Chemin de navigation

À la une

Rencontre à Athènes avec M. Samaras, premier ministre grec

"Le meilleur espoir pour la Grèce d'un retour à la croissance et à la création d'emplois réside dans la zone euro."

26/07/2012

José Manuel Barroso and Mr Samaras © EU

À l'issue de la réunion avec le premier ministre grec Samaras, le président Barroso a été très clair: «Vous, les Grecs, devez reconstruire votre pays avec notre soutien. Rester dans la zone euro est le meilleur moyen d'éviter des épreuves plus difficiles; la Grèce peut y parvenir. Ensemble, la Grèce et l'Europe y parviendront."

Il a affirmé être conscient des sacrifices extrêmement difficiles que de nombreux Grecs font actuellement. Mais il a encouragé les Grecs à reconnaître que les autres possibilités seraient beaucoup plus difficiles pour la Grèce et toucheraient encore plus les personnes les plus vulnérables de la société grecque.

Il s'est montré rassuré de l'engagement du gouvernement de coalition à procéder à des réformes et à respecter et mettre en œuvre les engagements pris. "Le mot d’ordre est: respecter à tout prix les engagements. Afin de maintenir la confiance des partenaires européens et internationaux, les retards doivent cesser. Les mots ne suffisent pas. Les actions sont beaucoup plus importantes", a poursuivi le président.

Il a souligné que la Commission européenne travaille d'arrache-pied pour aider la Grèce, par exemple par l'intermédiaire de la task force pour la Grèce.

À un niveau plus général, le président Barroso a rappelé les décisions fondamentales prises par la zone euro en vue de préserver la stabilité.

Il a annoncé que la Commission travaille de façon intensive à la mise en place d'une union bancaire et qu'elle fera début septembre une proposition législative relative à un mécanisme de contrôle commun, reposant sur la BCE en ce qui concerne la zone euro. "Donner à la BCE la responsabilité ultime du contrôle des banques de la zone euro contribuera de manière décisive à accroître la confiance et la stabilité financière." Il a conclu en affirmant clairement que "les gouvernements de la zone euro et les institutions de l'UE feront tout ce qu'il faut pour garantir la stabilité financière de la zone euro".

Lire la déclaration complète

Voir la vidéo

Message de condoléances conjoint de José Manuel Barroso et d'Herman Van Rompuy pour le décès du président de la République du Ghana, John Evans Atta Mills

Les deux présidents ont exprimé leurs condoléances les plus sincères à S.E. le président John Dramani Mahama et au peuple ghanéen pour le décès soudain du président John Evans Atta Mills.

25/07/2012

John Evans Atta Mills (Wiki Commons)

On se souviendra des contributions du président Atta Mills en faveur de la primauté du droit, de la démocratie et du développement au Ghana, car ils constituent une base solide permettant de continuer à bâtir un avenir fondé sur la prospérité, la liberté et la sécurité pour tous les citoyens ghanéens.

Lire le message conjoint

Projet de budget de l'UE 2013 - lettre aux dirigeants européens

Le 24 juillet, le président Barroso a adressé un courrier à tous les chefs d'État et de gouvernement de l'UE pour leur faire part de son inquiétude concernant la position du Conseil sur le projet de budget pour 2013.

25/07/2012

(c) EU

Dans son courrier, le président Barroso prévient que ces coupes de plus de 5 milliards d'euros pourraient avoir des conséquences graves pour la reprise économique et "[toucher] les régions, les chercheurs ou les PME avec le risque de les priver alors de financement."

Le président Barroso rappelle que la proposition de budget initiale de la Commission a pris pleinement en compte le contexte économique difficile, en gelant les nouveaux engagements en termes réels.

Ce courrier se termine en exprimant l'espoir du président que "[tous conviendront] que ce n'est pas le moment de sacrifier des investissements favorables à la croissance et que les investissements cofinancés par le budget de l'UE présentent une réelle valeur ajoutée."

Il appelle ensuite le Conseil "à œuvrer de façon constructive avec le Parlement européen et la Commission afin d'approuver le budget dont l'Europe a besoin."

