Chemin de navigation

Discours

Président Barroso : "L’UE continuera à aider le Cap-Vert"

Lundi, le président Barroso a rencontré le président du Cap-Vert, M. Jorge Carlos Fonseca.

30/09/2013

President Barroso and President Jorge Carlos Fonseca © EU

Le président Fonseca du Cap-Vert était en visite à la Commission européenne pour une réunion bilatérale et un déjeuner de travail avec le président Barroso. Durant la réunion, ils ont échangé leurs points de vue au sujet de la situation politique intérieure et économique du pays.

À la fin de la réunion, le président Barroso a souligné l’excellente coopération entre l’UE et le Cap-Vert. Il a annoncé que la Commission européenne avait proposé de ne pas réduire l’allocation nationale du Cap-Vert dans le cadre du 11e Fonds européen de développement, malgré une réduction générale des allocations pour les pays à revenus intermédiaires.

Le président a dit que le Cap-Vert était un exemple de réussite parmi les pays en développement avec une démocratie parlementaire stable et renforcée et qui, malgré un manque de ressources naturelles, était parvenu à devenir un pays à revenus intermédiaires en 2007 et à réaliser d’énormes progrès concernant les Objectifs de développement pour le millénaire. "Je vous félicite, vous et tous les Cap-Verdiens, pour ces résultats", a déclaré le président.

Au sujet du commerce, le président a dit : "Je félicite le Cap-Vert pour sa candidature au régime commercial du Système européen de préférences généralisées (SPG+), qui reflète les excellentes relations commerciales et politiques entre le Cap-Vert et l’UE." L’acte par lequel le Cap-Vert bénéficiera des préférences SPG+ est actuellement examiné par le Conseil et le Parlement européen. Le président a ajouté : "Nous espérons que cet acte entrera en vigueur le plus rapidement possible, afin que les nouvelles préférences SPG+ soient déjà d’application pour le Cap-Vert le 1er janvier 2014. Cela stimulera la compétitivité et la diversification de l’économie du Cap-Vert."

Le Partenariat spécial entre l’UE et le Cap-Vert de 2007 va au-delà de la relation classique bailleur-bénéficiaire et comprend six secteurs prioritaires : la gouvernance, la sécurité, la société de l’information, l’intégration régionale, la convergence normative et technique et la lutte contre la pauvreté.

Lire le discours (en portugais)

En savoir plus sur les relations entre l’UE et le Cap-Vert

Vidéo : La conférence de presse

La croissance par l’économie numérique, les télécoms et l’innovation

José Manuel Barroso, président de la Commission européenne, a écrit aux chefs d’État et de gouvernement afin d’expliquer comment exploiter l’économie numérique pour doper la croissance et l’emploi.

27/09/2013

President Barroso

Le président M. Barroso écrit que « les services numériques et les télécommunications sont des moteurs fondamentaux de croissance et de productivité dans tous les secteurs de nos économies. Pourtant, nous n’exploitons pas encore pleinement notre marché des télécommunications et en ligne, et dans ces secteurs dans lesquels l’UE perd du terrain face à ses partenaires internationaux. »

Le Conseil européen d’octobre sera en partie consacré à la contribution que l’innovation, le marché unique des télécommunications et des services en ligne peuvent apporter à la reprise de l’Europe ; le président M. Barroso a envoyé une copie du rapport de la Commission sur l’économie numérique. Il encourage les chefs d’État et de gouvernement à trouver rapidement un accord au sujet des propositions sur la table concernant les réseaux à haut débit, la facturation électronique dans le cadre des marchés publics et l’identification électronique ; les services de paiement, le droit d’auteur et le commerce électronique. Il précise également que les règles de protection des données sont essentielles pour gagner la confiance des citoyens et des entreprises et que celles-ci doivent être adoptées avant la fin de cette législature.

