Chemin de navigation

Discours

Sommet du partenariat oriental

Le troisième sommet du partenariat oriental, qui s’est tenu le 29 novembre, a rassemblé les chefs d’État et de gouvernement des 28 États membres, ainsi que ceux des pays partenaires de l’est : l’Arménie, l’Azerbaïdjan, la Biélorussie, la Géorgie, la Moldavie et l’Ukraine.

29/11/2013

Dans le contexte de ce sommet, l’UE a paraphé des accords d’association (comprenant l’établissement d’une zone de libre-échange approfondie et complète) avec la Géorgie et la république de Moldavie ; signé un accord de facilitation des visas avec l’Azerbaïdjan ; signé un accord-cadre avec la Géorgie sur la question d’une participation aux opérations de gestion de la crise de l’UE ; et paraphé un accord relatif aux transports aériens civils avec l’Ukraine.

Les remarques du président Barroso lors de la session plénière du troisième sommet du partenariat oriental, ses remarques liminaires lors de la cérémonie de paraphe des accords d’association avec la Géorgie et la Moldavie, ainsi que sa déclaration lors de la conférence de presse tenue en commun avec le président Van Rompuy et la présidente lituanienne, Dalia Grybauskaite, sont disponibles en ligne.

28 novembre 2013

Le président Barroso se rendra aujourd’hui à Vilnius pour le troisième sommet du partenariat oriental.

Le sommet du partenariat oriental débutera jeudi 28 novembre avec une réunion générale et un dîner de travail informel. Les présidents Barroso et Van Rompuy tiendront également, avant ce dîner, une réunion trilatérale parallèle avec Viktor Yanukovych, le président de l’Ukraine.

Communiqué de presse : troisième sommet du partenariat oriental à Vilnius, les 28 et 29 novembre 2013

Fiche d’information sur le sommet

Résumé de la cérémonie de signature

Suite à sa rencontre avec le gouvernement chypriote, le président Barroso salue leur « détermination » à se réformer

Le président Barroso a félicité Chypre pour sa détermination dans la mise en place d’un programme d’assistance financière, et a recommandé au gouvernement de faire le meilleur usage de l’assistance européenne de sorte à favoriser une reprise.

27/11/2013

President Anastasiades and José Manuel Barroso © EU

Après une série de réunions entre la Commission et le gouvernement chypriote à Bruxelles, le président Barroso a déclaré : « Nous avons précisément discuté, lors de notre rencontre, des actions concrètes que nous pourrions effectuer pour soutenir Chypre ».

Économie

Bien que le programme d’aide UE-FMI soit sur la bonne voie, le président Barroso a déclaré que des risques persistaient et a encouragé le gouvernement à maintenir ses efforts de réforme.

Lors d’une conférence de presse commune avec le président chypriote, Nicos Anastasiades, il a rappelé au gouvernement l’existence de fonds et d’une assistance technique mis à disposition de Chypre par l’UE.

« Les € 200 millions supplémentaires convenus dans le cadre du futur budget de l’UE aideront Chypre à investir dans des mesures d’efficacité énergétique, à soutenir les PME et à créer des emplois, notamment en contribuant au financement d’une garantie pour la jeunesse », a dit le président Barroso.

Il a également « fortement » recommandé aux autorités chypriotes de profiter de l’assistance technique offerte par le groupe de soutien pour Chypre, qui fut mis en place plus tôt dans l’année pour permettre de soulager les effets sociaux de la crise et développer de nouvelles sources de croissance.

« Je tiens à assurer les autorités et le peuple chypriotes du fait que la Commission est à vos côtés, prête à vous soutenir dans vos efforts pour replacer votre économie sur des bases plus solides », a-t-il déclaré.

Le président s’est exprimé après une réunion entre le collège des commissaires et plusieurs membres du gouvernement chypriote. Il s’est aussi entretenu avec le président Anastasiades. Ces réunions ont porté sur un certain nombre de points dont, entre autres, l’énergie et le règlement de la question chypriote.


Énergie

En matière d’énergie, le président a déclaré être confiant que la récente découverte de réserves de gaz contribuera à la croissance économique et renforcera la sécurité d’un approvisionnement en énergie pour Chypre et l’UE, mais il a souligné « la nécessité de procéder à une réelle analyse d’impact quant aux investissements qui devront être effectués ».

 

Règlement de la question chypriote

Concernant le règlement de la question chypriote, le président a déclaré qu’il y avait désormais une « véritable occasion d’atteindre une solution une fois pour toutes ».

« Tout comme le président, M. Anastasiades, j’espère et m’attends à ce que de réelles négociations soient bientôt relancées », a-t-il dit.

Il a ajouté que la Commission « soutient les efforts réalisés pour trouver un accord sur une déclaration commune avec l’autre partie », qui selon lui « facilitera le déroulement des négociations ».

« La Commission, de son côté, continuera à faire preuve de soutien et, dès que nous observerons des progrès concrets, nous approfondirons notre implication, notre participation et notre visibilité dans ce processus », a-t-il dit.

Lire la déclaration du président Barroso

Vidéo : conférence de presse avec le président Anastasiades

Vidéo : visite du gouvernement chypriote

Le président Barroso : éradication de la pauvreté, principal objectif de l’aide au développement de l’UE

« Un agenda prospectif en matière de développement et une réelle coopération internationale, dans le sens d’une gestion de la mondialisation, constituent un impératif humain et une question d’intelligence stratégique », a déclaré le président Barroso dans son discours liminaire aux Journées européennes du développement.

26/11/2013

© EU

S’adressant aux dirigeants du monde et à d’éminentes figures des milieux politique et universitaire, issus du secteur privé et de la société civile, et travaillant dans le domaine du développement, le président Barroso a souligné l’importance des objectifs du Millénaire pour le développement dans la priorisation de la pauvreté dans l’attention mondiale. Il a salué les résultats jusqu’ici obtenus dans le cadre des OMD, mais a également admis que tous les objectifs n’avaient pas encore été atteints.                  

« Nous allons continuer à faire tout notre possible pour aider le monde à atteindre les OMD d’ici la date butoir de 2015 », a dit le président.

Évoquant l’après-2015, le président Barroso a souligné que l’éradication de la pauvreté et le développement durable mondial seraient des objectifs fondamentaux.

« Pour la première fois, nous disposons du nécessaire pour débarrasser nos vies de la pauvreté et pour garantir une prospérité durable dans les limites de ce que notre planète peut nous offrir », a dit le président.

