Chemin de navigation

À la une

"Nous sommes dans la même situation et c'est ensemble que nous parviendrons à surmonter cette crise."

"Je n'ai pas du tout aimé […] en voir certains crier victoire aux dépens des autres. Ce n'est pas la façon d'agir en Europe. Notre réussite sera collective ou notre échec sera collectif, c'est d'une équipe européenne solide dont nous avons besoin."

03/07/2012

© EU

Lire le discours de clôture du président au Parlement européen

Voir la vidéo du discours de clôture du président au Parlement européen

Extrait vidéo: "Je n'ai pas aimé en voir certains crier victoire aux dépens des autres."

Extrait vidéo: "Les dirigeants et les députés européens ont le même discours chez eux qu'à Strasbourg"

"Selon la Commission, nous devrions commencer à instaurer une véritable union économique et monétaire aussi vite que possible."

Dans son discours au Parlement européen, le président Barroso s'est dit convaincu que le Conseil européen et le sommet de la zone euro ont donné des résultats qui devraient renforcer la confiance envers la stabilité financière de l'Europe et préparer l'avenir.

Il a notamment souligné que les deux événements ont pour la première fois abordé tous les aspects d'une réponse globale au cours d'une seule et même séance.

Il a rappelé que la consolidation et la croissance durable vont de pair et qu'il était donc important qu'intervienne un accord relatif au pacte pour la croissance et l'emploi, fondé principalement sur les propositions de la Commission.

Il a également évoqué l'approbation des recommandations spécifiques par pays de la Commission et a souligné l'importance du prochain budget de l'UE en tant qu'"instrument de premier plan pour réaliser des investissements ciblés et outil indispensable pour la croissance et l'emploi". Il a déclaré que "si nous pouvions parvenir à un accord sur le cadre financier pluriannuel d'ici la fin de l'année, cela constituerait un signal politique et économique fort."

Le président Barroso a évoqué la nécessité urgente de s'engager sur la voie d'une union bancaire, d'une union fiscale et d'une union économique et politique et a réaffirmé que le processus doit associer l'approfondissement nécessaire de la zone euro à une ouverture vers les États membres qui souhaitent se joindre à l'euro et à des garanties pour les pays qui disposent d'une option de non-participation.

Il a enfin salué les résultats importants du Conseil européen et du sommet de la zone euro concernant les mesures à court terme visant à aider les pays qui sont en proie aux pressions des marchés.

Lire l'intégralité du discours au Parlement européen

Voir la vidéo du discours au Parlement européen

"Ce Conseil européen a donné les résultats que nos citoyens, nos partenaires internationaux et les marchés ont demandés." Des accords sur le mécanisme de surveillance bancaire unique, le pacte pour la croissance et l'emploi et un engagement clair en faveur d'une union bancaire.

Dans le discours qu'il a prononcé après la dernière séance de travail, le président Barroso a souligné trois des principaux résultats du Conseil européen:

Premièrement, des mesures à court terme visant à aider les pays qui se trouvent sous la pression du marché. "Nous nous engageons clairement en faveur d'un mécanisme de surveillance bancaire unique pour la zone euro qui permettra au MES de recapitaliser directement les banques dans des conditions très strictes."

Deuxièmement, un accord complet portant sur un pacte pour la croissance et l'emploi qui permet de traduire les paroles par des actions concrètes et par des engagements de financement. Il comprend le renforcement de la capacité de prêt de la Banque européenne d'investissement, le lancement de la première phase des emprunts obligataires pour le financement de projets et réaffectation de certains fonds structurels.

Enfin, le président s'est dit extrêmement satisfait d'être parvenu à un engagement clair en faveur d'une union bancaire. Il a rappelé que cette union bancaire sera conçue de façon à respecter pleinement l'intégrité du marché unique, tout en reconnaissant les accords pour les pays qui n'ont pas adopté la monnaie unique. "Au cours de l'été, la Commission élaborera les propositions législatives permettant de la concrétiser", a annoncé le président Barroso.

L'approfondissement de l'union économique et monétaire va se poursuivre. Suite au rapport présenté par le président du Conseil européen en coopération étroite avec les présidents de la Commission, de l'Eurogroupe et de la BCE, une feuille de route spécifique et limitée dans le temps sera élaborée en tenant compte des décisions prises hier et aujourd'hui.

Conclusions du Conseil européen des 28 et 29 juin

Déclaration du président Barroso lors de la conférence de presse finale

Présentation du président "Rétablir la croissance, investir dans notre avenir", 28 et 29 juin 2012 pdf - 2 MB [2 MB] български (bg) čeština (cs) dansk (da) Deutsch (de) eesti keel (et) ελληνικά (el) English (en) español (es) italiano (it) latviešu valoda (lv) lietuvių kalba (lt) magyar (hu) Malti (mt) Nederlands (nl) polski (pl) português (pt) română (ro) slovenčina (sk) slovenščina (sl) suomi (fi) svenska (sv) Cliquez sur les trois points pour accéder au document dans toutes les langues

"Fonds structurels de l'ue pour la croissance et l'emploi" - Rapport au Conseil européen, 28 et 29 juin 2012 pdf - 411 KB [411 KB] български (bg) čeština (cs) dansk (da) Deutsch (de) eesti keel (et) ελληνικά (el) English (en) español (es) italiano (it) latviešu valoda (lv) lietuvių kalba (lt) magyar (hu) Malti (mt) Nederlands (nl) polski (pl) português (pt) română (ro) slovenčina (sk) slovenščina (sl) suomi (fi) svenska (sv) Cliquez sur les trois points pour accéder au document dans toutes les langues

Voir la vidéo de la conférence de presse finale

Déclaration du président Barroso à l'issue du sommet de la zone euro

Voir la vidéo de la fin de la conférence de presse du sommet de la zone euro

Déclaration du président Barroso lors de la conférence de presse intermédiaire

Voir la vidéo de la conférence de presse intermédiaire

Le président Barroso rencontre Martin Schulz, le président du Parlement européen, à la veille du Conseil européen

"Il est très important que ce Conseil européen écarte le moindre doute sur l'irréversibilité de l'euro", a déclaré le président Barroso à l'issue de la réunion.

