Chemin de navigation

À la une

Conseil européen informel, 30 janvier 2012

Ce n'est pas suffisant de se concentrer uniquement sur la stabilité financière et la discipline économique

01/02/2012

EU

Updated 1 February

Le président Barroso a présenté mercredi au Parlement européen les conclusions du Conseil européen informel de janvier. "Tout d'abord, le Conseil européen a constitué un premier pas important de la part des chefs d'État et de gouvernement pour reconnaître que ce n'est pas suffisant de se concentrer sur la stabilité financière et la discipline économique", a affirmé le président avant de poursuivre en expliquant qu'"en mettant sur la table des propositions concrètes pour lutter contre le chômage des jeunes et financer les PME, la Commission a élargi la perspective vers les questions qui préoccupent le plus nos citoyens: l'emploi et la croissance, une croissance durable."

En outre, il a souligné que le message principal qui est ressorti de la discussion sur la croissance et l'emploi lundi était la nécessité de redoubler les efforts pour libérer le potentiel du marché unique, le "joyau de la couronne" de l'Europe". Le président Barroso a également souligné la détermination de la Commission pour maintenir le rôle des institutions de l'Union européenne et de la méthode communautaire dans le nouveau traité. Il a déclaré: "Nous entrons maintenant dans une nouvelle phase de gouvernance économique qui repose sur le semestre européen, dans le cadre duquel les gouvernements reconnaissent que même les questions relevant de leur compétence nationale, notamment l'emploi, devraient être traitées à la fois aux niveaux européen et national". Il a poursuivi en appelant une réponse urgente des États membres, avant de faire des propositions concrètes visant à mettre fin au chômage des jeunes en disant: "Chaque État membre devra élaborer un plan national en faveur de l'emploi pour garantir que tous les jeunes occupent un emploi ou suivent des études ou une formation dans les quatre mois qui suivent leur sortie de l'école."

Le président Barroso a conclu en affirmant que les "États membres signataires ont convenu de respecter le rôle central de la Commission dans la réalisation des objectifs de l'accord, conformément au traité de Lisbonne et à la méthode communautaire. Et ils ont convenu de laisser le traité ouvert à tous et compatible avec la méthode communautaire, respectant ainsi le Parlement européen."

 

 

Updated 31 January

Le président Barroso a adressé mardi un courrier aux dirigeants de huit États membres dont le niveau de chômage des jeunes est nettement au-dessus de la moyenne de l'UE: l'Espagne, la Grèce, la Slovaquie, la Lituanie, l'Italie, le Portugal, la Lettonie et l'Irlande. Dans son courrier, il a présenté les mesures qu'il propose de prendre, notamment: la nomination d'une personne-ressource par les autorités nationales, une visite de l'équipe de la Commission en février et l'identification des éléments nécessaires pour un plan de l'emploi des jeunes et des mécanismes de soutien aux PME qui pourraient être accélérés ou bénéficier de financements non encore engagés tirés de la dotation nationale des fonds structurels. L'objectif est d'élaborer d'ici la mi-avril des plans ciblés devant être intégrés aux programmes nationaux de réforme dans lesquels chaque État membre définit ses priorités en matière de politique économique dans le contexte du semestre européen.

 

 

Updated 30 January

"Nous menons une réforme radicale de nos politiques budgétaires et économiques."

"Aujourd'hui nous avons discuté de manière très détaillée de la façon de stimuler notre économie. Cette discussion s'est inscrite dans le cadre des mesures que nous avons prévues dès le début: créer la stabilité financière et dans le même temps, jeter les bases d'une croissance durable", a déclaré le président Barroso lors de la conférence de presse qu'il a tenue à l'issue du Conseil européen informel. Il a souligné que "le traité instituant le Mécanisme européen de stabilité est désormais prêt à être signé et l'objectif est qu'il entre en vigueur en juillet 2012."

Dans sa déclaration, le président a expliqué que la réunion d'aujourd'hui était axée sur l'examen de la croissance et de l'emploi, notamment le programme pour le chômage des jeunes, les problèmes de nos PME et les problèmes du marché intérieur. Il a déclaré: "J'ai proposé aussi quelques mesures concrètes concernant la lutte contre le chômage des jeunes, le marché unique et les petites entreprises. Et certaines de ces propositions peuvent intervenir rapidement et donner des résultats sans tarder". Il a poursuivi en présentant de manière exhaustive le Plan national en faveur de l'emploi qui vise à s'attaquer au chômage des jeunes et a souligné que "pour soutenir les petites entreprises, qui forment l'épine dorsale de notre économie, nous devons aussi intensifier nos efforts au sein de nos frontières, concernant l'accès à notre marché unique, mais aussi à l'étranger en termes d'accès au marché. Il convient aussi d'alléger les démarches administratives auxquelles elles font face et de faciliter l'accès aux financements, car il s'agit de l'un des principaux problèmes auxquels les PME sont confrontées aujourd'hui en Europe."

Le président Barroso a conclu en soulignant qu'il était important de "tenir le cap et d'être déterminé, cohérent et persistant." "En réalité, beaucoup de nos États membres engagent des réformes impressionnantes, mais bien-sûr, certains de ces résultats mettent du temps à se matérialiser. Je crois que si nous maintenons cette ligne de conduite, nous allons regagner la confiance, non seulement des marchés, mais surtout, et c'est le plus important, celle de nos citoyens", a-t-il affirmé.