Le président M. Barroso souligne qu’il est crucial d’investir dans la recherche et le développement pour stimuler la croissance, la compétitivité et la création d’emploi, car l’Europe est toujours en retard par rapport à ses concurrents internationaux. Dans sa lettre, il écrit que « …nous devons accélérer les réformes essentielles et structurelles de nos systèmes nationaux de recherche et d’innovation afin d’atteindre nos objectifs relatifs à un Espace européen de la recherche. » La Commission a terminé ses travaux concernant l’indicateur en matière d’innovation, conçu pour aider à mesurer nos performances et lancer la discussion au Conseil européen d’octobre.

Lire la lettre du président de M. Barroso adressée aux chefs d’État et de gouvernement pdf - 272 KB [272 KB] Deutsch (de) English (en)

Lire la lettre dans les autres langues de l’UE

Lire le rapport sur le défi numérique européen pdf - 2 MB [2 MB] Deutsch (de) English (en)

Plus d’informations sur les résultats de l’innovation en Europe pdf - 382 KB [382 KB] Deutsch (de) English (en)

Le président Barroso à New York : « le monde a fait de grands progrès dans sa lutte contre la pauvreté »

Le président de la Commission européenne a fait part du solide et indéfectible engagement de l’UE à éliminer la pauvreté et à atteindre les objectifs du millénaire pour le développement.

25/09/2013

General view of the forum

Le président Barroso assistait mercredi à un évènement spécial des Nations unies sur le thème des objectifs du millénaire pour le développement. L’évènement fut consacré à une accélération du processus d’accomplissement de ces objectifs et à la définition d’une feuille de route visant un accord sur un cadre de développement durable pour l’après 2015.

« Ma vision politique est celle d’un monde où chaque homme, femme et enfant vit dans la dignité et la prospérité ; où les mortalités infantile et maternelle pouvant être évitées sont reléguées aux livres d’Histoire ; où le manque d’accès à l’eau, à l’éducation et aux soins de santé, et l’abus des droits humains fondamentaux appartiennent au passé ; mais aussi un monde dans lequel nous nous unissons pour faire face à nos défis mondiaux communs, comme le changement climatique, et où nous avançons ensemble sur le chemin d’une croissance plus durable. »

Le président a également déclaré que l’Union européenne reste très engagée en faveur des OMD. «  Je suis fier de la contribution de l’Union européenne aux OMD : sur ces dix dernières années, nous avons permis l’accès à de l’eau potable pour 70 millions de foyers supplémentaires. 7,5 millions de naissances furent assistées par du personnel médical qualifié. Grâce à notre soutien, presque 14 millions supplémentaires de filles et garçons ont bénéficié d’une éducation primaire », a ajouté le président.

À l’avenir, les voies parallèles de l’élimination de la pauvreté et de la réalisation du développement durable devront évoluer conjointement, afin d’atteindre un cadre post-2015 unique, complet et ambitieux.

Updated 23 September

Mardi, le président Barroso prononçait un discours au premier Forum politique de haut niveau sur le développement durable.

Dans ce discours, le président Barroso a déclaré : « La pauvreté n’est pas seulement moralement répréhensible, elle est aussi non durable sur le plan économique. La détérioration de l’environnement n’est pas seulement écologiquement répréhensible, elle est aussi destructrice sur le plan économique. Et toutes deux sont inacceptables sur le plan politique. »

Concernant le nouveau Forum, le président s’est exprimé sur le fait que l’UE « continuera de soutenir les efforts essentiels du Forum politique de haut niveau pour mieux intégrer les trois dimensions du développement durable. » « Le développement durable doit se retrouver au cœur d’un système des Nations unies mieux coordonné », a-t-il ajouté.

La création de ce premier Forum politique de haut niveau sur le développement durable fut décidée lors de la Conférence de Rio+20. Ce forum va offrir au développement durable, un leadership politique, une direction et des recommandations, et permettra un suivi et un examen des progrès accomplis dans la mise en œuvre des engagements pris en matière de développement durable.

Les assemblées de ce Forum se tiendront tous les quatre ans sous l’égide de l’assemblée générale des chefs d’État et de gouvernement, et tous les ans sous l’égide de l’ECOSOC.

