Chemin de navigation

À la une

Présidence irlandaise du Conseil de l'UE et 40e anniversaire de l'adhésion à l'UE

L'Irlande entame aujourd'hui sa septième présidence du Conseil. Cette année marque également le 40e anniversaire de l'adhésion de l'Irlande, du Danemark et du Royaume-Uni à l'UE.

31/12/2012

EC

Cette année marque un anniversaire important pour l'Irlande: les 40 ans de son adhésion à l'UE. Depuis 1973, l'Irlande a subi une transformation radicale et est devenue une économie moderne et ouverte reposant sur l'industrie des hautes technologies et les exportations mondiales. Au cours des quarante dernières années, la paix est revenue en Irlande du Nord, l'irlandais est devenu la 23e langue officielle de l'UE et le pays a adopté la monnaie unique.

Cette année, cela fait aussi quarante ans que le Danemark et le Royaume-Uni ont rejoint l'Union européenne. Je crois que pour ces deux pays, l'adhésion à l'UE a été bénéfique.

Pays engagé, novateur, créatif et efficace, le Danemark a montré que le modèle social de l'UE et la compétitivité peuvent aller de pair. Le Danemark est un pays ouvert sur ​​le monde et très attaché aux valeurs européennes que sont l'égalité, la démocratie et la justice sociale. Tout au long de ces quatre décennies, et plus particulièrement au cours de la présidence danoise en 2012, le Danemark a fait preuve d'un grand sens communautaire.

La contribution des gouvernements performants du Royaume-Uni a largement influencé l'Union que nous connaissons aujourd'hui. Le Royaume-Uni a été, et continue d'être, une force motrice du marché unique qui permet à 500 millions de personnes de voyager, de vivre et de faire des affaires dans 27 États membres. Je crois qu'avec le Royaume-Uni en son cœur, l'Europe est plus axée sur les réformes, plus ouverte et plus internationale. Je reconnais que cette relation n'a pas toujours été facile et qu'elle a parfois connu des soubresauts, mais l'Union européenne permet au Royaume-Uni de jouer un rôle beaucoup plus important sur la scène mondiale.

Site web de la présidence irlandaise

30e sommet UE-Russie

Les dirigeants ont échangé leurs points de vue sur la situation politique et économique au sein de l'UE et en Russie. Ils ont également abordé diverses questions bilatérales, telles que les échanges commerciaux, l'énergie et l'exemption de visa.

21/12/2012

© EU

Au début de la conférence de presse qui s'est tenue à l'issue du sommet, le président Barroso a déclaré que la Russie et l'Union européenne accomplissent des progrès satisfaisants dans un certain nombre de domaines présentant un intérêt commun.

Le nouvel accord UE-Russie qui est actuellement en cours de négociation doit couvrir tous les domaines pertinents du partenariat entre l'UE et la Russie, notamment les échanges commerciaux, les investissements et bien sûr l'énergie. "Je suis convaincu que nous pouvons parvenir à un accord équilibré et ambitieux qui sera bénéfique à la fois pour la Russie et pour l'Union européenne", a déclaré le président.

Il a également exprimé sa satisfaction concernant les résultats positifs du partenariat UE-Russie pour la modernisation et les progrès accomplis dans le domaine de l'assouplissement du régime des visas, qui constitue une étape importante sur la voie d'un régime d'exemption de visa entre la Russie et l'UE.

Les liens commerciaux et économiques entre l'UE et la Russie sont très forts. L'Union européenne est le premier partenaire commercial de la Russie, avec des flux bilatéraux d'un montant de 308 milliards d'euros en 2011. "Nous sommes convaincus que le respect des règles et des engagements de l'OMC et que l'ouverture du commerce permettra à la Russie d'accroître le volume de ses échanges commerciaux et de devenir encore plus compétitive et prospère", a déclaré le président Barroso.

Les dirigeants ont également abordé des questions allant au-delà des domaines classiques de coopération. Le président Barroso a annoncé que 2014 sera l'"Année UE-Russie de la science, de la technologie et de l'innovation". Cette série annuelle d'événements, qui doit être organisée conjointement dans toute l'UE et la Russie, vise à renforcer la coopération scientifique et technologique déjà très dynamique entre l'UE, ses États membres et la Fédération de Russie.

Informations complémentaires sur les relations UE – Russie

Read extracts from the President's speech

Voir la vidéo

Message of congratulations to Ms Park Geun-hye, elected President of the Republic of Korea

In a joint statement, Presidents Barroso and Van Rompuy congratulated Ms Park on her election and stressed that the partnership between the EU and the Republic of Korea based on shared values and common goals can make a real difference in addressing global challenges.

20/12/2012

© EU

"… As we approach the fiftieth anniversary of diplomatic relations, we look forward to continue working with you to further expand our cooperation, including in the economic field, and promote peace, security and respect for human rights. We would welcome the opportunity to meet you to develop further our mutual priorities and the next stage in our relations."

Read the Joint Statement

Read more on the EU – the Republic of Korea relations

First beneficiaries of the "EU Children of Peace" initiative announced

ACTED in Northern Iraq with Syrian refugee children; UNHCR in Colombia and Ecuador; Save the Children UK and the Norwegian Refugee Council in Congo and Ethiopia and UNICEF in Pakistan will work to provide access to basic education and child-friendly spaces for over 23,000 children.