 

 

Avant la réunion informelle du Conseil européen qui doit se tenir le 30 janvier 2012, le président Barroso a fait les remarques suivantes:

Concernant la croissance et l'assainissement budgétaire:

"La croissance est et a toujours été au centre de la réponse globale de la Commission à la crise. C'est précisément le domaine d'action du programme de réformes structurelles. Mais puisque les avantages des réformes structurelles peuvent prendre du temps pour se faire ressentir, nous avons également mis en avant plusieurs idées visant à stimuler la croissance à court terme, par exemple en utilisant plus efficacement les financements de l'UE pour faciliter les conditions de crédit pour les petites entreprises. Je vais proposer aux États membres de redéployer les fonds structurels pour stimuler davantage la croissance et la création d'emplois."

"Nous ne pouvons pas recourir à des mesures de relance budgétaire pour stimuler la croissance à l'heure actuelle. La fragilité actuelle de notre économie est due à un manque de confiance dans la capacité des États membres à payer leurs dettes. C'est pourquoi la consolidation budgétaire intelligente est cruciale pour répondre à la crise: il ne s'agit pas d'une fin en soi, mais d'un moyen de parvenir à la viabilité des finances publiques, sans laquelle il ne peut y avoir de reprise durable. Mais je souligne qu'il faut qu'elle soit intelligente: les pays qui effectuent des coupes budgétaires dans les domaines dont ils ont besoin pour alimenter la croissance future paieront finalement un lourd tribut. Il ne s'agit pas de choisir entre l'assainissement budgétaire et la croissance. Nous avons besoin des deux!"

Concernant l'emploi des jeunes:

"Nous ne pouvons pas accepter que près d'un quart des jeunes européens soient au chômage! Je vais proposer la création de "groupes d'action" conjoints avec la Commission, les États membres et les partenaires sociaux nationaux, pour élaborer des plans ciblés en avril en vue d'aider les jeunes à lutter contre le chômage. Je souhaite également que les États membres s'engagent en faveur d'un pacte "Jeunesse en mouvement" pour garantir que tous nos jeunes occupent un emploi ou suivent une forme d'éducation ou de formation dans les quatre mois qui suivent leur sortie de l'école."

Concernant le soutien au PME:

"Les petites entreprises constituent l'épine dorsale de l'économie européenne, et elles ont besoin de notre aide. Nous devons agir davantage pour les aider à traverser cette crise. La Commission a avancé des propositions visant à libérer des fonds disponibles, à réduire le fardeau des démarches administratives et à aborder de manière décisive le problème des retards de paiement ou de l'absence de règlement des factures impayées, qui sont responsables d'un quart de toutes les faillites en Europe. Ces propositions doivent faire l'objet d'un accord et d'une mise en œuvre rapides."

Lire la déclaration du président à l'issue du Conseil européen informel

Regarder la conférence de presse qui s'est tenue à l'issue du Conseil européen informel

Déclaration des membres du Conseil européen du 30 janvier 2012: Sur la voie d'un assainissement axé sur la croissance et d'une croissance favorable à l'emploi

Présentation de J.M. Barroso: "Croissance et emploi: les prochaines étapes" pdf - 2 MB [2 MB] Deutsch (de) English (en) português (pt)

Speaking points on the presentation pdf - 42 KB [42 KB] English (en)

Background information: "Key figures on growth, jobs and competitiveness" pdf - 3 MB [3 MB] English (en)

EU funding for growth and jobs

This statement is also available on RAPID

Read more about the Commission's proposal for the 2012 economic priorities (2012 Annual Growth Survey)

Read more about the EU's Europe 2020 economic reform strategy

Discours complet (1.02.2012)

Voir la vidéo (EbS)

Envoi d'un courrier sur le chômage des jeunes aux dirigeants de huit États membres

Envoi d'un courrier sur le chômage des jeunes aux dirigeants de huit États membres

31/01/2012

envelopes (Commons)

Le président Barroso a adressé mardi un courrier aux dirigeants de huit États membres dont le niveau de chômage des jeunes est nettement au-dessus de la moyenne de l'UE: l'Espagne, la Grèce, la Slovaquie, la Lituanie, l'Italie, le Portugal, la Lettonie et l'Irlande. Dans son courrier, il a présenté les mesures qu'il propose de prendre, notamment: la nomination d'une personne-ressource par les autorités nationales, une visite de l'équipe de la Commission en février et l'identification des éléments nécessaires pour un plan de l'emploi des jeunes et des mécanismes de soutien aux PME qui pourraient être accélérés ou bénéficier de financements non encore engagés tirés de la dotation nationale des fonds structurels. L'objectif est d'élaborer d'ici la mi-avril des plans ciblés devant être intégrés aux programmes nationaux de réforme dans lesquels chaque État membre définit ses priorités en matière de politique économique dans le contexte du semestre européen.

Actualité du Conseil européen informel, 30 janvier 2012

Courrier adressé aux dirigeants nationaux:

  • l'Espagne pdf - 542 KB [542 KB] español (es)
  • la Grèce pdf - 573 KB [573 KB] ελληνικά (el)
  • la Slovaquie pdf - 156 KB [156 KB] slovenčina (sk)
  • la Lituanie pdf - 129 KB [129 KB] lietuvių kalba (lt)
  • l'Italie pdf - 144 KB [144 KB] italiano (it)
  • le Portugal pdf - 529 KB [529 KB] português (pt)
  • la Lettonie pdf - 134 KB [134 KB] latviešu valoda (lv)
  • l'Irlande pdf - 128 KB [128 KB] English (en)

Conseil européen informel, 30 janvier 2012

Rencontre avec le Premier ministre croate, M. Zoran Milanović

30/01/2012

© EU

Avant le Conseil européen informel, le président Barroso a rencontré le nouveau Premier ministre croate, M. Zoran Milanović. Le président Barroso l'a félicité pour sa récente nomination et le résultat positif du référendum qui a eu lieu récemment concernant l'adhésion de la Croatie. Il a souligné qu'avec ce mandat solide, le nouveau gouvernement doit maintenant poursuivre sur la voie de la réforme jusqu'à son adhésion à l'UE en juillet 2013 et s'assurer que tous les engagements pris lors des négociations d'adhésion soient pleinement respectés, notamment dans les domaines de la justice, des droits de l'homme et de la concurrence. La Commission continuera de surveiller ce processus. Les deux dirigeants ont également discuté du sommet d'aujourd'hui et ont convenu qu'il était nécessaire de stimuler la croissance et l'emploi pour les citoyens européens.