Le 24 juillet, le Conseil a approuvé sans discussion la position du COREPER du 11 juillet 2012 visant à limiter la hausse des paiements du budget de l'UE 2013 à 2,79 %. La Commission, dans sa proposition initiale du 25 avril 2012, avait proposé une augmentation des paiements de 6,8 % pour tenir compte des obligations légales de payer les bénéficiaires au titre des engagements que les États membres avaient pris par le passé. La position du Conseil se traduirait par une économie de 5,2 milliards d'euros par rapport au montant que la Commission a demandé pour tenir compte des besoins réels en matière de versements.

Elle entraînerait une réduction de 3,5 milliards d'euros des investissements directement liés à la croissance, à la compétitivité et à la cohésion.

Lire le courrier

Projet de budget 2013: investir en faveur de la croissance et de l'emploi

Questions et réponses sur le projet de budget 2013

Communiqué de presse du président sur le projet de budget 2013 proposé le 25 avril 2012

L'UE et l'Angola signent un nouvel accord de coopération

Lors d'une cérémonie à Bruxelles présidée par José Manuel Barroso, Andris Piebalgs, commissaire chargé du développement, et les ministres angolais des affaires étrangères et de la planification ont signé le nouvel accord de coopération entre l'UE et l'Angola intitulé "Joint Way Forward Angola-European Union" ("Angola-UE: Ensemble en avant").

24/07/2012

© EU

Cet accord vise à faire passer les relations entre l'Angola et l'UE à un stade supérieur, par l'approfondissement du dialogue politique et la coopération bilatérale dans des domaines d'intérêt commun, tout en reconnaissant le rôle croissant de l'Angola sur la scène régionale et internationale et l'importance de renforcer les relations bilatérales.

L'Union européenne est le principal donateur en Angola, et c'est aussi un important partenaire économique et politique. Dans le cadre du 10e Fonds européen de développement (2008-2013), plus de 250 millions d'euros ont été alloués à un programme de coopération pluriannuel qui a permis de doubler le volume des exportations de l'Angola et de celles de l'UE vers l'Angola depuis 2005. L'UE est désormais le premier exportateur vers l'Angola et son troisième partenaire commercial.

Lire le communiqué de presse

Vidéo de la rencontre

Visite au Mozambique et en Tanzanie

Le président Barroso s'est rendu hier au Mozambique pour discuter des relations bilatérales et de l'avenir de la coopération.

20/07/2012

© EU

Avant son arrivée à Maputo, le président Barroso a déclaré: "Je suis impatient de revenir au Mozambique pour parler de l'avenir de notre coopération. Nous demeurons résolus à soutenir le Mozambique sur la voie du développement durable dans le cadre de notre partenariat renouvelé avec l'Afrique".

Le président a rencontré le président Armando Guebuza et trois accords bilatéraux d'un montant de 37 millions d'euros ont été signés. Ils visent à stimuler le développement économique local, à soutenir des groupes de la société civile et à renforcer la primauté du droit et la responsabilité publique.

M. Barroso a eu l'occasion de s'exprimer lors du Sommet de la Communauté des pays de langue portugaise. Lors de son intervention, il a réitéré l'engagement de l'UE à soutenir la poursuite du développement et de la consolidation de cette organisation animée par la même vision qui regroupe 8 États et 250 millions de personnes.

Demain (le 21 juillet), le président rencontrera le président et les principaux ministres tanzaniens en vue de renforcer le dialogue et la coopération économique entre l'UE et la Tanzanie.

Dans le cadre de cette visite, six nouveaux accords de financement seront signés, pour une valeur totale de 126,5 millions d'euros. Ce nouveau soutien permettra de rénover plus de 200 km de routes, de fournir un accès à l'eau potable à 500 000 personnes et d'améliorer les infrastructures et les services d'assainissement de quelque 140 000 habitants.

Le président de la Commission européenne est accompagné d'Andris Piebalgs, commissaire européen chargé du développement.

En savoir plus sur la visite au Mozambique

En savoir plus sur la coopération au développement de l'UE avec le Mozambique

En savoir plus sur la visite en Tanzanie

En savoir plus sur les activités de développement de l'UE en Tanzanie

Voir la vidéo

La Commission publie les rapports du mécanisme de coopération et de vérification sur la Bulgarie et la Roumanie

La Commission a adopté ses rapports d'étape dans le cadre du mécanisme de coopération et de vérification pour la Bulgarie et la Roumanie.