27/06/2012

© EU

"Il est nécessaire de prendre des décisions à court terme aussi bien qu'à long terme", a poursuivi le président. Il a souligné les priorités de la Commission pour le prochain Conseil.

Tout d'abord, l'approbation des recommandations spécifiques par pays qui ont été proposées dans le cadre du nouveau semestre européen. Les États membres doivent poursuivre, et dans certains cas intensifier, leurs efforts en matière de stabilisation, de santé des finances publiques et de réformes structurelles.

Deuxièmement, l'approbation du pacte de croissance par le Conseil européen. Ce pacte comprend le renforcement de la capacité de prêt de la Banque européenne d'investissement, les obligations liées à des projets et la redirection de certains fonds structurels. Le Président a également appelé le Conseil à envisager le futur cadre financier pluriannuel (CFP) comme un instrument en faveur de l'investissement, de l'investissement dans la croissance et de l'emploi.

Troisièmement, la feuille de route pour l'avenir de l'Union européenne et monétaire. "Je pense qu'il est extrêmement important de comprendre que pour aller plus loin, nous devons tendre à une union bancaire et une union budgétaire et nous orienter vers une union politique. L'union bancaire peut être mise en place immédiatement, sans révision des traités. C'est pourquoi nous proposons de nous concentrer aujourd'hui sur l'union bancaire", a déclaré le président Barroso.

"Donc, nous devons combiner cette ambition, cette vision, avec un calendrier approprié. C'est ce que je recherche dans les discussions qui auront lieu demain", a conclu le président.

Lire l'intégralité du discours

Voir la vidéo

Rencontre avec le premier ministre slovène, M. Janez Janša

La réunion, qui s'est tenue à la veille du Conseil européen, a principalement porté sur les préparatifs du Conseil et sur la situation économique en Slovénie et dans le reste de l'Union européenne.

27/06/2012

© EU

"Je me félicite que le premier ministre Janša soutienne la stratégie économique de la Commission, la nécessité de rechercher la consolidation et la croissance. Je suis persuadé que le Conseil européen de demain approuvera une initiative de croissance qui rassemble de nombreuses idées importantes que la Commission a mises sur la table au cours des dix-huit derniers mois", a déclaré le président Barroso, avant "ainsi que son soutien en faveur d'un budget européen aligné sur nos objectifs communs visant à stimuler la croissance, la compétitivité et l'emploi en Europe."

A l'occasion du 20e anniversaire de l'indépendance de la Slovénie, le président a félicité les Slovènes pour leur "grande réussite européenne". Il a également encouragé le pays et le premier ministre à continuer les réformes nécessaires et à poursuivre leurs efforts en faveur de la viabilité des finances publiques, notamment en approuvant les recommandations spécifiques par pays présentées le 30 mai.

Lire l'intégralité du discours

En savoir plus sur les recommandations spécifiques par pays

Voir la vidéo

Rencontre avec M. János Áder, le président hongrois

Réunis pour la première fois depuis l'élection de M. Áder, les dirigeants ont principalement abordé les récentes évolutions en Hongrie et le prochain cadre financier pluriannuel.

26/06/2012

© EU

À l'occasion de la rencontre, le président Barroso et le président Áder ont fait le point sur les dernières évolutions en Hongrie, en particulier en ce qui concerne l'indépendance de la banque centrale. Le président Barroso a salué le processus parlementaire en cours visant à aligner la législation en vigueur en Hongrie sur la législation européenne.

Les discussions sur le cadre financier pluriannuel ont principalement porté sur le budget proposé pour la politique de cohésion, puisqu'entre 2009 et 2011, 97 % de l'ensemble des investissements publics réalisés en Hongrie ont été cofinancé par les fonds structurels. Le président Barroso a profité de l'occasion pour garantir au président Áder que, malgré la proposition de plafonnement des fonds de cohésion en fonction du PIB du pays, la proposition comporte des exceptions et des mesures pour les pays qui connaissent une croissance inférieure à la moyenne.

Le président Barroso a aussi salué chaleureusement les mesures que la Hongrie a prises pour s'attaquer au déficit budgétaire et qui ont permis à la Commission de proposer la levée de la suspension des fonds de cohésion.

Voir la vidéo

Le président Barroso propose une union bancaire

À l'occasion d'un débat à l'European Policy Centre, M. Barroso a appelé à la création d'une union bancaire comme premier élément constitutif de l'approfondissement de l'union économique et monétaire. "Il est désormais nécessaire de faire un grand bond en avant", a déclaré le président.

26/06/2012

© EU

Nous assistons à un cercle vicieux en Europe aujourd'hui: les banques en difficulté cessent de prêter à l'économie, ce qui la fait ralentir et exige de la renflouer avec des fonds publics. Cela fait peser un fardeau supplémentaire sur les pays et leurs budgets. "Nous pouvons briser ce cycle négatif maintenant, si nous sommes assez audacieux pour mettre en place un cadre financier solide et intégré", a déclaré le président. Il a ajouté que ce cadre devait inclure un règlement uniforme, une supervision bancaire unique à l'échelle européenne, un système commun de garantie des dépôts et un cadre de résolution.

"Notre point de départ devrait être les 27 États membres. Mais nous devons reconnaître que certains pays ont des options de non-participation. Ces options de non-participation doivent être prises en compte de manière appropriée dans la future architecture. Mais elles restent l'exception et non la règle. Ceux qui souhaitent avancer doivent être en mesure de le faire", a déclaré le président.

Il a également rappelé les propositions que la Commission européenne a déjà mises sur la table concernant l'union bancaire, notamment en matière d'exigences de fonds propres et de résolution bancaire commune. Il s'est aussi étendu sur les concepts proposés d'union budgétaire et politique, en tant que deuxième et troisième éléments constitutifs d'une véritable union économique et monétaire.