Voir la vidéo

Rencontre avec le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy

30/01/2012

© EU

Le président Barroso a tenu sa première réunion avec le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy depuis sa prise de fonctions en décembre 2011. En vue du Conseil européen informel sur la croissance et l'emploi, le président Barroso a déclaré: "Bon nombre des problèmes que le gouvernement espagnol doit résoudre sont aussi des problèmes européens. Je pense en particulier au chômage des jeunes, qui sera un élément important de la présentation que je donnerai au Conseil européen cet après-midi." Le président a déclaré être confiant dans le fait que le gouvernement espagnol soutiendrait les initiatives de la Commission visant à s'attaquer à ce problème et à utiliser les fonds structurels pour soutenir les PME qui ont besoin de financements. Le président a également déclaré que la Commission a regretté la décision du Parlement européen de ne pas approuver le protocole négocié avec le Maroc sur les droits de pêche, en notant l'impact économique négatif qu'a cette décision sur les régions côtières espagnoles et en soulignant la possibilité d'utiliser une partie de l'enveloppe du Fonds européen pour la pêche allouée à l'Espagne en compensation.

Déclaration complète

Voir la vidéo

Financement de l'UE pour la croissance et l'emploi

27/01/2012

 © EU

Le financement de l'UE, en particulier dans le domaine de la politique de cohésion, a pour objectif clair de soutenir la croissance et l'emploi. Dotée d'une enveloppe de 347 milliards d'euros pour la période 2007-2013, il s'agit d'une politique d'investissement orientée vers l'avenir. La politique de cohésion est devenue une partie importante de la réponse de l'UE à la crise. En vue du Conseil européen informel du 30 janvier, le message de la Commission aux États membres est de faire pleinement usage des fonds et des instruments européens pour soutenir les efforts nationaux, et de réfléchir aux moyens d'utiliser efficacement l'enveloppe de 82 milliards d'euros qui reste du financement du Fonds social européen, du Fonds européen de développement régional et du Fonds de cohésion qui ne sont pas encore engagés dans des projets.

Le rythme d'utilisation de ces fonds s'est accéléré en 2011, les versements effectués aux États membres sur le budget prévu pour la politique de cohésion ayant atteint le total record de 32,9 milliards d'euros, soit une augmentation de 8 % par rapport aux 30,5 milliards d'euros versés en 2010.

Lire le communiqué de presse

Informations complémentaires sur la politique de cohésion: Politique régionale; Le Fonds social européen

Rencontre avec Premier Ministre du Royaume de Belgique, Elio Di Rupo

26/01/2012

 © EU

Vendredi avant le Conseil européen, le Président Barroso a rencontré le Premier ministre belge Di Rupo et a exprimé sa satisfaction concernant le "les reformes du gouvernement". "Car c'est exactement ce dont l'Europe entière a besoin: des réformes. Nous sommes en train de faire renaître en Europe des économies qui seront plus fortes, plus intégrées, plus adaptées aux défis de l'avenir," a-t-il dit. Les deux dirigeants ont surtout parlé des mesures pour relancer la croissance et l'emploi au sein de l'UE. Sur le prochain Conseil européen informel, le Président Barroso a déclaré: "Nous allons présenter, et je vais le faire lundi, des idées à relancer, à court terme, quelques programmes pour la croissance et l'emploi." La stabilité budgétaire, le Traité international et l'Europe en général ont également été discutés.

Video from the meeting

Lire la déclaration

Rencontre avec les Présidents des partis politiques européens

26/01/2012

© EU

La Commission européenne a proposé, ce jour, une réforme globale des règles adoptées par l’UE en 1995 en matière de protection des données afin de renforcer les droits en matière de respect de la vie privée dans l’environnement en ligne et de donner un coup d’accélérateur à l’économie numérique européenne. Les progrès technologiques et la mondialisation ont modifié en profondeur les modes de collecte, de consultation et d’utilisation de nos données. En outre, les mesures nationales de transposition de la directive de 1995 diffèrent entre les 27 États membres de l’UE, ce qui a entraîné des divergences dans l’application de ce texte. Une législation unique mettra fin à la fragmentation juridique actuelle et aux lourdes charges administratives pesant sur les entreprises, ce qui permettra à ces dernières de réaliser des économies annuelles de l’ordre de 2,3 milliards d’EUR. Cette initiative contribuera également à renforcer la confiance des consommateurs dans les services en ligne, ce qui donnera un coup de fouet salutaire à la croissance, à l’emploi et à l’innovation en Europe.

Lire la déclaration

Rencontre avec le président bulgare, Rosen Plevneliev

26/01/2012

 © EU

Lors de leur rencontre, le président Barroso et le président bulgare Plevneliev ont abordé un éventail de questions européennes et nationales. "Lors du Conseil européen informel qui se tiendra lundi prochain, je ferai pression pour une action immédiate dans trois domaines: la lutte contre le chômage, en particulier le chômage des jeunes, un approfondissement du marché unique en vue de stimuler la croissance ainsi que des mesures spécifiques visant à aider les PME en Europe", a déclaré le président Barroso à l'issue de cette rencontre. Il a exprimé sa préoccupation concernant la situation du chômage des jeunes qui atteint un point critique. C'est également une préoccupation particulière en Bulgarie où le chômage des jeunes atteint près de 26 %", a déclaré le président avant d'ajouter:"J'espère que le Conseil européen informel soutiendra ma proposition visant à créer des équipes d'action spéciales pour élaborer des plans ciblés reposant sur des bonnes pratiques, afin que nous disposions de programmes d'emploi pour les jeunes dans tous nos États membres, en particulier dans ceux qui ont le plus de difficultés en la matière".