Évènement sur les objectifs du millénaire pour le développement – lire le discours

Page web de l‘évènement

Forum sur le développement durable – lire le discours

Vidéo de l’ONU au sujet du Forum

Plus d’informations au sujet du Forum politique de haut niveau

President of the European Commission José Manuel Barroso receives the Charles V European Award

The European Academy of Yuste Foundation announced today in Mérida that the 'Charles V European Award' will be given to President of the European Commission José Manuel Barroso.

23/09/2013

President Barroso

The award recognizes the work of people whose efforts and dedication contribute to the general knowledge of the cultural, scientific and historic values of Europe, as well as the process of unification of the European Union.

President Barroso expressed his appreciation and stated that "it is a great honour for me to receive this award. I want to congratulate the European Academy of Yuste Foundation for their important work and contribution to the European project. This is an award that recognizes the winners' work and dedication to Europe and for Europe and this is for me, as president of the European Commission, especially felt and appreciated. "

The 'Charles V European Award' is awarded by the Board of the European Academy of Yuste Foundation on the basis of a proposal by a jury, which is appointed for that purpose and composed of renowned personalities in different cultural areas of Europe.

Fundación Academia Europea de Yuste

Message conjoint au président du Kenya Uhuru Kenyatta

Le président de la Commission européenne Barroso et le président du Conseil européen Van Rompuy ont envoyé un message commun au président du Kenya Uhuru Kenyatta déclarant :

23/09/2013

Kenyan flag

Lire le message dans son intégralité

Rencontre avec le groupe Stoiber : un vibrant appel à redoubler d’efforts pour réduire les formalités administratives

« L’Union européenne doit être très visible sur les grands enjeux, plus discrète sur les questions de moindre importance ». Peu de temps après son discours sur l’état de l’Union, le président Barroso a rencontré le groupe Stoiber et discuté des options possibles pour poursuivre la réduction de la charge administrative sur les entreprises de sorte à stimuler la croissance et l’emploi.

19/09/2013

President Barroso

Le président Barroso a déclaré : « Au cours des cinq dernières années, la Commission a pris des mesures qui ont permis de réduire de € 32,3 milliards par an les formalités administratives pesant sur les entreprises de l’UE. Nous devons coopérer étroitement avec les États membres pour que ces économies se traduisent véritablement par un allègement de la charge des entreprises. Au début du mois d'octobre, la Commission présentera les prochaines étapes de la stratégie engagée pour adapter la législation de l’UE à ses objectifs et alléger la charge des entreprises, en particulier celle des PME. Ces mesures sont indispensables pour remettre l’Europe sur les rails et générer plus de croissance et d’emploi. »

Parmi les mesures concrètes adoptées à ce jour figurent le passage à un système entièrement électronique de facturation de la TVA et la réduction du nombre d’entreprises devant fournir des données pour les statistiques sur les échanges intracommunautaires. La dernière initiative en date, adoptée en juin de cette année, simplifie encore les règles comptables pour les petites entreprises, avec une économie estimée à € 1,5 milliard par an.

Citation du discours de sur l’état de l’Union du 11 septembre 2013 : « J’attache beaucoup d’importance à la subsidiarité. Pour moi, la subsidiarité n'est pas un concept technique. C'est un principe démocratique fondamental. Une union sans cesse plus étroite entre les citoyens européens exige que les décisions soient prises de manière aussi transparente que possible et au niveau le plus proche possible des gens. Tous les problèmes ne doivent pas être réglés au niveau européen. L’Europe doit se concentrer sur les domaines où elle peut apporter une valeur ajoutée maximale. Lorsque cela n’est pas le cas, elle ne devrait pas intervenir. L’Union européenne doit être très visible sur les grands enjeux, plus discrète sur les questions de moindre importance; c’est là quelque chose que nous avons peut-être parfois négligé par le passé. L’UE doit montrer qu’elle a la capacité de fixer des priorités à la fois positives et négatives. Comme tout gouvernement, nous devons veiller en particulier à la qualité et à la quantité des règles que nous adoptons, car, pour citer Montesquieu, « les lois inutiles affaiblissent les lois nécessaires ». Mais il y a des domaines d’importance majeure où l’Europe doit être plus intégrée et plus unie. Où seule une Europe forte peut donner des résultats. »