18/07/2012

© EU

Le rapport indique que la Roumanie doit garantir le respect de la primauté du droit et de l'indépendance judiciaire pour regagner la confiance de ses partenaires européens. Il résume les questions importantes de la Commission concernant les entraves récentes à la primauté du droit par le gouvernement et le Parlement roumains. Il comprend un certain nombre de recommandations urgentes que la Roumanie doit suivre. Le rapport indique des progrès, mais signale aussi que les réformes ne sont pas durables, ni irréversibles.

La Roumanie a jeté les bases d'une modernisation importante de son système judiciaire national. Des institutions comme les services de lutte contre la corruption et l'Agence nationale pour l'intégrité ont montré un bilan convaincant en matière de poursuite de la corruption de haut niveau. Récemment, dans les affaires de corruption de haut niveau, des décisions judiciaires ont été rendues pour les cas les plus sensibles, et le pouvoir judiciaire a démontré sa capacité à affirmer son indépendance.

"La Commission a exprimé de sérieuses préoccupations concernant la primauté du droit et l'indépendance de la magistrature en Roumanie. Le premier ministre Ponta a répondu à ces préoccupations et a convenu d'y remédier sans tarder. La Commission surveillera la situation afin de s'assurer que ces engagements sont honorés. La mise en œuvre urgente et rigoureuse des recommandations dans le cadre du mécanisme de coopération et de vérification contribuera à garantir un environnement stable, crédible et favorable à l'investissement économique et à rassurer les marchés financiers", a déclaré le président Barroso.

Le rapport du mécanisme de coopération et de vérification pour la Bulgarie indique que le pays doit intensifier les réformes pour atteindre les objectifs en matière de primauté du droit.

Des progrès ont été accomplis avec l'adoption du cadre législatif de base et la création d'institutions importantes. Depuis 2007, la Bulgarie a introduit des réformes juridiques et constitutionnelles. Le Conseil supérieur de la magistrature et son inspection ont été mis en place et des organes spécialisés ont été créés au niveau de la police et des poursuites judiciaires, comme la nouvelle cour spécialisée et le bureau des poursuites du crime organisé.

"Des résultats probants restent à démontrer concernant la lutte contre la corruption de haut niveau et le crime organisé, pour répondre aux préoccupations des citoyens bulgares et des partenaires européens de la Bulgarie", a déclaré le président Barroso.

Des lacunes en matière de réforme judiciaire et de lutte contre la corruption sont une grande préoccupation pour la grande majorité des Roumains et des Bulgares. Une enquête Eurobaromètre Flash réalisée par la Commission en mai indiquait que 72 % des Roumains et 78 % des Bulgares souhaitaient que la Commission continue de soutenir les réformes dans leur pays jusqu'à ce qu'il atteigne des normes comparables à celles d'autres États membres.

Contexte

Le mécanisme de coopération et de vérification a été créé lors de l'adhésion de la Bulgarie et de la Roumanie à l'UE pour aider ces deux pays à mettre en place un système judiciaire et administratif impartial, indépendant et efficace, semblable à celui des autres États membres et capable de répondre aux obligations de l'adhésion. Il s'agissait notamment de la capacité à lutter contre la corruption et, dans le cas de la Bulgarie, de la lutte contre le crime organisé. Les progrès sont évalués par rapport aux engagements que les deux pays ont pris et qui figurent dans quatre critères de référence pour la Roumanie et six critères de référence pour la Bulgarie.

Rapport sur les progrès accomplis par la Bulgarie dans le cadre du mécanisme de coopération et de vérification pdf - 355 KB [355 KB] български (bg) Deutsch (de) English (en)

Bulgarie: rapport technique pdf - 194 KB [194 KB] English (en)

Rapport sur les progrès accomplis par la Roumanie dans le cadre du mécanisme de coopération et de vérification pdf - 135 KB [135 KB] Deutsch (de) English (en) română (ro)

Roumanie: rapport technique pdf - 236 KB [236 KB] English (en)

Exemplaires des rapports complets

Présentation plus détaillée du rapport sur la Roumanie

Voir aussi

Présentation plus détaillée du rapport sur la Bulgarie

Voir aussi

Que sont ces rapports?

Informations plus détaillées sur l'enquête Eurobaromètre Flash

Lire la déclaration du président

Voir la vidéo de José Manuel Barroso suite à l'adoption des rapports du mécanisme de coopération et de vérification

Rencontre avec Atifete Jahjaga, présidente du Kosovo

À l'occasion de cette rencontre, les deux présidents ont abordé les mesures qui ont été prises jusqu'à présent pour engager davantage le Kosovo sur la voie européenne. Ces mesures comprennent le lancement du processus de libéralisation du régime des visas pour le Kosovo et la mission EULEX au Kosovo.