La déclaration complète

Vidéo de la rencontre

La Commission propose une réforme globale des règles en matière de protection des données

25/01/2012

Computer screen © EU

La Commission européenne a proposé, ce jour, une réforme globale des règles adoptées par l’UE en 1995 en matière de protection des données afin de renforcer les droits en matière de respect de la vie privée dans l’environnement en ligne et de donner un coup d’accélérateur à l’économie numérique européenne. Les progrès technologiques et la mondialisation ont modifié en profondeur les modes de collecte, de consultation et d’utilisation de nos données. En outre, les mesures nationales de transposition de la directive de 1995 diffèrent entre les 27 États membres de l’UE, ce qui a entraîné des divergences dans l’application de ce texte. Une législation unique mettra fin à la fragmentation juridique actuelle et aux lourdes charges administratives pesant sur les entreprises, ce qui permettra à ces dernières de réaliser des économies annuelles de l’ordre de 2,3 milliards d’EUR. Cette initiative contribuera également à renforcer la confiance des consommateurs dans les services en ligne, ce qui donnera un coup de fouet salutaire à la croissance, à l’emploi et à l’innovation en Europe.

Lire le communiqué de presse

Extraits de la conférence de presse

Rencontre officielle avec Bill Gates

24/01/2012

EU

Mardi, le président Barroso a rencontré Bill Gates pour discuter de la coopération entre la Commission et la Fondation Gates dans le domaine du développement mondial, notamment concernant la réduction de la pauvreté, la santé et les campagnes de vaccination, ainsi que l'agriculture durable et la sécurité alimentaire. "L'UE est le plus grand donateur dans le monde et nous allons continuer à investir dans le développement humain à travers le monde", a déclaré le président Barroso. "La Commission vient de proposer un vaste train de mesures d'aide extérieure pour la période 2014-2020 qui reflète ce leadership et cet engagement européens… Pour que notre soutien soit aussi efficace que possible, nous allons approfondir notre coopération avec des partenaires privés, notamment des organisations de la société civile et des fondations", le président a-t-il souligné. "La Fondation Gates restera pour nous un partenaire clé."

Voir la vidéo

Lancement mondial de Hiriko Driving Mobility

24/01/2012

EU

Lors du lancement du projet "Hiriko", qui selon le président Barroso est "beaucoup plus qu'une simple petite voiture électrique pliante et intelligente", le président de la Commission européenne a rendu hommage à Vasconcelos Diogo en ces termes: "Diogo était une personne dotée d'une énergie et d'un charisme exceptionnels. Il n'a jamais cessé de penser à l'avenir, de développer et de rapprocher des idées et de rencontrer de nouvelles personnes, toujours avec un seul objectif en tête: un avenir meilleur pour tous."

Le président Barroso a souligné que "Hiriko représente le meilleur visage de l'innovation sociale européenne... Tout d'abord, il s'agit d'un exemple de réussite dans la façon de donner un nouveau souffle aux secteurs industriels traditionnels, en contribuant à relever les grands défis sociétaux modernes, dans ce cas précis, la mobilité urbaine et la pollution. Deuxièmement, il s'agit d'un modèle alliant de nouveaux types de coopération entre des entreprises et des possibilités d'emploi à forte dimension sociale. Troisièmement, ce projet est une excellente illustration de l'utilisation optimale que l'on peut faire du Fonds social européen. En effet, Hiriko a été lancé grâce à un projet du Fonds social européen visant à stimuler la création d'emplois dans une région défavorisée."

Il a également souligné que la Commission européenne allait bientôt lancer un "Concours européen d'innovation social à la mémoire de Diogo Vasconcelos". Le président Barroso a déclaré: "Nous travaillons certes pour l'avenir, mais nous devons porter toute notre attention sur le présent. Cela est un rappel très important de la nécessité d'agir maintenant."

Déclaration complète

Site web de Hiriko

Vidéo du lancement mondial

Réunion avec le Président du Parlement européen, Martin Schulz

24/01/2012

EU

Le Président Barroso a reçu le nouveau Président du Parlement européen, Martin Schulz, pour sa première visite officielle à la Commission. Les deux Présidents se sont assurés de la coopération loyale de leurs institutions et de leur appréciation mutuelle. Lors de la réunion, ils ont analysé l'actualité en Europe et les perspectives de leur travail en commun. Le Président Barroso a aussi souligné l'importance de lier la consolidation budgétaire intelligente avec les efforts en faveur de la croissance et de l'emploi. En vue du Conseil européen il a dit: "J'espère que le Conseil européen du 30 janvier va considérer sérieusement les propositions que la Commission est en train de préparer pour relancer la croissance dans le cadre de la stratégie Europe 2020 et que je présenterai lors du Conseil européen."