Lire le communiqué de presse

Lire davantage au sujet des initiatives de la Commission visant à réduire les formalités administratives et alléger la charge réglementaire

Lire davantage au sujet du groupe de haut niveau sur les charges administratives

Le président Barroso rencontre le président du Kirghizstan Atambaïev et annonce un soutien supplémentaire

Le président Barroso accueillait aujourd’hui à la Commission européenne Almazbek Atambaïev, président du Kirghizstan.

17/09/2013

President Barroso

Le Kirghizstan est un important partenaire de l'UE dans la région stratégique de l'Asie centrale.

Le président Barroso a déclaré que « l'UE apprécie grandement le choix stratégique du Kirghizstan de poursuivre les réformes politiques et économiques et de consolider un système multipartite démocratique » et a souligné « la récente adoption d'une stratégie nationale de développement durable ».

La promotion de l’État de droit, en particulier les principes de transparence et de responsabilité, fut aussi un thème central à l'ordre du jour. Après leur rencontre, les deux présidents ont assisté à la signature d'un accord pour la promotion du respect de l’État de droit au Kirghizstan, accord renforcé d’un engagement financier de € 13,5 millions.

Concernant le développement économique, le président a déclaré que « la reprise économique du Kirghizstan cette année - comme vous le savez, on y attend une croissance de 7,4% - est très encourageante ». L'UE est « déterminée à soutenir le Kirghizstan dans ces efforts, notamment en fournissant une assistance macro-financière pour un montant total de € 30 millions dans les mois à venir », a-t-il ajouté.

Lire la déclaration du président Barroso

Regarder la vidéo du point presse

Le président Barroso au premier ministre Rama : « L’avenir de l’Albanie est au sein de l’Union européenne »

Le président Barroso accueillait aujourd’hui le premier ministre albanais, Edi Rama, à la Commission européenne afin de discuter des prochaines étapes du processus d’intégration de l’Albanie dans l’UE.

17/09/2013

Edi Rama, on the left, and José Manuel Barroso

Ils se sont concentrés sur l’état d’avancement de l’engagement du pays à se réformer en vue de son intégration au sein de l’UE.

Après leur rencontre, le président Barroso a déclaré: « Permettez-moi d’être clair quant à la perspective stratégique : L’avenir de l’Albanie est au sein de l’Union européenne. J’ai confiance dans le potentiel de l’Albanie, ainsi que dans sa capacité et son engagement à remplir les critères et à progresser, pas à pas, dans la direction européenne. »

Le président Barroso a reconnu que « l’Albanie a déjà fait des progrès dans le sens de cet objectif, en atteignant des résultats de réforme solides » et il a appelé à « engagement continu, et je sais que les citoyens albanais sont fortement favorables à l’intégration européenne, à un dialogue politique constructif ». Sur le plan économique, il a dit que « des réformes structurelles sont nécessaires afin de garantir une croissance à long terme et d’améliorer l’environnement pour les affaires et les investissements. »

L’Albanie, aux côtés d’autres pays des Balkans occidentaux, était reconnue potentiel pays candidat à l’adhésion à l’UE en 2003 et présentait officiellement sa demande d’adhésion en avril 2009. En octobre 2012, la Commission recommandait que soit octroyé à l’Albanie le statut de candidat à l’UE, sous réserve qu’elle applique des mesures essentielles de réforme de l’administration publique et judiciaire et de révision des règles de procédure parlementaire.