Il a ajouté : « En tenant cette promesse, nous pouvons réellement progresser vers la concrétisation d’une vision du monde où chaque homme, chaque femme, chaque enfant vit dans la dignité et la prospérité. Un monde dans lequel donner la vie ne sera plus un risque. Un monde où l’accès à l’eau, à l’hygiène, à l’énergie, à l’éducation et aux services de santé est un droit allant de soi pour tous ! »

Les Journées européennes du développement, organisées par la Commission européenne, se tiennent à Bruxelles les 26 et 27 novembre. Cet évènement constitue le forum le plus important d’Europe en matière de relations internationales et de coopération au développement.

Lire le discours dans son intégralité

Visionner la vidéo

Lire davantage au sujet des Journées européennes du développement

Le président Barroso à propos de la pauvreté : « nous devons agir ensemble et apprendre des uns et des autres »

Le président Barroso participait mardi à la troisième convention annuelle de la Plateforme européenne contre la pauvreté et l’exclusion sociale. Il a appelé à une action commune de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale.

26/11/2013

 © EU

Dans son discours, le président Barroso a abordé ce qui s’était passé depuis la convention de l’an dernier, ce qui fut réalisé et ce qui nous attend.

« Cette année, contrairement aux années précédentes, nous sommes les témoins d’un retour à la croissance, certes modeste, mais encourageant. Divers indicateurs s’améliorent et deviennent positifs. Cependant, et je tiens à le souligner, d’autres ne vont pas dans le bon sens, notamment le chômage et la pauvreté, c’est un fait. Et nous nous devons donc d’aborder ces points car nous pourrions bien être confrontés à une reprise inégale, qui ne touche pas tous les secteurs de nos sociétés », a déclaré le président.

Depuis l’an dernier, l’ensemble de mesures pour l’emploi des jeunes, en ce compris la Garantie européenne pour la jeunesse et l’Initiative pour l’emploi des jeunes, ainsi que le Programme d’investissement social, a été lancé. La communication « Renforcer la dimension sociale de l’Union économique et monétaire » fut également adoptée par la Commission européenne le mois dernier.

Mais il reste encore de nombreux défis à relever et le président Barroso a exhorté tous les niveaux – européen, national, régional et local – d’agir ensemble et d’apprendre des uns et des autres quant à la façon de lutter contre la pauvreté.

« Nous pouvons et devons compléter ce qui est fait aux niveaux national et sous-national avec un sens des responsabilités et une solidarité européens. Et la Commission européenne est restée très cohérente dans sa demande aux États membres de démontrer leur engagement dans cet effort de solidarité européenne », a dit le président Barroso.

Lire le discours dans son intégralité

Visionner la vidéo

Lire davantage au sujet de la troisième convention annuelle de la Plateforme contre la pauvreté et l’exclusion sociale

President Barroso welcomes the Prime Minister of Cape Verde

Today President Barroso welcomed the Prime Minister of Cape Verde, Mr José Maria Pereira Neves, at the European Commission. They discussed the political and economic situation of this African country, the safety of the region and the Special Partnership EU-Cape Verde. Tomorrow, Prime Minister Pereira Neves participates in the European Development Days, together with President Barroso.

25/11/2013

© EU

President Barroso congratulated Prime Minister Pereira Neves for Cape Verde's democratic stability, respect for human rights and the important economic and social progress. With a stable and consolidated parliamentary democracy, Cape Verde has become a country of medium income since 2007, having achieved great progress in the Millennium Development Goals' framework.

Cape Verde is however still facing many challenges and the EU will continue to support the country, addressing the negative impact of the international economic and financial situation, helping to consolidate reforms, to improve competitiveness and to combat unemployment and poverty.

Regarding trade, the EU will support the country with favourable conditions on the export of Cape Verdean products to Europe through the SPG+ system. The EU will also continue to assist the country financially through the 11th European Development Fund. The European Commission proposed an envelope of €55 million for Cape Verde in the 2014-2020 period.

President Barroso also highlighted the strong ties of Cape Verde with the EU, grounded on the Special Partnership launched in 2007 – a political association based in common principles and values. One example of this strong cooperation is the EU-Cape Verde agreement on mobility, the one of its kind with an ACP country.

The President concluded with a commitment to reinforce the cooperation in areas such as safety and stability and technical and regulatory convergence.

Read the Speech

Watch the video

Le président Barroso en visite à Hong Kong

Le président Barroso se rend à Hong Kong aujourd’hui pour le 20ème anniversaire de la création du bureau de l’UE à Hong Kong et pour prendre part à plusieurs réunions bilatérales. Sa première visite officielle à Hong Kong en tant que président de la Commission européenne avait eu lieu en 2005.

22/11/2013

Hong Kong skyline © Commons

Dans la région administrative spéciale de Hong Kong, le président rencontrera Chun-Ying Leung, chef de l’exécutif, et Jasper Tsang, président du conseil législatif.

Il prononcera un discours à la communauté des entreprises de Hong Kong, organisé par la Chambre de commerce européenne, et assistera à une cérémonie marquant le 20ème anniversaire de la création du bureau local de l’UE.

Hong Kong est un centre financier international et une des économies les plus libres au monde. Avec près de 2000 entreprises européennes basées à Hong Kong, l’UE se place première contributrice du business étranger en cours à Hong Kong. Le commerce bilatéral de biens a d’ailleurs atteint € 44,2 milliards et a augmenté de 5,9% en 2012.

« Hong Kong est une ville dynamique et prospère et un centre important pour la région en termes de commerce et d’investissement, grâce à la primauté du droit, la liberté d’information et d’expression, ainsi qu’aux normes élevées de transparence qui y sont pratiqués. L’UE soutient le principe « un pays, deux systèmes » et poursuivra, dans ce contexte, son étroit partenariat avec Hong Kong. Nos rapports sont fortement ancrés dans l’Histoire mais sont aussi continuellement tournés vers l’avenir », a déclaré le président avant cette visite.

Vidéo de la visite

Le président Barroso en visite à Macao

Le président Barroso sera en visite demain à Macao – une région aux liens étroits avec le Portugal – pour célébrer le 20ème anniversaire de l’accord commercial et de coopération UE-Macao. Le président signera également un accord relatif aux services aériens UE-Macao avec la Région administrative spéciale de la Chine. Lors de cette visite, il rencontrera le chef de l’exécutif Chui et les représentants de Macao, de l’UE et des communautés portugaises.

22/11/2013

Cathedral of Saint Paul in Macau © Commons

Le président réaffirmera l’importance des relations politiques, économiques et culturelles entre l’UE et Macao, profondément ancrées dans l’Histoire. Il se renseignera aussi sur la réforme politique de la région et informera ses interlocuteurs de la reprise de la croissance de l’UE.

Cette visite célèbre le 20ème anniversaire de l’accord commercial et de coopération UE-Macao, un accord initié dans les années 1990 par le président alors qu’il était encore ministre des affaires étrangères du Portugal. Représentant 23,6% de son commerce mondial, l’UE est le plus important partenaire commercial de Macao. Entre 2010 et 2011, les exportations de l’UE vers Macao ont augmenté de 58%. Le président prendra également part à l’inauguration de la Chambre de commerce UE-Macao.