Read the full statement

Watch the video

Rencontre avec le Premier ministre hongrois Orbán

Il est essentiel pour la Commission européenne de s'assurer que la législation européenne soit pleinement respectée par la Hongrie, tant dans l'esprit que dans la lettre

24/01/2012

EU

Après la rencontre avec le Premier ministre hongrois Orbán, le président Barroso a déclaré: "J'ai reçu aujourd'hui le Premier ministre Viktor Orban pour parler de la situation en Hongrie. Nous avons eu une discussion approfondie et constructive. Le Premier ministre a indiqué que la Hongrie était prête à répondre rapidement aux questions soulevées par la Commission. Le 17 janvier 2012, la Commission a lancé des procédures d'infraction relatives à un certain nombre de nouvelles dispositions introduites dans la législation hongroise, à savoir l'indépendance de la banque centrale du pays et de l'autorité de protection des données et certaines mesures concernant la magistrature. La Commission a demandé des réponses détaillées des autorités hongroises d'ici un mois. J'ai clarifié avec le Premier ministre Orbán le travail qui reste à effectuer pour répondre rapidement aux préoccupations juridiques de la Commission. Les services de la Commission ont déjà commencé à travailler sur cette question avec les autorités hongroises. Ils sont prêts à évaluer pleinement les réponses formelles adressées par la Hongrie, dès que nous les recevrons. Il en va de même pour la demande de renseignements concernant l'indépendance de la magistrature. "Il est essentiel pour la Commission européenne de s'assurer que la législation européenne soit pleinement respectée par la Hongrie et tout autre État membre, tant dans l'esprit que dans la lettre. J'ai également rappelé qu'il existe des préoccupations politiques plus larges auxquelles le gouvernement hongrois doit répondre. En période de crise économique et financière, la confiance des citoyens et des marchés reste particulièrement cruciale en Hongrie."

Lire la déclaration

Vidéo de la rencontre

Référendum sur l'adhésion de la Croatie à l'UE

23/01/2012

EU

Le président Barroso et le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, ont salué l'issue positive du référendum sur l'adhésion de la Croatie à l'Union européenne dans leur communiqué de presse conjoint: "Nous nous félicitons de l'issue positive du référendum sur l'adhésion de la Croatie à l'Union européenne. Avec ce vote, les citoyens de la Croatie ont approuvé l'intégration européenne. Nous félicitons la Croatie et son peuple pour leur choix: l'adhésion à l'UE va leur ouvrir de nouvelles perspectives et contribuera à assurer la stabilité et la prospérité de leur nation. Avec cet appui populaire, le gouvernement croate peut désormais achever les derniers préparatifs de l'adhésion. Nous attendons avec intérêt un processus de ratification sans surprises par le parlement croate ainsi que par les parlements de tous les États membres de l'UE, afin que la Croatie puisse devenir le 28e membre de l'Union le 1er juillet 2013. L'adhésion prochaine de la Croatie envoie un signal clair à toute la région de l'Europe du Sud-Est. Elle démontre que grâce au courage politique et à des réformes déterminées, l'adhésion à l'UE est possible. Le vote positif d'aujourd'hui est donc une bonne nouvelle à la fois pour la Croatie, pour la région et pour l'Europe."

La déclaration est également disponible sur RAPID

Déclaration vidéo du président Barroso

50ème anniversaire de la Politique Agricole Commune

23/01/2012

EU

A la cérémonie marquant le 50ème anniversaire de la Politique Agricole Commune, le Président Barroso a rappelé que cette politique a permis de moderniser l'agriculture européenne en profondeur. Le Président a également souligné le rôle qu'une PAC réformée jouera dans le soutien à la croissance et à l'emploi: "Une PAC réformée jouera un rôle de toute première importance dans la réalisation des objectifs de croissance intelligente, durable et inclusive que nous nous sommes fixés dans la stratégie Europe 2020 pour que l'Europe sorte encore plus forte et plus unie de la crise que nous traversons".

Lire la déclaration

Regarder la vidéo

Communiqué de press - Lancement de la campagne organisée à l'occasion du 50e anniversaire de la politique agricole commune

50 Years of the CAP - A partnership between Europe and Farmers

Voir la vidéo

Rencontre officielle avec la chancelière allemande Angela Merkel

23/01/2012

(c) Bundesregierung / Guido Bergmann

Le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, et le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy se sont entretenus avec la chancelière allemande Angela Merkel à Berlin. Ils ont échangé leurs opinions en préparation de la prochaine réunion informelle du Conseil européen, le 30 janvier 2012.

Réunion informelle avec les partenaires sociaux

23/01/2012

general view (c) EU

Avant le Conseil européen de la semaine prochaine qui sera axé sur l'emploi et la croissance, le président Barroso et le commissaire Andor ont rencontré les partenaires sociaux pour discuter des enjeux liés au chômage des jeunes. Notant qu'aujourd'hui, plus de cinq millions d'Européens âgés de moins de 25 ans ne trouvent pas de travail, le Président a déclaré: "La Commission est déterminée à jouer son rôle pour lutter contre cette réalité inacceptable." Il a souligné: "C'est au niveau national qu'il est le plus urgent de prendre des mesures fermes pour lutter contre le chômage des jeunes. Voilà pourquoi la participation active et constructive des partenaires sociaux est tellement essentielle. Il est extrêmement important que les États membres activent complètement les mécanismes nationaux pour utiliser les outils de l'UE le plus efficacement possible. Les ressources de l'UE peuvent toujours être reprogrammées pour accorder la priorité à l'emploi des jeunes. La Commission est prête à soutenir ces efforts par tous les moyens."

Déclaration complète

Vidéo de l'événement

Déclaration sur Chypre

20/01/2012

Flag of Cyprus

Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, rencontre les dirigeants des deux communautés de Chypre, M. Christofias et M. Eroglu, du 22 au 24 janvier à New York. Dans une déclaration avant la réunion, le président Barroso s'est exprimé en ces termes: "Je salue l'initiative du secrétaire général de l'Organisation des Nations unies, M. Ban Ki-moon, de convoquer cette réunion avec les dirigeants des deux communautés chypriotes à New York. Cette réunion avec le secrétaire général permet aux deux dirigeants, dans cette phase importante du processus, de montrer la volonté politique, la vision et la détermination nécessaires et de profiter de cette occasion unique pour réunifier Chypre. Je partage l'analyse du secrétaire général selon laquelle une occasion existe actuellement et qu'un accord est possible. Les deux dirigeants et les Nations unies peuvent continuer à compter sur le plein soutien de la Commission européenne dans leurs efforts visant à parvenir à un règlement global. Tous les Cypriotes, l'Union européenne et l'ensemble de la région bénéficieront d'une Chypre unie".