Lire la déclaration du président Barroso

Regarder la vidéo au point presse

Voir la vidéo de la rencontre

Le président Barroso accueille la présidence grecque 2014 comme un signe positif

Le président Barroso accueille la présidence du Conseil par la Grèce en 2014 comme une confirmation d’un renouveau de la confiance dans ce pays. « Monsieur le premier ministre Samaras, il y a de cela un an, les oiseaux de mauvaise augure prédisaient que la Grèce devrait quitter l'euro », a déclaré le président Barroso, s’adressant au premier ministre grec, Antonis Samaras, lors d'une conférence de presse mardi à Bruxelles.

17/09/2013

Antonis Samaras, on the left, and José Manuel Barroso

« Votre leadership et la détermination du peuple grec leur ont prouvé qu’ils avaient tort. Non seulement ça, mais en plus nous voyons aujourd'hui de meilleurs signes pour l'avenir. Et vous allez bientôt endosser la responsabilité de la présidence du Conseil de l'Union européenne. Je me réjouis de travailler avec vous en ces temps décisifs pour l'Europe », a-t-il déclaré.

Le président Barroso a rencontré Mr. Samaras à Bruxelles pour discuter de la présidence, qui débutera en janvier 2014. Ils ont également traité de l'évolution de l'économie grecque et du programme d'aide financière qui, selon le président Barroso, « produit des résultats positifs ». Cependant, il a indiqué que des efforts supplémentaires seraient nécessaires pour consolider les acquis du programme. « La situation économique est encore fragile et c’est le moment, non pas de lâcher le volant, mais de retrousser nos manches », a-t-il souligné, ajoutant que la Commission « reste aux côtés » du peuple grec pendant cette période difficile. "Je sais que les citoyens grecs évoluent dans des circonstances extrêmement difficiles, mais je crois que maintenant nous pouvons dire qu'il y a de la lumière au bout du tunnel », a-t-il ajouté.

Il a offert au premier ministre Samaras le soutien de la Commission à l'approche de et pendant la prochaine présidence. « La présidence grecque jouera un rôle important en veillant à ce que des dossiers législatifs importants aboutissent au sein du Conseil dans les premiers six mois de 2014 qui seront cruciaux », a annoncé le président Barroso. « Je suis sûr que d'ici là, nous ferons également des progrès dans l'obtention de résultats concrets. »

Lire la déclaration du président en suite de la rencontre

Regarder la vidéo

Le président Barroso annonce une aide supplémentaire de 650 million d’euros pour la Somalie

Aujourd’hui, le président Barroso a rencontré Hassan Sheikh Mohamud, président de la Somalie, avant la conférence « Un New Deal pour la Somalie ». La Commission européenne s’engage à investir 650 millions d’euros en soutien à ce pays.

16/09/2013

President Barroso

« La Somalie a fait des progrès importants cette année et cette conférence constitue la reconnaissance de cette avancée. Elle atteste aussi de l’engagement de l’Union européenne pour l’avenir de ce pays et de la confiance que toute la communauté internationale témoigne pour le peuple somalien », a déclaré le président après la réunion bilatérale.

Depuis 2008, l’UE a fourni plus de € 1,2 milliard (€ 521 millions en aide au développement et € 697 millions en sécurité et contre-piraterie) pour répondre aux besoins fondamentaux des populations somaliennes et améliorer la sécurité du pays.

Au travers de son action en Somalie, l’UE a formé 7 000 officiers de police et 170 agents de l’ordre, dispensé à plus de 40 000 élèves un enseignement de base, primaire et secondaire, formé 4 000 enseignants (dont près de 30% de femmes) et donné accès à de l’eau à 700 000 personnes et à des installations sanitaires de base à 80 000 personnes.

Après leur rencontre, le président Barroso a remercié le président Mohamud pour « son leadership et sa maîtrise dans ce processus de paix, de stabilité et de prospérité » et a ajouté que l’UE « continuera à s’engager fermement pour une stabilisation du pays ».

