Chemin de navigation

Discours

Le Conseil de l’Atlantique récompense le président Barroso

Mercredi soir à Washington, D.C., le président Barroso s’est vu attribuer le prix 2014 d’excellence en leadership international, pour son « dévouement à la cause de l’intégration européenne et son engagement pour garantir que les bénéfices de cette intégration – stabilité, prospérité et démocratie – profitent à l’entièreté d’une Europe toujours plus grande. »

30/04/2014

© EU

Chaque année, le Conseil de l’Atlantique met à l’honneur des dirigeants qui se sont distingués par leurs contributions polyvalentes au renforcement de la relation transatlantique.

Les autres prix de cette année furent décernés au secrétaire américain de la défense, Chuck Hagel, au PDG du groupe Airbus, Tom Enders, à la musicienne, activiste et leader civique d’Euromaidan, Ruslana Lyzhychko, et au commandant de la Force internationale d’assistance à la sécurité et des Forces américaines en Afghanistan, Joseph F. Dunford, Jr.

En outre, le Conseil de l’Atlantique a organisé les 29 et 30 avril à Washington, un hommage particulier pour l’OTAN et l’UE, à l’occasion des anniversaires de leurs élargissements historiques. Le Conseil de l’Atlantique a rassemblé les dirigeants d’Amérique du Nord et d’Europe à l’occasion d’une conférence de deux jours pour faire progresser l’héritage d’une « Europe entière et libre ».

Plus d’informations sur l’UE et les États-Unis

Lire le communiqué de presse

Voir la vidéo

President Barroso visits Slovakia

Today, President Barroso visited Bratislava, where he met the President of the Slovak Republic, Ivan Gašparovič, Prime Minister Robert Fico and received the Doctor Honors Causa degree at the University of Economics.

28/04/2014

EC

President Barroso was awarded by President Gašparovič the Order of the 2nd Class White Double Cross at the State Award ceremony. Upon receiving the order, President Barroso said:

"I am tremendously honoured to receive this award. And I am very moved to receive this distinction at this particular moment in time, when we celebrate the country's accession to the European Union ten years ago this week, an occasion that is so significant for the identity of today's Slovak Republic, a milestone in the history of Europe and an event that symbolises everything the Union stands for.

So while I am on this occasion first of all thankful for the honour of receiving this award, I want above all to congratulate you and the Slovak people on the results you have achieved over the years - a historic event well worth celebrating, and an inspiration for the future of the country, which I am sure will be equally outstanding."

The award ceremony was followed by a press conference.

Following a bilateral meeting of President Barroso and Prime Minister Robert Fico, they attended the ceremony of signing the Memorandum of Understanding with Ukrainian Energy Minister Yuriy Prodan.

Later on the same day, President Barroso visited the Bratislava University of Economics for a ceremony awarding him the title Doctor Honoris Causa. Following this ceremony, President Barroso held a lecture, where he said:

"Since joining the European Union, Slovakia was the fastest among the Visegrad countries to catch up with more prosperous economies, with per capita income rising from 57% of the EU average in 2004 to 76% in 2012. In the pre-crisis years, average economic growth reached 7% - even exceeding 10% in 2007 – and in spite of the crisis Slovakia has kept up the pace as one of the most rapidly growing countries in Europe. The EU also helped Slovakia to tackle one of its biggest problems - unemployment which was at the level of 19% in 2004. Nevertheless, the current level of above 13% is still high and further efforts are needed.

Europe has also offered opportunities. […] Europe has offered support. […]But most important, more than such figures that I like to give as examples, is the fact that Europe, apart from opportunities and financial support, provided the framework for Slovakia to reform its structures, to fuel a process that fundamentally updated the country's political, economic, social, and administrative institutions to promote the stability and security investors, entrepreneurs and citizens demand."

Watch the video

Le président Barroso salue la percée politique autorisant les flux de gaz entre la Slovaquie et l’Ukraine

La Commission européenne a salué aujourd’hui la signature d’un protocole d’entente (MoU) autorisant les flux de gaz entre la Slovaquie et l’Ukraine.

28/04/2014

Commons

La Commission a joué un rôle de facilitateur dans les négociations qui ont abouti à la percée d’aujourd’hui. Au-delà de ce protocole d’entente, les exploitants de gazoducs concernés – à savoir, la compagnie slovaque Eustream et la compagnie ukrainienne Ukrtransgaz – signeront en outre un accord-cadre d’interconnexion aujourd’hui, précisant les détails techniques de la solution envisagée.