18/12/2012

© EU

On 10 December, the EU was awarded the 2012 Nobel Peace Prize for over six decades' contribution to the advancement of peace and reconciliation, democracy and human rights in Europe. The European Commission has formally accepted the prize money on behalf of the European Union and decided to top up the approximate €930,000 to €2 million. The "EU Children of Peace" initiative will support projects for children exposed to the ravages of war and conflicts.

The attribution of the award money to children affected by conflict was a unanimous decision of the President of the European Commission Jose Manuel Barroso, the European Parliament Martin Schulz and of the European Council Herman Van Rompuy.

President Barroso said: “It was obvious for us that the Nobel Peace Prize money should be allocated to the most vulnerable who are often the hardest hit by wars: the children of this world. We want all children to enjoy the constant protection of their rights. Promoting education is also giving peace a chance to be a lasting peace.We want "children of war" to become "children of peace."

He congratulated the first beneficiaries and stressed that it is not a "one-off" initiative: "The Nobel Peace Prize entails a lasting responsibility, and we will therefore continue to fund "Children of Peace" projects every year."

Read the press release on the announcement of the beneficiaries

Watch video

Read more on the EU Children of Peace dedicated website

Read the President's speech

Sustainable development: The European Commission's New Year's resolutions

Opening the Brussels Sustainable Development Summit, President Barroso said that the Commission will present its views on this combined Sustainable and Millennium Development Goals agenda early next year - "a very practical new year's resolution, if you will!"

18/12/2012

© EU

The summit is the first in a planned series of high-level international conferences to build action plans for global sustainable development. President Barroso said that European Union can be satisfied with what has been achieved during 2012 adding that "the EU will play a leading role in the relevant United Nations Sustainable Development Goals Working Group."

He stressed that the European Union is backing up its commitment with significant funding, "we have earmarked almost 2 billion euros for projects related to the Rio outcome for this year and 2013."

But work along the Rio+20 is only part of the picture. The European Union invests a total amount of around 8 billion euros for sustainable development in general.

President Barroso said that EU will work towards the sustainable development goals " across all policy areas; both inside the European Union and on the global stage."

"Of course the extent of our support depends on the financial resources which we have available," he emphasised, referring to an ambitious increase of nearly 20% in the EU's external assistance for the next financial period as proposed by the Commission that will be discussed, together with the EU Multiannual budget 2014-20 as a whole, at the beginning of the next year.

"Sustainable development and justice are twin-principles, which our European Union should continue to bring to the table of the global community," concluded the President.

Watch video

Europeaid – European Commission department for Development and Cooperation

Joint statement by Presidents Barroso and Van Rompuy on the parliamentary elections in Japan

"On behalf of the European Union please accept our congratulations on your success on the occasion of the recent parliamentary elections…

17/12/2012

Japanese flag

We look forward to further strengthening relations between Japan and the European Union, in particular to the opening of negotiations on a deep and comprehensive Free Trade Agreement and Framework Agreement between the European Union and Japan; as well as to intensifying our cooperation on shared challenges, and returning the global economy to sustainable growth.

Above all, we wish to affirm our continued friendship and solidarity with the people and government of Japan."

Statement by President Barroso on the tragic events in Connecticut (USA)

"It is with deep shock and horror that I learned this evening of the tragic fatalities in the shooting in Connecticut (USA). Young lives full of hope have been destroyed...

14/12/2012

EC

On behalf of the European Commission and on my own behalf, I want to express my sincere condolences to the families of the victims of this terrible tragedy."

Déclaration du président Barroso concernant les résultats officiels des élections du 9 décembre 2012 en Roumanie

Le président Barroso félicite Victor Ponta pour sa victoire aux élections et celle de la coalition USL. Le peuple roumain a fait un choix clair de manière démocratique.

14/12/2012

© EU

"Le président Barroso se réjouit de travailler avec le premier ministre Victor Ponta et le président Basescu au cours des prochaines années riches en défis, afin de promouvoir les réformes nécessaires en Roumanie et les intérêts de l'Europe.

Le président Barroso se félicite de l'engagement pris par tous les acteurs politiques roumains de consolider de l'État de droit et le respect du contrôle démocratique."

Conseil européen: une bonne semaine pour l'Europe

Les commentateurs qui prédisaient le démantèlement de l'euro se sont complètement trompés, a déclaré le président Barroso. "Cette semaine a vraiment été une bonne semaine pour l'Europe", a-t-il ajouté, mentionnant le prix Nobel de la paix et les accords très importants concernant le mécanisme de surveillance unique et la Grèce.

14/12/2012

© EU

Il a également souligné les discussions positives que les chefs d'État et de gouvernement ont menées la nuit dernière sur l'avenir de l'Union économique et monétaire. "La Commission continuera d'être un moteur de l'ambition", a-t-il promis.

"Je suis réellement persuadé que nous allons surmonter les difficultés", a déclaré le président Barroso en souhaitant un joyeux Noël à tous.

 

Le président Barroso a salué l'adoption de l'accord sur le mécanisme de surveillance unique. "Les prochaines étapes devraient être la conclusion rapide de règles d'adéquation des fonds propres bancaires et l'harmonisation de la résolution des défaillances bancaires… La Commission fera une proposition concernant un mécanisme de résolution unique en 2013".