Le président Barroso signera aussi un accord relatif aux services aériens UE-Macao, qui renforceront les liens régionaux entre l’UE et l’Asie du Sud.

Avant sa visite, le président Barroso a déclaré : « J’ai hâte de me rendre à Macao à l’occasion de la célébration du 20ème anniversaire de l’accord commercial et de coopération entre l’UE et Macao. Cet accord incarne notre engagement dans nos relations politiques, économiques et culturelles avec Macao. Nous valorisons la spécificité de Macao et son rôle central de pont entre l’Asie et l’Europe, entre la Chine et le reste du monde. Je soulignerai également mon engagement personnel pour une augmentation des échanges avec Macao en matière de commerce, enseignement, recherche et culture. »

Lire le communiqué de presse : Visite de M. Barroso à Hong Kong et à Macao

Voir la vidéo

Le président Barroso à Hong Kong : « Le meilleur reste à venir »

Le président José Manuel Barroso est à Hong Kong aujourd’hui pour des réunions bilatérales. « Ma visite à Hong Kong complète et clôture deux semaines intensives d’engagements avec l’Asie, qui ont débuté à Bruxelles avec un sommet avec la Corée, et qui se sont poursuivies avec une visite en Mongolie et deux sommets officiels au Japon et en Chine. Ceci démontre combien l’Asie est désormais au sommet de la liste des priorités de l’Union européenne », a déclaré le président aujourd’hui.

22/11/2013

 © EU

Cette visite a lieu pendant les célébrations du 20ème anniversaire du bureau de l’UE à Hong Kong. Dans l’après-midi, le président Barroso a rencontré des centaines de représentants d’entreprises lors d’une conférence organisée par la Chambre de commerce européenne à Hong Kong.

Lors de son allocution, le président Barroso a présenté un aperçu de la situation économique de l’UE. Il a également souligné l’importance stratégique des rapports UE-Hong Kong.

Il a abordé, en particulier, l’Union bancaire et l’engagement politique, commercial et économique de l’UE en Asie, en ce compris la Chine continentale et Hong Kong en tant que zones de croissance d’importance vitale dans la reprise économique durable de l’Europe.

« Je pense qu’il est juste de dire que l’Europe possède un intérêt à ce que l’Asie prospère, de même que l’Asie trouve un intérêt similaire dans la prospérité de l’Europe. »

Par ailleurs, le président Barroso a expliqué que les négociations d’un accord d’investissement avaient été lancées hier, lors du sommet UE-Chine de cette semaine.

« Nous souhaitons en retirer encore davantage. Avec des investissements européens en Chine représentant seulement 2% de nos IDE mondiaux, et des IDE chinois en Europe représentant seulement 1% du total de nos entrées, la région a encore beaucoup de potentiel. Comme le démontrent nos liens avec Hong Kong, l’investissement est une contrepartie naturelle du commerce. »

« Ces négociations annihileront les restrictions et libéraliseront progressivement les investissements, menant ainsi à une réciprocité dans l’accès des investisseurs européens et chinois aux marchés des uns et des autres », a-t-il expliqué.

« Le développement économique et le développement social vont de pair, c’est ce qui rend Hong Kong si particulière et captivante (…) et personne ne doit douter de la détermination de l’Europe à faire partie du succès continu que constitue Hong Kong », a déclaré le président Barroso à la fin de cette session.

Lire le discours du président dans son intégralité

Le président Barroso en visite à la China-EU School of Law (CESL) à Pékin

Le président Barroso s’est rendu aujourd’hui à la China-EU School of Law (CESL), une école unique en son genre qu’il avait inaugurée en octobre 2008 aux côtés du premier ministre Li Keqiang.

21/11/2013

© EU

La CESL constitue le projet de coopération le plus vaste qu’il soit entre le gouvernement chinois et l’UE en matière de formation juridique. Elle fut fondée grâce à la participation de 16 universités. Il s’agit d’un projet unique en son genre axé sur l’enseignement, la recherche et la formation juridiques en Chine et en UE.

De retour sur les lieux cinq ans plus tard, le président Barroso s’est entretenu avec le professeur Huang Jin. Il a ensuite rencontré un groupe de 40 étudiants lors d’une séance d’une heure de questions-réponses sur la coopération entre la Chine et l’UE et sur l’importance de la primauté du droit.

« Les échanges interpersonnels sont au cœur même de la coopération entre l’UE et la Chine. J’apprécie sincèrement votre dynamisme rafraîchissant et vous souhaite le meilleur pour vos études auprès de cette importante école », a déclaré le président.

Vidéo de la visite

Le président Barroso encourage une coopération plus étroite avec la Chine en matière d’urbanisation

Le président Barroso et le premier ministre chinois Li Keqiang ont clôturé aujourd’hui le forum de l’urbanisation UE-Chine à Pékin.

21/11/2013

 © EU

Le président de la Commission européenne, M. José Manuel Barroso, s’est joint à des centaines de dirigeants locaux et régionaux pour le forum de l’urbanisation UE-Chine. Lors de la cérémonie de clôture du forum, le président a déclaré : « Je crois fermement que l’approfondissement des relations de la Chine avec l’UE sur les questions d’urbanisation représente une avancée de qualité dans nos rapports ».

En 2012, le président Barroso et le premier ministre Li Keqiang lançaient le partenariat d’urbanisation UE-Chine qui offre un cadre naturel pour des actions concertées. Depuis 2010, plus de 150 décideurs chinois issus des 31 provinces ont ainsi pu partager leurs expériences et aller observer les bonnes pratiques dans plus de 45 régions des 15 États membres de l’UE.

Aujourd’hui, le président de la Commission européenne a proposé une coopération plus étroite et pragmatique en matière d’urbanisation, d’innovation et de développement durable : « L’urbanisation est une question extrêmement complexe, qui implique des douzaines d’acteurs divers dans quantité de situations alternatives. (…) Nous avons notre expérience et notre coopération à offrir dans la gestion de ces défis. Nous pouvons également apprendre de l’expérience de la Chine. Voilà ce dont il est question avec ce partenariat d’urbanisation, à savoir chercher, de manière coopérative, les meilleures solutions pour faire face à un défi commun. »

M. Barroso a souligné que l’UE et la Chine « ont besoin de partager leurs meilleures expériences quant à la façon de rendre les villes agréables à vivre, conscientes de leurs ressources et socialement équitables. » « Ceci ne constitue pas seulement un point à discuter et à étudier ; c’est également une chose sur laquelle il faut agir », a-t-il ajouté.