Le président Barroso a déclaré :

« Je tiens à chaleureusement féliciter toutes les parties impliquées dans la percée des négociations concernant les flux de gaz de la Slovaquie vers l’Ukraine. Il s’agit là d’un important premier pas vers une diversification des ressources gazières de l’Ukraine et cela vient contribuer à un renforcement de la sécurité énergétique en Europe orientale et dans l’UE dans son ensemble. Cet accord démontre l’engagement de l’UE en faveur du secteur énergétique ukrainien, un engagement qui se reflète également dans l’ensemble de mesures économiques et financières que l’Union a rapidement concrétisées en faveur de l’Ukraine au cours de ces dernières semaines. »

Le président Barroso assistera à la cérémonie plus tard dans la journée, aux côtés du premier ministre slovaque, Robert Fico, et du ministre ukrainien de l’énergie, Yuriy Prodan.

Lire le communiqué de presse

President Barroso traveling to the U.S.

Next week, President Barroso will travel to the U.S. to take part in the conference "Toward a Europe Whole and Free" at the Atlantic Council in Washington (30.4.).

25/04/2014

Commons

At this conference, President Barroso will be awarded the 2014 Distinguished Leadership Award for international leadership during a dinner organised by the Atlantic Council.

While in Washington, he is scheduled to meet representatives of the U.S. Chamber of Commerce, of the U.S. Council and the Senate as well as the Chief Justice of the United States, John Roberts.

Continuing his trip to the West Coast, President Barroso will participate in a meeting under the heading "Transatlantic Ties That Bind: Deepening EU-US Cooperation" at the Pacific Council on International Policy in Los Angeles on 2nd of May.

He will also give a speech at Stanford University.

President Barroso participates in 'Portugal: Path to growth and jobs' conference in Lisbon

On 11 April President José Manuel Barroso and several Commissioners travelled to Lisbon for the conference 'Portugal: Path to growth and jobs' ('Rumo ao emprego e crescimento').

11/04/2014

EC

President Barroso spoke at the opening session of the conference, which discussed how EU policies and funding can help Portugal to emerge stronger from the crisis.

Also attending from the Commission's side were:

- Antonio Tajani, Vice-President for Industry and Entrepreneurship;

- Androulla Vassiliou, Commissioner for Education, Culture, Multilingualism and Youth;

- Maria Damanaki, Commissioner for Maritime Affairs and Fisheries;

- Johannes Hahn, Commissioner for Regional Policy;

- László Andor, Commissioner for Employment, Social Affairs and Inclusion; and

- Dacian Cioloş, Commissioner for Agriculture and Rural Development.

Portuguese President Aníbal Cavaco Silva and Prime Minister Pedro Passos Coelho also speak at the event, which is open to the press.

The speech by President Barroso at the conference will be broadcast on 11 April 2014 at 7.30pm CET by EBS.

For more information on the conference 'Portugal: Path to growth and jobs' (Lisbon, 11/04/2014), please visit the website of the Commission's Representation in Portugal.

Read President Barroso's speech (in Portuguese).

President Barroso travels to Spain

On 10 April 2014, President Barroso travelled to Spain on official mission, visiting the OHIM in Alicante and meeting President Rajoy in Madrid.

10/04/2014

EC

On April 10th, President Barroso visited the Office for Harmonization in the Internal Market (OHIM) in Alicante. There, he met staff members from across OHIM’s departments and services, and was briefed on OHIM’s research work and studies, as well as its projects inside and outside the EU.  The President marked the end of his visit by unveiling a commemorative plaque at the construction site of OHIM´s new wing to mark the Office’s 20th anniversary.

In the afternoon of April 10th, President Barroso travelled to Madrid, where he met Spanish President Mariano Rajoy.

Read the speech by President Barroso at the OHIM (11/04/2014)

Watch the speech by President Barroso at the OHIM (11/04/2014)

President Barroso to visit OHIM

The President of the European Commission, José Manuel Durão Barroso, will visit the Office for Harmonization in the Internal Market (OHIM) on April 10.

