Chemin de navigation

Soutien en faveur de la paix durable au Myanmar

President Barroso meets Daw Aung San Suu Kyi © EU

Le samedi 3 novembre, José Manuel Barroso, président de la Commission européenne, SE M. U Aung Min, ministre de la présidence de la République du Myanmar, ont signé une déclaration conjointe au Centre du Myanmar pour la paix, à Yangon.

Créé par décret présidentiel, le Centre du Myanmar pour la paix doit servir de plateforme pour le dialogue entre tous les acteurs impliqués dans les processus de paix ethnique au Myanmar.

Le président Barroso a déclaré: "Nous vivons aujourd'hui un moment vraiment mémorable. La création du Centre du Myanmar pour la paix constitue une étape essentielle vers la réconciliation ethnique et la paix durable au Myanmar. Je salue l'initiative du Président U Thein Sein et de son équipe, dirigée par le ministre U Aung Min. L'UE soutiendra le gouvernement et tous les acteurs ethniques sur le chemin difficile qui les attend."

Il a souligné le rôle de l'UE qui octroyé un financement de 700 000 euros permettant au centre de démarrer. Cette enveloppe sera suivie de l'octroi plus tard dans l'année d'un financement important qui bénéficiera également aux communautés ethniques. Au total, l'UE fournira 150 millions d'euros au titre de l'aide au développement au Myanmar pour 2012-2013, dont 100 millions d'euros seront engagés d'ici la fin de l'année. Ces financements permettront de dégager un budget de 30 millions d'euros qui sera consacré au soutien d'activités dans les zones ethniques.

Dans le discours qu'il a prononcé au centre, le président Barroso a déclaré: "Avec la visite de ce centre pour la paix maintenant et après mes entretiens avec le président U Thein Sein, avec le président Thura Shwe Mann et avec Daw Aung San Suu Kyi plus tôt aujourd'hui, je peux dire que la paix et la réconciliation sont à portée de main au Myanmar."

Il a encouragé les dirigeants du Myanmar à continuer de soutenir et de renforcer la démocratie dans le pays en étant à l'écoute des besoins de l'ensemble de la population et à continuer de libérer les prisonniers politiques encore détenus car "nul ne doit être détenu en prison pour avoir exprimé son point de vue".

Le Président a également rappelé que l'UE est prête à mobiliser 4 millions d'euros pour les besoins humanitaires immédiats, pour autant que l'accès aux zones touchées soit garanti.

Contexte

L'UE suit de près et soutient fermement la transition pacifique au Myanmar. Elle a réagi très rapidement à l'abandon par le pays du régime autoritaire, a suspendu certaines mesures restrictives et a fourni une aide au développement au pays. La haute représentante/vice-présidente Catherine Ashton a inauguré un bureau de l'UE au Myanmar le 28 avril et le président Barroso a ensuite rencontré Thura Shwe Mann, président de la chambre basse du Parlement du Myanmar, le 11 mai.

Voir la vidéo du Myanmar