Lire le discours du président au forum de l’urbanisation

Forum de l’urbanisation

Video: le discours

16ème sommet UE-Chine

Le président Barroso rencontre aujourd’hui le premier ministre chinois, Li Keqiang, à Pékin pour le 16ème sommet UE-Chine. Il s’agit du premier sommet de ce genre sous la nouvelle administration chinoise. Le président Barroso a également rencontré hier le président Xi Jinping.

21/11/2013

© EU

L’UE et la Chine célèbrent le 10ème anniversaire de leur partenariat stratégique global et ce sommet permet de poser les bases et de déterminer les objectifs stratégiques pour la prochaine décennie.

Au cours des dix dernières années, l’UE et la Chine ont réussi à construire un solide partenariat pour relever ensemble des défis communs. Les relations commerciales de l’UE et de la Chine, de tout temps force motrice de leur partenariat, se sont considérablement intensifiées. En effet, elles représentent aujourd’hui le quadruple de ce qu’elles étaient il y a dix ans. Au cours des neuf dernières années, l’UE s’est placée première partenaire commerciale de la Chine, et la Chine, seconde de l’UE. Mais leurs rapports se sont développés bien au-delà du commerce.

Ce sommet s’ouvre sous le thème général d’« une croissance verte dans un monde plus sûr ». Les dirigeants s’accordent sur l’importance d’une croissance verte comme moyen d’atteindre un juste équilibre entre, d’une part, leurs objectifs de développement durable et de faible émission, et d’autre part, des résultats valables en termes de création d’emplois, de réduction de la pauvreté, de croissance économique et d’opportunités aux entreprises.

Parmi les résultats escomptés de ce sommet, l’UE et la Chine espèrent :

-       trouver un accord sur un agenda UE-Chine pour 2020, sur une stratégie commune à moyen et long terme, incluant une réelle vision stratégique et des engagements concrets ;

-       lancer les négociations pour un ambitieux accord d’investissement, garantissant à la fois une protection des investissements et l’accès au marché ;

-       démarrer le dialogue sur une coopération en termes d’innovation, ce qui leur permettra de progresser substantiellement dans l’élaboration d’initiatives stratégiques communes dans des secteurs spécifiques d’intérêt commun ;

-       signer une déclaration conjointe sur la sécurité énergétique, ainsi qu’une feuille de route UE-Chine sur une coopération en la matière, ce qui constituera une avancée essentielle vers une étroite coopération de l’UE et de la Chine sur les questions énergétiques ;

-       faciliter les échanges entre les deux pays, y compris les échanges d’étudiants et de chercheurs ;

-       améliorer leur bonne coopération au sein du G20 et au sein d’autres arènes multilatérales, notamment sur les questions de changement climatiques et d’aide au développement.

Lire la déclaration du président lors de la conférence de presse, ainsi que sa déclaration au sommet commercial EU-Chine et au Forum chinois sur l’urbanisation

 

Lire le communiqué de presse

Lire la fiche d'informations

Vidéo de la conférence de presse

Vidéo du discours au sommet

Video: la visite

Press Release: 16th EU-China Summit: EU-China 2020 Strategic Agenda for Cooperation

16th EU-China Summit: EU-China 2020 Strategic Agenda for Cooperation

21ème sommet UE-Japon à Tokyo

Le président Barroso prend part aujourd’hui au 21ème sommet UE-Japon. Le Japon y sera représenté par son premier ministre, M. Shinzō Abe.

19/11/2013

Japanese flag

L’UE et le Japon sont non seulement des puissances économiques majeures (représentant ensemble plus d’un tiers de la production mondiale), mais aussi des partenaires aux visions similaires qui promeuvent les mêmes valeurs et sont à la recherche de solutions aux défis régionaux et mondiaux. Étant deux des quatre économies les plus grandes au monde, l’UE et le Japon ont un fort intérêt à assurer une croissance forte, durable et équilibrée au niveau mondial.

Le sommet intervient à un moment important dans les rapports UE-Japon. En avril dernier, les négociations de deux accords historiques pour les relations UE-Japon furent lancées : un accord de partenariat stratégique et un accord de libre-échange.  Ces deux accords posent les bases d’une intense coopération pour les décennies à venir. L’accord de partenariat stratégique vise à développer le dialogue et la coopération à travers divers domaines politiques et sectoriels.  L’accord de libre-échange quant à lui dégage de nouvelles opportunités de croissance et d’emploi et contribue aux processus parallèles, en cours en UE et au Japon, de réformes structurelles de l’économie.

Le sommet passe en revue les progrès effectués dans les négociations et insuffle une nouvelle dynamique vers une conclusion rapide de ces accords, qui élèveront les relations UE-Japon à un niveau supérieur, plus stratégique. C’est aussi l’occasion de rechercher une convergence de vues et positions sur les questions internationales et régionales clés. Les thèmes traités incluent l’économie et le commerce au niveau mondial, le changement climatique, la non-prolifération et les développements dans nos régions respectives.

Enfin, le sommet donne une impulsion politique pour un développement rapide d’une coopération sectorielle qui continuera à alimenter la croissance et l’emploi en UE et au Japon. L’UE et le Japon renforceront aussi leur partenariat de recherche et d’innovation, et feront également avancer les discussions sur les thèmes de l’espace et la cyber-sécurité.

« L’accord de libre-échange à lui seul pourrait stimuler la croissance de l’UE de presque 1% et créer plus de 400 000 emplois supplémentaires, avec des avantages comparables pour le Japon. L’accord de partenariat stratégique renforcera notre coopération politique et stimulera davantage notre coopération sectorielle qui se développe, y compris dans les domaines de la recherche et l’innovation, l’énergie, et les rapports interpersonnels », a déclaré le président Barroso avant le sommet.

Communiqué de presse sur le sommet UE-Japon

Fiche d’informations sur le sommet UE-Japon

Déclaration du président Barroso lors de la conférence de presse

21ème sommet UE-Japon à Tokyo – Communiqué de presse conjoint

Vidéo du sommet

Video from the summit

Budget 2014-2020 : le président Barroso salue le consentement du Parlement européen

Le Parlement européen a donné aujourd’hui son aval au cadre financier pluriannuel (CFP) 2014-2020, ouvrant ainsi la voie à l’approbation finale du Conseil. Le président Barroso a salué ce vote, soulignant que « c’est un grand jour pour l’Europe » et que « cet accord viendra en aide à toutes les familles à travers l’Europe. L’Europe fait partie de la solution. »

19/11/2013

© EU

Dans un message vidéo, le président Barroso a déclaré : « C’est un grand jour pour l’Europe. Le Parlement européen a donné son feu vert au budget européen pour la période s’étendant de 2014 à 2020, mettant ainsi avec succès un terme à de longues négociations. Le Conseil va désormais pouvoir sceller l’affaire rapidement.  L’Union européenne investira près de mille milliards dans la croissance et l’emploi entre 2014 et 2020. Le budget de l’UE est modeste, comparé aux budgets nationaux. Mais le budget d’une seule année représente plus d’argent – aux tarifs d’aujourd’hui – que l’ensemble du Plan Marshall en son temps !

