Chemin de navigation

Discours

Conseil européen des 27 et 28 juin 2013

"Cela a été un sommet positif pour l'Europe", a déclaré le président Barroso lors de la conférence de presse conjointe qui s’est tenue à l'issue du Conseil européen.

28/06/2013

Le président Barroso a souligné que lors de ce Conseil européen, des "décisions ont été prises qui changeront le cours des choses pour notre économie et les perspectives d'emploi de nos citoyens, en particulier les jeunes".

La deuxième journée du Conseil européen a été axée sur l'Union économique et monétaire, et en particulier sur l'Union bancaire. Le président Barroso a souligné que "nous avons mis plein cap sur l'union bancaire. Et cette semaine, un grand pas en avant a été franchi avec l'accord du Conseil concernant une approche commune visant à faire face aux faillites bancaires sans compter sur l'argent public. Nous devons le finaliser au plus tard à la fin de l'année, après la conclusion d'un accord complet entre le Conseil et le Parlement. La Commission européenne présentera sa proposition en faveur d'un mécanisme de résolution unique au cours de ces deux prochaines semaines. Celui-ci permettra d'assurer efficacement le processus décisionnel européen concernant les banques en difficulté dans le cadre du mécanisme de surveillance unique."

Il a souligné qu'"il s'agit de s'assurer que ce sont les banques qui paient leurs erreurs, et non pas les citoyens".

Le président Barroso a également présenté les importantes décisions qui ont été prises sur l'avenir de l'élargissement de l'UE et sur la zone euro. "La zone euro comptera un membre supplémentaire à partir de l'année prochaine: la Lettonie. Nous avons tous félicité très chaleureusement la Lettonie pour ses accomplissements impressionnants", a déclaré le président Barroso.

Il s'est félicité de la décision de fixer une date pour le début des négociations avec la Serbie et dans le même temps, pour l'ouverture de négociations concernant un accord de stabilisation et d'association avec le Kosovo. Il a également annoncé son déplacement à Zagreb, la capitale croate, pour accueillir la Croatie dans la famille de l'Union européenne.

En conclusion, le président Barroso a rendu hommage à la présidence irlandaise et aux résultats impressionnants qu'elle a obtenus, notamment l'accord sur le CFP, le mécanisme de surveillance unique, la réforme de la PAC et la politique de la pêche, les règlements relatifs à Horizon 2020, la garantie pour la jeunesse et le mandat pour les négociations concernant le partenariat de commerce et d'investissement avec les États-Unis.

27/06/2013

"Aujourd'hui, un sommet sur la croissance et l'emploi a eu lieu", a déclaré le président Barroso, commentant les résultats de la première journée du Conseil européen. "Cela a aussi été l'occasion de créer un nouveau consensus pour remettre notre économie sur le chemin de la croissance."

"La réalité est que nos résultats en matière de croissance sont décevants et certaines régions de l'Europe sont dans une situation d'urgence sociale. Nous devons par conséquent faire face à cette situation avec courage et détermination, et je crois qu'une partie de la réponse est la confiance", a déclaré le président.

Le président Barroso a souligné l'approbation des recommandations par pays de la Commission, les décisions concrètes visant à mobiliser des fonds de façon anticipée pour lutter contre le chômage des jeunes et permettre aux petites entreprises d'Europe d'accéder au financement. Il a également déclaré "Une chose est sûre: nous disposons d'un pacte de croissance, mais nous ne pouvons pas le développer sans fonds de croissance. Notre fonds de croissance au niveau européen, c'est évidemment le budget pluriannuel. C'est la raison pour laquelle je suis ravi que nous soyons parvenus à un accord politique ce matin avec le président du Parlement européen et le président du Conseil - l'actuelle présidence irlandaise - sur le prochain budget pluriannuel pour l'Europe. C'est très important à l'heure actuelle, afin que nous disposions de tous les instruments nous permettant d'élaborer les politiques convenues."

Le président Barroso a conclu son allocution en évaluant une journée intense de débats: "les 24 dernières heures constituent une grande réussite, parce que nous avons obtenu du Conseil cette approbation de la directive sur le redressement et la résolution des banques; le Parlement et le Conseil sont parvenus à un accord sur la réforme de la politique agricole commune et aujourd'hui, nous nous sommes également mis d'accord sur le prochain cadre financier pluriannuel et ce Conseil européen a été l'occasion de prendre des décisions très importantes concernant l'emploi des jeunes et le soutien aux petites entreprises. Il s'agit d'une bonne journée de travail pour l'Europe."

President Barroso presents conclusions of the European Council in Strasbourg

Conclusions du Conseil européen, 27 juin 2013

Déclaration complète du président Barroso à l'issue de la deuxième journée du Conseil européen, 27 juin 2013

Déclaration complète du président Barroso à l'issue de la première journée du Conseil européen, 27 juin 2013

Watch the video of the press conference

La Commission lance un appel en faveur d’un nouveau consensus afin de remettre l’économie sur le chemin de la croissance

Œuvrer ensemble pour les jeunes Européens — Un appel à l'action contre le chômage des jeunes

Renforcer l'activité de prêt à l'économie: mettre en œuvre l'augmentation du capital de la BEI et les initiatives conjointes de la Commission et de la BEI

Le pacte pour la croissance et l'emploi — un an après

Suite donnée par la Commission à la consultation "TOP 10" des PME sur la réglementation de l'UE

Courrier du président Barroso aux chefs d'état et de gouvernement et aux présidents du Parlement européen et du Conseil européen en prévision de la réunion du Conseil européen

Lire le schéma d'intervention du président Barroso à l'issue du Conseil européen, 28 juin 2013

Voir la vidéo

Conseil européen, 27 et 28 juin

Le Conseil européen qui se tient à Bruxelles à partir de cet après-midi abordera des mesures concrètes visant à remettre l'Europe sur le chemin de la croissance. Il mettra l'accent sur le chômage des jeunes, l'augmentation du volume de prêts et les petites entreprises.

27/06/2013

© EU

En prévision de la rencontre, la Commission a formulé des recommandations dans chacun de ces domaines, et José Manuel Barroso, président de la Commission, a écrit à tous les chefs d'États et de gouvernement de l'UE, appelant à un consensus à leur sujet.

La lutte contre le chômage des jeunes est une priorité absolue. La Commission propose que les 6 milliards d'euros de l'initiative pour l'emploi des jeunes soient mobilisés de façon anticipée, afin que cette somme soit engagée en 2014 et 2015 plutôt que sur la période de sept ans du CFP.

À présent, l'un des principaux obstacles à la reprise est le manque de crédit normal en faveur de l'économie réelle, notamment des PME. La Commission invitera le Conseil européen à adopter une approche ambitieuse sur cette question.

La création d'un environnement favorable aux entreprises constitue un autre outil important de l'arsenal mis en place. La Commission a adopté une communication visant à s'atteler au "top 10" des textes législatifs les plus contraignants de l'Union, répertoriés par les PME. Cette communication expose de manière détaillée les mesures prises ou à prendre pour résoudre les problèmes posés par chacun de ces textes.

La Commission européenne a également adopté un rapport sur l'état d'avancement de la mise en œuvre du pacte pour la croissance et l'emploi. Un an après, les États membres peuvent encore prendre de nombreuses mesures pour résoudre leurs problèmes, par exemple en libérant le potentiel du marché unique dans des domaines tels que le numérique, l'énergie et la recherche. Ce rapport met en évidence la nécessité d'achever la mise en œuvre de l'acte pour le marché unique I, seules 7 des 12 propositions présentées par la Commission ayant été adoptées par les colégislateurs. La Commission européenne a présenté la plupart des propositions relatives à l'acte pour le marché unique II.

Œuvrer ensemble pour les jeunes Européens — Un appel à l'action contre le chômage des jeunes pdf - 782 KB [782 KB] Deutsch (de) English (en)

Renforcer l'activité de prêt à l'économie: mettre en œuvre l'augmentation du capital de la BEI et les initiatives conjointes de la Commission et de la BEI pdf - 605 KB [605 KB] Deutsch (de) English (en) português (pt)

Le pacte pour la croissance et l'emploi — un an après pdf - 898 KB [898 KB] Deutsch (de) English (en)

Suite donnée par la Commission à la consultation "TOP 10" des PME sur la réglementation de l'UE pdf - 563 KB [563 KB] Deutsch (de) English (en)

Courrier du président Barroso aux chefs d'état et de gouvernement et aux présidents du Parlement européen et du Conseil européen en prévision de la réunion du Conseil européen

Accord politique sur le futur budget de l'UE pour la période 2014-2020

Après leur rencontre ce matin au siège de la Commission, le président Barroso, le président Schulz et le Premier ministre irlandais Kenny ont annoncé un accord politique sur le futur budget de l'Union européenne pour la période 2014-2020.

27/06/2013

Eamon Gilmore, Enda Kenny, José Manuel Barroso, Janusz Lewandowski, Martin Schulz and Alain Lamassoure, Member of the EP (from right to left)

27 juin 2013

Le président Barroso a souligné que cet accord a été possible grâce aux efforts supplémentaires de toutes les parties, et il a déclaré: "C'est positif pour l'Europe, pour les citoyens européens et pour l'économie européenne."

Il a souligné les principaux aspects de l'accord: une souplesse accrue concernant les paiements et les engagements, la mobilisation anticipée des fonds destinés à l'emploi des jeunes, à la recherche, à l'éducation et aux PME, ainsi que la possibilité d'augmenter l'aide accordée aux personnes les plus démunies. Il a également déclaré que l'accord confirme celui qui a été conclu pour le budget rectificatif pour 2013.

Il a également souligné que le pacte pour la croissance examiné lors du Conseil européen d'aujourd'hui ne peut exister sans un fonds pour la croissance et a conclu en ces termes: "Notre fonds de croissance est le budget européen." Il a remercié les représentants des autres institutions pour leur véritable esprit européen.

L'accord doit maintenant être soumis au Parlement européen et au Conseil en vue de son approbation officielle.