09/04/2014

EC

The visit will be focused on the work of OHIM and its staff. OHIM is the largest EU agency, and has been based in Alicante since 1994.

President Barroso will meet staff members from across OHIM’s departments and services during his trip to Alicante, including those who work in its multi-lingual trade mark and design registration operations.  He will also be briefed on OHIM’s research work and studies, as well as its projects inside and outside the EU.

President Barroso will end his visit by unveiling a commemorative plaque at the construction site of OHIM´s new wing to mark the Office’s 20th anniversary.

In the afternoon, he will meet Mr Mariano Rajoy, Prime Minister of Spain, in Madrid.

Groupe de soutien pour l’Ukraine

La Commission européenne a décidé aujourd’hui de créer un groupe de soutien pour l’Ukraine.

09/04/2014

EC

Ce groupe de soutien apportera convergence, structure, vue d’ensemble et orientation aux efforts de soutien de la Commission à l’Ukraine. Il permettra également de mobiliser l’expertise des États membres et de davantage renforcer la coordination avec d’autres donateurs et avec les institutions financières internationales.

« La Commission européenne est déterminée à aider l’Ukraine sur le long terme », a déclaré le président Barroso. « La Commission a déjà proposé un programme de soutien d’une valeur d’au moins € 11 milliards pour les deux prochaines années et certaines de ces mesures sont déjà en cours de déploiement. Les chapitres politiques de l’accord d’association ont été signés, ce qui scelle le choix libre et démocratique de l’Ukraine d’être plus étroitement associée à l’Union européenne. La décision prise aujourd’hui de créer un groupe de soutien va permettre de garantir que les autorités ukrainiennes reçoivent tout le soutien dont elles ont besoin pour entreprendre les réformes politiques et économiques nécessaires à la stabilisation du pays. Notre but commun est de parvenir à une Ukraine démocratique, indépendante et prospère. »

Groupe de soutien pour l’Ukraine

Soutien de l’Union européenne à l’Ukraine – mise à jour

Soutien de la Commission européenne à l’Ukraine (5 mars 2014)

Le président Barroso exige des États membres qu’ils mettent en œuvre des garanties pour la jeunesse

Le président Barroso a demandé aux États membres de l’UE qu’ils garantissent rapidement aux jeunes, un emploi, une formation ou une reprise de leurs études, afin de contribuer de la sorte à la lutte contre les niveaux « alarmants » de chômage des jeunes en Europe.

08/04/2014

Commons

Malgré des améliorations en termes de croissance, l’emploi des jeunes stagne à 22,9 % au sein de l’UE, ce qui équivaut à près du double du taux de chômage global de l’UE.

« La réalité est que le chômage des jeunes a atteint des niveaux alarmants et représente un gaspillage en ressources humaines et en talent, que l’Europe ne peut se permettre », a déclaré le président Barroso lors d’une conférence à Bruxelles, le 8 avril.

« La mise en place d’un système de garantie pour la jeunesse au sein de chaque État membre, constitue une réforme structurelle majeure mais également un investissement essentiel pour l’avenir », a ajouté le président Barroso.

Les États membres ont convenu en février 2013 de garantir, aux jeunes de moins de 25 ans, une offre de qualité en termes d’emploi, de formation continue, d’apprentissage ou de stage, endéans les quatre mois suivant leur sortie de l’école ou leur acquisition du statut de chômeur.

Lors de cette conférence, intitulée « Concrétiser la Garantie pour la jeunesse », le président Barroso a déclaré que les plans existants de lutte contre le chômage des jeunes étaient « presque universellement faibles et inefficaces ». Ils ne parviennent pas à atteindre les jeunes exclus de l’emploi et des études. « Avec la garantie pour la jeunesse, nous nous efforçons de changer cela », a-t-il dit.

Il a ensuite ajouté que, bien que la plupart de ces garanties pour la jeunesse doivent être implémentées au niveau national, l’UE soutient les États membres au moyen d’initiatives et de fonds spécifiques, comme :

Il a ensuite ajouté qu’il était temps de commencer à investir dans cette lutte contre le chômage des jeunes et a exigé des États membres qu’ils intensifient leurs efforts de mise en œuvre de l’Initiative pour l’emploi des jeunes aussi rapidement que possible.