Notre budget moderne et tourné vers l’avenir peut faire une réelle différence dans la vie des gens. Il permettra de renforcer et maintenir la reprise en cours à travers l’Union européenne. Des fonds sont prévus pour que nous puissions tracer notre chemin de sortie de la crise, de même qu’un soutien financier pour ceux qui vivent en-dessous du seuil de pauvreté ou qui sont à la recherche d’un emploi, des opportunités d’investissement pour les petites entreprises, et une assistance aux communautés locales, aux agriculteurs, chercheurs et étudiants. Cet accord vient en aide à toutes les familles à travers l’Europe. L’Europe fait partie de la solution. »

Lire le communiqué de presse reprenant les principaux points

Consulter la FAQ, les tableaux et graphiques sur le CFP 2014-2020

Sites web du cadre financier pluriannuel 2014-2020 et des programmes individuels de financement de l’UE

Plus d’informations chiffrées par programme aux tarifs actuels et de 2011

Plus d’informations sur les allocations nationales sous la politique agricole commune et la politique de cohésion

Lire le texte intégral du message vidéo du président Barroso

Plus d’informations sur le CFP

Politique fiscale : le président Barroso appelle à un « effort politique considérable »

Si nous voulons atteindre des résultats concrets en termes de politique fiscale lors de la prochaine réunion du Conseil européen, « les ministres des finances vont devoir fournir un effort politique considérable », a écrit le président Barroso dans une lettre adressée au Conseil européen.

03/11/2013

© EU

« Comme la dernière réunion du Conseil ECOFIN a pu le montrer, certaines de nos propositions sont déjà techniquement prêtes à être adoptées mais ne réunissent pas encore le soutien unanime, pourtant nécessaire, de tous les États membres », a souligné M. Barroso, président de la Commission européenne, dans sa lettre envoyée aujourd’hui au président du Conseil européen, ainsi qu’à tous les chefs d’État et de gouvernement de l’UE et au président du Parlement européen. « Si nous souhaitons être en mesure d’enregistrer des résultats concrets en décembre, les ministres des finances vont devoir fournir un effort politique considérable lors de leur prochain rassemblement », a-t-il insisté.

90% des citoyens européens pensent qu’une action effective est nécessaire pour garantir que les entreprises paient leur juste part d’impôts, comme en témoigne une récente enquête Eurobaromètre. Une plus grande équité et transparence dans l’imposition des sociétés est précisément l’objectif principal des propositions fiscales de la Commission. Certaines de ces propositions sont sur la table depuis 2008 et attendent toujours d’être adoptées, a souligné le président Barroso. Ceci est particulièrement le cas de la directive sur la fiscalité de l’épargne, qui mettrait fin aux échappatoires fiscales existantes et qui, avec la proposition d’étendre le spectre de la directive sur la coopération administrative, assurerait que l’UE dispose d’un système d’échange entièrement automatisé d’informations sur toute forme de revenus dès le début de l’année 2015.

D’autres propositions de la Commission luttent contre le blanchiment d’argent et rendent la propriété effective des entreprises plus transparente. «  La Commission présentera la dernière de ses propositions – une révision de la directive mères-filiales pour contrer la double non-imposition des instruments hybrides – à la fin de ce mois », a écrit le président.

« En mai, le Conseil européen a démontré sa détermination à fournir un changement significatif  vers une plus grande équité et ouverture en matière de fiscalité des entreprises. Il est désormais temps d’avancer et d’adopter les propositions sur la table », a conclu président Barroso.

Lire la lettre du président Barroso au Conseil européen dans son intégralité pdf - 52 KB [52 KB] English (en)

Le président Barroso se rend en Mongolie pour une discussion bilatérale

Le président Barroso s’est rendu en Mongolie pour une discussion bilatérale avec le président Elbegdorj et le premier ministre Altankhuyag. Il a ouvert le Festival du film européen à Oulan-Bator et a tenu un discours à l’Université nationale de Mongolie, où le titre de docteur Honoris Causa lui fut décerné.

17/11/2013

Tadeusz Mazowiecki and José Manuel Barroso at the “Citizens' Dialogue” debate in Warsaw on 11 July 2013 © EU

Suite à la signature de l’accord de partenariat et de coopération (APC) entre l’UE et la Mongolie en avril de cette année, le président de la Commission européenne s’est rendu en Mongolie le 17 novembre. Ceci fut la première visite d’un haut représentant de l’UE dans ce pays.

Après leur rencontre, les dirigeants ont déclaré que 2013 avait été une année importante pour le développement des rapports UE-Mongolie. Au cours de leur discussion, ils ont traité du progrès accompli jusqu’ici dans des domaines tels que le commerce, la coopération au développement, l’agriculture, la recherche et l’innovation, et le dialogue politique. Ils ont également échangé leurs points de vue sur des questions régionales et globales, de même que sur des nouveaux domaines de coopération.

Lors de son allocution à la presse, le président Barroso a déclaré : « l’Union européenne désire être votre partenaire sur ce chemin ». Il a réitéré le soutien de l’UE au développement de la Mongolie, au travers de moyens concrets favorisant la coopération, par exemple via l’éducation, les échanges et aussi la science et la recherche. « Nous pensons que l’Union européenne dispose d’un savoir-faire qui peut être partagé également au profit de la Mongolie », a dit le président Barroso.

Au cours de sa visite en Mongolie, le président Barroso a aussi ouvert le Festival du film européen, soulignant dans son discours que « le cinéma parle un langage universel. Il fait sens et a de l’importance pour tout le monde, indépendamment des origines nationales, culturelles ou sociales de chacun. Les films mettent la diversité au premier plan, tout en soulignant les valeurs, sentiments et aspirations que nous partageons tous en tant qu’êtres humains. J’espère que l’an prochain, lorsque nous célèbrerons le 25ème anniversaire des relations UE-Mongolie, un évènement similaire pourra être organisé à Bruxelles, promouvant des films mongols auprès d’un public européen. »

Dans la soirée, le président Barroso a donné une conférence à l’Université nationale de Mongolie sur le thème « UE-Mongolie : Voisin tiers et partenaire de première classe » , lors de laquelle il a déclaré «  Les valeurs que vous avez faites vôtres : la démocratie, le respect des droits humains et la primauté du droit sont des valeurs qui sous-tendent également l’Union européenne. Ce sont des valeurs qui font de nous des voisins proches et des partenaires privilégiés, en dépit de la distance géographique qui nous sépare. À cet égard, permettez-moi de saluer la décision prise l’an dernier par la Mongolie d’abolir la peine de mort, comme un pas symbolique sur le chemin que vous avez choisi de suivre. »