Lire la déclaration complète

Débat du PE sur le lancement de la présidence danoise du Conseil

La stratégie Europe 2020 ne peut attendre 2020 - il faut agir dès maintenant

18/01/2012

European Parliament © EU

Lors de la séance plénière au Parlement européen consacrée au commencement de la présidence danoise du Conseil de l'UE, le président Barroso a exprimé sa conviction concernant la grande contribution du Danemark au projet commun européen.

Le président a rappelé la vision de la Commission quant à une réponse complète à la crise allant au-delà de la consolidation fiscale, comme l'expose sa feuille de route sur la stabilité et la croissance publiée en octobre dernier. Il a déclaré: «La Commission poussera les États membres à compléter ce qui n'est pas encore terminé dans cette feuille de route, d'une solution durable pour la Grèce à la mise en œuvre d'un système crédible de barrières de sécurité».

«Bien que nous mettions en place ces instruments, notre réponse ne peut se limiter à la discipline et aux sanctions. Bien sûr, la discipline est nécessaire, mais nous avons également besoin de convergence. De même, la stabilité est indispensable mais la croissance n'en est pas moins importante. L'Europe a besoin d'une plus grande convergence, solidarité et croissance». Il a ensuite répété que la croissance en Europe doit se faire sur le principe d'un approfondissement de notre marché unique et a mis en garde contre les longues discussions sur le brevet européen: «Il est urgent de parvenir à un consensus sur la question du brevet européen. Cela fait des décennies que nous en parlons. Les négociations en la matière devront sans équivoque s'achever dès le début de la présidence danoise. J'appelle les trois États membres mettant un frein au règlement de cette question en raison de désaccords sur l'endroit où se trouveront certains offices, à savoir la France, l'Allemagne et le Royaume-Uni, à trouver un compromis le plus rapidement possible. Cette situation est inadmissible! On ne peut accepter qu'une initiative de cette importance soit freinée par des désaccords si triviaux». Sur la stratégie européenne de la croissance, il a ajouté: «La plupart des mesures dont nous avons besoin sont déjà exposées dans la stratégie Europe 2020. Nous ne trouverons pas de résolution à cette crise si nous n'envisageons pas plus sérieusement leur mise en œuvre. La stratégie Europe 2020 ne peut attendre 2020 - il faut agir dès maintenant.»

Lire la déclaration d'ouverture du président (en anglais uniquement)

Regarder la déclaration d'ouverture du président lors de la séance plénière au PE

Regarder en direct le débat au PE

Regarder les remarques de conclusion du président lors de la séance plénière au PE

Lire la déclaration du président lors de la conférence de presse qui a suivi la présentation du programme de la présidence danoise de l'UE

Actualités précédentes sur la visite du Collège des Commissaires au Danemark, 11-12 janvier 2012

Regarder la conférence de presse conjointe suivant la présentation du programme de la présidence danoise de l'UE

Gouvernance économique: déclaration sur la convention internationale

18/01/2012

President Barroso © EU

Au Parlement européen aujourd'hui, le président Barroso a décrit la convention internationale comme «un élément essentiel d'une plus grande série d'actions visant à répondre à la crise de la dette souveraine, dont un mécanisme de stabilité européen renforcé et anticipé qui doit être rapidement mis en place pour assurer la stabilité et la cohérence de la zone Euro». Il a expliqué que le Parlement européen et la Commission européenne défendaient fermement les principes tels que la primauté de la loi européenne, la responsabilité démocratique, l'importance des institutions de l'UE et le besoin d'intégrer la convention dans les traités.

Le président a rappelé que la Commission continuera à participer de manière constructive mais vigilante aux négociations, et a expliqué les modifications évoquées par la Commission la semaine dernière. Il a ajouté que «la zone Euro doit être renforcée, c'est un fait, mais pas aux dépens de l'Union au sens large» et a conclu que «cette convention, si les règles sont respectées, peut être un outil important pour l'élaboration d'un agenda solide sur la stabilité et la croissance fondé sur la stratégie Europe 2020 et également sur la feuille de route présentée par la Commission.»

Lire la déclaration (en anglais uniquement)

Vidéo de la déclaration

Débat du PE sur la situation en Hongrie

18/01/2012

Hungarian flag (Kate Dodd, Commons)

En présence du premier ministre hongrois Viktor Orbán, le Parlement européen a tenu un débat sur la situation en Hongrie un jour après que la Commission ait lancé trois procédures d'infraction contre le pays. Le président Barroso, qui participait au débat, a déclaré: «Je pense que nous devons être clairs sur les valeurs, fermes sur les principes, justes sur la méthode et sensible sur la communication». Évoquant la dimension légale de la question, le président Barroso a souligné la détermination de la Commission «à faire tout ce qui est en notre pouvoir pour appliquer la loi de l'UE de manière cohérente et objective et à prendre les mesures appropriées si nécessaire». Il a également expliqué que cette démarche «fait partie d'un effort soutenu et déterminé de la Commission pour assurer le respect total de la loi de l'Union européenne par les États membres». Le président Barroso a également fait allusion à la lettre qu'il lui a été adressée par le ministre Orbán annonçant l'intention de modifier la législation concernée et de travailler aux côtés de la Commission dans les jours à venir afin de trouver des solutions légales aux questions soulevées.