« Il est grand temps de concrétiser ces mesures et d’atteindre des résultats probants », a-t-il dit. « L’Europe, en tant que projet politique […] peut uniquement prospérer si nous créons des opportunités pour les jeunes. Il s’agit là d’un des problèmes les plus existentiels auxquels nous sommes aujourd’hui confrontés, nous devons éviter le risque d’une génération perdue en Europe. Ces jeunes gens ne pourront accepter l’Europe que si l’Europe les accepte d’abord. »

Lire le discours du président Barroso dans son intégralité

Visionner la vidéo du discours du président Barroso lors de la conférence, « Concrétiser la Garantie pour la jeunesse »

Communiqué de presse de la conférence

Le président Barroso rencontre Tom Donohue, président et directeur exécutif de la Chambre de commerce des États-Unis

Le président de la Commission, José Manuel Barroso, a accueilli aujourd’hui Tom Donohue, président et directeur exécutif de la Chambre de commerce des États-Unis.

08/04/2014

Commons

Lors de cette rencontre, qui a eu lieu juste deux semaines après le sommet UE - États-Unis, les deux hommes ont discuté d’une série de questions pressantes, comme la neuvième conférence ministérielle à Bali, la situation actuelle en Ukraine ou encore le Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement (TTIP).

Le président Barroso a réaffirmé la volonté de l’UE de faire avancer le TTIP et de trouver un accord, tout en soulignant qu’il vaut d’abord mieux se focaliser sur le contenu de cet accord plutôt que sur une conclusion rapide des négociations. Selon le président, il faut absolument que les solutions trouvées par le groupe réglementaire s’inscrivent dans les limites des systèmes européen et américain et respectent les normes environnementales, sociales et de consommation.

Service européen pour l’action extérieure : relations de l’UE avec les États-Unis

Commission européenne : Relations commerciales de l’UE avec les États-Unis

President Barroso received representatives of the Group of Eminent Persons of the Atlantic Basin Initiative

President Barroso has met ten representatives of the Group of Eminent Persons of the Atlantic Basin Initiative, who presented him with the “Atlantic Declaration ”.

07/04/2014

EC

This Declaration and a call for action "Generating Growth, Human Development and Security in the Atlantic Hemisphere" were adopted last month. Five areas were identified to strengthen the Atlantic framework: energy; economic growth and human development; the common heritage of the Atlantic Ocean; Human Security and to cultivate cultures of lawfulness and effective democratic governance.

President Barroso said: “The Atlantic region is an area made up essentially of democracies, countries that have embraced human rights and a market economy; however it does not have yet a geopolitical identity, or any structures enabling deeper cooperation between all the Atlantic countries in Europe, the American continent or Africa. The Atlantic has become a real microcosm of globalisation, and our ability to resolve problems together will shape the very nature of the globalisation phenomenon.”

Read the Press Release

Entretien avec le Kölner Stadt-Anzeiger : « La crise est un signal d’alarme »

Au cours de cet entretien (également publié dans le Berliner Zeitung), le président Barroso a répondu aux questions qui lui furent posées concernant les relations que l’UE entretient avec la Russie et avec l’Ukraine, le rôle de l’Allemagne, et la légitimité démocratique et les prochaines élections du Parlement européen.

07/04/2014

Commons

De la crise en Ukraine et des relations de l’UE avec la Russie :

« Voilà certainement le plus grand défi posé à la sécurité de l’Europe depuis la chute du rideau de fer. […] Aujourd’hui, certains États membres se sentent directement menacés par la Russie et ses violations flagrantes du droit international. Ce sentiment ne doit pas être sous-estimé, parce qu’un simple sentiment peut vite se transformer en réalité. »

« Nous devons apporter notre soutien à l’Ukraine autant que possible, dans ses efforts de démocratisation et de stabilisation. Voilà l’actuelle priorité. Et nous devons faire comprendre à M. Putin que son approche est inacceptable. »

« Nous nous sommes rapprochés de l’Ukraine avec l’accord d’association. Nous venons de signer le volet politique de cette association, avons progressé sur les aspects commerciaux de façon unilatérale, et leur avons offert une assistance macro-économique, financière et technique s’élevant à près à € 11 milliards. Cela pourra s’avérer être une force motrice pour le développement futur de l’Ukraine, pour sa stabilité et sa prospérité. »

De la politique extérieure et de sécurité de l’UE :