"L'accord sur le mécanisme de surveillance unique est extrêmement important, car il témoigne de la détermination de l'UE et de la zone euro. Cela montre aussi que nous pouvons avancer à 27 dans le cadre du traité", a déclaré le président Barroso. Il a insisté sur le fait qu'il était extrêmement important que le mécanisme soit conçu pour répondre aux besoins de la zone euro, tout en restant ouvert à tous.

Il a souligné que l'accord sur le mécanisme de surveillance unique constitue la clé de toutes les autres étapes de la construction de l'union bancaire. "Nous ne tolérerons pas que la supervision de l'une des 6 000 banques de la zone euro soit défaillante."

La Commission présentera une proposition pour la prochaine étape clé - un mécanisme de résolution unique - en 2013. "Cela signifie que les contribuables n'auront pas à régler la facture à l'avenir et que le secteur devra payer pour résoudre ses propres problèmes", a déclaré le président.

Le président Barroso a salué l'accord général qui est intervenu lors du Conseil européen sur la nécessité d'adopter rapidement le paquet législatif relatif à la surveillance budgétaire et a appelé à un accord rapide du Parlement européen pour l'adoption des ces propositions.

Les chefs d'État et de gouvernement ont discuté très ouvertement des éléments à moyen et long terme qui ont été proposés pour approfondir l'union économique et monétaire. Ils reprendront ces pourparlers lors du Conseil européen de juin, pour lequel ils ont demandé au président du Conseil européen, en coopération avec le président de la Commission européenne, de proposer des idées plus concrètes et une feuille de route comportant des échéances.

"Cette année a été extrêmement difficile, en particulier pour les plus vulnérables de nos concitoyens. Mais nous nous attaquons en réalité aux causes profondes du problème: la santé des finances publiques s'améliore. les économies les moins compétitives obtiennent de meilleurs résultats. Le secteur financier est en cours d'assainissement. Notre structure de gouvernance s'améliore. Nous ne crions pas victoire, mais il existe des raisons d'être optimistes et je pense que les investisseurs et les partenaires le reconnaissent", a conclu le président.

Lire l'intégralité du discours du président (1er jour)

Voir la vidéo (1er jour)

Lire l'intégralité du discours du président (2e jour)

Voir la vidéo (2e jour)

Conclusions du Conseil européen de décembre sur l'achèvement de l'Union économique et monétaire

En savoir plus sur la proposition de la Commission relative au mécanisme de surveillance unique du 12 septembre

Questions-réponses sur la proposition de la Commission

Vice-président Rehn sur la décision de l'Eurogroupe au sujet de la Grèce

Le président Barroso à la cérémonie du prix Nobel de la paix

Speech on the outcome of the European Council in the European Parliament on 17 December

Rencontre avec le premier ministre italien M. Monti en perspective du Conseil européen

Le président Barroso a salué l'accord sur le mécanisme de surveillance unique comme un jalon important de l'union bancaire. Il a également loué les efforts de réforme du gouvernement italien et la crédibilité qui en résulte.

13/12/2012

© EU

"L'accord sur le mécanisme de surveillance unique, qui constitue un jalon important de notre union bancaire, montre une fois de plus que nous sommes déterminés et capables de trouver à 27 des solutions justes, équitables et reposant sur les traités. Cela est essentiel pour rétablir la confiance. Je suis reconnaissant envers l'Italie pour le rôle constructif qu'elle a joué concernant la réalisation de cet accord", a déclaré le président Barroso

Il a également dit que le premier ministre Monti et lui-même convenaient qu'il fallait aller encore plus loin pour rétablir la confiance, ancrer la stabilité et maintenir une perspective à moyen et long termes tel qu'énoncé dans le projet détaillé de la Commission. "Nous nous attendons à ce que ce Conseil européen donne un signal clair en ce sens, même si nous ne serons pas en mesure de résoudre aujourd'hui ni demain tous les problèmes qui restent à régler", a souligné le président Barroso.

Les deux dirigeants ont également échangé leurs points de vue sur la situation en Italie. Le président Barroso a félicité le premier ministre Monti et son gouvernement pour le programme de réformes ambitieux qu'ils ont mené en Italie, notamment les mesures importantes qu'ils ont prises pour faire baisser les déficits excessifs du pays et s'attaquer à la dette publique élevée.

Il a indiqué que des progrès considérables avaient été réalisés pour améliorer la compétitivité et le potentiel de croissance du pays et a affirmé espérer et croire que l'Italie poursuivra sur cette voie. "Les élections de 2013 ne peuvent constituer ni une rupture, ni une excuse pour ralentir le programme de réformes et de consolidation", a déclaré le président Barroso.

Voir la vidéo

Accueil favorable de l'accord du Conseil sur le mécanisme de surveillance unique

"Au nom de la Commission européenne, je salue chaleureusement l'accord extrêmement important que le Conseil a conclu sur le mécanisme de surveillance unique", a déclaré le président Barroso dans une déclaration écrite jeudi matin.

13/12/2012

© EU

"Sur la base de la proposition présentée par la Commission le 12 septembre, il s'agit d'une étape cruciale et très importante sur la voie de l'achèvement de l'union bancaire et d'une étape opportune dans l'intégration de la surveillance financière pour la zone euro et les autres États membres dont la Commission souhaite aussi la participation.