Communiqué de presse du président Barroso

Aspects de l'accord politique sur le futur budget de l'Union européenne pour la période 2014-2020

Voir la vidéo du point presse conjoint

Find out more about the original MFF proposal of the European Commission

Good examples of EU funded projects

MFF for dummies

MFF website of the European Commission

MFF website of the European Parliament

MFF website of the Council of the European Union

03/07/2013 Speech by President Barroso at the European Parliament plenary session

12/06/2013 Le président Barroso appelle à un consensus européen pour rétablir la confiance

18/02/2013 Il ne peut y avoir d'accord sur le budget pluriannuel sans le Parlement européen

08/02/2013 Conseil européen: Adoption par les chefs d'État ou de gouvernement du budget pluriannuel de l'UE pour 2014-2020

06/02/2013 Le président Barroso présente la position de la Commission en prévision du Conseil européen sur le budget de l'UE, le commerce et la politique de voisinage

31/01/2013 Le nouveau budget pluriannuel doit disposer de moyens pour faire face aux grands défis sociaux

30/01/2013 "Après avoir calmé l'agitation sur les marchés, il nous reste à redonner espoir à nos citoyens"

Le président Barroso rencontre M. Dačić, Premier ministre serbe

La rencontre a eu lieu après que le Conseil des affaires générales a recommandé au Conseil européen d'ouvrir des négociations d'adhésion avec la Serbie.

26/06/2013

© EU

Le président Barroso et le Premier ministre Dačić ont discuté des progrès réalisés par la Serbie sur la voie la menant à l'Union européenne, ainsi que des prochaines étapes, en particulier la mise en œuvre de l'accord conclu dans le cadre du dialogue facilité par l'UE entre la Serbie et le Kosovo.
 
Le président Barroso a félicité le Premier ministre, son gouvernement et le peuple serbe d'avoir donné lieu à la prochaine phase importante de l'intégration de la Serbie à l'Union européenne.

"Le Premier ministre Dačić a tout mis en œuvre pour atteindre cet objectif, notamment en s'engageant à parvenir à un accord historique concernant le dialogue avec Pristina. Cet accord ouvre la voie à un avenir meilleur pour tous les citoyens de la Serbie et du Kosovo. Et il traduit un esprit européen: le fait de parler et de s'efforcer de parvenir à un compromis ne nous rend pas plus faibles. Au contraire, le fait de construire des ponts nous rend plus forts", a déclaré le président Barroso. "La détermination de la Serbie à effectuer des réformes et à travailler avec ses voisins dans un esprit de réconciliation porte donc ses fruits."

Voir la vidéo

President Barroso meets the Secretary General of the Organisation of Islamic Cooperation

President José Manuel Barroso and the Secretary General of the Organisation of Islamic Cooperation (OIC) Mr Ekmeleddin Ihsanoglu hold talks today in Brussels.

25/06/2013

© EU

The President of the European Commission and the Secretary General of the Organisation of Islamic Cooperation looked at how to improve cooperation between the two organisations. President Barroso welcomed the opening of a new Permanent Observer Mission of the OIC in Brussels which will certainly contribute to a more regular dialogue, increased cooperation and deeper relationship.

The discussion also focused on the Arab awakening and on security challenges in the whole region, from Syria to the Sahel. Both leaders concurred that political polarisation and huge economic and social needs have to be addressed to prevent instability from growing.

President Barroso explained the EU engagement in the Middle East and North African countries through its Partnership for Democracy and Shared Prosperity, whose aim is to support political and economic transition reforms. Respect for democracy, rule of law and fundamental freedoms, including freedom of religion or belief, are key for the success of democratic transformation. The EU has mobilised significant additional resources in grants (around €500M in new grants in 2011-2013 through the SPRING programme) and loans, and has set up Task Forces (with Tunisia, Jordan and Egypt) to facilitate coordinated action for investment in the respective countries.

Regarding Syria, President Barroso said that only a political solution can ensure a stable, inclusive and democratic Syria. The EU strongly supports the joint US-Russia call for a peace conference on Syria in Geneva. The EU is currently the main donor with €900 million committed both in Syria and neighbouring countries in response to the crisis. Recently an additional 400 million were announced by President Barroso to address the appalling humanitarian situation.

President Barroso meets the Secretary General of the Organisation of Islamic Cooperation (OIC), Mr Ekmeleddin Ihsanoglu

Le président Barroso salue le plan d'action pour le climat du président Obama

"Les plans exposés aujourd'hui sont des mesures positives qui permettront de créer un nouvel élan en faveur de l'action internationale sur le climat", a indiqué le président Barroso dans une déclaration avec Connie Hedegaard, commissaire en charge de l'action pour le climat. Ils ont salué l'effort renouvelé du président américain Barack Obama pour lutter contre le changement climatique.

25/06/2013

© EU

Dans cette déclaration, le président Barroso a souligné que l'action pour le climat peut constituer une occasion formidable de moderniser nos économies, de créer des emplois et de la croissance, et d'investir dans les secteurs dynamiques de demain.

"Trouver des solutions mondiales au défi climatique est une responsabilité partagée. Elles ne peuvent voir le jour que si toutes les grandes économies mondiales font preuve de leadership. L'annonce du président Obama contribuera à donner l'assurance au monde qu'il est possible de remporter ce combat si nous luttons ensemble", a-t-il déclaré.

Expliquant l'action climatique de l'UE, le président a déclaré: "L'Union européenne est l'un des chefs de file de l'action en faveur du climat. Nous disposons d'une législation ambitieuse. Nous réduisons nos émissions considérablement, nous développons les énergies renouvelables et nous réalisons des économies d'énergie. Et nous nous préparons pour la prochaine étape: un cadre en matière d'énergie et de climat à l'horizon 2030."

 

Lire la déclaration du président Barroso et de Connie Hedegaard, commissaire chargée de l'action pour le climat

Lire d'autres déclarations récentes sur l'action pour climat et l'énergie: communiqué de presse du Président Barroso

Lire d'autres déclarations récentes sur l'action pour climat et l'énergie: Aucune ville n'est une île

Le président Barroso rencontre M. Larayedh, chef du gouvernement tunisien

Par le passé, le président Barroso a rencontré plusieurs fois le prédécesseur de M. Larayedh, ainsi que le président tunisien, ce qui témoigne du statut privilégié des relations EU-Tunisie.

25/06/2013

Mr Larayedh

L'UE continue de concentrer ses efforts sur le soutien de la transition démocratique en Tunisie, qui est un important partenaire de l'UE: "La Tunisie a été à l'origine des transformations en cours dans les pays de la rive sud de la Méditerranée et reste à l'avant-garde des réformes", a déclaré le président.
Lors de leur rencontre, le président Barroso et le Premier ministre ont discuté du processus politique en Tunisie, en particulier des échéances constitutionnelles et électorales, ainsi que des défis à relever, notamment en ce qui concerne le développement régional, la relance de l'économie et la sécurité.

Le président Barroso a indiqué que l'Europe est prête à envoyer une mission d'observation électorale, afin d'apporter une assistance technique et un soutien aux initiatives de la société civile.

Le président a annoncé que, tout comme en 2011 et 2012, la Tunisie restera cette année le premier bénéficiaire du programme SPRING qui a été conçu pour appuyer les avancées réalisées par nos partenaires arabes en transition. 40 millions d'euros supplémentaires ont été alloués, venant s'ajouter aux quelque 400 millions d'euros engagés en 2011-2013 au titre de l'instrument de voisinage et de partenariat.

Le président Barroso a confirmé son intention de parvenir à un partenariat de mobilité avec la Tunisie. Parmi les autres questions abordées dans le domaine de la mobilité, Erasmus Mundus et Tempus ont été cités comme des outils permettant de favoriser les échanges et la mobilité entre chercheurs et étudiants.

Enfin, le président a présenté son point de vue sur la possibilité de négociations commerciales dans le cadre d'un accord de libre-échange complet et approfondi visant à rapprocher davantage les opérateurs économiques tunisiens du marché mondial.

Lire l'intégralité de la déclaration prononcée à l'issue de la rencontre

Video: Press point with President Barroso and Ali Larayedh, Head of the Tunisian Government

Watch the video

Le président Barroso accueille M. Horacio Cartes, président élu du Paraguay

La réunion a été l'occasion de discuter de l'avenir des relations entre l'UE et le Paraguay, au-delà du commerce et de la coopération au développement.

25/06/2013

© EU

Lors de la réunion, le président Barroso a réitéré le soutien de l'UE en faveur de la consolidation des institutions démocratiques du Paraguay et a félicité M. Cartes des résultats des récentes élections générales, pour lesquelles une mission d'observation électorale de l'UE a été déployée.
 
Le président Barroso a déclaré que les réformes institutionnelles sont essentielles pour l'avenir du Paraguay et a offert l'aide de l'UE pour soutenir le pays: "Le Paraguay doit transformer la croissance économique en développement social et l'UE est heureuse de continuer à soutenir ces efforts", a-t-il déclaré.

Le président Barroso et M. Cartes ont également abordé la situation régionale et échangé leurs points de vue sur l'UNASUR, le MERCOSUR et l'Alliance du Pacifique. Le président Barroso a exprimé son soutien en faveur de la réintégration du Paraguay au sein du MERCOSUR, notamment en vue des négociations en cours sur un accord d'association UE-MERCOSUR.

M. Cartes prêtera serment en tant que président de la République du Paraguay en août.

 

Le président Barroso accueille M. Horacio Cartes, président élu du Paraguay

"Aucune ville n'est une île" - discours lors de la cérémonie de la Convention des maires

S'exprimant lors de la cérémonie de la 4e Convention des maires qui s'est tenue à Bruxelles, le président Barroso a applaudi les 4 700 maires qui "partagent la même vision de durabilité intelligente pour laquelle les villes et les municipalités jouent un rôle de premier plan", ainsi que leurs efforts pour "faire de cette vision une réalité, se mettant ainsi au service de la population, protégeant notre planète et générant de la croissance et des emplois". Il a souligné que la Commission européenne est plus que jamais prête à les soutenir.

24/06/2013

© EU

L'engagement et l'ambition des villes de toute l'Europe concernant la Convention sont encore plus frappants au vu du contexte économique. Le président a déclaré: "Les villes ont du mal à répondre aux exigences imposées par l'évolution des structures économiques, les disparités sociales et les migrations. La crise financière a durement frappé nos villes. Et en même temps, le défi environnemental n'a de cesse, la pollution, les embouteillages et la hausse des coûts des infrastructures exerçant une pression sur nos ressources limitées. Ainsi, nos villes font face à des demandes énormes. Mais leur potentiel encore inutilisé est bien plus important, si nos politiques sont adéquates".