"Je tiens à préciser très clairement que cette crise est la plus grande menace pour toutes les réalisations obtenues grâce à la construction européenne au cours des 60 dernières années. Face à cette dure réalité, le statu quo n'est pas envisageable. Il est désormais nécessaire de faire un grand bond en avant. Cela peut ne pas être simple. Il faudra de l'ambition, de la vision et de la détermination pour adopter des réformes de grande envergure. Mais je suis persuadé que c'est la meilleure façon, et en fait la seule façon, d'avancer pour offrir à nos citoyens la prospérité, à nos entreprises les possibilités et à nos jeunes l'avenir qu'ils méritent tous", a conclu le président.

Click the image below to read "Building blocks for deeper integration"

 

Building blocks for deeper integration - Flipbook

What the Commission brings to the European Council

Report: "Towards a genuine economic and monetary union"

Read the introductory speech

Read more about what the Commission proposes for a banking union

Read more about what the Commission proposes for a fiscal union

Read more on what the Commission proposes for growth

VIDEO: Extracts from President's introductory speech

VIDEO: Whole debate including full Q&A session

VIDEO: President on banking union

VIDEO: President on timing towards banking union

VIDEO: President on need for unity vs different paces towards reaching the full EMU

Conférence Rio+20

"Nous partageons la même planète et une responsabilité commune", a déclaré le président Barroso lors de la séance d'ouverture. Le lendemain, il a également appelé à l'introduction d'une taxe sur les transactions financières mondiales pour fournir une ressource de financement novatrice pour le développement.

22/06/2012

Barroso

Le président Barroso a déclaré: "Une taxe sur les transactions financières (TTF) mondiales permettrait non seulement de garantir que le secteur financier verse une contrepartie équitable à l'économie, mais pourrait aussi fournir de précieuses ressources pour financer le développement." Il a souligné le rôle de pionnier de l'Union européenne concernant cet appel.
L'UE et ses États membres comptent déjà parmi les plus grands pourvoyeurs mondiaux d'aide au développement. Les ressources supplémentaires provenant de la taxe européenne sur les transactions financières permettent non seulement à l'Europe de maintenir son soutien actuel, mais d'aller au-delà.

Lors de la séance d'ouverture qui s'est tenue le mercredi 20 juin:
Le président Barroso a ouvert son discours en exprimant l'engagement indéfectible de l'Europe en faveur du développement durable et de la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement.
Il a insisté sur la nécessité de s'entendre sur des objectifs communs, spécifiques et quantifiables et de décider des meilleurs moyens pour y parvenir. Il a rappelé que, pour l'Union européenne, l'économie verte consiste à "changer la façon dont nous consommons et nous produisons aujourd'hui pour adapter nos économies aux limites de notre planète et permettre aux générations futures de satisfaire leurs propres besoins demain." Il a déclaré: "nous pensons que la promotion d'un type de croissance adapté, qui est inclusive et respecte l'environnement, est la voie la plus efficace pour parvenir au développement durable".
Le président a souligné que Rio +20 est l'occasion de mieux mobiliser et concentrer les ressources – nationales et internationales, publiques et privées – qui sont nécessaires pour répondre à nos priorités. Le président Barroso a insisté sur trois aspects sur lesquels les efforts devraient être axés pour donner des résultats concrets:

- La mise en place de politiques nationales autonomes dans chaque pays;
- La mise en place des instruments de financement appropriés;
- Favoriser les compétences, le savoir-faire et la diffusion des technologies (comme l'UE le fait déjà en ouvrant ses programmes aux chercheurs des pays en développement)

"Enfin, une gouvernance mondiale améliorée et plus efficace est indispensable pour progresser sur la voie d'une économie plus verte et plus durable et pour éradiquer la pauvreté", a conclu le président.

Lire le discours tenu lors de la séance d'ouverture

Lire le discours intitulé "La participation de la société civile au développement durable"

Voir la vidéo

Déclaration du président Barroso sur la formation du nouveau gouvernement grec

Le président Barroso a salué la formation d'un nouveau gouvernement en Grèce et a déclaré que son large soutien parlementaire envoie un signal clair de la détermination de la Grèce à honorer ses engagements et à rester dans la zone euro.

21/06/2012

Greek flag © EU

"... Je suis impatient de travailler à nouveau avec le premier ministre Samaras, que je connais depuis de nombreuses années et qui, je le sais, est engagé en faveur du projet européen.

La Commission se tient aux côtés de la Grèce et de ses habitants. Nous allons continuer à travailler avec les autorités grecques pour remettre la Grèce sur la voie de la croissance et de la création d'emplois. ,Dans les prochains jours la troïka retournera à Athènes pour procéder à un échange d'opinions avec le nouveau gouvernement et commencer à évaluer ce qui a été réalisé et ce qu'il reste à faire concernant les réformes essentielles énoncées dans le deuxième programme d'ajustement économique pour la Grèce", a poursuivi le président dans sa déclaration.

Lire la déclaration en grec

Séance d'ouverture de la conférence Rio+20

“Nous partageons la même planète. Nous affrontons les mêmes enjeux. Nous partageons une responsabilité commune envers les générations futures", a déclaré le président Barroso dans son discours. Il a réitéré le ferme engagement de l'UE envers le développement durable.

21/06/2012

Barroso

Lors de la séance d'ouverture de la conférence Rio +20, le président Barroso a exprimé "l'engagement inébranlable de l'Europe en faveur du développement durable, de la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement, et sa volonté de vous faire passer à tous un message clair concernant une vision et un programme communs en faveur du changement".

Il a insisté sur la nécessité de s'entendre sur des objectifs communs, spécifiques et quantifiables et de décider des meilleurs moyens pour y parvenir. Il a rappelé que, pour l'Union européenne, l'économie verte consiste à "changer la façon dont nous consommons et nous produisons aujourd'hui pour adapter nos économies aux limites de notre planète et permettre aux générations futures de satisfaire leurs propres besoins demain". Il a déclaré: "nous pensons que la promotion d'un type de croissance adapté, qui est inclusive et respecte l'environnement, est la voie la plus efficace pour parvenir au développement durable".