« Je soutiens résolument un renforcement de la politique étrangère et de sécurité de l’UE. La crise a été véritablement révélatrice à cet égard. »

Du rôle de l’Allemagne :

« L’Allemagne et la chancelière ont joué un rôle très constructif. L’Allemagne a contribué à l’élaboration d’une réponse déterminée de l’UE et elle maintient les voies diplomatiques ouvertes, pour trouver une solution politique […] Parler d’une seule voix est décisif pour l’Europe. Et c’est ce que nous faisons. »

Des prochaines élections au Parlement européen :

« Les forces eurosceptiques et anti-européennes profitent des craintes populaires, qui sont le résultat de la crise économique et financière. Nous devons prendre cela très au sérieux parce que les idées radicales se développent de façon particulièrement prolifique dans un climat de peur : un mélange de xénophobie, de nationalisme et de chauvinisme. Le ressentiment anti-européen considère l’Europe comme l’incarnation de tout ce qui est étranger. Néanmoins, je reste convaincu qu’une nette majorité de citoyens voteront pour des partis pro-européens. J’en appelle à ces partis, de façon claire et explicite : sortez de votre zone de confort ! L’Europe ne peut pas être technocratique et bureaucratique, elle doit être démocratique. Luttez pour une Europe unie, forte et ouverte ! »

De la légitimité démocratique :

« La plus forte légitimité qui pourrait être offerte au futur président de la Commission serait que le Conseil européen et le Parlement européen soutiennent tous deux ce candidat. »

Lire l’intégralité de l’entretien en ligne

Entretien dans le Berliner Zeitung

Le président Barroso appelle à davantage de progrès en matière d’intégration des Roms

Le président Barroso a appelé les États membres de l’UE à faire plus d’efforts pour mieux intégrer les Roms, en soutenant des mesures locales.

04/04/2014

EC

Lors du troisième sommet de l’UE sur l’intégration des Roms, qui s’est tenu à Bruxelles le 4 avril, le président Barroso a déclaré que la politique de l’UE pour l’intégration des Roms a conduit à des « développements positifs » mais qu’il reste encore beaucoup à faire pour réduire la pauvreté et l’exclusion sociale des Roms dans de nombreux pays.

« Il est inacceptable – et je pense qu’inacceptable est le mot juste – que tant de Roms vivent encore dans une pauvreté extrême et souffrent d’exclusion sociale, dans certains de nos villes et villages », a annoncé le président Barroso.

Il a poursuivi en disant que le niveau local est le niveau auquel les « politiques rencontrent la réalité » et que les autorités locales et les groupes de la société civile ont besoin de notre aide pour transformer les engagements pris au niveau national, en actions concrètes.

« Mon principal message aujourd’hui est le suivant : nous devons continuer d’avancer sur le chemin sur lequel nous nous sommes engagés, et cela signifie faire preuve de détermination dans l’avancement de l’intégration des Roms au niveau local », a-t-il dit.

« En effet, il reste encore beaucoup à faire pour parvenir à une réelle intégration des Roms sur le terrain. Le processus est désormais lancé. Nous devons veiller à ce qu’il évolue correctement et conduise à des résultats, de sorte à ce qu’il touche directement les Roms », a-t-il ajouté.

Se sont aussi exprimés à ce sommet - qui portait sur le thème « agir localement pour l’inclusion des Roms » - la vice-présidente Viviane Reding, responsable de la justice et le commissaire László Andor, en charge de l’emploi et des affaires sociales. Le président de la Roumanie, Traian Băsescu, et le vice-premier ministre de la Bulgarie, Zinaida Zlatanova, ont également participé au sommet, aux côtés de ministres de neuf États membres.

Les efforts de l’UE pour l’intégration des Roms se fonde sur trois piliers :

Le président Barroso a déclaré qu’il était convaincu du fait que la stratégie de l’UE serait reconduite par la prochaine Commission et le prochain Parlement.

Factsheet on the EU's Roma integration policies

Watch President Barroso's speech at the EU Roma summit

Read the press release from the Roma summit

Factsheet on the EU's Roma integration policies

« La paix sera toujours la principale raison pour l’Europe », déclare le président Barroso en Allemagne

Vendredi 4 avril, le président Barroso s’est rendu en Allemagne où il a tenu une conférence à l’université Heinrich Heine de Düsseldorf, sur les choix et défis de l’UE.