Nous espérons maintenant que les colégislateurs seront en mesure de finaliser l'accord sur le mécanisme de surveillance unique aussi rapidement que possible. Je tiens à souligner qu'en quatre mois, nous sommes passés d'une proposition de la Commission à un accord politique par le Conseil, ce qui démontre une nouvelle fois que l'Union européenne a la volonté politique et la capacité d'agir rapidement sur des questions capitales."

President Barroso's message of condolences on the passing away of Ravi Shankar

I was moved and saddened to learn the news of the passing away of Ravi Shankar. I send my sincere condolences to his family and to the people of India," said President Barroso in his message.

12/12/2012

© EU

"I want to pay tribute to Ravi Shankar's unique gift and talent as a musician and a composer, allowing people all over the world to experience India's rich musical universe. In an age before the term

multi-culturalism was widely used, Ravi Shankar crossed genres and continents in his collaborations, building musical bridges that took us on the most unexpected journeys. Ravi Shankar was a true Ambassador of India's culture and heritage. His work will continue to inspire future generations."

L'excès d'optimisme n'aura pas sa place lors du prochain Conseil européen

Dans un discours qu'il a prononcé devant le Parlement européen mercredi, le président Barroso a appelé à la vigilance en vue de la réunion du Conseil européen qui se tiendra cette semaine. Il a souligné que la situation de la zone euro s'était améliorée mais reste néanmoins fragile.

12/12/2012

© EU

"Il est capital lors de ce Conseil européen de parvenir rapidement à un accord politique sur le mécanisme de surveillance unique et de l’adopter. Ce mécanisme constitue l'étape la plus importante de l'approfondissement et de l'achèvement de l'Union économique et monétaire", a-t-il déclaré dans son discours.

Il s'est également opposé à la perte d’une vision d'ensemble qui confère de la crédibilité et motive la définition urgente d’une feuille de route pour une future union économique et monétaire efficace et approfondie.

Le projet détaillé présenté par la Commission identifie les tâches les plus urgentes et définit les travaux pour les semaines, les mois et les années à venir.

Le président Barroso a rappelé les grands principes directeurs sur lesquels devrait reposer une réelle union économique et monétaire, tel qu'indiqué dans le projet détaillé:

- elle doit reposer sur le cadre institutionnel et juridique des traités conformément à la méthode communautaire.

- elle doit veiller à ce que la discipline et la responsabilité aillent de pair avec la solidarité et la convergence.

- tout en reconnaissant que l'intégration de l'UEM en général, et de la zone euro en particulier, doit être plus rapide et plus décisive que celle de l'UE dans son ensemble, elle doit préserver l'intégrité de l'Union européenne et de ses politiques menées à 27, notamment le marché unique. Elle doit rester ouverte à la participation d'autres États membres, le cas échéant.

Enfin, la création d'une UEM efficace et approfondie exigera des mesures proportionnées pour parvenir à une union politique: "C'est pourquoi le projet détaillé a retenu l'approche transparente et l'engagement pour présenter des idées explicites visant à modifier les traités avant les prochaines élections européennes, afin de favoriser un débat public nécessaire et les décisions qui en découlent."

Le président Barroso a souligné que pour que les réformes fonctionnent, il fallait avant tout qu'elles soient justes. Il a rappelé deux propositions très récentes de la Commission qui montrent que cette dernière considère que la justice sociale et l'équité constituent des éléments clés des priorités des politiques actuelles: le plan d'action contre la fraude et l'évasion fiscales et le paquet emploi jeunes.

Lire le discours complet

Voir la vidéo

"Pour une réglementation bien affûtée": exploiter le droit de l'UE de manière optimale dans une conjoncture difficile

Dans un souci de permettre aux entreprises d'exercer leurs activités plus facilement et à moindre coût et aux citoyens de bénéficier des avantages offerts par le marché unique, la Commission européenne a annoncé d'importantes mesures destinées à renforcer et à améliorer le cadre réglementaire européen ainsi qu'à veiller à ce que la réglementation de l'UE soit "bien affûtée".

12/12/2012

© EU

Parmi ces mesures figure un nouveau programme visant à réduire les coûts réglementaires superflus tant au niveau de l'UE qu'au niveau national. Il vise aussi à «affûter» les outils que sont les analyses d'impact, les évaluations et les consultations publiques, qui permettent de garantir que la législation de l'UE reste adaptée à sa finalité. Ces mesures visent à contribuer à la croissance dans l'UE et à permettre à l'Union de rester compétitive dans une conjoncture difficile.

Le président Barroso a déclaré: "Une Europe de la croissance, créatrice d'emplois et compétitive à l'échelle internationale n'est possible que si la législation de l'UE est adaptée à sa finalité. C'est pourquoi nous avons fait de la réglementation intelligente un principe fondamental de l'élaboration des politiques. Aujourd'hui, nous intensifions nos efforts en lançant un nouveau programme global pour une réglementation affûtée et performante. Nous avons l'intention d'examiner le corpus législatif existant et de cibler systématiquement tout ce qui n'est pas absolument nécessaire pour atteindre avec efficience les objectifs que sont la croissance durable, la création d'emplois et la compétitivité."