Le président a souligné de nombreux exemples de la créativité et de l'enthousiasme des projets des villes appartenant à la Convention en matière d'énergies durables et a confirmé la volonté de la Commission de les soutenir. Devant un auditoire impressionnant à Bruxelles, il a déclaré: "Comme vous, la Commission européenne estime que de tels investissements sur le terrain peuvent vraiment permettre de faire évoluer les choses et qu'ils sont payants en termes économiques et écologiques. Écologie et "croissance" ne sont pas des termes contradictoires. "Ce sont les deux faces d'une même médaille."

La Commission envisage également d'intensifier ses efforts à l'avenir: "Nous avons pris l'engagement de consacrer 20 % du budget de l'UE jusqu'à 2020 aux activités liées au climat, aussi bien au sein de l'UE que dans les pays partenaires à l'étranger – c'est ce que l'on appelle l'intégration verte. Nous pouvons maintenant utiliser tous les instruments dont dispose l'UE pour atteindre nos objectifs énergétiques et climatiques encore plus efficacement."

Il a également salué les efforts passés et présents d'Arnold Schwarzenegger concernant la lutte contre le changement climatique. "D'ici 2015, nous allons essayer de transposer cette ambition européenne en un nouvel accord juridiquement contraignant sur le changement climatique, et lorsque le Secrétaire général des Nations unies, M. Ban Ki-Moon, convoquera un sommet des dirigeants mondiaux sur le changement climatique à l'automne de l'année prochaine, nous serons présents pour nous unir à cet élan du mieux que nous le pourrons, avec, nous l'espérons, nos amis et nos partenaires, notamment le gouverneur Schwarzenegger et l'Initiative R20."

Lire le discours complet

Voir la vidéo

"Ensemble, nous remporterons ce combat"

Arnold Schwarzenegger a effectué une visite à la Commission européenne aujourd'hui. L'ancien gouverneur de Californie et président fondateur de "R20 - Régions of Climate Action" s'est réuni avec le président Barroso et le commissaire Oettinger avant d'assister à la Convention des maires.

24/06/2013

Arnold Schwarzenegger with President Barroso

Lors d'un point de presse qui a eu lieu à l'issue de la réunion, le président Barroso a rappelé que M. Schwarzenegger est l'un des pionniers des actions en faveur du climat et de l'énergie aux États-Unis et a loué son initiative intitulée "R20 - regions of climate action".

"Il est bon que vous montriez le chemin et qu'ensemble, nous rappelions à tous notre responsabilité collective concernant l'avenir de notre fragile planète", a déclaré le président Barroso à M. Schwarzenegger.

Le président Barroso a déclaré que l'action en faveur du climat et de l'énergie est au cœur des politiques européennes et de la stratégie Europe 2020. Depuis 2007, la Commission européenne a fortement mis l’accent sur les mesures relatives au climat et à l'énergie en Europe, grâce à une législation contraignante et à un soutien financier.

Face aux catastrophes naturelles dévastatrices qui frappent toute la planète, qu'il s'agisse des inondations en Europe ou des tornades aux États-Unis, le président a déclaré que "les citoyens attendent de nous que nous agissions".

Il a souligné les avantages économiques de l'action pour le climat et sa contribution à l'emploi, à l'innovation et la compétitivité en Europe: "L'écologie et la croissance peuvent aller de pair", a-t-il déclaré, rejoignant ainsi totalement le point de vue du gouverneur Schwarzenegger.

Il a évoqué les différents volets de l'action de l'UE, y compris la réforme en cours des systèmes d'échange de quotas d'émission, l'achèvement d'un marché intérieur de l'énergie, les efforts visant à mettre en place d'un cadre en matière d'énergie et de climat à l'horizon 2030 et l'engagement de parvenir à un accord contraignant au niveau mondial à l'horizon 2015.

Ils ont tous les deux souligné l'importance d'une action au niveau local et ont montré leur appréciation envers la Convention des maires, qui rassemble les acteurs locaux autour de mesures ambitieuses sur le climat et l'énergie.

Communiqué de presse du président Barroso

Discours du président Barroso à la cérémonie de la Convention des maires

R20 - Regions of Climate Action

Convention des maires

Roundtable

Joint press briefing with Arnold Schwarzenegger

"Vers une réponse globale de l'UE à la crise syrienne": une communication conjointe de l'UE

La Commission européenne et la haute représentante ont adopté lundi une communication conjointe traçant une approche globale de l'UE visant à répondre au conflit qui frappe la Syrie et à ses conséquences, aussi bien en Syrie que dans les pays voisins.

24/06/2013

© EU

La situation en Syrie se dégrade considérablement, avec plus de 93 000 morts et 1,6 million de réfugiés à la fin juin 2013. Il s'agit de la situation humanitaire la plus grave que connaît le monde aujourd'hui. En tant que plus grand pourvoyeur d'aide humanitaire en réaction à cette crise, l'UE a jusqu'à présent mobilisé plus de 850 millions d'euros provenant d'instruments budgétaires humanitaires et non humanitaires. Cependant, l'octroi de fonds supplémentaires ne suffit pas à résoudre la gravité de la crise et les souffrances humaines qui existent en Syrie et dans les pays voisins. C'est pourquoi il est crucial de trouver rapidement une issue politique durable, qui permet de mettre un terme aux violences et débouche sur la mise en place d'un gouvernement de transition inclusif. Seul le dialogue peut permettre d'y parvenir.

Aujourd'hui, la Commission européenne et la haute représentante ont adopté une communication conjointe sur la Syrie, qui définit la réponse de l'UE. La réponse de l'UE vise à soutenir un processus politique qui apporte une solution durable à la crise, à éviter que la région ne se déstabilise en raison de l'extension du conflit aux pays voisins, à faire face à la situation humanitaire tragique et apporter de l'aide aux populations touchées et à s'attaquer aux conséquences du conflit sur l'UE et au sein de ses frontières.

Le président Barroso a déclaré: "Aujourd'hui, nous proposons une réponse globale de l'UE à la dégradation de la situation en Syrie et dans les pays voisins. La communauté internationale ne peut pas rester les bras croisés face à la situation humanitaire la plus grave de ces dernières décennies. Notre priorité absolue est de promouvoir une issue politique visant à mettre fin aux violences et aux violations des droits de l'homme. Parallèlement, l'UE mobilise ses instruments financiers afin de soulager les souffrances humaines. La Commission européenne a décidé d'allouer un montant supplémentaire de 400 millions d'euros aux besoins humanitaires, économiques et de développement en Syrie et dans les pays de la région, portant ainsi la contribution globale de l'UE à ce jour à plus de 1,25 milliard d'euros. Dans le même temps, nous appelons également les autres donateurs à redoubler leurs efforts. Nous avons tous le devoir d'agir."

"Vers une réponse globale de l'UE à la crise syrienne": une communication conjointe de l'UE

Rencontre avec Plamen Oresharski, Premier ministre bulgare

Le président Barroso a appelé les forces politiques et la société bulgares à se rassembler autour d'un consensus national.

21/06/2013

© EU

S'adressant à la presse à l'issue de la réunion, le président Barroso a déclaré: "Nous avons préparé le Conseil européen de la semaine prochaine. Vous connaissez l'ordre du jour du Conseil européen, à savoir la question du chômage des jeunes, la façon d'y remédier et le financement de l'économie, en particulier des PME."

Il a expliqué que "nous travaillons actuellement au niveau européen afin de mobiliser tous les instruments et les fonds dont nous disposons pour soutenir un retour à une croissance durable - et j'insiste sur le mot 'durable' - elle doit être durable, sinon ce n'est pas ce dont nos concitoyens ont besoin".

La situation politique en Bulgarie a également été abordée lors de la réunion. "Nous savons que d'un point de vue politique, la situation est polarisée en Bulgarie. Nous disposons d'un mécanisme qui a fait l'objet d'un accord de tous les États membres en Bulgarie il y a plusieurs années: le MVC, le mécanisme de vérification de la coopération. La Commission a l'obligation de vérifier les évolutions dans certains de ces domaines", a déclaré le président.

Le président Barroso a également exhorté le Premier ministre Oresharski à organiser de vastes consultations sur les nominations aux postes clés, en particulier dans les domaines de la lutte contre la corruption et du crime organisé. "Les candidats doivent être retenus pour leur mérite et doivent faire preuve de la plus grande intégrité", a-t-il souligné.

Concernant la situation économique, le président Barroso a souligné la nécessité de maintenir les réformes structurelles pour stimuler le potentiel de croissance de la Bulgarie et la nécessité de mettre en œuvre sans tarder les recommandations spécifiques par pays, qui contribueront à leur tour à favoriser les investissements dans les entreprises.

Répondant à une question, le président a déclaré:

"Hormis cela, j'ai aussi parlé au Premier ministre d'un problème politique global: la polarisation de la société bulgare. Et je tiens à faire ce commentaire publiquement. Nous savons tous que par définition la démocratie est concurrentielle, que les partis luttent pour le pouvoir. J'ai été Premier ministre, j'ai également été chef de l'opposition, je sais donc bien de quoi je parle. Mais même si les partis luttent pour le pouvoir, il est important que qu'il y ait un minimum de consensus national sur les grandes questions d'État. Aucun des côtés de l'échiquier politique ne doit remettre en question les institutions les plus importantes et les principes les plus fondamentaux.

Je veux donc une fois de plus, comme je l'ai fait dans d'autres circonstances, lancer un appel à toutes les forces politiques démocratiques et à la société bulgare pour qu'en dehors des divergences naturelles, idéologiques ou autres, il y ait un engagement en faveur du bien du pays, que certains consensus puissent émerger, parce que je pense que la stabilité et la prospérité sont dans l'intérêt de la Bulgarie et certainement dans celui de l'Union européenne. C'est l'appel que je fais à toutes les forces politiques qui se soucient de l'avenir du pays."

Watch the video

Le président Barroso a mené des entretiens bilatéraux avec le président azerbaïdjanais Aliyev

Les discussions ont porté sur des questions en rapport avec l'énergie, notamment sur les progrès réalisés concernant le corridor gazier méridional depuis la déclaration commune de 2011 et sur le développement des relations UE-Azerbaïdjan dans le cadre du Partenariat oriental.

21/06/2013

President Barroso with President Aliyev of Azerbaijan

La coopération entre la Commission européenne et l'Azerbaïdjan repose sur un partenariat fiable dans le domaine de l'énergie.

À l'issue de la réunion, le président Barroso a souligné les progrès importants qui ont été réalisés concernant le corridor gazier méridional qui permettra de renforcer la sécurité énergétique de l'Europe: "Le corridor gazier méridional n'est pas un projet théorique qui est sur la planche à dessin. Il est en passe de se réaliser, avec des avantages pour toutes les parties concernées", a-t-il déclaré.

