This site has been archived on (2014/07/22)
22/07/14

Chemin de navigation

Justice, droits fondamentaux, citoyenneté

L’Europe, le droit et les juristes allemands : une interpellation de Luxembourg

Viviane Reding, commissaire européenne à la justice, s’est exprimée, à l’occasion de la journée allemande des juristes à Munich, au sujet de la protection des données, de la parité, des plaintes européennes collectives et du droit commercial européen. Elle a cependant surtout donné son opinion en ce qui concerne le débat allemand au sujet d‘une rupture légale dans le cadre du sauvetage de l’Euro.

Extraits de son intervention:

"Le droit a un rôle très particulier à jouer dans le cadre d’une crise de confiance telle que celle que nous connaissons. Le droit et son existence sont les bases de la confiance. Le droit est pour ainsi dire la monnaie commune de l’Etat de droit. L’Etat de droit prend fin lorsque les citoyens ne font plus confiance au droit.

Je suis d’ailleurs avec un peu d’inquiétude le débat qui a lieu dans les médias allemands depuis quelques mois au sujet du droit dans l’actuel contexte de crise.

Rupture légale est l’expression qui me frappe le plus dans les articles allemands qui traitent de la crise. En cela, le débat public allemand se distingue du débat en cours dans les autres pays membres.

Le discours portant sur une rupture légale permanente ne symbolise-t-il pas le mépris ridicule des efforts menés en continu par tous les politiciens conscients de leurs responsabilités, au niveau exécutif ou législatif, à Berlin ou à Bruxelles, au Luxembourg ou à Francfort-sur-le-Main, pour préserver et stabiliser notre monnaie commune dans le cadre de cette crise financière globale, selon le droit?

Je suis fermement convaincue que, ni à Bruxelles, ni à Berlin, ni ici à Munich, les politiciens ne sont volontairement responsables des infractions à la loi. Il s’agit de politiciens conscients de leurs responsabilités qui, au sens de la loi, ont conscience de leurs actes."