Le président Barroso a souligné que « l’UE s’est assurée que la Mongolie bénéficierait du volet international du programme Erasmus+, notre programme d’échange destiné aux étudiants universitaires. Depuis 2004, 200 étudiants et universitaires ont participé au programme Erasmus. Nous voulons voir plus d’étudiants, chercheurs et doctorants mongoliens bénéficier de nos bourses et venir en Europe. »

En outre, a-t-il dit, « la coopération scientifique est un autre domaine où les deux parties pourraient bénéficier d’une collaboration plus étroite et, là aussi, nous nous sommes assurés que la Mongolie puisse participer à notre nouveau programme de recherche, intitulé Horizon 2020. »

« Tout comme la démocratie et nos économies requièrent des efforts quotidiens, nous construirons jour après jour nos relations de voisinage » a conclu le président, à qui fut plus tard décerné le titre de docteur honoris causa.

Lire la déclaration conjointe

Déclaration à la presse du président Barroso avec M. Elbegdorj, président de Mongolie

Discours à la cérémonie d’ouverture du Festival du film européen

Discours du président Barroso à l’Université nationale de Mongolie

Vidéo de la visite

Le président Barroso rencontre les premiers ministres de Roumanie et de Moldavie

La rencontre avec Victor Ponta et Lurie Leancă, premiers ministres respectifs de la Roumanie et de la Moldavie, s’est concentrée sur la question stratégique des projets prioritaires d’interconnexion de gaz et d’électricité entre les deux pays.

15/11/2013

© EU

La Commission leur fournit déjà un soutien à la fois politique et financier, comprenant une aide de € 7 millions destinée à la construction du pipeline d’interconnexion de gaz Iaşi-Ungheni qui est désormais en cours.

« La sécurité énergétique et la diversité de l’approvisionnement en énergie est une question de la plus haute importance, tant pour notre Union que pour nos voisins. » a déclaré le président Barroso. « Nous avons identifié deux projets majeurs à court terme : D’abord, les projets qui permettront un approvisionnement de gaz de la Roumanie jusqu’à Chisinau… Ensuite, la station réciproque sur le réseau Vulcanesti-Isaccea, qui permettra à la Moldavie d’augmenter ses importations d’énergie depuis la Roumanie. Ces deux projets pourront augmenter de manière significative la sécurité énergétique de la Moldavie, grâce à une stabilisation de son approvisionnement en énergie et une réduction du risque de voir augmenter les prix. »

Le président Barroso a salué la coopération étroite sur ces questions entre la Moldavie et la Roumanie et a promis un soutien continu de la part de la Commission dans leur progression.

Déclaration du président Barroso

Vidéo de la conférence de presse

Le président Barroso demande à l’UE d’éviter une lassitude des réformes alors que s’amorce le semestre européen 2014

La publication de l’examen annuel de la croissance 2014 marque le début du quatrième semestre européen, le calendrier de coordination politique de l’UE. Ce semestre voit la gouvernance économique passer à la vitesse supérieure avec la présentation d’un ensemble important d’annonces de surveillance budgétaire pour la zone euro, et pour les pays de l’UE aux déficits excessifs.

13/11/2013

© EU

Consulter tous les documents du semestre européen 2014

 

Une gouvernance économique renforcée

« Cette année, la coordination budgétaire en zone euro est passée à un nouveau niveau. Cette année, pour la première fois, les États membres nous ont transmis leurs plans budgétaires provisoires avant que ces derniers ne soient adoptés », a dit le président Barroso lors d’une conférence de presse en suite du lancement du semestre. « Ceci ne doit pas être interprété comme une volonté de la part de la Commission de remplacer les gouvernements dans la gestion des économies nationales », a-t-il ajouté. « Il s’agit de développer une gouvernance économique européenne qui respecte pleinement le niveau national de gouvernance. Il s’agit aussi de garantir que ce qui est bénéfique au niveau individuel des États membres soit également bénéfique pour l’Union européenne dans sa totalité. »

 

Un accent mis sur la croissance et l’emploi

L’examen annuel de la croissance de cette année montre que la croissance reprend et insiste sur le besoin de maintenir et renforcer cette reprise, en poursuivant les efforts réformateurs et en évitant une lassitude des réformes.

La Commission européenne conserve les mêmes cinq grandes priorités identifiées dans l’examen annuel de la croissance 2013, mais recommande un changement d’orientation visible de sorte à refléter les nouveaux défis auxquels l’UE devra faire face pendant cette période de rétablissement.

« Nous avons parcouru un long chemin depuis le début de la crise et nombre de nos concitoyens ont dû faire de grands sacrifices pour arriver jusqu’ici », a déclaré le président Barroso. « Et grâce aux efforts qu’ils ont accomplis, nous amorçons maintenant une phase de reprise. Nous devons garantir que nos efforts se traduiront par une plus forte croissance qui génèrera de l’emploi. La meilleure façon – je dirais même la seule façon – d’atteindre cela est de poursuivre nos efforts réformateurs, en évitant une lassitude des réformes. »

Le projet de rapport conjoint sur l’emploi, qui accompagne l’examen annuel de la croissance, montre que la situation du chômage, bien qu’en stabilisation, reste à des niveaux intolérablement élevés. « Nous devons absolument éviter de mettre en péril ce qui a été accompli jusqu’ici », a dit le président Barroso. « Ce sera le seul moyen de répondre de manière durable au plus grand problème auquel nous sommes encore confrontés : le chômage, en particulier le chômage des jeunes. »

 

Vers une reprise équilibrée

En parallèle de l’examen annuel de la croissance 2014, la Commission a publié son rapport sur le mécanisme d’alerte, un système d’avertissement précoce en cas de déséquilibres potentiels. Le rapport sur le mécanisme d’alerte de cette année recommande d’examiner les politiques économiques de 16 pays, dont trois pour la première fois : l’Allemagne, le Luxembourg et la Croatie.

Le président Barroso a souligné lors de sa conférence de presse que ces examens ne signifient pas nécessairement qu’il y ait un déséquilibre, et qu’ils ne devraient pas être considérés comme un signe que la Commission s’interroge sur la compétitivité de ces pays, en particulier dans le cas de l’Allemagne. « Le véritable problème pour l’Europe n’est pas que l’Allemagne soit très compétitive – ceci est au contraire un atout majeur pour l’économie de l’Europe prise dans sa globalité. Le problème est plutôt que d’autres soient encore bien loin de ce niveau de compétitivité », a déclaré le président.