Concernant les droits de l'homme et les libertés fondamentales, le président Barroso a fait remarquer que la stabilité et la prospérité ne peuvent exister à long terme qu'avec le respect de la primauté du droit, des institutions démocratiques et bien sûr une société civile dynamique.

Les deux dirigeants ont également abordé des questions économiques, notamment les plans de développement de l'Azerbaïdjan et les progrès qu'il a accomplis concernant son adhésion à l'OMC."Nous sommes déterminés à approfondir nos relations commerciales, notamment en mettant en place une zone de libre-échange bilatérale approfondie et complète pour laquelle l'adhésion à l'OMC est essentielle", a déclaré le président Barroso.

Read the full statement

Watch the video

En prévision de la prochaine session du Conseil, le Président Barroso rencontre le chancelier autrichien Werner Faymann

Le président Barroso a rencontré aujourd'hui le chancelier autrichien Werner Faymann à Vienne pour discuter des préparatifs du Conseil européen de juin, de la situation économique et des réformes qui sont en cours en Europe. Ils ont également parlé des inondations qui sont survenues récemment en Autriche.

20/06/2013

President Barroso and Minister-President of Saxony-Anhalt

"Une réunion ne suffira pas à elle seule à résoudre les problèmes de l'Europe, mais nous pouvons prendre plusieurs décisions qui auront une incidence sur la vie des citoyens et qui amélioreront nos perspectives de confiance, d'un retour à des temps meilleurs", a déclaré le président.

La Commission mobilise tous les instruments visant à soutenir les États membres dans la lutte contre le chômage des jeunes. "J'espère que lors du prochain Conseil européen, les chefs d'État et de gouvernement seront en mesure de traduire les engagements pris en actions déterminées. Il est temps de créer un consensus européen sur les moyens pratiques de résoudre la crise", a ajouté le président.

Le président Barroso a appelé à mettre en œuvre la garantie pour la jeunesse au niveau national et a souligné qu'en Autriche la garantie pour la jeunesse était un exemple en matière de formation des jeunes. Dans le cadre de la contribution à la réunion du Conseil européen de la semaine prochaine, la Commission a fait des propositions visant à mobiliser de façon anticipée 6 milliards d'euros au titre de l'initiative pour l'emploi des jeunes et à concentrer l'ensemble de ce financement sur les deux premières années, de 2014 à 2016.

Concernant le financement de l'économie, le président a souligné la nécessité pour les PME d'avoir accès au financement. "Dans beaucoup de nos États membres, il existe un vrai problème dans ce domaine. C'est pourquoi, en collaboration avec la Banque européenne d'investissement, nous avons achevé quelques propositions dont les ministres des finances discuteront demain (et qui je l'espère seront approuvées lors du prochain Conseil européen) et qui visent à combiner les instruments dont nous disposons au niveau européen avec d'autres ressources au niveau national", a-t-il déclaré.

Le président Barroso a souligné la nécessité de parvenir à un consensus européen sur les moyens pratiques de résoudre la crise et de rétablir une croissance durable et a appelé à plus de confiance: "L'une des difficultés auxquelles nous faisons face aujourd'hui en Europe, c'est le manque de confiance. (...) Les investisseurs ne se sentent pas en confiance pour investir, les consommateurs ne se sentent pas en confiance pour consommer".

Les inondations qui ont touché l'Autriche récemment ont également été abordées lors de la réunion et le président a exprimé la solidarité de la Commission en saluant les efforts que les services locaux et nationaux ont déployés et s'est dit prêt à apporter de l'aide par l'intermédiaire du Fonds de solidarité.

Read the speech

Watch the video

Réunion annuelle avec la Cour des comptes européenne

Le président de la Commission et le collège se sont réunis mercredi avec la Cour des comptes européenne. La réunion a permis aux deux institutions de faire le bilan de leurs relations et d'échanger leurs points de vue sur les dossiers en cours.

19/06/2013

Vítor Caldeira and José Manuel Barroso

À cette occasion, la Commission a souligné une fois de plus son attachement à une gestion saine et transparente du budget de l'UE et à la mise en œuvre d'un certain nombre d'initiatives importantes au cours de son mandat.

La réunion annuelle entre la Commission et la Cour des comptes européenne a pour objet d'être une discussion politique large sur la responsabilité de la Commission quant à ses systèmes de gestion et de contrôle et les méthodes et les procédures de la Cour.

L'Union européenne repose sur la solidarité, a déclaré le président Barroso à l'issue de sa rencontre avec le ministre-président de Saxe-Anhalt

Le président Barroso a reçu à Bruxelles le Reiner Haseloff, ministre-président de Saxe-Anhalt. Ils ont discuté des inondations survenues récemment dans plusieurs régions européennes, y compris en Saxe-Anhalt, et du soutien potentiel de l'Union européenne.

19/06/2013

President Barroso and Minister-President of Saxony-Anhalt

Après avoir entendu le ministre-président Haseloff expliquer l'étendue des dégâts survenus en Saxe-Anhalt, le président Barroso a exprimé une nouvelle fois sa sympathie envers les personnes touchées. Il a également apprécié les efforts que les services locaux et nationaux, y compris de nombreux bénévoles, ont déployés.

Il a rassuré le ministre-président en lui disant que la Commission s'engageait à fournir une assistance aux pays et aux régions touchés par l'intermédiaire des programmes existants et futurs de l'UE, tout en soulignant que la mobilisation du Fonds de solidarité de l'Union européenne nécessite une demande nationale fondée sur une évaluation des besoins, avant qu'elle ne puisse être transmise au Conseil et au Parlement européen pour approbation finale. Il a rappelé le fait que l'Union européenne repose aussi sur la solidarité, y compris avec les pays riches.

Le président Barroso lance un appel en faveur d'un nouveau consensus afin de remettre l'économie sur le chemin de la croissance

La Commission européenne a exhorté le prochain Conseil européen à convenir de mesures concrètes axées sur l'emploi des jeunes et le financement des PME afin de remettre l'Europe sur le chemin de la croissance. Pour favoriser un accord lors du Conseil européen, prévu les 27 et 28 juin, la Commission a adopté trois contributions sur la lutte contre le chômage des jeunes et sur une meilleure réglementation, ainsi que l'examen du pacte pour la croissance et l'emploi.

19/06/2013

President Barroso

Elles ont été adoptées ce matin et une quatrième contribution, rédigée conjointement avec la Banque européenne d'investissement et consacrée au renforcement de l'activité de prêt à l'économie, sera adoptée d'ici peu. Cet ensemble d'initiatives aidera l'Europe à changer le cours des choses en relançant l'emploi et en permettant aux entreprises d'embaucher du personnel et d'investir et aux banques de financer l'économie réelle. Ces contributions montrent qu'une action collective au niveau de l'Union aura une incidence plus importante que des mesures individuelles isolées au niveau national. Le président Barroso va à présent transmettre ces contributions à tous les membres du Conseil européen et au Parlement européen.

"L'Europe fait beaucoup d'efforts pour sortir de la crise. La Commission l'a montré dans l'analyse détaillée qui accompagne nos recommandations par pays. Toutefois, nos résultats en matière de croissance sont encore très insatisfaisants et certaines régions de l'Europe sont dans une situation d'urgence sociale. Nous pouvons profiter de notre réunion à la fin de la semaine prochaine pour parvenir à un nouveau consensus et donner une nouvelle impulsion à nos efforts, pour rassembler l'Union européenne autour d'un accord sur les mesures que nous allons prendre en vue de remettre notre économie sur le chemin de la croissance.

Aujourd'hui, nous présentons des mesures concrètes visant à lutter contre le chômage des jeunes et à soutenir, conjointement avec la BEI, le financement de l'économie réelle, en particulier des PME. Les ingrédients du consensus sont sur la table, il nous reste à le concrétiser", a déclaré le président Barroso à l'issue de la réunion du collège qui a été en grande partie axée sur le prochain Conseil européen.

Détails supplémentaires sur les quatre contributions:

Œuvrer ensemble pour les jeunes Européens — Un appel à l'action contre le chômage des jeunes

La lutte contre le chômage des jeunes est une priorité absolue. Même si la plupart des moyens sont entre les mains des États membres, l'Union peut aider à changer le cours des choses. La Commission a proposé un certain nombre de mesures concrètes et réalisables susceptibles d'avoir des effets immédiats, mais certaines mesures doivent encore être adoptées au niveau de l'Union, notamment celles liées au cadre financier pluriannuel (CFP). La priorité est d'accélérer la mise en œuvre de la garantie pour la jeunesse.

La Commission propose que les 6 milliards d'euros de l'initiative pour l'emploi des jeunes soient mobilisés de façon anticipée, afin que cette somme soit engagée en 2014 et 2015 plutôt que sur la période de sept ans du CFP. Les États membres doivent présenter leurs programmes en faveur de l'emploi des jeunes à l'automne. En parallèle, la Commission mettra au point, au niveau de l'Union, un certain nombre d'outils d'aide aux États membres, tels que l'alliance européenne pour l'apprentissage, la grande coalition en faveur de l'emploi dans le secteur du numérique, EURES et l'initiative "Ton premier emploi EURES", tout en aidant les entreprises à embaucher des jeunes. Toutes ces mesures doivent être mises en pratique en étroite collaboration avec les partenaires sociaux et les parties prenantes concernées.

Rapport conjoint de la Commission et de la BEI au Conseil européen — Renforcer l'activité de prêt à l'économie

L'un des principaux obstacles à la reprise réside à l'heure actuelle dans l'absence de pratiques normales en matière de prêt à l'économie réelle, en particulier aux PME, un élément souligné par la Commission dans son examen annuel de la croissance. Dans un rapport conjoint, la Commission européenne et la Banque européenne d'investissement ont exposé à quoi sera consacrée la récente augmentation du capital de la BEI. En outre, ce rapport présente trois options pour aider les PME à obtenir l'accès aux financements et à embaucher des jeunes dans un avenir proche. La Commission invitera le Conseil européen à adopter une approche ambitieuse sur cette question.

Le pacte pour la croissance et l'emploi — un an après

La Commission européenne a adopté un rapport sur l'état d'avancement de la mise en œuvre du pacte pour la croissance et l'emploi. Un an après, les États membres peuvent encore prendre de nombreuses mesures pour résoudre leurs problèmes, par exemple en libérant le potentiel du marché unique dans des domaines tels que le numérique, l'énergie et la recherche.