18/07/2012

© EU

Le président Barroso a souligné la nécessité de continuer de se concentrer sur les priorités clés, telles que la primauté du droit, l'intégration des minorités et les échanges commerciaux, et de s'engager sur ces questions. Ces priorités feront également partie de l'étude de faisabilité concernant un accord de stabilisation et d'association avec le Kosovo qui est en cours d'élaboration par la Commission et qui sera prête à l'automne.

Lire la déclaration complète

Voir la vidéo

Rencontre avec les dirigeants des principaux partis politiques européens

À l'issue de la réunion qui s'est tenue dans le contexte des consultations permanentes avec les parties concernées, le président Barroso et le vice-président Šefcovič ont réitéré leur intention de présenter une initiative sur les partis et les fondations politiques européens au cours des prochaines semaines.

12/07/2012

© EU

"J'ai particulièrement apprécié la qualité de nos discussions d'aujourd'hui. Je suis convaincu que l'étroite collaboration entre la Commission et le Parlement européen permettra d'adopter ces propositions en douceur et d'injecter une dose supplémentaire d'Europe dans les partis politiques avant les prochaines élections européennes", a ajouté le président Barroso.

Read the full statement

Rencontre avec M. Ponta, premier ministre de la Roumanie

Le président Barroso a fait part au premier ministre de sa vive préoccupation quant aux événements politiques récents en Roumanie concernant la primauté du droit, l'indépendance du pouvoir judiciaire et le rôle de la Cour constitutionnelle.

12/07/2012

© EU

Il a souligné la nécessité de garantir les contre-pouvoirs nécessaires dans un système démocratique. Le président Barroso a précisé que le gouvernement roumain doit respecter pleinement l'indépendance de la magistrature, restaurer les pouvoirs de la Cour constitutionnelle et veiller à ce que ses décisions soient respectées, nommer un médiateur bénéficiant du soutien de tous les partis, garantir une nouvelle procédure ouverte et transparente pour la nomination d'un procureur général et du directeur des services de lutte contre la corruption et faire de l'intégrité une priorité politique.

Le premier ministre Ponta lui a assuré que les mesures relevant des pouvoirs du gouvernement seront mises en oeuvre sans tarder et qu'il fera son possible pour obtenir un engagement semblable de la part des autres institutions roumaines, ce qui a été accueilli favorablement par le président Barroso. Le premier ministre Ponta a affirmé qu'il leur transmettra ces engagements par écrit de toute urgence. La Commission européenne publiera le 18 juillet 2012 son rapport dans le cadre du mécanisme de coopération et de vérification dans lequel elle dressera le bilan des progrès réalisés en Roumanie au cours des cinq dernières années, y compris l'évolution récente de la situation.

Watch the video

Rencontre avec de hauts responsables religieux européens

"Pour surmonter la crise économique, nous faisons notre possible afin de garantir un juste équilibre entre solidarité et responsabilité parmi les États membres. Mais nous devons consacrer au moins autant d'attention à la solidarité et à la responsabilité envers les jeunes et les personnes âgées."

12/07/2012

© EU

"En fin de compte, nous pourrons uniquement sortir de cette crise et jeter les bases d'un avenir prospère si nous maintenons la solidarité entre les peuples et les générations au cœur de nos actions. C'est le ciment qui assure la cohésion de nos sociétés", a poursuivi le président Barroso. Il a également défendu avec ferveur la liberté de religion et a condamné les attaques contre les minorités religieuses.

Le manque de solidarité et de responsabilité envers les jeunes et les personnes âgées peut constituer une menace réelle pour la paix sociale. L'année 2012 a été désignée Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité intergénérationnelle. "Je tiens à ce que cette année et la rencontre d'aujourd'hui deviennent des vecteurs de changement", a déclaré le président.

Il a rappelé les nombreuses initiatives que la Commission européenne a mises en œuvre en vue de soutenir et d'encourager la solidarité intergénérationnelle. Citons notamment les directives relatives à la lutte contre les discriminations sur le lieu de travail et au congé parental, les divers programmes financés par les fonds structurels européens et les mesures récentes consacrées à la jeunesse européenne (équipes d'action, initiative de formation en faveur de jeunes). "Enfin et surtout, nos recommandations spécifiques par pays, que vient d'adopter le Conseil, guident les États membres sur le chemin parfois douloureux des réformes en faveur de la croissance durable et de la convergence."

