Chemin de navigation

Le président Barroso assiste au dialogue du groupe de réflexion de Bruxelles

© EU

Discours de M. Barroso, président de la Commission européenne, à l'occasion du dialogue du groupe de réflexion de Bruxelles intitulé "État de l'Union 2013 – Fédéralisme ou fragmentation: épeler le 'mot F' de l'Europe" (State of the Union 2013; Federalism or Fragmentation: Spelling out Europe’s F-Word).

 "Une tiédeur envers le projet d'intégration européenne ne fait que renforcer ses adversaires, que donner un élan politique à ceux qui se rangent du côté du nationalisme et du populisme", a fait valoir le président Barroso. C'est seulement en l'appelant par son nom que nous pourrons débattre des vraies questions et clarifier le mot fédéralisme.
 
"Plutôt qu'une menace pour les États membres, le fédéralisme fonctionnel tel qu'il a été développé tout au long de l'histoire européenne constitue aussi une garantie pour la subsidiarité: le fédéralisme est en soi un concept à deux visages: la recherche de l'unité, tout en reconnaissant, en respectant et en conciliant une véritable autonomie. C'est le fondement même du concept d'unité dans la diversité. Qu'y a-t-il de plus européen que cela?

"Au cours de la crise, l'UE s'est considérablement développée sur le plan institutionnel afin d'éviter la fragmentation. Le vrai risque vient aujourd'hui d'ailleurs", le président a-t-il déclaré: "Les divisions que nous voyons émerger me préoccupent profondément: les politiques extrêmes et le populisme détruisant le soutien politique et le tissu social nécessaires pour faire face à la crise; la désunion naissante entre le centre et la périphérie de l'Europe; une ligne de démarcation accrue qui se dessine entre le nord et le sud de l'Europe; les préjugés renaissant et divisant à nouveau les citoyens, et parfois, des préjugés nationaux, qui sont tout simplement inacceptables, également d'un point de vue éthique."

 

Austerity and growth debate: What President Barroso actually said at the Brussels Think Tank Dialogue (22 April 2013)

Lire le discours complet  

Voir la vidéo