Ce rapport met en évidence la nécessité d'achever la mise en œuvre de l'acte pour le marché unique I, seules 7 des 12 propositions présentées par la Commission ayant été adoptées par les colégislateurs. La Commission européenne a présenté la plupart des propositions relatives à l'acte pour le marché unique II et soumettra les propositions restantes au cours des prochaines semaines, notamment un acte législatif visant à promouvoir les fonds d'investissement à long terme, qui peuvent constituer une autre source de prêts à l'économie réelle. Elle demande l'adoption rapide de ces propositions avant les élections au Parlement européen en 2014.

Ce rapport montre comment la Commission a mis à disposition la totalité du budget de la politique de cohésion en vue de soutenir des projets de création de croissance et d'emplois, dans le cadre du programme d'investissement de 120 milliards d'euros présenté dans le pacte.

Suite donnée par la Commission à la consultation "TOP 10" des PME sur la réglementation de l'UE

La création d'un environnement favorable aux entreprises constitue un autre outil important de l'arsenal mis en place. Remplacer vingt-sept réglementations nationales différentes par une réglementation au niveau de l'Union s'est avéré un moyen efficace de créer des opportunités nouvelles.

La Commission a adopté une communication visant à s'attaquer au "top 10" des textes législatifs les plus contraignants de l'Union, répertoriés par les PME. Cette communication expose de manière détaillée les mesures prises ou à prendre pour résoudre les problèmes posés par chacun de ces textes. Pour chacun des textes législatifs répertoriés par les PME, la Commission a déjà examiné les préoccupations exprimées, pris des mesures lorsque cela relevait de sa sphère de compétence ou présenté des propositions aux colégislateurs en vue d'alléger le fardeau qui pèse sur les PME. Par exemple, en décembre 2011, la Commission a proposé une révision du régime de passation des marchés publics qui aura une incidence directe sur l'accès des PME aux marchés publics. En février 2013, elle a proposé de remplacer la directive sur la sécurité générale des produits par un règlement relatif à la sécurité des produits de consommation comprenant un ensemble plus simple d'exigences communes pour les entreprises.

Cette initiative s'inscrit dans le cadre du passage au crible de tout l'acquis communautaire auquel nous nous livrons actuellement afin d'en vérifier l'adéquation avec le but recherché (le programme "REFIT").

Le Conseil européen adoptera les recommandations par pays de la Commission, destinées à orienter la politique budgétaire et économique des États membres au cours de l’année prochaine. Il définira également les prochaines étapes à franchir pour renforcer l'architecture de l'union économique et monétaire.

Press release: Commission calls for a new consensus to get the economy growing again

Working together for Europe’s young people pdf - 782 KB [782 KB] Deutsch (de) English (en) (other languages)

Increasing lending to the economy: implementing the EIB capital increase and joint Commission-EIB initiatives pdf - 605 KB [605 KB] Deutsch (de) English (en) português (pt) (other languages)

The Compact for Growth and Jobs: one year on pdf - 898 KB [898 KB] Deutsch (de) English (en) (other languages)

Commission follow-up to the ‘Top Ten’ consultation of SMEs on EU regulation pdf - 563 KB [563 KB] Deutsch (de) English (en) (other languages)

Letter by President Barroso sent to the Heads of State and Government, the President of the European Parliament and the President of the European Council ahead of the European Council on 27-28 June 2013 pdf - 201 KB [201 KB] English (en)

Les présidents Barroso et Obama annoncent l'ouverture des négociations concernant l'accord transatlantique de commerce et d'investissement

"C'est un grand jour pour les relations entre l'Union européenne et les États-Unis.

17/06/2013

Presidents Barroso and Obama

Nous sommes prêts à ouvrir les négociations concernant un accord transatlantique global de commerce et d'investissement", a déclaré le président Barroso dans la déclaration qu'il a prononcée à l'occasion de la conférence de presse conjointe UE - États-Unis qui s'est tenue en marge du sommet du G8.

Avec le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, le président des États-Unis, Barack Obama, et le Premier ministre britannique, David Cameron, le président de la Commission européenne, M. Barroso, a souligné l'importance de l'accord transatlantique global de commerce et d'investissement.

"Notre effort commun consiste à générer de la croissance et des emplois des deux côtés de l'Atlantique en stimulant le commerce et l'investissement", a déclaré le président, ajoutant que cet accord "prouve aussi à quel point nous sommes déterminés à façonner un monde libre, ouvert et fondé sur des règles".

Le président Barroso a expliqué que "nous avons l'intention de progresser rapidement. Le contexte économique actuel nous oblige à unir nos forces et à faire plus avec moins. Mais surtout, ce faisant, nous demeurerons des acteurs mondiaux de premier plan qui définissent les normes et les réglementations pour le XXIe siècle."

Il a appelé les régulateurs, les législateurs et la société civile à jouer un rôle constructif et engagé dans ces négociations, avant de conclure son allocution en ces termes: "C'est également positif pour le reste du monde. Étant donné que les chaînes d'approvisionnement des marchés mondiaux actuels sont intégrées, tout le monde peut bénéficier de cet accord."

Lire la déclaration complète

Voir la déclaration d'ouverture de M. Cameron, Premier ministre britannique

Voir la déclaration d'ouverture de M. Barroso, président de la Commission européenne

Voir la déclaration d'ouverture de M. Obama, président des États-Unis

Voir la déclaration d'ouverture de M. Van Rompuy, président du Conseil européen

The EU at the G8/G20 summits

Web news on the G8 summit in Lough Erne, UK

Déclaration conjointe à l'issue du sommet du G8

À l'issue du sommet du G8, M. Barroso, président de la Commission européenne, et M. Van Rompuy, président du Conseil européen, ont publié une déclaration conjointe sur les conclusions du sommet du G8. Ils ont notamment affirmé: "Globalement, nous sommes heureux que nos ambitions concernant ce sommet aient été largement atteintes."

17/06/2013

L'UE a contribué activement au débat sur tous les points qui étaient à l'ordre du jour.

Concernant l'économie mondiale
Les deux présidents ont souligné en particulier les débats fructueux sur l'économie mondiale avec les autres dirigeants du G8.

"Tous les dirigeants ont convenu que notre priorité urgente est de promouvoir la croissance et l'emploi, en particulier pour les jeunes et les chômeurs de longue durée. Si nous reconnaissons que la situation économique s'est améliorée depuis le dernier sommet du G8 à Camp David, nous avons tous approuvé la nécessité de continuer à favoriser la reprise mondiale en soutenant la demande, en assainissant les finances publiques et en mettant en œuvre des réformes structurelles."

Concernant la politique étrangère - la Syrie
"Les débats du G8 sur la politique étrangère ont abordé de manière approfondie la question de la crise effroyable qui se déroule en Syrie et qui a fait des dizaines de milliers de morts et des millions de déplacés et de réfugiés. Nous avons insisté sur la nécessité d'exercer des pressions pour que se prenne une solution politique en convoquant une conférence de Genève II dès que possible et avons aussi traité comme une question urgente la question de l'escalade de la crise humanitaire qui menace également la stabilité régionale."

Concernant le commerce - l'accord transatlantique de commerce et d'investissement
"Ensemble, avec le président américain Barack Obama, nous avons lancé des négociations historiques en vue de conclure un accord transatlantique sans précédent en matière de commerce et d'investissement entre l'Union européenne et les États-Unis. L'aboutissement des négociations entraînerait des avantages économiques importants."

Concernant l'évasion et la fraude fiscales
"Tous les dirigeants du G8 ont saisi et renforcé l'élan en matière de lutte contre l'évasion fiscale et la fraude fiscale à l'échelon mondial. Le G8 envoie un signal fort qui démontre que nous sommes prêts à prendre des mesures visant à garantir que les entreprises et les particuliers s'acquittent des impôts dus, y compris par la promotion de l'échange automatique d'informations - ce qui est déjà la norme au niveau de l'UE pour les revenus de l'épargne et ce qui doit s'appliquer à toutes les formes de revenu et aux soldes des comptes en 2015 - en tant que norme mondiale et par la mise en place d'un régime de déclaration aux autorités fiscales pays par pays pour les entreprises multinationales."

Concernant la transparence
"Nous avons aussi soutenu l'appel pressant du G8 à accroître la transparence en matière de gouvernance foncière, de données ouvertes et dans les industries extractives - des domaines dans lesquels l'UE dispose d'un programme solide, tant par les lois que nous avons mises en place que par notre soutien envers les pays partenaires."

Les présidents Barroso et Van Rompuy ont conclu en ces termes: "Nous avons affirmé dès le début que nous étions là pour promouvoir un monde plus équitable. L'équité dans les pays du G8, mais aussi pour les personnes du monde entier. Nous sommes donc heureux que le G8 ait envoyé un signal fort démontrant que les jours de l'impunité pour les fraudeurs fiscaux sont comptés et que nous allons tous œuvrer sans relâche pour clarifier la manière dont nos citoyens et nos entreprises paient leurs impôts et l'endroit où ils le font."

17 June 2013

"L'Union européenne participe à ce G8 afin de promouvoir un monde plus équitable. L'équité dans les pays du G8, mais aussi pour les personnes du monde entier", a déclaré José Manuel Barroso dans son communiqué de presse publié avant le sommet du G8.

Lors de la conférence de presse conjointe qu'il a tenue avec le président du Conseil européen Herman Van Rompuy et au cours de laquelle il a présenté les objectifs que l'UE défendra lors de ce sommet, il s'est dit confiant dans le fait que "le G8 donnera une impulsion politique en faveur d'une évolution vers une plus grande équité à l'échelon mondiale, y compris pour les pays les plus pauvres".

"Tout d'abord, l'Union européenne veut l'équité en renforçant le libre-échange entre les économies libres et ouvertes", a déclaré le président Barroso. Il a réaffirmé que l'UE a accepté vendredi soir un large mandat pour entamer des négociations avec les États-Unis sur un accord transatlantique de commerce et d'investissement.

Le président a déclaré que ce sommet concerne aussi l'équité dans la façon dont les particuliers et les entreprises paient leurs impôts et "troisièmement, nous voulons l'équité par l'intermédiaire d'une plus grande transparence en matière de gouvernance foncière, de données ouvertes et dans les industries extractives".

Le président Barroso a également annoncé qu'"avec le président Obama, nous allons donner aujourd'hui le feu vert pour l'ouverture des négociations entre les États-Unis et l'Union européenne. La Commission européenne négociera au nom de ses 28 États membres. Notre partenariat changera véritablement la donne de l'économie mondiale".