04/04/2014

© EU

Lors du débat qui a suivi, il a souligné l’importance de l’UE en tant qu’unique projet de paix, de prospérité et de liberté, insistant sur le fait que « la paix sera toujours la principale raison pour l’Europe ». À la lumière de l’euro-scepticisme croissant, il a souligné que seuls des résultats concrets, qui améliorent notablement la vie des gens, permettront de restaurer confiance, soutien et légitimité dans le projet européen. Il a évoqué un « déficit de confiance en soi » concernant la capacité de l’Europe à résoudre ses problèmes, et en a appelé aux presque 1000 scientifiques, étudiants et citoyens participants, en disant : « Démontrons que nous sommes capables de résoudre des problèmes. N’abandonnons pas. » Dans la soirée, le président Barroso était l’invité, à Cologne, du Forum Lew Kopelew, nommé d’après l’intellectuel russe né à Kiev et modéré par Fritz Pleitgen, ancien président de l’UER, au cours duquel il a partagé son point de vue sur les relations de l’UE avec l’Ukraine et avec la Russie et exposé la position de l’UE.

Lire le discours du président Barroso à l’université Heinrich Heine de Düsseldorf

Visionner la vidéo du discours du président Barroso à l’université Heinrich Heine de Düsseldorf

Remarques du président Barroso lors du point presse à Düsseldorf

Visionner la vidéo de l’intervention du président Barroso au point presse à Düsseldorf

Visionner la vidéo du président Barroso au Forum Lew Kopolew à Cologne

EU-Africa Summit: President Barroso holds opening speech

At today's opening of the EU-Africa Summit, President Barroso called the "presence and the richness of the agenda […] a real illustration of the vibrant partnership that exists between our two continents."

03/04/2014

Herman Van Rompuy, José Manuel Barroso and Ban Ki-moon, Secretary General of the UN

President Barroso furthermore said:

"History shows that people and countries prosper when they open up to the world, when they expand their trade, when they exchange ideas. Our partnership with Africa, like with any other partner, is constructed as a bridge and not as a barrier to more global cooperation. […] Our partnership with Africa is a partnership based on mutual respect – and I underline the word 'respect' – a partnership of equals. A partnership that is now more relevant than ever."

Switching into French, President Barroso made the following announcement:

"Sur les dix dernières années, nous avons mobilisé 1.2 milliard d’euros pour la Facilité de Paix pour l'Afrique. Et je suis heureux de pouvoir annoncer aujourd'hui que près de 800 millions d'euros seront mobilisables pour les trois prochaines années. Car si nous soutenons le principe de solutions africaines pour les problèmes africains, nous restons solidaires quand il s'agit de faire face à ses problèmes."

The 4th EU-Africa summit is taking place from 2-3 April in Brussels with leaders of 54 African countries and 28 EU countries.

Read the full speech

President Barroso déjeune avec les Chefs d’ État du "Groupe des 5 du Sahel"

Le Président Barroso et le Président Aziz de Mauritanie ont invité les Chefs d'Etat du "Groupe des 5 du Sahel" (G5) à un déjeuner aujourd’hui à l'issue du Sommet UE-Afrique. 

03/04/2014

© EU

Le G5 est un groupe régional réunissant la Mauritanie (Présidence), le Mali, le Niger, le Burkina Faso et le Tchad. Ce déjeuner a eu pour but de favoriser ce processus de coordination régionale, en tenant l'accent sur les questions de sécurité et de développement.

Press release

EU-Africa Summit: Closing remarks by President Barroso

The 4th EU-Africa summit (2-3 April), which took place under the heading "Investing in People, Prosperity and Peace", has come to an end earlier today.

03/04/2014

© EU

It had brought together the heads of States and government of 40 African countries and 21 EU countries in Brussels, as well as President of the European Commission José Manuel Barroso, President of the European Council Herman Van Rompuy, President of the African Union Mohamed Ould Abdel Aziz, Chairperson of the African Commission Nkosazana Clarice Dlamini Zuma and UN Secretary General Ban Ki-moon.

At the closing press conference, President Barroso said that he was "delighted with the results of this EU-Africa Summit which brought together in one place here in Brussels 54 African and 28 European states, as well as the African and European Union institutions."