Ces mesures comprennent une communication pour une réglementation de l'UE bien affûtée et deux documents de travail des services de la Commission: sur les consultations publiques et la réduction de la charge administrative , dont le programme d'action à moyen terme devrait déboucher sur une augmentation de 1,4 % du PIB de l'UE, soit 150 milliards d'euros.

Une consultation est en cours auprès des petites entreprises sur les actes législatifs les plus contraignants. Les PME peuvent y participer jusqu'au 21 décembre 2012.

Communiqué de presse sur les nouvelles mesures

Questions-réponses sur la réglementation intelligente

Site web de la Commission sur la réglementation intelligente

Débat avec des étudiants Erasmus sur le prix Nobel de la paix et l'avenir de l'Europe

Mardi, le président Barroso a participé à un débat avec des étudiants Erasmus originaires de toute l'Europe. Le débat a porté sur quatre points: le prix Nobel de la paix pour l'Union européenne, la situation économique actuelle, les jeunes et l'avenir de l'Europe.

11/12/2012

Le président Barroso s'entretient avec des étudiants Erasmus à l'Université d'Oslo © UE

32 étudiants effectuant actuellement leur échange Erasmus ont participé au débat. Ils représentaient les 27 États membres de l'UE et cinq autres pays participant au programme Erasmus: la Suisse, la Croatie, l'Islande, la Norvège et la Turquie.

L'une des premières questions était de savoir si l'Union européenne méritait le prix Nobel. Le président Barroso a répondu que, même s'il était à la fois touché et honoré, il estimait que l'UE méritait ce prix car "l'Union européenne est le projet de coopération transnationale le plus réussi. Jamais dans l'histoire de l'humanité, avons-nous vu 27 pays décider librement de partager leur souveraineté, de mettre leurs capacités en commun autour des valeurs que sont la paix, la liberté et la démocratie".

Concernant la crise économique actuelle, les étudiants se sont dits préoccupés par les troubles sociaux découlant de la crise et par la montée des forces extrémistes et populistes dans certains pays européens. Le président Barroso a répondu que si l'UE n'était pas la cause de cette crise, elle jouait un rôle essentiel pour trouver des solutions, par exemple en soutenant une Union économique et monétaire et une supervision bancaire plus approfondies.

Les élèves s'intéressaient naturellement à l'avenir du programme Erasmus et aux moyens de lutter contre le taux élevé de chômage chez les jeunes. Le président Barroso leur a fait part d'une bonne nouvelle, à savoir qu'un accord a été conclu concernant le financement supplémentaire nécessaire pour 2013, et il a garanti aux étudiants que le programme occupait une place importante dans le budget de l'UE à long terme. En fait, la proposition de la Commission vise à étendre Erasmus, à la fois pour les étudiants universitaires et pour d'autres jeunes, notamment des entrepreneurs. Il a rappelé que la Commission est très préoccupée par les niveaux élevés de chômage des jeunes et prend de nombreuses mesures pour lutter contre ce phénomène, par exemple le paquet emploi jeunes adopté par la Commission la semaine dernière.

Le débat s'est conclu par plusieurs questions sur l'avenir de l'Europe, y compris, l'élargissement et l'intégration politique européenne.

Voir des extraits du débat (10 minutes)

Voir la vidéo intégrale du débat (50 minutes)

Les présidents Barroso et Schulz rencontrent le premier ministre norvégien

Le président de la Commission européenne et le président du Parlement européen, Martin Schulz, ont rencontré mardi matin le premier ministre norvégien, M. Stoltenberg. Ils ont échangé leurs points de vue sur l'économie, la sécurité énergétique et la lutte contre le changement climatique.

11/12/2012

PM Stoltenberg and President Barroso © EU

"Ce matin, nous avons discuté de l'Europe ouvertement, comme nous le faisons toujours avec la Norvège, avec laquelle nous sommes très proches. C'est un membre de la famille des nations européennes", a déclaré le président Barroso à l'issue de la réunion.
 
Il a rappelé le lien naturel qui unit l'UE et la Norvège, non seulement sur le plan commercial - 80 % des exportations norvégiennes sont destinées à l'UE - mais aussi par exemple en matière d'énergie et dans d'autres domaines.
 
Sur le plan économique, le président Barroso et le président Schulz ont partagé avec premier ministre leur vision de la situation en Europe, notamment en ce qui concerne les difficultés qui subsistent, à savoir l'impact social négatif qui constitue actuellement une préoccupation majeure.
 
Le président a également félicité la Norvège pour son partenariat une fois de plus efficace concernant la recherche d'un accord ambitieux lors de la conférence de Doha sur le changement climatique.

Lire l'intégralité de l'allocution prononcée lors du point presse

Voir la vidéo

Discours d'acceptation du prix Nobel de la paix: vous pouvez compter sur l'Europe

Dans un discours qu'il a prononcé conjointement avec le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, le président Barroso a déclaré: "Mon message aujourd'hui est le suivant: vous pouvez compter sur nos efforts pour défendre une paix durable, la liberté et la justice en Europe et dans le monde."