En ce qui concerne la dimension politique, le président Barroso a fortement insisté auprès des autorités hongroises «pour qu'elles respectent les principes même de la démocratie et de la liberté et qu'elles les mettent en œuvre pas seulement dans les normes, mais également en pratique et dans la vie politique et sociale de ce pays.»

«Nous continuerons de presser le gouvernement hongrois à agir de manière responsable et démocratique et dans le plus grand intérêt des citoyens hongrois. En effet, ce n'est que dans un environnement stable du point de vue légal, reposant sur le principe de légalité, des principes démocratiques et des droits fondamentaux, que la confiance des citoyens, des partenaires et des investisseurs pourra être obtenue et maintenue. Dans le contexte actuel de crise économique, c'est une question plus cruciale que jamais, en plus d'être une question de principes démocratiques, bien entendu.»

Le président Barroso a conclu: «Ceci ne doit en aucun cas être un débat contre la Hongrie, mais pour et avec la Hongrie.»

Lire la déclaration (en anglais uniquement)

Regarder le débat au PE

La Commission européenne ouvre une procédure d'infraction accélérée contre la Hongrie

Nous ne voulons pas qu'il pèse plus longtemps sur la Hongrie l'ombre d'un doute quant au respect des principes et des valeurs démocratiques

17/01/2012

Hungarian Flag © EU

La Commission européenne a entamé aujourd'hui une action en justice contre la Hongrie sur trois questions: l'indépendance de la banque centrale nationale, l'âge de la retraite des juges et l'indépendance de l'autorité de protection des données. La Commission a également demandé aux autorités hongroises plus d'informations sur la question de l'indépendance de la magistrature. Ces dernières ont désormais un mois pour répondre aux préoccupations de la Commission. Dans la déclaration qu'il a effectuée à l'issue de la réunion du collège, le président Barroso a souligné que cette décision est "le résultat d'une analyse juridique solide que la Commission a réalisée rapidement". Il a réitéré que la Commission est déterminée "à s'assurer que la législation de l'UE est pleinement respectée, tant dans la lettre et que dans l'esprit, et qu'un environnement juridique stable existe dans chacun de nos États membres". Le président Barroso a salué la volonté du Premier ministre hongrois de le rencontrer mardi prochain pour discuter des préoccupations de la Commission.

Déclaration du président Barroso

Communiqué de presse: La Commission européenne ouvre une procédure d'infraction accélérée contre la Hongrie

Infractions: Foire aux questions

Félicitations au nouveau président du Parlement européen

17/01/2012

© EU

Le président Barroso a félicité aujourd'hui M. Martin Schulz pour son élection comme président du Parlement européen. Dans son discours à la plénière, il a réaffirmé le soutien de la Commission au Parlement européen et à son nouveau président. Le président Barroso a déclaré qu'"aujourd'hui, il est plus important que jamais de renforcer la démocratie européenne" et a appelé les "différentes forces politiques à travailler ensemble en faveur d'une Europe forte". Il a également remercié le Président sortant, M. Jerzy Buzek, qui "a présidé le Parlement de manière impressionnante en obéissant à des principes, au cours d'une période historique et éprouvante".

Déclaration du président Barroso concernant l'élection du nouveau président du Parlement européen, M. Martin Schulz

Voir la vidéo

Cérémonie du Diamond Award, Katowice, Pologne

16/01/2012

© EU

Le président Barroso a reçu le Diamond award of Laurels of Abilities and Competence à Zabrze, en Pologne. Dans son discours d'acceptation à la Chambre de commerce et d'industrie de Katowice, il a souligné l'importance des régions dans l'Union européenne. Il a insisté sur la nécessité d'investir davantage dans les régions européennes et de soutenir les petites et moyennes entreprises. Il s'est exprimé en ces termes: "en Europe, nous avons 23 millions de chômeurs et 23 millions de PME. Si chacune de ces PME créait un seul emploi, le problème du chômage serait résolu".

Vidéo de l'événement

Visite d'un collège au Danemark, 11 - 12 Janvier 2012

La discipline budgétaire est indispensable pour l'Europe. Mais cela ne suffit pas.

12/01/2012

Prime Minister Thorning-Schmidt and President Barroso

La Commission européenne rencontre le gouvernement danois à Copenhague au début de la présidence danoise du Conseil de l'UE. Le programme comprend une réunion plénière et différentes séances de travail pour discuter de la mise en œuvre des priorités principales. Il s'agit notamment de la stabilité financière et de la création de croissance et d'emplois, par exemple en renforçant le marché unique, la croissance verte et l'efficacité énergétique. Le collège des commissaires assistera également à un déjeuner offert par Sa Majesté la Reine Margrethe, ainsi qu'à l'ouverture d'une exposition sur les relations de l'Europe avec le monde au Musée national danois. Le 11 janvier, aura lieu un point presse du Président et du Premier ministre Thorning-Schmidt et le 12 janvier, ils tiendront une conférence de presse conjointe. Le président Barroso a souligné que le Danemark peut être un pont entre les membres de la zone euro et les pays tiers et a salué l'approche pragmatique et l'engagement européen du Danemark.