"La réunion d'aujourd'hui est une très bonne occasion d'échanger nos points de vue sur ces défis de taille et la manière dont nous y répondons. Les communautés religieuses peuvent apporter une contribution importante à cet égard. Les Églises et les communautés religieuses sont bien placées pour jeter des ponts dans nos sociétés", a conclu le président Barroso.

Read the full speech

Watch the video

List of participants

Press Release

European Year for Active Ageing and Solidarity between generations

More on the dialogue with churches, religious associations and communities

Rencontre avec M. Borissov, premier ministre bulgare

Le président Barroso a loué le premier ministre bulgare pour les progrès réalisés en matière d'assainissement budgétaire, dans le cadre de l'abrogation de la procédure concernant les déficits excessifs en juin 2012. Le Président a également annoncé l'adoption des rapports du MCV la semaine prochaine.

11/07/2012

© EU

Le premier ministre Borissov a informé le président Barroso des dernières évolutions en Bulgarie concernant la réforme judiciaire et la lutte contre la corruption et le crime organisé. Le président Barroso a informé le premier ministre que la Commission européenne était en train de finaliser ses rapports sur la Bulgarie et la Roumanie au titre du mécanisme de coopération et de vérification que la Commission européenne adoptera le 18 juillet. Le président Barroso a pris note des progrès réalisés récemment en Bulgarie et a réaffirmé que la Commission européenne traitera chaque pays en fonction de ses mérites et veillera à ce que les rapports soient équitables et objectifs.

Le président Barroso a également accepté l'invitation du premier ministre à assister à l'inauguration du métro de Sofia à la fin du mois d'août.

Watch the video

Rencontre avec Mme Mularoni, secrétaire d'État de la République de Saint-Marin

Le président Barroso et la secrétaire Mularoni ont mené des discussions constructives sur l'avenir des relations entre l'UE et Saint-Marin. Les liens actuels sont déjà très étroits, mais peuvent être resserrés encore, notamment dans les domaines essentiels du marché intérieur de l'UE.

11/07/2012

© EU

La Commission européenne et le Service européen d'action extérieure sont en train d'analyser les possibilités permettant une intégration plus poussée de trois petits États européens (Andorre, Monaco, Saint-Marin). Ils rendront leurs conclusions dans les prochains mois.

Watch the video

Visite en Israël et dans le territoire palestinien occupé

Durant sa visite, le président Barroso a précisé que la résolution du conflit israélo-arabe restait une priorité stratégique de l'UE. Il a exprimé le fort engagement de l'UE en faveur d'une solution reposant sur l'existence de deux États et a insisté sur le fait que "notre soutien ne se limite pas aux paroles, il se traduit également par des actes".

09/07/2012

© EU

La visite du président Barroso illustre l'importance que la Commission attache aux relations avec ces membres importants de son voisinage méridional. C'est également l'occasion d'exprimer l'engagement de longue date de l'Union européenne envers une solution négociée pour le processus de paix au Moyen-Orient.

Le 8 juillet, le président Barroso s'est entretenu avec le président Abbas et le premier ministre Fayyad dans le territoire palestinien occupé. Il a déclaré: "Par l'intermédiaire de l'ensemble de notre soutien politique et financier, nous posons les bases d'un futur État palestinien démocratique et viable: ses institutions et ses infrastructures. Nous contribuons par là même à une solution biétatique. Il a ajouté que "tenir compte des aspirations des Palestiniens à devenir un État est un élément crucial pour la paix, la stabilité et la prospérité durables dans la région". Il a également participé à l'inauguration d'un centre de formation de la police à Jéricho.