Rio +20 est l'occasion de mieux mobiliser et concentrer les ressources – nationales et internationales, publiques et privées – qui sont nécessaires pour répondre à nos priorités. Le président Barroso a insisté sur trois aspects sur lesquels les efforts devraient être axés pour donner des résultats concrets:

- La mise en place de politiques nationales autonomes dans chaque pays;

- La mise en place des instruments de financement appropriés;

- Favoriser les compétences, le savoir-faire et la diffusion des technologies (comme l'UE le fait déjà en ouvrant ses programmes aux chercheurs des pays en développement)

"Enfin, une gouvernance mondiale améliorée et plus efficace est indispensable pour progresser sur la voie d'une économie plus verte et plus durable et pour éradiquer la pauvreté", a conclu le président.

Lire le discours

Voir la vidéo

Lettre conjointe: le président Barroso et Werner Hoyer, président de la BEI, à propos du renforcement des fonds propres de la BEI

À la demande des membres du Conseil européen, les deux présidents ont conjointement expliqué comment une augmentation des fonds propres de la Banque européenne d'investissement pourrait être utilisée pour soutenir la croissance et la création d'emplois dans l'UE.

21/06/2012

© EU

Le président Barroso a déclaré: "Pour rétablir la croissance en Europe, des réformes et des investissements ciblés sont nécessaires. Une augmentation de 10 milliards d’euros des fonds propres de la BEI pourraient permettre de débloquer des investissements jusqu'à dix-huit fois supérieurs à ce montant, en vue de soutenir l'innovation et les compétences, les PME, les énergies propres et les infrastructures modernes dans toute l'UE, y compris dans les plus vulnérables de nos États membres. J'espère que cette contribution décisive en faveur de la croissance et de l'emploi recevra le soutien des États membres en cette période cruciale pour l'économie européenne."

Le financement ciblerait des régions et des secteurs de tous les États membres, en particulier lorsque les fonds pourraient être débloqués rapidement et associés à des financements de l'UE.

Une éventuelle augmentation des fonds propres de la Banque européenne d'investissement sera envisagée, outre d'autres initiatives visant à promouvoir l'emploi, la croissance et la compétitivité, à l'occasion du Conseil européen des 28 et 29 juin. Il s'agit d'une décision pour les États membres, qui discutent actuellement des mérites d'une augmentation de fonds propres, dans le cadre de laquelle tous les États membres contribuent selon leur participation actuelle.

Lire la lettre

Le président Barroso et le président Van Rompuy à propos des résultats du sommet G20 de 2012

Le président Barroso s'est félicité des résultats du sommet du G20 2012: la reconnaissance des efforts de l'UE visant à affronter la crise et le soutien en faveur d'une plus grande intégration, ainsi que les conclusions sur le FMI, le commerce et le développement durable.

20/06/2012

© EU

"Nos discussions ont mis l'accent sur la situation au sein de la zone euro. Les dirigeants du G20 ont reconnu la valeur du projet européen et de l'euro, la monnaie de l'Union européenne. Ils se sont félicités des mesures prises en Europe pour stabiliser nos économies et notre système financier et ont exprimé leur soutien en faveur de notre intention de progresser sur la voie d'une plus grande intégration économique et fiscale. Nos partenaires ont reconnu qu'une Union européenne forte et profondément intégrée est décisive pour la stabilité systémique à l'échelle mondiale. Cette reconnaissance reflète l'élan qui est en train de naître en Europe. L'UE est déterminée à démontrer l'irréversibilité de l'euro et du projet européen", ont déclaré les présidents Barroso et Van Rompuy dans une déclaration commune, juste après la fin du sommet.

Les deux présidents ont également salué d'autres résultats importants du sommet:

- Le G20 a réaffirmé son engagement à mettre en œuvre pleinement et rapidement la réforme financière et à renforcer la responsabilité et la solidité du secteur financier international;

- Les engagements supplémentaires d'autres membres du G20 de remplir, et même de dépasser, l'engagement commun à partir du printemps 2012 visant à accroître les ressources du FMI. L'Union européenne, en tant que plus grand contributeur au FMI, a déjà assumé 240 milliards d'euros (près de la moitié de l'augmentation globale);

- Sous la pression de l'Union européenne, l'engagement de Toronto de ne pas introduire de nouvelles mesures protectionnistes a été prolongé et un accord sur la facilitation des échanges se profile;

- Les progrès supplémentaires réalisés dans le cadre du programme de développement de Doha et au profit des pays les moins avancés.

Le président Barroso a également défendu avec ardeur une taxe sur les transactions financières mondiales, dont les recettes pourraient permettre d'aider les populations pauvres à l'échelle de la planète.

Joint statement on the results of the G20

Statement by President Barroso after the G20 discussions on the global economy and the European debt crisis

Joint Statement on EU/US trade relations

Interim Report – EU-U.S. High Level Working Group on Jobs and Growth

Barroso at the press conference ahead of the G20 Summit

Video statement following the G20

"We are not here to receive lessons" – reply by President Barroso at the G20 press conference

General video from the Summit

Déclaration UE-États-Unis sur les relations commerciales transatlantiques convenues en marge du sommet du G20

Les présidents Obama, Barroso et Van Rompuy ont favorablement accueilli le rapport du groupe de travail pour l'emploi et la croissance et ont instamment demandé la formulation d'une recommandation à l'attention des dirigeants plus tard cette année.

19/06/2012

David Cameron, UK Prime Minister, Herman Van Rompuy (hidden), Barack Obama, President of the United States and José Manuel Barroso © EU

"La relation transatlantique constitue la première relation économique au monde, représentant la moitié de la production économique mondiale et près d'un billion de dollars en échange de biens et services, et soutenant des millions d'emplois des deux côtés de l'Atlantique.

Pourtant, il reste beaucoup à faire pour approfondir et élargir nos liens. En ce moment tout particulièrement, une initiative audacieuse visant à développer le commerce et l'investissement pourrait contribuer de manière significative à notre stratégie visant à renforcer la croissance et à créer des emplois.