10/12/2012

Les présidents Van Rompuy, Barroso et Schulz © UE

Le président Barroso a ouvert sa partie du discours d'acceptation en rappelant les souvenirs intenses laissés par différentes étapes de la réunification de l'Europe qui ont abouti à la paix: faire partie de la population qui, en 1974 au Portugal, se pressait dans les rues pour célébrer la révolution démocratique et la liberté ou se trouver à Berlin en 1989 et écouter Rostropovich jouant Bach au pied du mur de Berlin détruit. "Plusieurs générations d'Européens ont montré, encore et toujours, que leur choix de l'Europe était aussi celui de la liberté", a-t-il déclaré.

Mais la lutte pour la paix ne s'arrête pas là. Le président Barroso a cité Baruch Spinoza: "La paix n'est pas seulement l'absence de guerre, c'est une vertu."

En Europe, cela signifie mener une épopée remarquable qui nous mène vers une "Union sans cesse plus étroite", notamment l'un des symboles les plus tangibles de l'unité que chacun de nous tient dans ses mains: l'euro, la monnaie de l'Union européenne. "Ce symbole, nous le défendrons", a affirmé le président Barroso.

Il a poursuivi en ces termes: "Ce que le projet européen a d'unique, c'est d'avoir concilié la légitimité d'États démocratiques à la légitimité d'institutions supranationales". La quête d'unité européenne n'est pas une œuvre parfaite; c'est un ouvrage en cours qui demande à être façonné avec une attention constante et diligente. Cependant, "'l'Union européenne peut être, et d'ailleurs est déjà, une puissante source d'inspiration pour tant d'autres à travers le monde".

Hors de l'Europe, cela implique de poursuivre le double principe de la solidarité et de la responsabilité mondiales. "En tant que communauté de nations ayant surmonté des guerres et combattu le totalitarisme, nous nous tiendrons toujours aux côtés de ceux qui aspirent à la paix et à la dignité humaine", a déclaré le président Barroso.

Il a souligné le devoir moral de la communauté internationale de répondre à la situation actuelle en Syrie et a rendu hommage à ceux qui, dans le monde entier, luttent pour les droits de l'homme et risquent leur vie pour défendre les valeurs que l'Europe chérit. "Leur voix nous parvient dans cette pièce aujourd'hui. Aucune prison ne parviendra à les réduire au silence", a-t-il affirmé.

"Mon message aujourd'hui est le suivant: vous pouvez compter sur nos efforts pour défendre une paix durable, la liberté et la justice en Europe et dans le monde", a-t-il dit en conclusion.

Read the entire joint speech

Watch the speech (part 1 – President Van Rompuy)

Watch the speech (part 2 – President Barroso)

Extracts from the Nobel Peace Prize Ceremony

Read President Barroso's remarks at the press conference on Sunday 9 December

Watch video from the press conference

Inter-institutional website on the Nobel Peace Prize

Information for the press

Wrap-up VIDEO: 2012 Nobel Peace Prize events (extracts from arrival, ceremony, speech and side events)

Au cours des soixante prochaines années, l'Europe doit diriger le mouvement mondial en faveur de la paix

Le président Barroso se trouve aujourd'hui à Oslo pour recevoir le prix Nobel de la paix, aux côtés du président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, et du président du Parlement européen, Martin Schulz. "Être ici pour recevoir conjointement ce prix au nom de l'Union européenne est un honneur et une leçon d'humilité."

09/12/2012

© EU

Ce prix est celui du projet européen, celui des peuples et des institutions, qui jour après jour ont bâti une nouvelle Europe.

C'est le moment opportun de se souvenir des réalisations de l'Union européenne:

 

Je sais que certains d'entre nous ont demandé: pourquoi maintenant? Thorbjørn Jagland, président du Comité Nobel norvégien, l'a parfaitement résumé le jour de l'annonce [et encore une fois tout à l'heure - et je tiens à le remercier chaleureusement pour ses paroles]. "C'est le bon moment pour envoyer à l'Europe un message clair qui affirme que nous devons préserver nos acquis... Il s'agit d'un prix pour bénéficier d'un monde mieux organisé, pour bénéficier de la stabilité et de la paix".

Nous rendrons hommage à ce prix et nous préserverons nos acquis. C'est dans l'intérêt commun de nos concitoyens. Et cela permettra à l'Europe de contribuer à façonner ce "monde mieux organisé" qui respecte les valeurs de liberté, de démocratie, des droits de l'homme et de la primauté du droit que nous chérissons et auxquelles nous croyons.

Les soixante dernières années ont montré que l'Europe pouvait être unie dans la paix. Au cours des soixante prochaines années, l'Europe doit diriger la lutte mondiale en faveur de la paix."

Voir la vidéo

 

Le lundi 10 décembre à 13h, l'Union européenne recevra le prix Nobel de la paix 2012 pour sa contribution à la progression de la paix et de la réconciliation, de la démocratie et des droits de l'homme en Europe.

Comme tous les lauréats, l'UE recevra le prix des mains du président du comité norvégien du prix Nobel qui a annoncé sa décision le 12 octobre. L'Union européenne sera représentée par les trois présidents: José Manuel Barroso pour la Commission, Herman Van Rompuy pour le Conseil européen et Martin Schulz pour le Parlement européen.