« L’adhésion de la Somalie aux accords de Cotonou », dit-il, « marque le début d’un nouveau chapitre dans nos rapports – et cela démontre que la Somalie a retrouvé son statut de membre à part entière de la communauté internationale. Grâce à ça, nos relations peuvent désormais reposer sur de solides bases contractuelles ».

Le président Barroso a clôturé cette conférence des donateurs aujourd’hui à 16h30. Son discours est diffusé sur EbS.

Lire les points de discussion

Regarder la vidéo du point presse

Site web de la conférence

Lire plus au sujet de l’aide au développement de l’UE en Somalie

Regarder la vidéo

Le président Barroso soutient vivement « Un New Deal pour la Somalie »

Le président Barroso prononçait lundi son discours de clôture à la conférence « Un New Deal pour la Somalie ». Lors de cette conférence, 50 donateurs bilatéraux et multilatéraux s’engageaient pour un montant total de € 1,8 milliard.

16/09/2013

Le président Barroso, la vice-présidente Ashton et Hassan Sheikh Mohamud, président de la Somalie © UE

Les promesses de dons se sont élevées à € 1,8 milliard, dont € 650 millions de la part de la Commission en soutien à ce pays.

« Nous pouvons dire que la conférence de Bruxelles fut un succès et nous sommes fiers de faire partie de cet effort. La conférence a été l’occasion de souligner l’engagement du peuple somalien à travailler ensemble, et souligner à quel point la communauté internationale est solidaire avec la Somalie pour l’aider à atteindre ses objectifs », a déclaré le président dans son allocution de clôture.

Le mois de septembre 2012 a vu la fin de huit années de transition en Somalie, avec la passation pacifique du pouvoir à un nouveau gouvernement fédéral. L’objectif de cette conférence était de soutenir la dynamique positive en Somalie, afin de garantir que le pays reste sur la voie de la stabilité et de la paix et apporte prospérité à sa population. Le New Deal est le moteur de ce processus.

Lire le discours

Regarder la vidéo du discours

Site web de la conférence

Lire plus au sujet de l’aide au développement de l’UE en Somalie

Lire la déclaration du président Barroso à la suite de sa rencontre avec Hassan Sheikh Mohamud, président de la Somalie

Regarder la vidéo de la conférence

Plaidoyer pour l'Europe

Dans son discours sur l'état de l'Union en 2013, le président Barroso exhorte «tous ceux qui se soucient de l’Europe, d’où qu’ils viennent, peu importent leurs convictions politiques ou idéologiques, à parler haut et fort en faveur de l’Europe».

11/09/2013

President Barroso in the European Parliament © EU

Cinq ans exactement après la chute de Lehman Brothers, le président Barroso rappelle dans son discours le chemin parcouru depuis lors. «Regardons en arrière et voyons ce que nous avons accompli pour que l’Europe reste unie tout au long de la crise: nous n’aurions jamais pensé tout cela possible il y a cinq ans», affirme-t-il. «L’important, à présent, est de décider ce que nous allons faire de ces avancées. Allons-nous nous en réclamer fièrement ou, au contraire, les décrier? Allons-nous y puiser la confiance nécessaire pour poursuivre ce que nous avons engagé ou, au contraire, minimiser le fruit de nos efforts?»

M. Barroso assure qu'au vu des chiffres et des évolutions observées aujourd'hui, l'Europe a de bonnes raisons d'être confiante. «Pour l’Europe», dit-il, «la reprise est en vue. Naturellement, nous devons rester vigilants. Mais les résultats prouvent que nous sommes sur la bonne voie. Cela doit nous inciter à ne pas relâcher nos efforts. Nous le devons à tous ceux pour lesquels l’embellie n’est pas encore en vue, à tous ceux auxquels les améliorations constatées ne profitent pas encore. Nous le devons à nos 26 millions de chômeurs.»

Le président a lancé un appel à davantage d'intégration européenne face aux évolutions mondiales: «Alors que notre planète connaît de profondes mutations géo-économiques et géopolitiques, j’ai la conviction que ce n’est qu’ensemble, en tant qu’Union européenne, que nous pourrons offrir à nos concitoyens ce à quoi ils aspirent: la protection et la promotion de nos valeurs, de nos intérêts et de notre prospérité à l’heure de la mondialisation.»