Le 9 juillet, le président Barroso a rencontré le premier ministre Netanyahu en Israël. Les deux dirigeants ont dressé l'état des relations entre l'UE et Israël. Le président Barroso a souligné la nature étroite des relations bilatérales, aussi bien du point de vue politique que sur le plan économique. En particulier, la signature d'un protocole d'accord concernant la coopération sur l'énergie et l'eau a illustré la réussite de la coopération dans le domaine de la science. Les deux dirigeants ont également abordé la situation régionale, et le président Barroso a indiqué le soutien de l'UE pour le changement en faveur de la démocratie et des réformes politiques et économiques dans l'ensemble de la région. Il a exprimé sa profonde inquiétude quant à la dégradation de la situation en Syrie et le besoin d'une transition politique pacifique, en accord avec le plan Annan, qui comprend l'arrêt immédiat des violences. Ils ont également parlé des menaces vitales dans la région et ont échangé leurs points de vue sur le processus diplomatique en cours visant à résoudre le problème nucléaire en Iran.

Ensuite, le président Barroso a rencontré le président de la Knesset Rivlin et a participé à un dîner officiel organisé par le président Peres. Il a ensuite visité le mémorial de Yad Vashem et le Musée d'Israël. Le 10 juillet, il termine sa visite en recevant un doctorat honorifique de l'université de Haïfa.

Faits et chiffres clés:

L'UE et Israël se sont engagés à établir un partenariat assurant des relations politiques étroites et mutuellement bénéfiques en matière de commerce et d'investissement, ainsi qu'une coopération économique, sociale, financière, civile, scientifique, technologique et culturelle.

Le plan d'action conclu avec Israël contribue à intégrer progressivement ce pays dans les politiques et les programmes européens.

L'UE est le principal partenaire commercial d'Israël, représentant 30 % de ses échanges commerciaux.

Israël peut bénéficier d'une aide financière d'environ 14 millions d'euros au cours de la période de programmation actuelle.

Informations supplémentaires:

http://eeas.europa.eu/israel/index_en.htm

 

L'UE est le plus grand donateur aux Palestiniens, notamment par l'intermédiaire de l'UNRWA. De 2000 à fin 2011, l'UE a engagé près de 4 milliards d'euros d'aide.

Des investissements ont également été réalisés dans le secteur de la justice palestinienne (32 millions d'euros) et dans son secteur de la sécurité (53 millions d'euros).

Soutien au centre de formation de la police: la Commission européenne a apporté plus de 20 % des 15 millions d'euros qu'ont coûté ces installations, et la mission de l'Union européenne consacrée à la police et l'État de droit a mis à disposition des officiers de police et des représentants des systèmes judiciaires de l'UE pour travailler aux côtés de leurs homologues palestiniens et les former.

Soutien financier en vertu du nouvel accord signé en faveur des efforts de l'Autorité palestinienne pour promouvoir l'État de droit et la démocratie: 20 millions d'euros.

Informations supplémentaires:

http://eeas.europa.eu/occupied_palestinian_territory/index_en.htm

 

Video from the visit to the occupied Palestinian territory

Video from the visit to Israel

Discours du président Barroso à l'occasion de l'inauguration du centre de formation de la police à Jéricho

Communiqué de presse du président Barroso à l'issue de sa réunion avec le premier ministre Fayyad à Ramallah

Voir la vidéo

Déclaration du président Barroso à l'issue de sa réunion avec Mahmoud Abbas, le président de l'Autorité palestinienne

Voir la vidéo

Informations sur la réunion avec le premier ministre Netanyahu

Communiqué de presse du président Barroso à l'issue de sa réunion avec le premier ministre Netanyahu

Voir la vidéo

Speech by President Barroso at the official dinner hosted by Shimon Peres, President of Israel

Speech by President Barroso at the University of Haifa: Moving together towards a brighter future

Voir la vidéo

Message du président Barroso à M. Vladimir Poutine, président de la Fédération de Russie

Le président Barroso a présenté ses condoléances suite aux inondations qui ont coûté la vie à de nombreux habitants du territoire de Krasnodar, en Russie.

09/07/2012

© EU

"Au nom de la Commission européenne et en mon propre nom, permettez-moi de vous présenter, ainsi qu'à la population de la Fédération de Russie, nos sincères condoléances et l'expression de notre profonde sympathie et solidarité envers les familles des victimes."

Lire le message dans son intégralité

Déclaration de la Commission européenne sur la Roumanie

La Commission est préoccupée par l'évolution de la situation actuelle en Roumanie, en particulier en ce qui concerne des mesures qui semblent réduire les pouvoirs effectifs des institutions indépendantes comme la Cour constitutionnelle.