À cet égard, nous avons reçu le rapport intérimaire du groupe de travail de haut niveau pour la croissance et l'emploi et nous avons accueilli favorablement l'évaluation approfondie du groupe sur toutes les options permettant d'atteindre cet objectif…

… Nous exhortons donc le groupe à achever ses travaux aussi rapidement que possible, y compris les consultations avec les acteurs publics et privés, conformément aux processus respectifs des deux parties, à l'objectif de formuler une recommandation à l'attention des dirigeants plus tard cette année sur une décision relative aux négociations."

Lire l'intégralité de la déclaration

Interim Report – EU-U.S. High Level Working Group on Jobs and Growth

Présence de l'UE au sommet du G20 au Mexique: "rééquilibrer la croissance mondiale ensemble"

Lors de la conférence de presse qui s'est tenue avant le sommet, le président Barroso a transmis des messages sur les résultats des élections grecques, l'approfondissement de l'union économique et monétaire, et ses attentes concernant les points clés du programme du G20.

18/06/2012

© EU

"Il est désormais crucial qu'un gouvernement stable et cohérent soit formé rapidement en Grèce. Ce nouveau gouvernement doit se mettre au travail rapidement pour mettre en œuvre les réformes économiques qui sont nécessaires pour remettre la Grèce sur pied. C'était aussi mon message hier, lorsque j'ai félicité personnellement le chef de file de Nouvelle Démocratie, M. Samaras, qui a maintenant la responsabilité de former un gouvernement en Grèce", a déclaré le président en ouvrant la conférence de presse.

Concernant l'approfondissement de l'union économique et monétaire, le président Barroso a déclaré: "L'Union européenne peut et doit désormais avancer sur la voie de l'union bancaire. À l'automne, la Commission sera prête à faire des propositions visant à compléter et approfondir les mesures que nous avons déjà mises sur la table pour introduire une supervision bancaire plus efficace et plus intégrée, un système de garantie commune des dépôts et un système de résolution bancaire intégré. Il a ensuite poursuivi en ces termes: "nous devons approfondir notre union fiscale, notamment en affinant nos filets de sécurité dans la finance et en renforçant l'intégration de la coordination budgétaire. Dans des conditions strictes, certaines formes de mutualisation de la dette seront envisagées. Permettez-moi de préciser clairement que les euro-obligations ou les obligations de stabilité qui sont susceptibles d'être mises en œuvre à l'avenir ne constitueront pas une autorisation de dépenser! Au contraire, elles deviendront un outil puissant visant à renforcer la discipline et la stabilité".

Concernant les priorités du G20, le président a présenté les positions de l'Union européenne et a appelé les dirigeants du G20 à apporter des contributions ambitieuses et responsables pour lever les obstacles entravant la croissance. Il a souligné que l'UE sonne l'alarme concernant la hausse inquiétante du protectionnisme commercial et a exhorté les partenaires du G20 à intensifier la lutte contre le protectionnisme, à réaliser des progrès en matière de facilitation des échanges commerciaux et à renforcer le système commercial multilatéral.

Le président a également souligné les progrès de l'UE concernant les engagements du G20 en matière de réforme financière et de réforme du Fonds monétaire international, et a encouragé les partenaires du G20 à lui emboîter le pas. Il a terminé en demandant instamment de poursuivre les travaux sur une taxe sur les transactions financières, tant en Europe qu'au niveau mondial.

Lire l'intégralité du discours

Watch the video of the press conference

Déclaration conjointe sur les résultats des élections grecques

Les présidents Barroso et Van Rompuy ont commenté les résultats des élections grecques:

17/06/2012

© EU

Nous saluons aujourd'hui le courage et la résistance des citoyens grecs, pleinement conscients des sacrifices qui leur sont demandés pour redresser l'économie grecque et générer une croissance durable pour le pays.

Nous allons demeurer aux côtés de la Grèce qui appartient à la famille de l'UE et à la zone euro.

Nous avons hâte de travailler avec le nouveau gouvernement et de soutenir les efforts continus de la Grèce visant à assurer la viabilité de son économie.

Le deuxième programme d'ajustement économique convenu entre la Grèce et l'Eurogroupe constitue la base permettant de favoriser la croissance, la prospérité et la création d'emplois pour le peuple grec. Nous sommes prêts à continuer à aider la Grèce à réaliser ces objectifs."

Watch the video statement

Statement by Eurogroup

Sommet UE-Mexique (mise à jour)

17/06/2012

© EU

Le sixième sommet entre le Mexique et l'Union européenne (UE) s'est tenu le 17 juin 2012 à Los Cabos, au Mexique. Il a été présidé par le président mexicain, M. Felipe Calderón, qui a publié avec les présidents Barroso et Van Rompuy une déclaration conjointe à l'issue du sommet (MEMO/12/452). Ils ont souligné la maturité de leur relation dans le cadre de leur partenariat stratégique. Dans le même ordre d'idées, les dirigeants ont insisté la solidité et l'ampleur de cette relation, ainsi que sur la convergence de leurs valeurs et de leurs positions concernant plusieurs questions du calendrier international.

À l'issue du sommet, les présidents Barroso et Van Rompuy ont également publié un communiqué de presse conjoint (MEMO/12/451).

Déclaration conjointe UE-Mexique suite au sommet UE-Mexique de Los Cabos

Communiqué de presse conjoint

Vidéo du sommet

Le président Barroso à l'occasion du discours qu'Aung San Suu Kyi a prononcé concernant son prix Nobel

"Aujourd'hui à Oslo, Daw Aung San Suu Kyi prononcera son discours concernant le prix Nobel qui lui a été décerné il y a 21 ans. Ses réalisations extraordinaires pendant plus de deux décennies seront dûment reconnues à Oslo."

16/06/2012

Aung San Suu Kyi © EU

Le Président a poursuivi en ces termes: "Aujourd'hui, bon nombre de ses visions se sont matérialisées, ce qui était impensable il y a seulement quelques années: un pays qui s'ouvre au monde et se lance sur la voie d'une démocratie et d'un développement renforcés. Les réformes au Myanmar, qui sont menées courageusement par le président U Thein Sein, nécessiteront tout le soutien possible. Et nous espérons que les réformes vont se poursuivre et s'approfondir car les défis du pays en ce qui concerne la réconciliation nationale demeurent importants".

