Financer l'avenir de l'UE: le cadre financier pluriannuel

Le vice-président de la Commission, Maroš Šefčovič, a prononcé le discours de clôture de la conférence organisée au Parlement européen sur le futur cadre financier pluriannuel (CFP) — autrement dit, le prochain budget de l'UE.  

Cette conférence, qui réunissait des représentants de la Commission, du Parlement, du Conseil, des États membres et des parlements nationaux, portait sur les principales questions à régler pour parvenir à un accord sur le prochain cadre financier pluriannuel, qui entrera en vigueur en 2014.  

L'instauration d'une taxe sur les transactions financières, qui contribuerait aux ressources propres de l'UE et pourrait réduire la part versée par les gouvernements nationaux, fait partie des questions en suspens, de même que la détermination des domaines de dépenses prioritaires, dans le contexte actuel d'austérité et de restriction budgétaire.  

En conclusion, le vice-président Šefčovič a souligné que la conférence avait permis de «réunir un large éventail de participants exprimant des points de vue différents sur le futur budget de l'Union européenne». 

Il a ajouté que, même si la réunion avait été très constructive, il ne doutait pas de la difficulté des négociations à venir pour parvenir à un accord sur le cadre financier d'ici à la fin de l'année.  

«Ces prochains mois, des efforts importants devront être déployés par chacun de ceux qui participent à ce processus. Ce travail est nécessaire pour garantir que des fonds suffisants seront dégagés pour la prochaine période et pour déterminer les domaines de dépenses prioritaires.» 

Résumant les contributions des autres membres de la Commission, M. Šefčovič a rappelé les propos du président Barroso sur la valeur ajoutée des financements européens par rapport aux investissements nationaux. Il a également souligné que, pour M. Lewandowski, commissaire chargé du budget, la taxe proposée sur les taxations financières pourrait réduire de moitié les contributions des États membres au budget européen, selon les analyses préliminaires, à condition que les deux tiers des recettes du cadre financier pluriannuel soient intégrées dans les ressources propres de l'UE.  

Enfin, M. Šefčovič s'est félicité de l'optimisme dont font preuve toutes les parties, confiantes que les divergences d'opinion pourront être surmontées d'ici à la fin de l'année. «Je pense que nous sommes sur la bonne voie pour parvenir à un accord sur un prochain cadre financier juste et équilibré, répondant à l'ambition des propositions de la Commission, d'ici à la fin 2012. Pour nous-mêmes et pour nos administrés — électeurs, parties prenantes, citoyens — nous nous devons de réussir à élaborer un cadre financier à la hauteur des enjeux actuels et futurs auxquels l'Union doit faire face.»

Speech: Funding the future EU: the multi-annual financial framework

Dernière mise à jour : 22/10/2014 |  Haut de la page