Les présidents Barroso et Van Rompuy prononceront le discours traditionnel du prix Nobel au nom de l'UE. Quatre jeunes Européens, les gagnants du concours en ligne organisé par l'Union européenne, se joindront à la délégation de l'UE pour recevoir le prix à Oslo.

La cérémonie sera retransmise en direct sur ce site et sur Europe by Satellite.

Pour obtenir plus d'informations, y compris le programme complet des festivités du prix Nobel de la paix 2012, veuillez consulter le dossier de presse en ligne et le site web interinstitutionnel sur le prix Nobel de la paix.

Informations complètes sur l'attribution du prix à l'UE

Déclaration du président Barroso suite à l'annonce le 12 octobre

Cérémonie du prix Nobel de la paix

Le lundi 10 décembre à 13h, l'Union européenne recevra le prix Nobel de la paix 2012 pour sa contribution à la progression de la paix et de la réconciliation, de la démocratie et des droits de l'homme en Europe.

07/12/2012

© EU

Comme tous les lauréats, l'UE recevra le prix des mains du président du comité norvégien du prix Nobel qui a annoncé sa décision le 12 octobre. L'Union européenne sera représentée par les trois présidents: José Manuel Barroso pour la Commission, Herman Van Rompuy pour le Conseil européen et Martin Schulz pour le Parlement européen.

Les présidents Barroso et Van Rompuy prononceront le discours traditionnel du prix Nobel au nom de l'UE. Quatre jeunes Européens, les gagnants du concours en ligne organisé par l'Union européenne, se joindront à la délégation de l'UE pour recevoir le prix à Oslo.

La cérémonie sera retransmise en direct sur ce site et sur Europe by Satellite.

Pour obtenir plus d'informations, y compris le programme complet des festivités du prix Nobel de la paix 2012, veuillez consulter le dossier de presse en ligne et le site web interinstitutionnel sur le prix Nobel de la paix.

Informations complètes sur l'attribution du prix à l'UE

Déclaration du président Barroso suite à l'annonce le 12 octobre

L'approche de la Commission en matière de lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale

La crise financière est devenue une crise de confiance ayant des répercussions profondes sur l'économie, la société et les citoyens européens. S'exprimant hier lors de la convention de la plateforme européenne contre la pauvreté et l'exclusion sociale, à Bruxelles, le président Barroso a souligné que l'assainissement budgétaire, des réformes profondes et des investissements ciblés, mais aussi l'inclusion sociale, étaient nécessaires pour sortir de cette spirale.

06/12/2012

© EU

"Partout en Europe, pour la première fois depuis un demi-siècle, beaucoup de nos concitoyens regardent l'avenir non pas avec l'espoir de mener une vie meilleure, mais en éprouvant de l'incertitude et même de la peur", a déclaré le président. "La pauvreté menace plus d'un Européen sur cinq, y compris plus de 25 millions d'enfants".

"La cause profonde de la situation actuelle est économique et nous ne pourrons pas relever le défi social sans relever aussi le défi économique. Nous devons asseoir nos bases et œuvrer à la croissance, à une croissance qui devrait être durable et inclusive, c'est nécessaire pour le développement de notre modèle social", a déclaré M. Barroso.

La semaine dernière, la Commission a adopté son analyse annuelle de la croissance, qui a pour priorité de lutter contre le chômage et les conséquences sociales de la crise. L'analyse annuelle de la croissance met l'accent sur la nécessité de protéger les personnes les plus vulnérables et décrit les mesures à prendre pour se préparer à une reprise riche en emplois, améliorer le niveau d'employabilité et promouvoir l'inclusion sociale.

Dans le contexte des négociations financières en cours, la Commission continue de plaider en faveur de plus d'instruments pour une croissance durable et inclusive et la création d'emplois, par exemple pour un soutien accru en faveur du Fonds d'ajustement à la mondialisation et du Fonds européen d'aide aux plus démunis, deux instruments spécialement conçus pour favoriser l'inclusion sociale.

"Nous devons nous assurer que l'Europe dispose des instruments dont elle a besoin à l'avenir pour garantir que la croissance est non seulement durable, mais aussi véritablement inclusive, pour montrer que notre modèle social européen, l'économie sociale de marché, n'est pas mort", a conclu le président.

Lire le discours du président

Informations complémentaires sur la lutte contre la pauvreté et l'inclusion sociale

Voir la vidéo

Le marché unique et le budget européens, des moteurs de croissance

Invité à s'exprimer lors du congrès annuel de VOKA, la Chambre flamande de commerce et d'industrie, le président Barroso a expliqué les mesures que la Commission européenne a prises en réponse à la crise, notamment, il y a peu, le projet détaillé pour une union économique et monétaire véritable et approfondie.

04/12/2012

© EU

Présentant le débat actuel sur le budget européen pluriannuel, il a insisté sur les enjeux cruciaux pour les petites et moyennes entreprises, tels que le soutien à la recherche et à l'innovation et l'accès au financement en général.

"L'achèvement du marché unique est également un moyen de créer de nouvelles opportunités", a déclaré le président Barroso, rappelant l'Acte pour le marché unique II que la Commission a adopté récemment et qui établit douze nouvelles actions clés en faveur de la croissance sur le marché intérieur. Il a encouragé les entrepreneurs à exploiter le potentiel des échanges commerciaux au sein de l'UE et des accords de libre-échange entre l'UE et les différents pays.

