Chemin de navigation

Le président Barroso exige des États membres qu’ils mettent en œuvre des garanties pour la jeunesse

Commons

Le président Barroso a demandé aux États membres de l’UE qu’ils garantissent rapidement aux jeunes, un emploi, une formation ou une reprise de leurs études, afin de contribuer de la sorte à la lutte contre les niveaux « alarmants » de chômage des jeunes en Europe.

Malgré des améliorations en termes de croissance, l’emploi des jeunes stagne à 22,9 % au sein de l’UE, ce qui équivaut à près du double du taux de chômage global de l’UE.

« La réalité est que le chômage des jeunes a atteint des niveaux alarmants et représente un gaspillage en ressources humaines et en talent, que l’Europe ne peut se permettre », a déclaré le président Barroso lors d’une conférence à Bruxelles, le 8 avril.

« La mise en place d’un système de garantie pour la jeunesse au sein de chaque État membre, constitue une réforme structurelle majeure mais également un investissement essentiel pour l’avenir », a ajouté le président Barroso.

Les États membres ont convenu en février 2013 de garantir, aux jeunes de moins de 25 ans, une offre de qualité en termes d’emploi, de formation continue, d’apprentissage ou de stage, endéans les quatre mois suivant leur sortie de l’école ou leur acquisition du statut de chômeur.

Lors de cette conférence, intitulée « Concrétiser la Garantie pour la jeunesse », le président Barroso a déclaré que les plans existants de lutte contre le chômage des jeunes étaient « presque universellement faibles et inefficaces ». Ils ne parviennent pas à atteindre les jeunes exclus de l’emploi et des études. « Avec la garantie pour la jeunesse, nous nous efforçons de changer cela », a-t-il dit.

Il a ensuite ajouté que, bien que la plupart de ces garanties pour la jeunesse doivent être implémentées au niveau national, l’UE soutient les États membres au moyen d’initiatives et de fonds spécifiques, comme :

  • L’Initiative pour l’emploi des jeunes, d’une valeur de € 6 milliards, qui sera pré-alimentée dans les garanties pour la jeunesse 2014-2015 ;
  • Près de € 10 milliards par an, d’ici 2020, en soutien à l’emploi et à la formation, par le biais du Fonds social européen ;
  • Le programme Erasmus+, d’une valeur de € 14,7 milliards, en soutien à l’éducation et à la formation ;
  • Le cadre de qualité de l’UE pour les stages ;
  • L’alliance européenne pour l’apprentissage ;
  • EURES, le portail de mobilité professionnelle, qui donne, aux jeunes, accès à plus d’1,7 millions d’offres d’emplois partout en Europe ;
  • La grande coalition pour l’emploi dans le secteur des TIC, pour remplir les potentiels 900 000 emplois vacants de ce secteur d’ici 2020.

Il a ensuite ajouté qu’il était temps de commencer à investir dans cette lutte contre le chômage des jeunes et a exigé des États membres qu’ils intensifient leurs efforts de mise en œuvre de l’Initiative pour l’emploi des jeunes aussi rapidement que possible.

« Il est grand temps de concrétiser ces mesures et d’atteindre des résultats probants », a-t-il dit. « L’Europe, en tant que projet politique […] peut uniquement prospérer si nous créons des opportunités pour les jeunes. Il s’agit là d’un des problèmes les plus existentiels auxquels nous sommes aujourd’hui confrontés, nous devons éviter le risque d’une génération perdue en Europe. Ces jeunes gens ne pourront accepter l’Europe que si l’Europe les accepte d’abord. »

Lire le discours du président Barroso dans son intégralité

Visionner la vidéo du discours du président Barroso lors de la conférence, « Concrétiser la Garantie pour la jeunesse »

Communiqué de presse de la conférence