Chemin de navigation

Interviews

Séance de questions-réponses avec le président au Parlement européen

15/12/2009

José Manuel Barroso © EC La future stratégie économique UE 2020 était au cœur de l'"heure des questions au président", qui s'est tenue à Strasbourg hier. Les règles du jeu prévoyaient une demi-heure de questions libres et une demi-heure de questions sur le sujet du jour. "Non seulement nous devons trouver de nouvelles sources de croissance, mais nous devons également identifier les failles de l'ancien modèle de croissance", le président Barroso a-t-il déclaré. L'objectif du nouveau modèle, qui se substituera à la stratégie de Lisbonne, est d'atteindre la "pleine participation" de l'ensemble des acteurs, des États membres au Parlement européen. Les députés européens ont également interrogé le président de la Commission au sujet du changement climatique et de la situation économique en Grèce. Les députés européens disposaient d'une minute pour poser leurs questions et M. Barroso avait une minute pour répondre.

Voir la séance complète de questions au président english video

 

L’exemple c’est nous

08/12/2009

L'Europe a été la première à se doter d'une législation contraignante, a rappelé le Président Barroso dans une interview pour la radio française Europe 1 diffusée sous format audiovisuel au lendemain de l'ouverture du Sommet de Copenhague. Il explique également ce qui sera pour lui la clé du succès : "si nous avons des chiffres concrets pour la limitation des gaz à effet de serre, qui respectent les données de la science, c'est-à-dire une augmentation maximale de la température à 2 degrés centigrade, et aussi des mécanismes de financement pour aider les pays en voie de développement, surtout les plus pauvres, à s’adapter, à faire les efforts de réduction."

 

Grâce au Traité de Lisbonne, l'Europe devient plus opérationnelle

04/12/2009

Santé, énergie, lutte contre le changement climatique, le président Barroso explique, dans une interview accordée à Euronews, que l'Union Européenne peut désormais faire plus dans ces domaines essentiels pour les citoyens. Avec l'entrée en vigueur du traité de Lisbonne, les règles seront désormais prises le plus souvent à la majorité plutôt qu'à l'unanimité, ce qui rend l'Europe plus opérationnelle. Cela sera aussi la tâche de Catherine Ashton nommée Haute Représentante et Vice présidente de la Commission. Une "sorte de Ministre des Affaires étrangères" dans la pratique, selon le Président, car elle pourra parler au nom de l'Europe sur des questions de politique étrangère en étant à la fois à la Commission en tant que Vice-présidente et au Conseil où elle présidera la réunion des ministres des Affaires étrangères.

Regarder la vidéo video [2'45"]