Discours: "Le temps est venu de stimuler la croissance"

Union européenne et Moldavie: un voyage pour le partage

Au début de sa visite en Moldavie, le président Barroso a félicité la Moldavie pour avoir choisi une voie courageuse: celle de l'association politique et de l'intégration économique avec l'Union européenne.

03/12/2012

Vladimir Filat, Moldova Prime Minister, on the right, and Jose Manuel Barroso © EU

Alors que l'UE est en train de négocier un accord d'association qui comprend une zone de libre-échange approfondie et complète, le président Barroso a exprimé son appréciation pour les très gros progrès accomplis dans les pourparlers en ce sens et a répété que l'objectif est de conclure les négociations à temps pour le Sommet du partenariat oriental qui se tiendra à Vilnius à la fin de l'année prochaine.

Le président a expliqué ce que le processus d'accord d'association signifie: "Il s'agit fondamentalement de partager les mêmes valeurs. Ce processus nous rapprochera l'un de l'autre bien plus que des déclarations ne pourront jamais le faire. Vous êtes bien conscients que les valeurs sur la base desquelles l'UE est construite – la liberté, la démocratie, le respect des droits de l'homme et des libertés fondamentales, et la primauté du droit – sont précisément au cœur du processus d'association politique et d'intégration politique que le Partenariat oriental offre et que nous souhaitons établir avec la Moldavie.

"Dans cet esprit, je vous garantis que l'Union européenne se tient à vos côtés, aux côtés du peuple moldave, dans la mise en œuvre de vos projets ambitieux de réforme, aujourd'hui et demain. Si vous maintenez le rythme et si vous approfondissez les réformes, je suis convaincu que votre choix européen aboutira. Je vous souhaite le plus grand succès dans vos efforts", a conclu le président Barroso.

Voir la vidéo de la visite

Concours de l'UE "Paix, Europe, avenir": quatre jeunes Européens assisteront à la cérémonie officielle du prix Nobel de la paix

Quatre jeunes Européens, Ana d'Espagne, Elena d'Italie, Ilona de Pologne et Larkin de Malte, accompagneront les dirigeants de l'UE à Oslo pour la cérémonie du prix Nobel de la paix. Ils ont gagné le concours de dessin et d'écriture organisé par les institutions de l'UE, en partenariat avec le Forum européen de la jeunesse, à l'occasion de l'attribution du prix Nobel de la paix à l'UE.

03/12/2012

© EU

"Paix, Europe, avenir: que signifie la paix en Europe pour toi?" C'est la question qui a été posée à des jeunes originaires de l'UE et des pays adhérents et candidats âgés de 8 à 24 ans.

Ce concours a attiré près de 5 400 candidatures provenant de 33 pays: 1 173 dessins pour la tranche d'âge des 8-12 ans, 1 870 textes pour la tranche d'âge des 13-17 ans et 2 354 textes pour la tranche d'âge des 18-24 ans.

Les quatre lauréats sont invités par les présidents du Conseil européen, de la Commission européenne et du Parlement européen à faire partie de la délégation officielle de l'Union européenne qui se rendra à Oslo pour recevoir le prix Nobel de la paix de cette année. Ils assisteront à la cérémonie officielle qui se tiendra le 10 décembre, ainsi qu'au concert du prix Nobel qui aura lieu le 11 décembre.

Suivre l'événement sur facebook

Suivre l'événement sur twitter

Site web du Forum européen de la jeunesse

Site web du prix Nobel de la paix

UE et Arménie: promouvoir des valeurs communes et renforcer les liens

"L'avenir de l'Arménie a des répercussions sur l'Union européenne et nous sommes prêts à collaborer avec vous pour réaliser les aspirations de tous les citoyens arméniens", a déclaré le président Barroso après sa rencontre avec M. Serge Sarkissian, président de la République d'Arménie. Au cours de sa visite, le président Barroso a également rencontré le premier ministre Tigran Sarkissian, et a tenu des réunions avec les responsables politiques, les parlementaires et la société civile.

03/12/2012

© EU

L'Union européenne est actuellement en train de négocier un accord d'association, y compris une zone de libre-échange approfondie et complète. Le président Barroso s'est dit satisfait des progrès réalisés concernant les négociations sur l'accord d'association et a réaffirmé que l'objectif est d'achever les pourparlers à temps pour le sommet du partenariat oriental qui se tiendra à Vilnius à la fin de l'année prochaine.

Sur l'accord de facilitation des visas et l'accord de réadmission, le président a déclaré: "Après des négociations constructives et je dois dire rapides, nous serons en mesure de signer l'accord d'assouplissement du régime des visas ce mois-ci, le 17 décembre, puis, à une date ultérieure, l'accord de réadmission. Notre objectif à long terme est clair et nous allons nous y employer: nous voulons pouvoir nous déplacer sans visas."

Enfin, le président Barroso a félicité le président arménien pour la "bonne conduite" des élections législatives en mai 2012. Il a également insisté sur le fait que les prochaines élections devraient être "parfaites en termes d'équité et de respect des normes internationales".

Lire la déclaration suite à la rencontre avec le président armenien

Voir la vidéo de la rencontre

Lire le discours prononcé au musée national des manuscrits

Voir la vidéo de la visite