"Je salue Daw Aung San Suu Kyi à l'occasion de cette journée spéciale et je lui souhaite tout le succès possible dans la poursuite de ses nobles objectifs. Je salue la transition fantastique que son pays a entreprise. L'Union européenne continuera de la soutenir et d'aider son pays à prendre sa place au sein de la communauté internationale", a conclu le président Barroso.

L'Union européenne suit de près les évolutions positives qui ont lieu dans le pays et les soutient. Outre la suspension des sanctions, la nouvelle enveloppe de 150 millions d'euros au titre de l'aide au développement pour 2012/2013 a été approuvée. Le bureau de l'UE au Myanmar a ouvert ses portes le 28 avril 2012.

Lire l'intégralité de la déclaration

Rencontre avec M. Werner Hoyer, le président de la Banque européenne d'investissement

À quelques jours du Conseil européen de juin, les deux présidents ont examiné l'état d'avancement de la proposition d'augmentation de capital de la BEI et les emprunts obligataires pilotes pour le financement de projets.

15/06/2012

© EU

La rencontre, qui intervient seulement deux semaines avant le Conseil européen de juin, visait à permettre aux deux présidents d'échanger leurs points de vue avant le sommet et de discuter des dernières avancées concernant ces deux initiatives importantes.

Dans son allocution devant le Parlement européen mercredi, le président José Manuel Barroso a salué l'accord qui a été conclu concernant la phase pilote des emprunts obligataires pour le financement de projets, visant à débloquer jusqu'à 4,6 milliards d'euros destinés à l'investissement.

Il a également dit qu'il attendait du Conseil européen une décision claire concernant la proposition d'augmenter la capacité de prêt de la BEI. "Une augmentation de 10 milliards d'euros permettra à la BEI d'accroître sa capacité de prêt de 15 milliards d'euros par an pour les quatre prochaines années, la portant à environ 65 milliards d'euros par an", a déclaré le président en mai cette année.

Rencontre avec le président serbe, M. Tomislav Nikolić

Le président Barroso a réaffirmé la ferme volonté de la Commission européenne de soutenir le parcours européen de la Serbie.

14/06/2012

President Barroso and President Tomislav Nikolić © EU

À l'issue de la rencontre, le président Barroso a déclaré que la décision du président Nikolić de choisir Bruxelles pour sa première visite officielle à l'étranger après sa prise de fonction témoignait clairement de la priorité que le président Nikolić et la Serbie accordaient à leur programme de réforme européen.

"L'Union européenne et la Serbie entretiennent déjà des liens solides. En effet, nous sommes de loin le plus important partenaire commercial de la Serbie et le principal fournisseur d'investissements étrangers directs, de subventions et de prêts. Mais nous souhaitons aller plus loin. La Commission est fermement résolue à aider la Serbie à progresser sur le chemin de l'Union européenne", a poursuivi le président, avant d'ajouter que la Commission "se réjouit de travailler étroitement avec la Serbie dans des domaines clés tels que la réforme judiciaire, la politique anticorruption, la lutte contre la criminalité organisée, la liberté des médias, la protection des minorités, et surtout les réformes économiques structurelles."

Le président Barroso a conclu en affirmant que "la normalisation des relations de la Serbie avec le Kosovo demeure une condition essentielle pour passer à l'étape suivante du processus européen. En d'autres termes, ce sera crucial pour que la Commission puisse, à terme, recommander l'ouverture des négociations d'adhésion à ses États membres."

Lire le discours complet

Voir la vidéo

Rencontre avec le président péruvien, M. Ollanta Humala

Le président Barroso a reçu aujourd'hui le président Humala, dix mois seulement après son élection, ce qui confirme les très bonnes relations que l'UE et le Pérou entretiennent.

13/06/2012

José Manuel Barroso and Catherine Ashton meet Ollanta Humala © EU

À l'issue de cette rencontre, le président José Manuel Barroso a déclaré que l'UE et le Pérou étaient des partenaires naturels: "Nous partageons des valeurs et des principes communs, comme la démocratie, la primauté du droit, les droits de l'homme et une économie sociale de marché. Nous travaillons en étroite collaboration dans des domaines importants tels que la lutte contre le changement climatique et la drogue et nous espérons tous deux bâtir un système international fondé sur des normes communes."

Il a poursuivi son allocution en ces termes: "Le Pérou est également un excellent partenaire commercial. L'Union européenne est la principale destination des exportations péruviennes et nous sommes le premier investisseur étranger au Pérou. La présence du président Humala ici aujourd'hui vient à point nommé et aura certainement des effets positifs à cet égard, en particulier pour préparer le terrain en vue du vote du Parlement européen en faveur de l'accord commercial entre l'UE, le Pérou et la Colombie, qui bénéficie du plein soutien de la Commission. Cet accord stimulera les investissements de l'UE au Pérou, apportera de nombreux avantages aux citoyens et aux entreprises des deux parties et permettra de renforcer le développement économique. En ce sens, j'ai proposé au président Humala que la signature de l'accord intervienne dès que possible et j'ai suggéré qu'elle ait lieu fin juin à Bruxelles."

L'UE est également le principal fournisseur d'aide en faveur du Pérou, avec 135 millions d'euros (2007-2013), dont 34 millions sont consacrés à la stratégie nationale péruvienne de lutte contre la drogue.

Lire le discours complet (en espagnol)

Voir la vidéo (en espagnol)

Parlement européen: le président Barroso avant le Conseil européen

"J’exhorterai le Conseil européen à prendre des engagements concrets en faveur de l'union économique et monétaire"

13/06/2012

 (c) EU

Ce Conseil européen sera axé sur la croissance. "Aujourd'hui, je tiens à proposer la conclusion d'un accord interinstitutionnel sur l'initiative de croissance. Compte tenu de l'urgence de la situation, il est important d'établir des priorités entre les décisions importantes. Un accord interinstitutionnel permettrait de fixer un calendrier rapide et de faire bouger les choses. Je m'attends aussi à un signal clair concernant l'augmentation de la capacité de prêt de la BEI lors du prochain Conseil européen", a déclaré le président.