06/07/2012

© EU

La primauté du droit, les contre-pouvoirs démocratiques et l'indépendance du pouvoir judiciaire sont les pierres angulaires de la démocratie européenne et sont indispensables pour la confiance mutuelle au sein de l'Union européenne. Les politiques et l'action politique des gouvernements doivent respecter ces principes et ces valeurs.

La Commission contrôle déjà la réforme judiciaire et les mesures de lutte contre la corruption dans le cadre du mécanisme de coopération et de vérification. Elle finalise actuellement un rapport qui résume cinq ans de travaux visant à répondre à ces questions en Roumanie. L'évolution récente de la situation est susceptible de mettre en péril les progrès réalisés au fil des ans.

Le président de la Commission européenne s'est entretenu aujourd'hui avec le premier ministre roumain et lui a fait part des préoccupations de la Commission. Le premier ministre Ponta se rendra à Bruxelles jeudi prochain pour rencontrer le président Barroso et discuter de ces questions. En attendant, la Commission continuera d'analyser la situation et poursuivra ses contacts avec les autorités roumaines.

Présidence chypriote du Conseil – visite du collège des Commissaires à Chypre

"La priorité de la présidence sera de progresser sur les propositions d'union bancaire faites par la Commission", a affirmé le président Barroso à Nicosie en exprimant son appréciation pour le travail préparatoire intensif et l'engagement du président Christofias envers le projet européen.

06/07/2012

© EU

"Le gouvernement chypriote fera face aux défis auxquels l'UE est confrontée comme une présidence du Conseil forte et ambitieuse, en fournissant un programme solide et audacieux", a déclaré le président Barroso. Il a énuméré plusieurs autres questions sur lesquelles il est nécessaire de progresser rapidement.

Il a en outre exprimé la détermination de la Commission européenne et de la nouvelle présidence à poursuivre les efforts visant à renforcer la surveillance économique et budgétaire.Il a également appelé le Parlement et la présidence à parvenir rapidement à un accord final sur le "two-pack".

Sur la question de la taxe sur les transactions financières, le président Barroso a déclaré:"En l'absence d'unanimité au sein du Conseil, nous devons poursuivre ce projet très important au moyen de la procédure de coopération renforcée. Les négociations devraient bientôt débuter sous la présidence chypriote."

Les négociations sur le cadre financier pluriannuel – le budget de l'UE pour les sept prochaines années, constitueront un autre défi important pour la présidence: Cela devrait être le principal instrument de mise en œuvre de notre stratégie Europe 2020, une stratégie pour la croissance durable et inclusive, à laquelle tous les États membres adhèrent, a déclaré le président Barroso.

Enfin, le président a affirmé qu'il comptait sur le soutien de la présidence pour présenter des propositions en vertu d'un nouvel Acte pour le marché unique 2 et sur son travail "sans délai" sur l'adoption de toutes les lois de l'Acte pour le marché unique 1 qui sont actuellement sur la table.

Lire la déclaration

Debate in the European Parliament on the Cyprus Presidency of the Council

Watch the video

Débat au Parlement européen sur la présidence chypriote du Conseil

"J'ai entièrement confiance en la volonté de Chypre d'assumer cette grande responsabilité", a déclaré le président Barroso, saluant le travail intensif de préparation et l'engagement du président Christofias envers le projet européen et la méthode communautaire.

04/07/2012

© EU

"La Commission partage les objectifs de la présidence visant à créer une Europe plus forte et plus concurrentielle, fondée sur une croissance durable, la solidarité et l'inclusion sociale", a poursuivi le président. Il a appelé Chypre à se concentrer sur les questions sur lesquelles il est possible d'obtenir des résultats d'ici la fin de l'année 2012. Il a notamment souligné trois domaines principaux:

Il a exhorté les dirigeants et les États membres à tout mettre en œuvre pour parvenir à un accord sur le cadre financier pluriannuel d'ici la fin de l'année. "Je sais que c'est extrêmement difficile, mais c'est possible. Ce serait envoyer un signal clair que nous nous engageons à agir pour la croissance, sans nous limiter à de belles paroles", a déclaré le président Barroso.

Il a également plaidé en faveur du traitement accéléré des propositions relatives au marché unique, aussi bien celles qui sont déjà sur la table que le nouvel Acte pour le marché unique 2 que la Commission présentera prochainement.