Le président affirme que le débat en cours dans toute l’Europe se résume, en définitive, à la question suivante: «Voulons-nous améliorer l’Europe, ou y renoncer?»

«Ma réponse est claire», poursuit-il: «Engageons-nous! Si l’Europe ne vous plaît pas comme elle est, améliorez-la! Comme toute entreprise humaine, l’Union européenne n’est pas parfaite. Les controverses sur la répartition des tâches entre les niveaux national et européen ne seront jamais définitivement closes. Tous les problèmes ne doivent pas être réglés au niveau européen. L’Europe doit se concentrer sur les domaines où elle peut apporter une valeur ajoutée maximale. Lorsque cela n’est pas le cas, elle ne devrait pas intervenir. L’Union européenne doit être très visible sur les grands enjeux, plus discrète sur les questions de moindre importance.»

Enfin, le président Barroso a clairement rappelé que la nécessité d'approfondir l'Union économique et monétaire reste une priorité: «Il y a des domaines d’importance majeure où l’Europe doit être plus intégrée et plus unie. Où seule une Europe forte peut donner des résultats. L’union politique doit être notre cap. Ce n’est pas seulement la demande d’un Européen passionné. C’est la voie à suivre indispensable pour consolider les progrès accomplis et assurer l’avenir.»

Watch the recorded Euronews/Google+ Hangout with citizens (all languages)

Discours sur l'état de l'Union 2013 – Président Barroso

Site web: discours sur l'état de l'Union

Sommet du G20 : « Objectifs de l’UE largement atteints »

« Nous sommes heureux de constater que les objectifs de l'Union européenne pour ce sommet ont été largement atteints », ont déclaré le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, et le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, dans leur déclaration commune sur les résultats du sommet du G20.

06/09/2013

President Barroso

Les présidents Barroso et Van Rompuy ont représenté l’Union européenne au sommet du G20 qui s’est tenu cette année les 5 et 6 septembre à Saint-Pétersbourg.

« L’Union européenne a fait part de sa confiance, au G20 de cette année, quant à l’exécution de ses engagements et quant aux effets positifs de sa réponse d’ensemble à la crise, qui commencent à se faire sentir, bien qu’il ne faille pas relâcher les efforts », ont déclaré les deux présidents.

Les membres du G20 ont admis que l’UE avait tenu ses engagements substantiels de Los Cabos en 2012.

« Ils nous ont encouragés à poursuivre l’exécution de notre réponse globale à la crise, y compris l’adoption rapide et la mise en œuvre d’une union bancaire. Les doutes ont été dissipés et nos partenaires du G20 ont reconnu à l’Union européenne sa volonté déterminée de tirer les bonnes leçons de la crise », ont indiqué les présidents Barroso et Van Rompuy.

Les dirigeants ont aussi adopté le Plan d’action de Saint-Pétersbourg pour la croissance et l’emploi, incluant des contributions concrètes de l’ensemble des membres du G20.

Les présidents Barroso et Van Rompuy ont en particulier « salué les discussions très constructives concernant la situation des économies émergentes, ainsi que la volonté de tous de s’engager dans des solutions collaboratives et d’examiner les potentielles retombées de la conception et de la mise en œuvre de politiques nationales de croissance, de même que la volonté de s’attaquer aux questions structurelles directement dans les pays concernés. »

Ce sommet du G20 a également renforcé la tendance mondiale vers une fiscalité plus juste grâce à un accord sur la mise en œuvre d’un échange automatique d’informations fiscales entre les membres du G20 à compter de 2015 – tel qu’exigé par l’UE – et les dirigeants ont souscrit au travail de l’OCDE de lutte contre l’érosion fiscale et les transferts de bénéfices.