"L'Union européenne a beaucoup à apporter, car elle a souvent été un précurseur dans tous les domaines prioritaires à l'ordre du jour mondial du G8", a souligné le président avant de citer des exemples des réalisations de l'UE jusqu'ici. Il a déclaré:

- nos accords commerciaux bilatéraux sont un tremplin vers une plus grande libéralisation du commerce mondial et le renforcement du système commercial multilatéral;

- l'UE a accepté une législation contraignante et ambitieuse en matière de transparence dans les industries extractives et la sylviculture;

- l'UE a adopté une législation visant à ouvrir davantage les données publiques, car elle estime que des données ouvertes sont synonymes de perspectives commerciales et de création d'emplois;

- l'UE est le premier pourvoyeur d'aide au développement à l'échelon mondial et met particulièrement l'accent sur la sécurité alimentaire;

- l'UE est la force motrice de la nouvelle dynamique politique visant à lutter contre l'évasion fiscale et la fraude fiscale;

- en Europe et au niveau mondial, nous voulons que chacun paie sa juste part d'impôts de manière transparente;

- l'Union européenne a proposé d'étendre au maximum la portée de l'échange automatique d'informations entre les autorités fiscales de l'UE;

- l'UE est convaincue qu'il est nécessaire d'améliorer la gouvernance fiscale partout dans le monde.

En conclusion, le président Barroso a félicité la présidence britannique du G8 pour le choix du lieu: l'Irlande du Nord. Ce sommet place sur la scène mondiale les efforts des citoyens et des dirigeants d'Irlande du Nord dont les efforts de paix et financiers bénéficient du soutien de l'UE depuis 1995. "C'est un signal clair au monde que la paix et la réconciliation sont rétablis dans cette région d'Europe à la fois belle et accueillante."

Video: President Barroso ahead of the G8 Summit

Read the President's statement ahead of the G8 summit published on the 17th of June

Video: President Barroso speaking at the EU - US trade meeting

Presidents Barroso and Van Rompuy: joint concluding statement

Le président Barroso rencontre le pape François au Vatican

Le président Barroso a rencontré aujourd'hui le pape François lors d'une audience privée qui a été l'occasion pour eux d'aborder des intérêts communs, en particulier les initiatives visant à surmonter la crise économique en Europe. Le président a également rencontré le pape François en mars.

15/06/2013

© EU

Lors de la réunion, le président Barroso a indiqué que l'UE était fermement engagée à surmonter la crise actuelle, à combattre la pauvreté et à promouvoir la solidarité. Le programme d'investissement social et les dernières initiatives en faveur de la lutte contre le chômage des jeunes figuraient également à l'ordre du jour.

L'engagement de l'UE en faveur de la résolution des conflits et de l'aide humanitaire a également été abordé. En particulier, le président Barroso a présenté l'engagement de l'UE en Syrie où l'UE est à la tête des efforts de la communauté internationale, avec une contribution de plus de 840 millions d'euros. La Commission a annoncé récemment l'octroi d'une enveloppe supplémentaire de 400 millions d'euros destinée à l'aide humanitaire et non humanitaire en Syrie et dans les pays voisins.

La Commission européenne promeut un dialogue régulier avec les représentants des religions et des laïcs sur l'avenir de l'Europe, la citoyenneté et la politique sociale.

Voir la vidéo

La FAO décerne un prix à l'UE pour ses réalisations en matière de sécurité alimentaire

Le président Barroso a reçu aujourd'hui, au nom de l'Union européenne, le prix Jacques Diouf de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), en reconnaissance du travail pionnier de la facilité alimentaire de l'UE.

15/06/2013

farmers in a field

Le prix reconnaît le travail pionnier de la facilité alimentaire de l'UE qui est dotée d'un budget d'un milliard d'euros et qui a permis d'améliorer la vie de plus de 59 millions de personnes dans 50 pays.

"L'UE est depuis longtemps le principal donateur au monde en matière de sécurité alimentaire et de nutrition, et il est très gratifiant de voir notre travail reconnu de cette façon. Cela nous incite désormais à nous assurer que nous agissons encore davantage pour aider les personnes qui en ont le plus besoin, en utilisant le prix pour compléter le financement de nos activités dans le domaine de la résilience alimentaire et de la nutrition à l'avenir", a déclaré le président.

L'initiative pionnière de la facilité alimentaire de l'UE a été mise en place pour répondre à la crise alimentaire qui a frappé la Corne de l'Afrique et le Sahel en 2008. Elle a depuis lors apporté un soutien substantiel et rapide aux personnes les plus touchées.

La facilité alimentaire a permis de stimuler la production agricole durable des petits agriculteurs, de réduire les pertes après les récoltes et de faciliter l'accès aux marchés, améliorant ainsi les conditions de vie de plus de 59 millions de personnes dans 50 pays. Les bénéficiaires ont vu la production agricole augmenter de 50 % et le revenu annuel des ménages s'accroître de 290 euros en moyenne.

Voir la vidéo

Le président Barroso se rend à Rome et rencontre le président Napolitano et le Premier ministre Letta

Le président Barroso se rend vendredi à Rome pour rencontrer le président italien, M. Giorgio Napolitano, et le Premier ministre, M. Enrico Letta.

14/06/2013

Pres Barroso and PM Letta

La rencontre avec le président Napolitano aura lieu vendredi après-midi. Samedi, le président Barroso rencontrera le Premier ministre italien Letta. Il s'agit de leur deuxième réunion depuis la nomination de M. Letta. Ils donneront une conférence de presse à l'issue des rencontres. Le schéma d'intervention du président Barroso sera disponible par la suite.

Ces entretiens bilatéraux sont axés sur deux points essentiels des programmes national et européen: faire face à la crise économique actuelle et lutter contre le chômage, notamment le chômage des jeunes.

Voir la vidéo

Obtention aujourd'hui du mandat pour la négociation de l'accord de commerce et d'investissement UE - États-Unis

Je suis ravi que nous disposions d'un mandat pour la négociation d'un accord de commerce et d'investissement avec les États-Unis. Ces négociations peuvent changer la donne.

14/06/2013

© EU

Il montre que quand on veut, on peut.

Nous sommes déjà mutuellement les principaux partenaires dans le domaine du commerce et de l'investissement. Le renforcement de cette relation permettra de générer plus d'emplois et plus de croissance en Europe et aux États-Unis. Les gains économiques potentiels pour l'UE sont estimés à environ 120 milliards d'euros par an. Et le véritable mérite de cet accord, c'est qu'il se traduira par des rendements réels de l'ordre de 545 euros par ménage moyen en Europe, presque gratuitement. Cela en fait le plan de relance le moins cher que l'on puisse imaginer.

Les deux parties participent à ces négociations avec leurs propres priorités et intérêts. Mais je suis convaincu que si elles font preuve de volonté politique, nous pouvons parvenir à un accord qui respecte pleinement nos sensibilités.

Au-delà des avantages économiques, cet accord concerne aussi notre place sur la scène mondiale. Un tel accord nous permettra de nous forger un avenir commun fondé sur nos valeurs et notre engagement communs en faveur du libre-échange.
La Commission européenne fera progresser ces négociations. Nous travaillerons rapidement tout en nous assurant que la substance est appropriée.

Sommet du G8: promouvoir l'équité dans le monde grâce au commerce, à la fiscalité et à la transparence

En prévision du sommet du G8 de 2013 qui se tiendra en Irlande du Nord (Royaume-Uni), le président Barroso expose le point de vue de l'UE sur les principaux sujets à l'ordre du jour.

13/06/2013

© EU

Le sommet du G8 qui se tiendra à Lough Erne, en Irlande du Nord, les 17 et 18 juin comporte trois axes prioritaires : le commerce et l'économie, la fiscalité et la transparence.

Le président présente son point de vue sur ces grandes questions dans le magazine du sommet publié par le Groupe de recherche sur le G8 de l'Université de Toronto.

Concernant le commerce, le président Barroso souligne le fait que les accords commerciaux bilatéraux de l'UE constituent un "tremplin" vers l'élargissement du commerce multilatéral mondial. Il note que l'UE a toujours ardemment défendu et promu le libre-échange et les échanges multilatéraux. Par exemple, l'UE est pleinement engagée avec ses partenaires afin de conclure un accord de facilitation des échanges de l'OMC qui aurait d'énormes répercussions positives pour les pays en développement et les moins avancés.

"Le sommet du G8 devrait prôner un tel accord et, avec le G20, donner l'impulsion politique nécessaire pour le conclure lors de la réunion ministérielle de l'OMC qui se tiendra à Bali en décembre. Ce G8 doit également soutenir et définir les actions visant à renforcer les échanges commerciaux en Afrique, par exemple en abaissant les coûts des échanges, en stimulant le financement des infrastructures et en améliorant la coordination du soutien", a indiqué le président Barroso dans l'article.

Dans le domaine de la fiscalité, le président Barroso se félicite vivement de la volonté des membres du G8 d'unir leurs forces et de collaborer plus efficacement afin de lutter contre la fraude et l'évasion fiscales en Europe et dans le monde.

Dans l'UE, des mesures communes sont prises en matière d'échange d'informations, de paradis fiscaux et de planification fiscale agressive. Le président Barroso a décrit le sommet du G8 comme une excellente occasion d'insuffler un nouvel élan au niveau mondial.

"L'UE soutiendra résolument un effort commun en faveur d'une nouvelle norme multilatérale dans le cadre de l'Organisation de coopération et de développement économiques. Nous pensons que notre directive sur la fiscalité de l'épargne peut constituer une référence importante dans ce domaine", a déclaré le président.

Et concernant la transparence, le président Barroso souligne l'actualisation de la directive de l'UE sur la transparence et de la directive comptable qui font de l'UE un pionnier mondial de la législation sur la transparence dans les industries extractives – telles que le secteur minier – et la sylviculture. Il exhorte également d'autres pays à se joindre à l'effort mondial visant à rallier l'Initiative pour la transparence dans les industries extractives.

Il note que la transparence doit aussi être renforcée dans le domaine foncier en réclamant la mise en œuvre des Directives volontaires pour une gouvernance responsable des régimes fonciers applicables aux terres, aux pêches et aux forêts que le comité de la sécurité alimentaire mondiale a approuvées en mai 2012.