Switching to French, President Barroso continued by saying:

"Entre 2007 et 2013 l'Union européenne et ses Etats membres ont versé quelque 140 milliards d'euros, 20 milliards chaque année, au titre de l'Aide publique au développement (APD) au continent africain qui bénéficie en moyenne de 40% de l'aide collective de l'Union Européenne. Donc le continent Africaine est de loin la priorité pour notre assistance publique au développement et on va continuer à montrer cet engagement spéciale pour l'Afrique, en considérant bien sûr toutes les raisons qu'il y a de proximité avec l'Afrique", and he anounced that he had had "le plaisir d'informer nos partenaires africains que nous maintiendrons ce même niveau d'ambition et de générosité pour la période 2014-2020. La Commission Européenne, à elle seule, c’est-à-dire du budget Européen, engagera 28 milliards d’euros en dons pour les pays africains. Mais ça, c'est seulement la partie de l'aide."

He also reminded the audience of the additional 800 million EUR which will be mobilised over the next three years for the African Peace Facility, in addition to the 1.2 billion EUR already dispatched in the last 10 years.

Stressing that there needed to be African solutions for African problems, President Barroso reaffirmed support and solidarity of the European Union. He said in this context:

"C'est pourquoi d'ailleurs l'Union Européenne a proposé – je suis fière que les États membres ont accepté – 1 milliard d'euros seule pour un instrument panafricain d'appui à l'intégration panafricain. Nous pensons que cette appropriation par nos amis africains de ses questions est essentielle. L'intégration économique entre nos deux continents sera aussi très importante pour l'avenir. Entre 2007 et 2012 le total de nos échanges commerciaux a augmenté de presque 45 % et les pays de l'Union européenne ont compté pour presque 44% des investissements directs étrangers en Afrique entre 2005 et 2010."

And finally, President Barroso mentioned the 350 million EUR which the European Commission will be mobilising to support exchanges with and grants for African students in the framework of Erasmus+.

Read the speech

President Barroso attends Africa Urban Agenda conference

On 3 April, President Barroso participated in the "Roundtable: Visionary Urban Africa: For an African Urban Agenda ", organised by BOZAR and UN-Habitat, with the support of the Commission, in Brussels.

03/04/2014

EC

This event was organised in the context of the 4th EU-Africa summit (2-3 April), to discuss urbanisation and cultural spaces and their importance for people, prosperity and peace.

President Barroso said:

"Africa is currently showing a real acceleration of urbanisation, a motor of development, growth and jobs in our globalised world; sometimes accompanied by the negative aspects of urbanisation, as a consequence of conflict and war."

The roundtable produced recommendations to better inform policymakers in the EU and Africa on urbanization and cultural spaces in African cities, to which the President referred when he said:

"So, following your recommendations – that, of course, I will bring now to my services in the Commission- I believe that cities are key to creating a public and political space and promote cultural diversity which reaches across disciplines and borders. Culture, art, music, architecture will remain key tools to complement "traditional" economic development if we are – in Africa and Europe – to seek a better, richer, more inclusive, open and sustainable future together."

About 40 leading specialists and thinkers from international organizations, pan-African organizations, academia, the private and public sectors, and civil society participated in the roundtable.

Read the speech

Sommet UE-Afrique : Rencontre entre le président Barroso et le secrétaire general de l’ONU, M. Ban Ki-Moon

Le président Barroso a rencontré ce matin le secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-Moon, invité d’honneur de ce quatrième sommet UE-Afrique qui se tient à Bruxelles, du 2 au 3 avril, en présence des dirigeants de 54 pays africains et des 28 pays européens.

02/04/2014

President Barroso and UN Secretary General Ban Ki-moon

Lors d’un petit-déjeuner professionnel, ils ont discuté du partenariat entre l’UE et l’ONU, ainsi qu’avec l’Afrique, en se concentrant surtout sur les questions de paix et de sécurité. Le président Barroso a décrit cette réunion comme ayant été « très productive » et a jouté qu’il était « vraiment impressionné par le haut niveau de convergence qui existe entre les Nations-Unies et l’Union européenne sur les questions les plus importantes de l’agenda international. »