Les deux présidents ont constaté avec satisfaction que le G20 avait bien progressé dans le domaine de la régulation financière, notamment avec sa gestion des risques du système bancaire parallèle.

En matière de commerce, les présidents Barroso et Van Rompuy ont accueilli l’engagement anti-protectionniste du G20 d’étendre la clause suspensive de Toronto jusqu’en 2016 comme une « très bonne nouvelle ».

Vidéo du sommet

Résultats du sommet du G20 : Déclaration commune des présidents Barroso et Van Rompuy

Déclaration du président Barroso à la veille du sommet du G20 à Saint-Pétersbourg

Communiqué de presse : Les plans de la Commission pour maîtriser les risques du système bancaire parallèle

Photos et vidéos de l’évènement

Plus d’informations sur le G20

Le Cinquantenaire de la disparition de Robert Schuman

Le Président Barroso a fait une déclaration aujourd'hui pour le 50e anniversaire de la mort de Robert Schuman.

04/09/2013

Robert Schuman

Dans sa déclaration, le Président a souligné:

"Il y a 50 ans disparaissait Robert Schuman dont la célèbre déclaration a fondé l’Union européenne d’aujourd’hui.

Son appel à la réconciliation entre Européens résonne encore avec force. Au nom de la Commission européenne et en mon nom personnel, je veux rendre hommage à sa mémoire et témoigner notre respect et notre gratitude.

Allemand de naissance devenu citoyen français après la Grande Guerre, Robert Schuman était surtout un Européen de cœur et de conviction.

Ce Père Fondateur plaçait la solidarité et la coopération au cœur de sa vision d'une Europe pacifiée, moderne et confiante en son avenir.

Solidarité et coopération doivent rester au cœur de notre action. Dans un monde qui devient de moins en moins européen, soyons de plus en plus Européens!

La déclaration Schuman s'ouvre sur ces mots : "La paix mondiale ne saurait être sauvegardée sans des efforts créateurs à la mesure des dangers qui la menacent". A l'ère de la mondialisation, nous devons mettre toute notre intelligence, notre énergie et notre cœur pour défendre la paix et la démocratie, la liberté et la justice en Europe et dans le monde."

Message to the Jewish Community on Rosh Hashanah 2013

President Barroso sent a message to the Jewish Community on the occasion of the Rosh Hashanah holiday.

04/09/2013

A shofar, symbol of the Rosh Hashanah holiday (Olve Utne, wikipedia)

Read the message here pdf - 12 KB [12 KB] English (en)

Le président Barroso appelle à une « Europe unie, forte et ouverte »

Le président de la Commission européenne a prononcé un discours à la conférence annuelle des chefs de délégation, organisée par le Service européen pour l'action extérieure.

03/09/2013

Le président Barroso © UE

Aujourd'hui, le président José Manuel Barroso a prononcé un discours à la conférence annuelle du Service européen pour l'action extérieure.

Le président Barroso a remercié les chefs de délégation et le personnel de la Commission et du SEAE travaillant dans les délégations de l'UE à travers le monde, pour leur excellent travail « dans un monde où la taille compte et l'échelle est un atout ». « Notre Europe ne réussira que si elle reste unie, forte et ouverte sur la scène internationale », a-t-il ajouté.

Au sujet de la Syrie, le président a déclaré que cela « continue d’entacher la conscience mondiale ; nous assistons à des choses que nous croyions pourtant longtemps éradiquées du comportement humain. L'utilisation d'armes chimiques est un acte odieux que nous devons fermement condamner. Cela ne peut passer inaperçu et rester impuni. Mais nous devons aussi nous préoccuper d’une résolution d’ensemble pour ce conflit. Les chances d’une paix s'estompent rapidement, il est de notre devoir collectif de la restaurer ».

Le président de la Commission européenne a également souligné d'autres points tels que la réponse de la Commission à la crise, la dimension sociale de l'UE et le rôle de l'UE face aux défis mondiaux.

Lire le discours : une Europe unie, forte et ouverte

Regarder le discours