Lire l'intégralité de l'article

Lire l'intégralité du magazine du groupe de recherche sur le G8 de l'Université de Toronto

Lire la déclaration du président Barroso à l'issue de sa rencontre avec le Secrétaire général de l'OCDE Gurría, le 13 juin 2013

Voir la déclaration du président Barroso à l'issue de sa rencontre avec le Secrétaire général de l'OCDE Gurría, le 13 juin 2013

En savoir plus sur l'UE au sommet du G8

Le président Barroso rencontre le président Cavaco Silva et annonce un accord sur un financement de la BEI destiné aux PME portugaises

Le président Barroso a rencontré jeudi à Bruxelles le président portugais Cavaco Silva. La réunion leur a permis de parler de l'économie.

13/06/2013

President of Portugal Cavaco Silva

Les présidents ont discuté de la situation économique du Portugal et de l'Europe et des progrès accomplis dans le cadre du programme d'ajustement économique actuel. Le président portugais a remercié le président Barroso de soutenir les efforts du Portugal visant à surmonter la crise économique actuelle.

À l'issue de la réunion, le président Barroso a annoncé un accord entre la Commission européenne, la Banque européenne d'investissement et les autorités portugaises visant à faciliter les financements de la BEI destinés aux petites et moyennes entreprises du pays.

En ce qui concerne l'économie portugaise, le président Barroso a déclaré que d'importants efforts ont été accomplis pour aborder les problèmes que rencontre le pays. Il a déclaré que les conditions d'une reprise durable existent désormais. Le président a également dit être tout à fait conscient que la situation demeure très difficile pour bon nombre de citoyens portugais et il a souligné leurs efforts. Il a dit être convaincu que le Portugal est sur la bonne voie.

Le président Barroso a salué les mesures prises par les autorités portugaises ainsi que le consensus politique et social dans le pays. En outre, il a réaffirmé son engagement à soutenir le gouvernement portugais au cours de la période difficile de réforme et d'ajustement économiques, afin de garantir qu'à l'issue de ce programme les finances publiques du Portugal soient saines, que son économie soit plus compétitive et qu'il soit mieux placé pour se développer et créer des emplois.

Les présidents ont également abordé la situation de l'emploi au Portugal, en particulier la situation des jeunes et des chômeurs de longue durée. Le président Barroso a expliqué que l'UE envisage de s'attaquer au chômage des jeunes, l'un de ses objectifs prioritaires.

Lire le discours (en portugais)

Voir la vidéo

Le président Barroso appelle à un consensus européen pour rétablir la confiance

Le président appelle à un consensus européen, fondé sur l'assainissement budgétaire, des réformes structurelles et des aides pour les chômeurs afin de renforcer la confiance dans l'économie et d'aider l'Europe à sortir de la crise.

12/06/2013

© EU

Aujourd'hui, au Parlement européen, le président Barroso a appelé à un consensus européen afin de contribuer à rétablir la confiance, à briser le cercle vicieux du manque de confiance et à stimuler l'activité économique.

"Il est le temps de créer ce que je pourrais qualifier de consensus européen: si nous n'avançons pas ensemble, nos liens se relâcheront. Un consensus fondé sur des mesures concrètes est nécessaire pour résoudre la crise. Un consensus non seulement autour de la nécessité de stimuler la croissance et l'emploi, mais aussi autour des moyens d'atteindre cet objectif. Un consensus autour d'une Europe plus compétitive sur le plan économique et plus inclusive sur le plan social", a déclaré le président dans son discours.

Le prochain Conseil européen est l'occasion de mettre l'accent sur la création d'emplois et les mesures qui permettront de rétablir le crédit aux PME.

Concernant l'emploi, la Commission a pris de nombreuses mesures, y compris la reprogrammation de fonds structurels pour un montant de 16 milliards d'euros. Les États membres doivent prendre des mesures supplémentaires: "Il convient d'intensifier les efforts, et des actions sont déjà en cours, parce que le chômage ne touche pas des centaines de milliers, mais des millions de personnes à travers l'Europe", a-t-il ajouté.

Les PME, en particulier, sont confrontées à un manque d'accès au crédit. "Le resserrement excessif du crédit demeure un obstacle majeur à la reprise de l'activité économique, en particulier dans nos États membres les plus vulnérables", a déclaré le président. La poursuite d'une union bancaire devrait contribuer à rétablir des conditions normales de prêt.

La confiance est également importante. Les épargnants ne sont pas prêts à investir et la consommation est en berne. Un consensus européen, fondé sur l'assainissement budgétaire, des réformes structurelles et des aides pour les chômeurs, contribuerait à renforcer la confiance, à stimuler l'investissement et à favoriser la croissance et l'emploi.

Lire le discours

Voir la vidéo

Le Président Barroso rassure les cinéastes européens sur la protection de la culture dans les négociations avec les Etats-Unis

Le Président Barroso a reçu, aujourd'hui, une délégation de cinéastes européens à Strasbourg. Cette rencontre a notamment permis un échange sur les opportunités des futures négociations commerciales avec les Etats-Unis et de clarifier certains malentendus sur les enjeux culturels de cette négociation.

11/06/2013

© EU

A l'issue de la rencontre, le Président Barroso a déclaré:

"La Commission est du côté de la culture. Personne n'est plus attaché que moi à la diversité culturelle européenne ainsi qu'à la spécificité des biens culturels qui doit être préservée et nourrie.

La diversité culturelle - pilier fondateur de notre Union européenne - sera pleinement protégée dans les futures négociations avec les Etats-Unis. Nous avons donné des garanties additionnelles pour rassurer quiconque pourrait en douter.

Un mandat de négociation ambitieux est dans l'intérêt général européen pour générer le maximum de croissance et d'emploi. Ceci est parfaitement possible en respectant nos obligations vis-à-vis du secteur culturel, fermement ancrées dans le Traité et dans la Convention de l'UNESCO que l'Union Européenne a ratifiés.

Laissez- moi le réaffirmer haut et fort: l'exception culturelle n'est pas négociable. Il n'y aura pas de marchandage sur la culture! "

Il a ajouté:

"L'exclusion totale de l'audiovisuel du mandat de négociation n'est pas nécessaire pour atteindre nos objectifs, notamment sur "l'exception culturelle". Par contre, exclure tout un secteur, c'est limiter notre ambition pour l'ensemble de la négociation. Cela risque de mettre en cause l'intérêt européen dans un secteur où l'UE a aussi des intérêts offensifs.

Nos échanges aujourd'hui ont permis de constater qu'il y a en réalité peu de choses qui nous séparent - puisque nous sommes tous unis dans l'objectif de protéger notre culture! J'espère que les gouvernements européens se mettront d'accord sur les bonnes modalités pour y parvenir. Cela permettrait de donner rapidement le coup d'envoi aux négociations contribuant au nouveau dynamisme dont nos économies ont tant besoin."

Le Président Barroso a souligné le soutien concret de la Commission à ce secteur, notamment à travers le programme Europe Créative 2014-2020 qui continuera son action pour renforcer la compétitivité du secteur audiovisuel. Le futur programme MEDIA sera renforcé pour tenir compte des opportunités de l'internationalisation du secteur et favoriser les échanges entre les professionnels européens du secteur et avec le monde entier. Il a enfin souligné l'importance de la protection de la propriété intellectuelle et la lutte contre le piratage, domaines dans lesquels la coopération avec les Etats-Unis est essentielle.

Voir la vidéo

Présentation de la stratégie industrielle de la Commission en faveur de la croissance

S'exprimant à Bruxelles à l'occasion de la conférence sur la politique industrielle, le président Barroso a souligné le rôle de l'industrie dans la stratégie de la Commission pour la croissance et l'emploi. "L'incertitude et le manque de confiance sont les principaux obstacles auxquels l'industrie européenne est confrontée en ce moment", a-t-il déclaré, "mais les investisseurs européens et non européens croient encore dans le potentiel de croissance de notre industrie, et à juste titre."

06/06/2013

© EU

Le président Barroso a souligné les principales questions sur lesquelles la Commission travaille pour aider l'industrie de l'UE à faire face aux défis auxquels elle est actuellement confrontée.

Tel qu'il a été souligné dans les recommandations par pays que la Commission a présentées la semaine dernière, il a répété que "la première question sur laquelle nous devons nous concentrer est la reprise des activités normales de prêt à l'économie, parce que des perspectives négatives entraînent une baisse des investissements. Malgré le soutien massif des gouvernements et la politique monétaire favorable de la BCE, les conditions de crédit demeurent rigoureuses et l'accès au financement est limité. C'est particulièrement le cas dans les pays les plus touchés par la crise bancaire et de la dette souveraine, et même ailleurs."

La politique de l'énergie, le sujet du dernier débat du Conseil européen, joue un rôle essentiel, en particulier pour le secteur de l'acier. "Dans le secteur de l'acier, on estime que la facture énergétique représente jusqu'à 40 % de l'ensemble des coûts d'exploitation. La question de l'énergie devrait par conséquent constituer un aspect important du plan d'action de l'acier que la Commission doit adopter la semaine prochaine."

Le président Barroso a souligné la politique active de la Commission visant à achever le marché intérieur et à ouvrir les marchés au niveau international, ainsi que leur importance pour l'industrie: "Afin de renforcer la compétitivité et la solidité de nos entreprises industrielles et de nos entrepreneurs, nous devons leur fournir un meilleur accès aux marchés et de meilleures conditions de marché. Selon moi, le marché intérieur et les évolutions internationales présentent encore beaucoup de potentiel."

Voir la vidéo

En savoir plus sur la conférence

Il est nécessaire de coopérer à tous les niveaux pour surmonter la crise

Aujourd'hui, le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, et le président du Comité des régions, Ramón Luis Valcárcel, se sont rencontrés pour discuter des principaux défis politiques, économiques et sociaux auxquels est confrontée l'Union européenne.

06/06/2013

© EU

Les efforts continus en faveur de la croissance et de l'emploi et la marche vers une intégration plus poussée de l'Union économique et monétaire ont été au cœur de la discussion.

Le président Barroso a déclaré: "Bien que nous fassions l'impossible pour sortir l'Europe de la crise, notre tâche la plus importante est de donner espoir à nos concitoyens. Il nous faut continuer d'axer tous nos efforts sur le développement d'une croissance et d'emplois durables en Europe grâce à la mise en œuvre des mesures que nous avons décidé de prendre, et nous devons montrer que notre action fait une différence pour les jeunes sans emploi comme pour les PME à court de liquidités."