Pendant le point presse qui suivit ce petit-déjeuner, le président Barroso a renvoyé au sommet UE-Afrique en disant : « […] il y a un grand potentiel de coopération entre l’Union européenne et les Nations-Unies dans le secteur de la paix et de la sécurité. Nous partageons la même vision de développement des capacités de nos partenaires africains afin qu’ils parviennent à gérer eux-mêmes les problèmes auxquels sont confrontés leurs pays. Et nos actions sont en général complémentaires, du Mali à la République centrafricaine, de la Guinée-Bissau au Soudan. » Il a ensuite rappelé à l’auditoire – dans le cadre de ce sommet UE-Afrique – le € 1,2 milliard débloqués par la Commission européenne pour la Facilité de Paix pour l’Afrique, et a continué : « Je suis heureux d’être en mesure aujourd’hui d’annoncer qu’au cours des trois prochaines années, € 800 millions seront mis au service de cette Facilité de Paix pour l’Afrique. »

Plus concrètement, le président Barroso a mentionné la situation en République centrafricaine, en annonçant le mini-sommet qui se tiendra plus tard dans la journée sur le sujet, et a évoqué le programme de développement de € 100 millions, actuellement en cours de préparation et qui concernera notamment les secteurs de l’éducation, la santé, la sécurité alimentaire/nutrition et le soutien à l’organisation d’élections.

Ils ont également abordé l’Agenda post-2015, ainsi que l’action internationale pour le climat, et dans ce contexte, le président Barroso a salué le fait que « le secrétaire général convoquera, en septembre, à New-York, un sommet des dirigeants en matière de politique du climat, qui donnera sans aucun doute un nouvel élan aux négociations d’un traité mondial sur le climat qui deviendrait contraignant dès 2015. » Il a ajouté : « Nous pensons vraiment qu’il est important qu’un engagement soit pris au niveau mondial. J’ai récemment eu l’occasion de discuter de ces questions, ici à Bruxelles, avec le président américain Obama et le président chinois Xi. Je crois qu’il est crucial que ces pays, deux plus importants émetteurs de gaz à effets de serre au monde, puissent également faire preuve de leadership en la matière. Nous saluons les efforts qu’ils font, certes principalement à l’échelle nationale, mais nous pensons qu’il importe aussi qu’ils fassent preuve de leadership sur la scène internationale de sorte à ce qu’ils puissent apporter leur contribution à une réussite pour la communauté mondiale et pour l’avenir de notre planète. »

Le président Barroso et le secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-Moon, seront tous deux présents, ces deux prochains jours, au sommet UE-Afrique à Bruxelles.

Le président Barroso prononcera son discours d’ouverture du sommet plus tard dans la journée, et le secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-Moon s’adressera aux chefs d’État lors de la cérémonie d’ouverture, ainsi que lors de son intervention à la session sur la paix et la sécurité.

Visionner la vidéo du point presse

Lire le discours du président Barroso dans son intégralité

Rencontre entre le président Barroso et les dirigeants africains, en préambule du sommet UE-Afrique

Le président Barroso rencontre aujourd’hui plusieurs chefs d’État et de gouvernement africains, en ce compris les dirigeants des trois pays lusophones. Ces rencontres se tiennent en préambule du quatrième sommet UE-Afrique qui débutera demain à Bruxelles, en présence des dirigeants de 54 pays africains et 28 pays européens.

01/04/2014

EC

En perspective du sommet UE-Afrique, le président Barroso accueille aujourd’hui plusieurs dirigeants africains.

Il a ainsi déjà rencontré le président du Cap-Vert, Jorge Carlos Fonseca, le premier ministre de São Tomé e Príncipe, Gabriel Costa, et le vice-président de l’Angola, Manuel Domingos Vicente (les dirigeants des trois pays africains lusophones) à l’occasion d’un déjeuner professionnel.

Le président Barroso aura aussi, cet après-midi, des réunions bilatérales avec le président du Mozambique, Armando Guebuza, le président de la Zambie, Michael Chilufya Sata, le président du Ghana, John Dramani Mahama, et le président du Mali, Ibrahim Boubacar Keïta. Ce quatrième sommet UE-Afrique va permettre d’approfondir les liens étroits entre l’Union européenne et l’Afrique et va marquer une étape importante pour les rapports entre ces deux continents. L’économie – en ce compris, les investissements, la croissance et l’emploi – ainsi que la paix et la sécurité, seront les principales questions abordées lors de ce sommet.