Concernant le cadre financier pluriannuel, le président Barroso a déclaré: "L'adoption rapide du CFP démontrerait de manière immédiate que l'Europe est prête à investir dans son avenir, que nous prenons la croissance au sérieux. Avec les restrictions budgétaires sur le plan national, certains États membres considèrent le CFP comme une extravagance qu'il convient de minimiser et comme une source potentielle d'économies à rapatrier. C'est une grande erreur. Notre budget est un budget qui favorise l'investissement et la croissance, et je crois que nous convenons tous qu'à l'heure actuelle, nous devons associer la stabilité et la croissance."

Une discussion sur les piliers de l'avenir de l'union économique et monétaire sera également au cœur de ce Conseil européen. "L'intégration financière est un domaine permettant de réaliser rapidement des progrès importants sans pour autant modifier le traité. Ainsi, la création d'une union bancaire apparaît comme une priorité naturelle", a déclaré le président avant d'ajouter: "Je vois deux grandes étapes. Premièrement, accélérer l'adoption des propositions qui sont déjà sur la table. Deuxièmement, d'ici à cet automne, la Commission pourrait être prête à faire des propositions clés visant à introduire une supervision bancaire plus intégrée et une garantie commune des dépôts et des fonds de résolution."

Toutefois, seule la mise en place de l'union fiscale permettrait de bénéficier des avantages de l'approfondissement de l'union économique et monétaire et de la création de l'union bancaire. Parmi les mesures concrètes dans ce domaine, le président Barroso cite la création de filets de sécurité dans la finance et une discussion sérieuse concernant l'émission conjointe et la mutualisation de la dette nationale sous la forme d'obligations de stabilité.

"Enfin, l'approfondissement de l'union économique et monétaire exige une responsabilité et une légitimité plus grandes. Il convient d'élaborer des décisions d'une ampleur historique et d'impliquer les citoyens dans le débat", a conclu le président.

Lire le discours complet

Voir la vidéo

Mythes et faits à propos du budget de l'UE

Interview au Financial Times

En prévision du Conseil européen de juin, le président Barroso a accordé une interview au Financial Times pour donner son point de vue sur l'approfondissement de l'union économique et monétaire et la réalisation d'un grand pas en avant concernant l'intégration européenne.

12/06/2012

© EU

“Le projet européen a toujours progressé par étapes. Nous devons poursuivre ce développement pas à pas, mais il est aujourd'hui nécessaire de franchir une grande étape.

Il a poursuivi son allocution en ces termes: "Je pense honnêtement qu'aujourd'hui, les conditions sont réunies pour aller plus loin, ce qui n'était pas le cas auparavant. Les États membres de l'UE sont maintenant beaucoup plus clairement conscients de la nécessité d'aller plus loin en termes d'intégration, en particulier au sein de la zone euro. C'est l'un des enseignements de la crise.”

C'est cet optimisme, a déclaré le président, qui l'amène à croire qu'une union bancaire au sein de l'UE pourrait bientôt se profiler, avec un superviseur bancaire unique, un régime commun de garantie des dépôts et un fonds de sauvetage financé par des prélèvements sur les banques ou même une taxe sur les transactions financières.

Lire l'article complet pdf - 148 KB [148 KB] English (en)

Présence de l'UE au sommet du G20 au Mexique: "rééquilibrer la croissance mondiale ensemble"

En tant que dirigeants du G20, nous devons tous apporter des contributions ambitieuses et responsables pour lever les obstacles qui entravent la croissance.

12/06/2012

© EU

À la veille de son départ pour le Mexique, le président Barroso a déclaré: "Une fois de plus, le monde se tourne vers le G20 pour contribuer à résoudre la crise. Les principaux risques sont liés aux tensions sur les marchés financiers, ainsi qu'à des préoccupations concernant des déséquilibres sur les plans budgétaires, financiers et externes. Ils concernent de nombreuses régions du monde, y compris la zone euro. En tant que dirigeants du G20, nous devons tous apporter des contributions ambitieuses et responsables pour lever les obstacles qui entravent la croissance et lutter contre les niveaux élevés de chômage qui sont inacceptables et nuisent à notre tissu social et au sentiment de dignité des citoyens. C'est notre capacité collective à agir qui est en jeu."

Il a souligné qu'en Europe, nous ne sous-estimons pas nos difficultés et nous reconnaissons que des efforts supplémentaires sont nécessaires. Nous ne laisserons planer aucun doute sur le fait que l'Union européenne reste déterminée et prendra toutes les mesures nécessaires pour maintenir le cap, défendre la stabilité et promouvoir la croissance qui bénéficiera à tous. Nous sommes déterminés à montrer au monde que l'euro et le projet européen sont irréversibles."

L'Union européenne est représentée au sommet par le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, et le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy.

Lire le communiqué de presse: L'UE au G20

Questions et réponses: L'UE au G20

Réunion annuelle avec la Cour des comptes européenne

Cet après-midi, la Commission européenne a tenu sa réunion annuelle avec la Cour des comptes européenne.

11/06/2012

José Manuel Barroso and Vítor Manuel da Silva Caldeira, President of the European Court of Auditors © EU

La Commission et la Cour des comptes sont en contact régulier et se réunissent chaque année pour faire le point sur leurs relations et discuter des questions qui se posent actuellement. C'est aussi l'occasion pour la Commission de souligner son attachement en faveur d'une gestion saine et transparente du budget de l'UE et de la mise en œuvre d'un certain nombre d'initiatives importantes au cours de son mandat.

La Cour des comptes européenne est l'institution de contrôle externe indépendante de l'UE qui évalue la perception et l'utilisation des fonds de l'UE. Chaque année, l'audit des comptes annuels de l'UE par la Cour constitue la base de la décharge du budget, c'est à dire l'approbation finale de la façon dont la Commission a exécuté le budget. La décharge est effectuée par le Parlement européen sur recommandation du Conseil, dans le cadre de son contrôle politique du budget de l'UE.