Enfin, le président a déclaré que "des travaux intensifs se poursuivront pour garantir la stabilité de la zone euro et mettre en place une véritable union économique et monétaire". Il y a fort à faire, aussi bien en ce qui concerne les propositions qui ont déjà été faites (comme une résolution bancaire ou les régimes de garantie des dépôts), que sur les propositions que la Commission proposera rapidement concernant les premières étapes de la mise en place d'une "union bancaire".

Lire le discours au Parlement européen

Voir la vidéo

Fin de la présidence danoise du Conseil de l'UE

"La présidence danoise a constitué un pont qui a permis de traverser des eaux troubles en ces temps difficiles. C'était aussi une boussole qui a contribué à sortir l'Europe de la crise et à jeter les nouvelles bases de la croissance et de l'emploi."

03/07/2012

Helle Thorning-Schmidt, Danish Prime Minister © EU

C'est en ces termes que le président Barroso a salué les résultats de la présidence danoise du Conseil de l'UE lors d'un débat au Parlement européen. Il a mentionné en particulier la fin du second semestre européen de coordination des politiques économiques, les accords sur des propositions clés visant à stimuler la croissance et la stabilité en Europe et la directive sur l'efficacité énergétique.

Dans ce contexte, il a salué l'engagement historique du Danemark en faveur de la croissance verte. Tout en soulignant certains domaines dans lesquels il aurait souhaité voir davantage de progrès ou d'ambition (Schengen, le futur budget, l'efficacité énergétique), il a également exprimé sa satisfaction concernant les accords sur les nouvelles lois sur les marchés financiers et la réglementation des services financiers, y compris l'intention de renforcer la coopération sur une taxe sur les transactions financières.

Il a également noté avec satisfaction l'entrée en vigueur des nouvelles règles d'itinérance qui bénéficieront véritablement aux citoyens et aux consommateurs européens. Il a conclu en remerciant le premier ministre Thorning-Schmidt pour son excellente coopération.

Lire le discours intitulé "Bilan de la présidence danoise" prononcé lors de la session plénière du PE

Voir le discours

Lire la déclaration prononcée lors de la conférence de presse conjointe sur la fin de la présidence danoise

Voir la déclaration prononcée lors de la conférence de presse

Le Forum européen des régions ultrapériphériques

"Chacune de ces régions, aussi éloignée soit-elle du continent européen, fait bien évidemment partie intégrante de l'Union européenne et contribue largement au dynamisme, à la prospérité, et au rayonnement de notre Union."

02/07/2012

José Manuel Barroso and Johannes Hahn © EU

Le Forum européen des régions ultrapériphériques, après une première édition en 2010, s'est réuni pour la deuxième fois à Bruxelles le 2 juillet 2012

"Notre ambition commune pour ce forum est de débattre des réponses concrètes à apporter aux défis particuliers auxquels ces régions doivent faire face et qu'ensemble, dans un partenariat actif et constructif, nous parvenions à trouver les meilleures voies pour tirer tout le potentiel de vos formidables atouts," a déclaré le Président Barroso.

Ce partenariat s'articule aujourd'hui autour de cinq grands piliers:

- améliorer l'accessibilité,

- accroître la compétitivité,

- renforcer l'intégration régionale,

- soutenir la dimension sociale de développement,

- l'adaptation au changement climatique, qui impacte tout particulièrement ces territoires.

Cette ambition et ces piliers sont bien pris en compte dans la communication que la Commission européenne a adoptée le 20 juin de l'année dernière. Lien vers la communication ci-dessous.

la communication pour les régions ultrapériphériques

le communiqué de presse sur la communication pour les régions ultrapériphériques

le discours complet du Président

voir la vidéo

plus d'information des régions ultrapériphériques

Félicitations à M. Grímsson, président de la République d'Islande

Le président Barroso a félicité chaleureusement M. Grímsson pour sa réélection et s'est dit confiant qu'au cours du mandat de ce dernier, la coopération déjà étroite entre l'Union européenne et l'Islande se renforcera au cours des années à venir.

01/07/2012

Ólafur Ragnar Grímsson

"Nous nous réjouissons de poursuivre notre coopération avec vous et vos concitoyens à tous les niveaux de la société. Je tiens à vous assurer de l'engagement ferme de la Commission européenne à poursuivre la relation privilégiée entre l'UE et l'Islande, notamment notre volonté de continuer à aider pleinement l'Islande à adhérer à l'UE", a déclaré le président Barroso dans son message.

Lire le message complet