 

 

Dossier de presse :

 

Infographics on European Semester jpeg - 2 MB [2 MB] Deutsch (de) English (en)

Press release on the European Semester 2014

Statement by President Barroso at the launch of the European Semester 2014

Press release on the budgetary surveillance package

Factsheet on the Commission's assessment of the draft budgetary plans for the euro area

Questions and answers on the Alert Mechanism Report 2014

Draft Joint Employment Report – frequently asked questions

Factsheet on the EU's system of economic governance

Président Barroso participe à la 2ème Conférence européenne sur l'emploi des jeunes

Après une première rencontre à Berlin, en juillet, les chefs d'Etat et de gouvernement, les ministres du Travail, les hauts représentants des institutions de l'UE et les partenaires sociaux se sont réunis mardi à Paris pour discuter la mise en œuvre des mesures concrètes de la lutte contre le chômage des jeunes.

12/11/2013

© EU

La Commission européenne a pris plusieurs initiatives pour compléter et soutenir les actions menées au plan national.

Le Président Barroso a appelé les Etats membres à plus de détermination pour tirer tout le potentiel des différents leviers permettant de lutter contre le chômage et notamment pour mettre en place les structures nécessaires pour faire de la Garantie Jeunesse une réalité dès que possible.

"Il n'y a pas de chose plus urgente aujourd'hui que de faire en sorte que l'on puisse offrir à notre jeunesse de réelles perspectives d'avenir", a dit le Président.

Déclaration du Président Barroso

Visionner la vidéo

Site web sur emploi des jeunes

7th EU-Republic of Korea Summit

The 7th EU-Republic of Korea Summit took place in Brussels today. President José Manuel Barroso represented the EU together with the President of the European Council. South Korea was represented by President Park Geun-Hye.

08/11/2013

President Barroso

Today's summit marked 50 years of diplomatic relations between the EU and the Republic of Korea. The leaders adopted a joint declaration highlighting past developments in EU- Republic of Korea relations and affirming their willingness to encourage its further development.

Korea was the first G20 country with which the EU concluded a Framework Agreement and a second generation free trade agreement.

"The Free Trade Agreement, now two years old, continues to be a driving force for our cooperation. The European Union is now the largest foreign investor in the Republic Of Korea. And our trade in goods with South Korea has significantly increased", President Barroso said today.

Over the last decade, EU28 exports to South Korea have more than doubled, from 17.7 billion euro in 2002 to a peak of 37.8 bn in 2012, according to Eurostat.

President Barroso highlighted the Republic of Korea's and the EU's common interest to step up cooperation in innovation, science and technology. "We share the same view that prosperity in the long term needs to come from new sources of growth", he said.

The European Commission and the government of the Republic of Korea today signed an agreement to enhance cooperation in higher education. President Barroso explained that "Universities and research institutions in the EU and the Republic of Korea will run more joint degrees and mobility programmes. These measures will further boost student exchanges and joint research over the coming years".

The summit also addressed new areas of cooperation. "Our agreement on global navigation satellite cooperation is nearly fully ratified, allowing this to come on stream shortly", said President Barroso. Cyberspace cooperation, "a crucial ingredient for the creative economy, for individuals and SMEs, to blossom and grow", was discussed as well.

The EU and Korea want to further develop their partnership beyond the bilateral context. Economic recovery, climate change, the new framework for sustainable development in a world post-2015, and regionally based security threats were also on the agenda. On this last issue, President Barroso said "we appreciate Korea's commitment to regional stability, through the East Asia initiative and Korea's 'trust politik' vis à vis its neighbours" and he gave "full support for a safe, secure and denuclearised Korean peninsula".

Read the press statement

Video: press conference

Video: EU-Republic of Korea Summit opening remarks

Eurostat news release

Press release: Seventh EU-Republic of Korea Summit

EU relations with the Republic of Korea

Watch the video

La Commission européenne rencontre le gouvernement portugais

Le collège des commissaires recevait aujourd’hui une délégation du gouvernement portugais, menée par le premier ministre Passos Coelho. Les discussions ont porté sur le programme portugais d’ajustement et l’approfondissement de l’Union économique et monétaire. La politique industrielle de l’UE et l’agenda de compétitivité, ainsi que le prochain budget de l’UE, firent également partie des points traités.

06/11/2013

President Barroso

Le président Barroso confirma au premier ministre Passos Coehlo le soutien continu de la Commission européenne au Portugal au cours de la crise. Il nota que des mesures comme la prolongation des délais, des taux d’intérêts abaissés et un meilleur usage des fonds structurels avaient déjà adouci l’impact du programme d’ajustement du pays.

Le président a également loué les efforts du gouvernement portugais pour compléter le programme d’ajustement et mettre le pays sur la bonne voie. Ce programme de réformes est une condition préalable nécessaire pour un retour durable du pays sur les marchés.

Pour la première fois en deux ans, l’économie portugaise a amorcé une reprise, atteignant une croissance de +1.1% au deuxième trimestre 2013. Dans ses prévisions d’automne, la Commission a confirmé que le PIB du Portugal en 2013 avait moins baissé que ce qui avait été prévu. Le Portugal gagne également des parts de marché dans les exportations, pour la troisième année consécutive. « Nous ne pouvons pas mettre en péril tout ce que nous avons réalisé jusqu’ici », a déclaré le président.

Le président nota ensuite que le chômage reste une préoccupation majeure. Le président mentionna également la modernisation de l’industrie portugaise, et plus particulièrement la création de nouvelles entreprises, dirigées par des patrons plus jeunes et plus qualifiés.

Le président Barroso pense que le Portugal sortira grandi de cette crise. La croissance, a déclaré le président, doit davantage s’ancrer dans des réformes structurelles et moins dans la dette extérieure. Il insista aussi sur le fait que le Portugal a besoin de regagner confiance, prouvant de la sorte que le pays est apte à répondre à ses obligations. C’est pourquoi il est essentiel d’atteindre un large consensus politique et social.

Les réformes de compétitivité furent également discutées. Pour la Commission européenne, le financement de l’économie est une priorité, étant donné que l’accès au crédit reste encore trop limité. L’approfondissement de l’UEM, ainsi que des mesures visant à lutter contre le chômage et créer des emplois nouveaux, furent également discutés.

Le président a annoncé que le Portugal bénéficierait de € 19.6 milliards pour des investissements effectués dans le cadre du budget de l’UE 2014-2020.

Visionner la vidéo

Lire le discours (en portugais)

Rencontre avec les représentants d’organisations philosophiques et non-confessionnelles

Le président de la Commission européenne, M. Barroso, organise mardi une 9ème rencontre avec une vingtaine de représentants d’organisations philosophiques et non-confessionnelles, au siège de la Commission à Bruxelles. Ce rassemblement de haut niveau, qui se tient dans le contexte de l’Année européenne des citoyens 2013, est organisé sous l’entête « Placer les citoyens au cœur du projet européen en ces temps de changement ».