La réunion bilatérale entre les deux présidents a été suivie d’un déjeuner de travail auquel M. Barroso avait convié sept grandes associations de collectivités locales et régionales.

Le président Barroso a souligné qu'il est nécessaire de coopérer à tous les niveaux pour surmonter la crise, avant d'ajouter: "le rôle des régions et des villes est essentiel à la réalisation de nos objectifs communs".

Ces deux rencontres ont lieu dans le cadre du "dialogue structuré" entre la Commission européenne, le Comité des régions et les associations européennes de collectivités locales et régionales.

Communiqué de presse conjoint du président Barroso et du président du Comité des régions, Ramón Luis Valcárcel

Voir la vidéo

Le président Barroso aborde le commerce, la fiscalité et la transparence avec le Premier ministre David Cameron

Le président Barroso a rencontré cet après-midi à Londres le Premier ministre David Cameron. Ils ont abordé de manière positive et constructive les trois priorités (commerce, fiscalité et transparence) de la présidence britannique du G8 qui aura lieu prochainement en Irlande du Nord.

06/06/2013

© EU

Ils se sont également penchés sur le prochain Conseil européen qui mettra l'accent sur la réforme économique, la croissance et la lutte contre le chômage des jeunes. Le président Barroso a soulevé la question du mandat pour les négociations commerciales avec les États-Unis et a souligné qu'il était important de parvenir à un mandat ambitieux.

Le président Barroso appelle à un consensus européen autour de la croissance et de l'emploi

Le président Barroso a accueilli aujourd'hui à Bruxelles le premier ministre espagnol Mariano Rajoy ainsi que les ministres de son gouvernement.

05/06/2013

Mariano Rajoy Brey, on the left, and José Manuel Barroso

La rencontre a permis de mener des discussions approfondies sur les défis auxquels l'Europe est confrontée et sur la manière dont l'Espagne et la Commission peuvent travailler de concert pour que l'Europe puisse surmonter la crise économique.

Le président Barroso a reconnu les mesures importantes que le gouvernement espagnol a prises pour garantir la reprise économique durable et réduire le niveau inacceptable du chômage.

"Notre objectif commun est la stabilité, la croissance et l'emploi. Je tiens à rappeler que bon nombre des mesures qui doivent être prises sont déjà sur la table. Il convient désormais de les adopter dès que possible et de les mettre en œuvre sans délai. La Commission travaille avec détermination dans la perspective du prochain Conseil européen pour contribuer à les concrétiser", a déclaré le président.

Pour faire face aux défis majeurs tels que le chômage, notamment le chômage des jeunes, le président Barroso a souligné qu'outre les réformes structurelles, des mesures à court terme étaient également nécessaires.

"La Commission a ouvert la voie à l'adoption d'une garantie pour la jeunesse au niveau européen, afin de garantir que tous les jeunes de moins de 25 ans reçoivent une offre d'emploi, d'éducation ou de formation dans les quatre mois qui suivent la fin de leur formation formelle ou leur inscription au chômage - un système qui a donné des résultats positifs dans certains pays européens", a déclaré le président.

Il a appelé à une conclusion urgente des négociations sur le prochain budget de l'UE afin que des initiatives telles que l'Initiative pour l'emploi des jeunes puissent être mises en œuvre.

Le président Barroso a conclu son intervention en appelant à consentir des efforts conjoints plus importants afin d'instaurer les conditions propices à l'emploi.

"Un consensus européen est nécessaire... c'est essentiel pour la croissance et l'emploi. C'est le message que je porterai lors du prochain Conseil européen, et je sais que je peux aussi compter sur le soutien de l'Espagne à cet égard", a-t-il déclaré.

Discours du président Barroso à l'issue de la recontre (en espagnol)

Page consacrée à l'emploi des jeunes

Le président Barroso accueille favorablement le nouveau dialogue Australie-Europe sur le leadership

Le président Barroso s'est adressé mercredi à une délégation de trente représentants de haut rang de la communauté australienne des affaires.  Cette mission d'affaires à l'étranger était dirigée par Quentin Bryce, gouverneur général d'Australie.

05/06/2013

Quentin Bryce, José Manuel Barroso, and Duncan Lewis, Head of the Mission of Australia to the EU

La réunion est intervenue au cours d'une période où les relations UE-Australie sont marquées par un degré beaucoup plus élevé de coopération et d'alliance politique.
L'UE et l'Australie négocient actuellement un accord-cadre moderne et ambitieux. Malgré la distance géographique, l'UE demeure le deuxième partenaire commercial de l'Australie, après la Chine, et constitue son principal partenaire commercial dans le domaine des services. C'est aussi la plus importante source d'investissements directs étrangers (IDE) et la principale destination de l'IED australien à l'étranger.

"C'est notre objectif avec l'Australie", a déclaré le président Barroso. "Nous devons nous appuyer sur notre convergence d'opinions sur le plan politique et sur la solidité de nos liens économiques." Notant que la coopération n'est pas uniquement réservée aux cadres ou aux fonctionnaires, le président Barroso a déclaré qu'elle "doit inclure la société civile et les entreprises qui sont le moteur de nos relations. C'est pourquoi je tiens à saluer cette initiative visant à établir un dialogue UE-Australie sur le leadership."

Allocution du président Barroso devant les membres du Dialogue sur le leadership de l'Union européenne avec l'Australie

European Australian Business Council

Première visite officielle du président Barroso au Kazakhstan

Le président Barroso s'est rendu au Kazakhstan du 1er au 3 juin à l'invitation du président Noursoultan Nazarbaïev. Lors de leur rencontre, ils ont abordé des questions bilatérales, régionales et internationales.

03/06/2013

Jose Manuel Barroso with Serik Akhmetov, Prime Minister of Kazakhstan

Lors d'un discours qu'il a prononcé dimanche à l'Université nationale eurasiatique Gumiliov d'Astana, le président Barroso a souligné que le Kazakhstan devient un partenaire de plus en plus important pour l'UE, non seulement en raison du commerce et des échanges économiques, mais aussi et surtout parce que c'est un pays stable où règnent de longue date l'harmonie et la tolérance.

"Nous souhaitons approfondir et enrichir cette relation. Les négociations concernant un nouvel accord renforcé de coopération et de partenariat, que nous avons entreprises ensemble, témoignent de l'importance du Kazakhstan pour l'Union européenne et de nos relations stratégiques solides", a déclaré le président à l'issue de sa rencontre avec le président Nazarbaïev.

Le président Barroso a déclaré que l'objectif est d'élargir la coopération dans tous les domaines d'intérêt mutuel et de soutenir les efforts du Kazakhstan en matière de réformes et de modernisation. Il a souligné que les droits de l'homme et le respect de la primauté du droit font partie intégrante d'une société moderne.

En ce qui concerne les échanges commerciaux bilatéraux entre l'UE et le Kazakhstan, le président Barroso a souligné que l'UE est progressivement devenue le premier partenaire commercial du Kazakhstan; elle représente en effet environ 40 % de l'ensemble du commerce extérieur du pays. Il a déclaré: "Je suis très heureux de pouvoir confirmer aujourd'hui que nos négociateurs ont trouvé un accord sur les éléments de fond du cadre bilatéral UE-Kazakhstan concernant l'adhésion du Kazakhstan à l'OMC, et nous nous réjouissons à l'idée de signer l'accord bientôt".

Reconnaissant qu'au Kazakhstan, de nombreuses avancées importantes sont attribuables au secteur énergétique du pays, le président Barroso a également salué la Stratégie 2050, qui repose sur un concept d'économie verte, que les autorités kazakhes viennent juste d'adopter.

"Le fait d'être l'un des plus grands producteurs de pétrole au monde et d'adopter une stratégie de croissance pour l'avenir qui repose sur les énergies propres et l'efficacité des ressources non seulement est louable, mais démontre aussi un esprit visionnaire", a-t-il déclaré.

Communiqué conjoint du président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, et du président de la République du Kazakhstan, Noursoultan Nazarbaïev

Voir la vidéo

Le sommet UE-Russie fait avancer les négociations relatives à un nouvel accord

Le sommet UE-Russie qui se tient à Ekaterinbourg porte sur les relations économiques et commerciales, les défis liés à la sécurité régionale et internationale ainsi que sur l'énergie et la mobilité.

03/06/2013

© EU

Aujourd'hui et demain, Ekaterinbourg accueille le sommet UE-Russie. Le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, représente la Commission européenne aux côtés du président du Conseil, M. Van Rompuy.

"La Russie est notre plus grand voisin et c'est aussi un partenaire stratégique avec lequel nous avons construit une relation solide et mutuellement bénéfique. Continuer à développer nos relations bilatérales et le cadre juridique qui le sous-tend est dans notre intérêt commun. Un nouvel accord ambitieux et global constitue la meilleure base pour garantir un partenariat renforcé et fiable", a déclaré le président Barroso avant le sommet.

L'ordre du jour de la réunion porte sur la situation économique mondiale en général et une attention particulière est accordée à la prochaine réunion du G20 et la présidence russe du G20. Par ailleurs, les dirigeants aborderont l'état des négociations relatives à un nouvel accord destiné à remplacer l'accord de coopération et de partenariat actuel. Ils parleront du commerce, de la feuille de route UE-Russie pour l'énergie à l'horizon 2050 , de la mobilité et des défis liés à la sécurité mondiale, notamment en Syrie. Un contrat concernant les précurseurs de drogues sera signé à l'occasion du sommet.

Le président Barroso a déclaré qu'il s'attend également à ce que le sommet, qui aura lieu les 3 et 4 juin, réaffirme l'importance que les deux parties attachent au partenariat pour la modernisation.

Il a souligné que "des sociétés civiles florissantes constituent le meilleur levier pour la modernisation politique et économique. Le commerce et l'énergie compteront également parmi les sujets abordés. Nous recherchons des relations prévisibles et fondées sur des règles qui reposent sur nos engagements communs envers l'OMC. Le renforcement des relations entre nos peuples, grâce à une mobilité accrue, fera également partie des sujets l'ordre du jour."

Catherine Ashton, haute représentante de l'Union pour les affaires étrangères et la politique / vice-présidente de la Commission, et Günther Oettinger, commissaire en charge de l'énergie, y participeront aussi.

La Russie sera représentée par le président Vladimir Poutine, qui sera accompagné du ministre des affaires étrangères, Sergueï Lavrov, et de plusieurs autres ministres russes.

Fiche d'information sur le 31e sommet UE-Russie

Informations complémentaires sur les relations UE - Russie

Voir la vidéo