqué qu'il existait une volonté claire de la part des États membres de trouver une solution avant la fin de l'année. Herman Van Rompuy, le président du Conseil européen, a en outre annoncé la tenue d'une réunion extraordinaire du Conseil, en novembre, qui devrait également faire avancer les discussions avant la décision finale lors du sommet de décembre.   

Chypre: les avantages d'une réunification valent bien quelques compromis 

La seconde journée du commissaire Šefčovič à Nicosie a été consacrée à la question des communautés chypriotes grecque et turque. Le commissaire, qui est de nationalité slovaque, a apporté son soutien à un événement organisé à Chypre par sa compatriote, l'ambassadrice Anna Tureničová, qui œuvre depuis de longues années à faciliter le dialogue entre les deux communautés.

Lors de son allocution, le commissaire européen a exhorté les deux communautés à poursuivre les discussions et à résoudre durablement leurs différends. «Laisser la question en suspens à Chypre, c'est aussi la laisser en suspens pour l'UE. Cela va à l'encontre des intérêts des deux communautés et de toute l'Union européenne. Le pire qui puisse arriver serait d'interrompre le dialogue. Ce n'est qu'en poursuivant les négociations directes entre les Chypriotes grecs et les Chypriotes turcs que le problème de Chypre peut être résolu. Une solution est possible, mais il faut pour cela que les deux parties fassent des concessions, qui seront forcément impopulaires:  il ne faut pas espérer trouver l'accord parfait. N'oubliez pas une chose: les avantages de la réunification dépasseront le prix des compromis que vous pourrez faire.» 

Une douzaine de groupes politiques des deux communautés se sont également exprimés au cours de cette journée. Plusieurs projets bicommunautaires ont été présentés, qui, selon le commissaire Šefčovič, montrent comment la réconciliation à Chypre pourrait être réalisée. 

Cadre financier pluriannuel: interview de M. Šefčovič et du commissaire Lewandowski

Dernière mise à jour : 22/10/2014 |  Haut de la page