Lors d'un point presse le premier jour, le président Barroso a remercié le Premier ministre du Danemark Thorning-Schmidt et son gouvernement pour leur accueil chaleureux et a déclaré: "Laissez-moi vous dire que nous partageons pleinement les priorités de la présidence danoise en faveur d'une Europe plus dynamique, plus ouverte, plus sûre et plus écologique. Et je suis persuadé que ces tâches se concrétiseront au cours de la présidence danoise. Nous vous soutenons pleinement, Madame le Premier ministre, dans votre engagement en faveur de ce type d'Europe, une Europe plus proche des citoyens. Comme je l'ai déjà dit, la présidence danoise arrive à un moment particulièrement crucial pour le projet européen. Nous devons montrer à nos citoyens des résultats concrets dans leur vie quotidienne. Il existe aussi certains risques de fragmentation ici et là. Nous voulons que tous les États membres soient impliqués dans notre but commun et je compte sur le Danemark pour jeter des ponts, consolider ce type d'unité. Il va de soi que nous travaillerons loyalement et très étroitement avec la présidence danoise pour faire de cette présidence un succès pour le Danemark et un succès pour l'Europe."

Updated 12 January

À l'issue de la visite de la Commission à Copenhague et après une réunion avec le Premier ministre danois Helle Thorning-Schmidt, le président Barroso a déclaré: "Nous nous tenions ensemble sur le pont pour discuter de questions politiques importantes et nous étions dans la salle des machines pour déterminer comment nous pouvons collaborer en vue d'obtenir des résultats concrets pour nos citoyens". Il a souligné que "la Présidence et la Commission partagent entièrement l'avis selon lequel la discipline budgétaire et la santé des finances publiques sont indispensables pour l'Europe. Mais cela ne suffit pas! La discipline est indispensable, mais la croissance est également nécessaire."

Le Président a souligné que "pour rétablir la confiance, les réformes structurelles favorisant la compétitivité et les mesures visant à stimuler la croissance sont aussi importantes que l'assainissement de nos finances publiques. C'est ce que la Commission n'a cessé de préconiser et ce sur quoi elle a insisté dans son approche globale de la crise."

Il a souligné que: "la croissance est à notre portée, si nous pouvons renverser les obstacles qui empêchent l'argent, les services et les personnes de circuler au sein de l'Union comme ils le devraient. Et le fait que le Danemark mette le renforcement du marché unique et de la croissance verte au cœur de sa présidence est crucial pour assurer notre réussite. "Le Président a également souligné que le futur cadre financier pluriannuel de l'UE doit être débattu en tenant compte de sa contribution à la croissance. Il a terminé en louant la détermination de la présidence: "Avec cet engagement, soutenu par son action sur le plan national, le Danemark peut constituer un pont au niveau européen, ainsi qu'un exemple."

Site web officiel de la présidence danoise de l'UE 2012

Lire le programme de la présidence danoise de l'UE

Regarder le point presse du président Barroso et du Premier ministre Thorning-Schmidt, 11 janvier 2012

Regarder la conférence de presse du président Barroso et du Premier ministre Thorning-Schmidt, 12 janvier 2012

Déclaration du président Barroso sur la première journée de la rencontre entre la Commission européenne et la présidence danoise de l'UE

Lire la déclaration lors de la conférence de presse conjointe, Copenhague, 12 janvier 2012

Read President's speech at the opening of the "Europe meets the world" exhibition, 11 January 2012

Video from the first day

Video from the second day

Procédure concernant les déficits excessifs (PDE)

11/01/2012

President Barroso © EU

La Commission européenne a conclu aujourd'hui que quatre des cinq États membres qui en novembre dernier devaient prendre des mesures immédiates pour corriger leurs déficits excessifs ont pris des mesures suivies d'effets. Les mesures prises par la Belgique, Chypre, Malte et la Pologne devraient être suffisantes pour corriger leurs déficits excessifs dans les délais convenus de 2011 ou 2012. À ce stade, aucune autre mesure dans le cadre de la PDE ne s'impose en ce qui les concerne, mais la Commission continuera à suivre de près l'évolution de leur situation budgétaire.

La Commission a conclu que la Hongrie n'a pas suffisamment progressé sur la voie d'une correction durable, et dans les délais, de son déficit excessif. Elle a par conséquent recommandé au Conseil de faire passer la Hongrie au stade suivant de la procédure concernant les déficits excessifs. C'est la première fois que la Commission prend des décisions au titre de la procédure concernant les déficits excessifs depuis l'entrée en vigueur en décembre 2011 des règles renforcées de gouvernance économique.

Communiqué de presse: La Belgique, Chypre, Malte et la Pologne ont engagé une action suivie d'effets pour corriger leur déficit mais les mesures de la Hongrie sont insuffisantes

En savoir plus sur la procédure pour déficits excessifs (PDE): évaluation de cinq États membres

En savoir plus sur l'entrée en vigueur du paquet législatif sur la gouvernance économique

Rapport sur la Communication et documents de travail des services de la Commission des États membres concernés

Déclaration concernant la situation en Hongrie

11/01/2012

Hungarian Flag © EU

Aujourd'hui, la Commission européenne a fait une déclaration sur la situation en Hongrie après l'entrée en vigueur de la nouvelle Constitution hongroise et d'un certain nombre de lois cardinales. La Commission a exprimé ses craintes concernant le fait que certaines des nouvelles dispositions relatives à la banque centrale nationale, à la magistrature et à l'autorité nationale de protection des données puissent transgresser la législation européenne. La Commission a déclaré qu'elle était prête "à faire pleinement usage de ses prérogatives afin de s'assurer que tous les États membres respectent les obligations qu'ils ont acceptées en tant que membres de l'Union européenne". Elle s'est engagée à prendre les mesures appropriées, y compris la possibilité de lancer des procédures d'infraction, et à annoncer ses décisions le 17 Janvier. La Commission a également rappelé qu'"un environnement juridique stable, fondé sur la primauté du droit, y compris le respect de la liberté des médias, des principes démocratiques et des droits fondamentaux, sont les meilleures garanties de la confiance des citoyens, des partenaires commerciaux et des investisseurs."

En savoir plus sur la déclaration de la Commission européenne du 11 janvier 2012 sur la situation en Hongrie