Cour des comptes européenne

En savoir plus sur la procédure de décharge du budget

Mythes et faits à propos du budget de l'UE

Déclaration du président Barroso et du vice-président Rehn sur l'Espagne

"Nous nous félicitons que l'Espagne ait communiqué aujourd'hui son intention de demander le soutien de la zone euro pour restructurer son secteur financier et que l'Eurogroupe ait donné une suite favorable à cette demande.

11/06/2012

President Barroso and Vice-President Rehn © EU

La Commission est prête à réaliser rapidement les évaluations nécessaires sur le terrain, en étroite liaison avec la BCE, l'ABE et le FMI, et à proposer des conditions appropriées pour le secteur financier. Avec cette profonde restructuration du secteur bancaire, les réformes structurelles et les mesures d'assainissement budgétaire qui sont actuellement mises en œuvre, nous sommes certains que l'Espagne peut progressivement regagner la confiance des investisseurs et des acteurs du marché et créer les conditions d'un retour à une croissance durable et à la création d'emplois".

Lire aussi la déclaration de l'Eurogroupe

Rencontre avec Brigi Rafini, Premier ministre du Niger

À l'occasion de sa rencontre avec le Premier ministre du Niger Brigi Rafini, le président José Manuel Barroso l'a félicité pour la transition démocratique exemplaire du Niger depuis 2011.

06/06/2012

Brigi Rafini © EU

Le Président a cité quelques exemples de bonnes pratiques dans le domaine de la coopération entre la Commission européenne et le Niger comme par exemple le financement de plusieurs projets avec une dimension sécuritaire dans le secteur de la justice avec un appui aux Forces de sécurité intérieure. En plus, la Commission a également lancé des projets en faveur du développement socio-économique au Nord Niger.

Monsieur Barroso s'est prononcé en faveur de la "Nouvelle alliance pour la sécurité alimentaire" qui vise à encourager la contribution du secteur privé. L'ensemble de l'aide humanitaire et de développement au Niger dépasse le seuil de 100 millions d'euro et les possibilités de renforcement de cette aide humanitaire pour stabiliser la situation jusqu'à la prochaine récolte sont en train d'être étudiés car les besoins sont grands.

Veuillez trouver ici la déclaration complète

Regardez la vidéo

Rencontre avec Angela Merkel, chancelière allemande

Le président Barroso s'est réuni hier avec la chancelière Merkel lors d'un dîner de travail à Berlin.

05/06/2012

President Barroso and Chancellor Merkel © EU

Ils ont profité de cette opportunité pour parler du prochain Conseil européen et s'y préparer, ainsi que pour aborder les prochaines étapes visant à renforcer la croissance et la stabilité en Europe. Ils s'accordent à dire qu'au-delà des actions immédiates pour la croissance et la stabilité, une vision politique pour l'avenir de l'Europe est nécessaire, et que l'union monétaire devrait être soutenue par la création d'une union économique. Ils sont donc tous deux en faveur de la création d'une union bancaire pour renforcer la supervision des banques européennes et accroître leurs capacités.

De retour à Bruxelles, le président Barroso rencontrera aujourd'hui des dirigeants des partis politiques CDU/CSU et SPD du Bundestag allemand.

Lire la déclaration complète du président Barroso ici

Regarder la vidéo de la déclaration de presse du président Barroso et de la chancelière Merkel

Déclaration du président Barroso à l'issue du sommet UE-Russie

La Russie est notre plus grand voisin et c'est aussi un partenaire stratégique

04/06/2012

José Manuel Barroso, Herman Van Rompuy and Vladimir Putin (c) EU

La Russie est non seulement le plus grand voisin de l'UE, mais c'est également un partenaire stratégique avec lequel l'UE établit des liens solides et mutuellement bénéfiques. Lors du sommet UE-Russie, le président Barroso a souligné les progrès importants accomplis ces dernières années dans les principaux domaines de coopération. Un nouvel accord bilatéral ambitieux et complet devrait constituer une base solide de coopération dans les années à venir. Cet accord devrait inclure des dispositions importantes en matière de commerce et d'investissement, y compris dans le domaine de l'énergie.

Lire la déclaration complète ici

Lire le communiqué de presse sur le sommet

En savoir plus sur le sommet UE-Russie

Voir la vidéo

Discours à l'occasion de la réunion de haut niveau des Amis de la cohésion

Le président Barroso a prononcé aujourd'hui un discours à l'occasion de la réunion de haut niveau des Amis de la cohésion qui s'est tenue à Bucarest.

01/06/2012

© EU

Le président a souligné l'importance de la politique de cohésion pour l'ensemble de l'UE et a cité certains de ses résultats, notamment la croissance de 10 % du PIB par habitant dans toutes les régions de convergence entre 2000 et 2008. Depuis le début de la crise, près de 20 milliards d'euros de fonds structurels, y compris le Fonds de cohésion, ont été reprogrammés vers des domaines plus liés à la croissance, tels que la R&D, le soutien aux entreprises et l'énergie. La politique de cohésion a un fort pouvoir de transformation et doit être considérée comme faisant partie de l'essence de l'Union européenne.

Lire le discours complet: "Faire plus et mieux ensemble en faveur de la croissance et de l'emploi"

Résultats du référendum irlandais sur le traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance

Le président Barroso a salué aujourd'hui les résultats du référendum irlandais sur le traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance.

01/06/2012

Irish flag

"Ce traité est un élément clé de la réponse de l'UE à la crise économique actuelle. Rétablir la viabilité des finances publiques reste un objectif important", a-t-il déclaré. Il a appelé l'Irlande à soutenir les propositions de la Commission visant à stimuler la croissance, qui ont été publiées plus tôt cette semaine. Le président a ajouté que le vote d'aujourd'hui constitue une étape importante vers le rétablissement économique de l'Irlande.

Lire le message

Voir le message en vidéo