05/11/2013

family photo © EU

En suite de la réunion, à 13h30, M. Barroso, président de la Commission, M. Van Rompuy, président du Conseil européen, et M. Surján, vice-président du Parlement européen, tiendront une conférence de presse commune, retransmise en direct sur EbS.

Pour davantage d’informations sur le dialogue de la Commission européenne avec les organisations philosophiques et non-confessionnelles, les églises et les communautés religieuses, veuillez consulter :

http://ec.europa.eu/bepa/activities/outreach-team/dialogue/index_fr.htm

Des informations complémentaires sur l’Année européenne des citoyens 2013 sont disponibles sur le site dédié.

Communiqué de presse

Liste des participants

Déclaration du président Barroso

President Barroso holds the "First Frankfurt speech on Europe"

On Tuesday, 5th November, President Barroso held the "First Frankfurt speech on Europe" in St. Paul's Church in Frankfurt. He stressed that the European Union is first and foremost a community of values.

05/11/2013

President Barroso

President Barroso highlighted that the current financial and economic crisis is a political stress test for the European community and that its solution will depend primarily on the European leaders' political will.

Acknowledging Germany's efforts towards securing and maintaining solidarity in the EU, he also stressed that continued efforts for solidarity and responsibility are essential. "Germany, under the leadership of Chancellor Merkel, has shown its political will and this deserves its full recognition." President Barroso welcomed the commitment of Germany's main political forces: "My message to you is very simple: Keep it. Do not allow any doubts to emerge."

He furthermore encouraged the next German government to remain committed to the European project: "Germany will have to play an imminently crucial role in all this. Being the biggest economy in the Euro Area and the EU as a whole, Germany will have to assume the highest degree of leadership for this endeavour".

Read the speech

Watch the video

« La culture est le fil qui nous relie »

Lundi matin, le président Barroso participait à l’ouverture de la 3ème édition du Forum européen de la culture au BOZAR de Bruxelles. Au cours de son discours, il a déclaré que « la culture est le ciment qui lie l’Europe. Elle constitue une part importante des fondements mêmes du projet européen et doit rester fermement ancrée dans nos idéaux, si nous voulons pouvoir parvenir à une Europe plus unie, plus forte et plus ouverte. »

04/11/2013

President Barroso

Le président Barroso a expliqué que la culture et les industries créatives représentent jusqu’à 4,5% du PIB européen et plus de 8 millions d’emplois, qui ont mieux résisté à la crise que les emplois d’autres secteurs de nos économies.

Il a ajouté que la Commission avait proposé un budget de € 1,8 milliard pour le nouveau programme Europe créative. Le budget approuvé s’élève à € 1,46 milliard, ce qui représente une hausse de 9% par rapport aux actuels niveaux de financement.

Lire le discours dans son entièreté

Visionner la vidéo

President Barroso's tribute to Tadeusz Mazowiecki, a great Pole and European

On Sunday 3 November President Barroso attended the state funeral of Tadeusz Mazowiecki, former prime minister of Poland. He joined the mourners in Warsaw to personally pay his tribute to Mr Mazowiecki and "to thank this great Pole and European for what he did to build a new, democratic Poland and for his contribution to a new and re-unified Europe".

03/11/2013

Tadeusz Mazowiecki and José Manuel Barroso at the “Citizens' Dialogue” debate in Warsaw on 11 July 2013 © EU

The President recalled that Mr Mazowiecki was the first non-communist to head an Eastern Bloc nation since the late 1940s, "even before the fall of the Berlin wall, which became the world famous symbol of European unification and of the end of the Yalta order."

"Not many remember that on the day when the wall was falling in Berlin, the German chancellor Helmut Kohl was meeting in Warsaw with Tadeusz Mazowiecki", the President said.

He highlighted Mr Mazowiecki's role in the transition to democracy in Central and Eastern Europe:

"It is well known that Mazowiecki was one of the architects of the now famous "round table" talks. But he was more than that: he left his strong mark on the Polish model of transition from a communist authoritarian regime to a free, democratic state system with a market economy. It was a revolution. But Mazowiecki was not at all a revolutionary", he said.

"The model of transformation that he defended was based on mediation, negotiation, consensus and political long-sightedness. Today we can say that Mazowiecki was a typically centrist politician, which is a position in the political spectrum I understand very well. He chose a path of wisdom and moderation for Poland, which proved the most effective", President Barroso added.

"It is worth reminding people in Europe today that the Poland's peaceful transition to liberty, democracy and European values became a real textbook case for all of the emerging democracies in Eastern and Central Europe. Mazowiecki’s contribution to European democracy and to the unity of Europe is unforgettable", the President said.

He also mentioned Mr Mazowiecki's engagement both as an intellectual and a politician: "Mazowiecki knew how to combine in one person two approaches that are usually very difficult to reconcile: he was an intellectual and an active politician. Like Geremek, like Havel, he proved that it was possible to serve the common interest by marrying the intellectual pursuit of truth and justice with the determination and astuteness required for effective political action", President Barroso said.

"This is precisely what we need today in Europe: to have a long-term vision of European integration and to find a new narrative for this European project that has no equivalent anywhere in the world", the President said.

The President also brought up Mr Mazowiecki's work in the former Yugoslavia and his determination to defend European values:

"Mazowiecki was a great defender of the values that are so dear to Europe and a promoter of a certain idea of human solidarity and political responsibility. Not only in Poland, not only in the EU. For a lot of people in Europe his name remains linked to his mission as a high representative at the United Nations for the former Yugoslavia. After the Srebrenica massacre in 1995, he resigned from his mandate to protest against the passiveness of the international community when it came to the violation of human rights and humanitarian law", President Barroso said.

"For Mazowiecki, the promises made to people cannot be broken, values cannot be betrayed. Coming from Poland, he refused to accept the views of some that what was happening in former Yugoslavia, in Srebrenica, was a marginal, rather exotic political problem on a world scale", he added.

President Barroso said that, today, Slovenia and Croatia, two states of the former Yugoslavia are members of the European Union and that negotiations are ongoing with others. "I remember Mazowiecki saying that there is nothing real about ‘realpolitik’. I keep it also in mind when the decisions are taken about Syria, about Lampedusa", he said.

He recalled his last meeting with Mr Mazowiecki, at the citizens' dialogue in Warsaw, on 11 July 2013, when he received a message to take back to Brussels. "When I met Tadeusz Mazowiecki last time, he wished that Europeans took a greater sense of shared responsibility for Europe. He also asked me to take from Poland to Brussels the message of optimism", the President said. "He was very right: two essential things we need in Europe are a greater sense of shared responsibility and more confidence, more optimism for our common future, our European destiny."