Chemin de navigation

À la une

Sommet UE-Partenariat oriental, Varsovie

30/09/2011

 © EU

"Cette rencontre a confirmé que le Partenariat oriental reste un cadre crédible pour renforcer et approfondir les relations entre l'UE et ses partenaires de l'Est et, dans le même temps, pour les aider à mettre en œuvre des réformes économiques et politiques", a expliqué le président Barroso à l'issue du Sommet UE-Partenariat oriental. Le Président a souligné que "l'essence de la politique de voisinage de l'Union européenne est étroitement liée à la promotion de la démocratie, des droits humains, du pluralisme, de la justice sociale, de la bonne gouvernance et de la primauté du droit."

Discours complet

Voir la vidéo

Informations générales - Partenariat Oriental

Collège d'Europe – Début de l'année universitaire 2011-2012

29/09/2011

© EU

"Après la réconciliation, après la réunification, je pense que le temps du renouveau est désormais venu pour l'Europe. C'est le temps d'un nouvel élan fédérateur, pour que l'Europe s'affirme, sur la base d'un élément qui a trop souvent fait défaut ces derniers temps: la confiance", a souligné le président Barroso dans son discours, en faisant référence aux défis auxquels l'Europe est actuellement confrontée. "N'hésitons pas à défendre la force et l'unité de l'Europe, n'hésitons pas à avoir confiance en nous-mêmes", a-t-il souligné.

Discours complet

Voir la vidéo

Discours sur l'état de l'Union 2011

Faites entendre votre voix. Posez votre question avant le 5 octobre

28/09/2011

(c) EU

Les citoyens peuvent s'adresser directement au président dans le cadre de la série d’entretiens avec des dirigeants mondiaux World View de YouTube. Jusqu'au 5 octobre, chacun peut poser des questions dans sa langue et voter sur des questions. Le 6 octobre à 10 h HEC, le président Barroso répondra aux principales questions lors d'un entretien en direct qui sera diffusé sur http://www.youtube.com/worldview, Europe by Satellite et Euronews TV.

Cliquez ici pour obtenir de plus amples informations: http://www.youtube.com/watch?v=2pU05h_PorY

"Il s'agit d'une crise financière, économique et sociale. Je crois qu'on peut dire que la crise de la dette souveraine est aujourd'hui avant tout une crise de confiance politique," a déclaré le président Barroso lors de son discours annuel sur l'état de l'Union 2011 intitulé "Le Renouveau de l'Europe". Le président Barroso a souligné qu'il existait des solutions à la crise, puis il les a aussi présentées. Il a indiqué que "la Commission [avait] adopté aujourd'hui même une proposition de taxe sur les transactions financières", avant d'ajouter que le secteur bancaire devait lui aussi verser son écot à la société. Le président Barroso a conclu son allocution en ces termes: "La réalité aujourd'hui c'est que la coopération intergouvernementale n'est pas suffisante pour sortir l'Europe de cette crise, pour doter l'Europe d'un avenir."

State of the Union Address 2011 website

70e anniversaire du Dr E. Stoiber, Munich

28/09/2011

Dr. E. Stoiber © EU

Le président Barroso a assisté à l'anniversaire du Dr Edmund Stoiber, président du groupe de haut niveau de la Commission sur la réduction des charges administratives. Dans son discours, prononcé en allemand, il a salué le travail de M. Stoiber et son engagement européen.

Lire l'intégralité du discours du président

Vidéo de l'événement

Déclaration sur la sûreté nucléaire: réaction de l'UE à l'accident de Fukushima

22/09/2011

President Barroso © EU

Dans son discours à l'occasion de la réunion de haut niveau sur la sûreté nucléaire, le président Barroso s'est concentré sur la réaction de l'UE à l'accident de Fukushima et a salué l'initiative des Nations Unies visant une réflexion globale à l'échelle mondiale sur les questions de sûreté nucléaire. Le président Barroso a souligné que l'UE "est en faveur de règles internationales plus strictes pour une utilisation sûre et durable de l'énergie nucléaire et qu'elle a pris les devants sur ce point, au sein de ses frontières".

Lire le discours complet

Déclaration sur l'accord sur la gouvernance économique

Cet accord fournit à l'UE et ses États membres un outil puissant pour éviter de tomber dans le piège de la dette non viable

20/09/2011

(c) EU

Un an après que la Commission a présenté un ensemble de six propositions législatives visant à renforcer la gouvernance économique de l'Union européenne et de la zone euro en particulier, un accord a été finalisé. Ce train de mesures entrera en vigueur après approbation officielle du Parlement européen et du Conseil. "C'est une excellente nouvelle pour l'Europe", a souligné le président Barroso. Il a jouté: "Cet accord fournit à l'UE et ses États membres un outil puissant, qui faisait défaut jusqu'à présent, pour éviter de tomber dans le piège de la dette non viable". Dans sa déclaration, il a également souligné les autres avantages que présente cet accord.

Déclaration du président Barroso suite à l'accord sur la gouvernance économique

Discours lors du dialogue des dirigeants sur le changement climatique

20/09/2011

EU

"Nous n'avons pas beaucoup de temps, mais il est essentiel que nous continuions sur l'élan de Cancún", a déclaré le président Barroso à New York avant de poursuivre: "L'UE accepte d'envisager une deuxième période d'engagement, mais uniquement dans le cadre d'un train de mesures plus large. Des mesures qui améliorent les règles de Kyoto, qui créent de nouveaux mécanismes de marché et dans lesquelles les autres grands émetteurs s'engagent également à apporter leur juste contribution".

Lire le discours complet

Voir la vidéo

66e assemblée générale de l'ONU, New York, 20-23 septembre 2011

19/09/2011

Drapeau de l'ONU

Le président Barroso, accompagné du président du Conseil européen Herman Van Rompuy, de la haute représentante et vice-présidente Ashton et des commissaires Piebalgs, Dalli, Georgieva et Hedegaard, assistera à la 66e assemblée générale des Nations unies. Il tiendra des réunions bilatérales et participera à des manifestations de haut niveau sur le changement climatique, la sûreté nucléaire, la Libye et la consommation durable. Le président du Conseil européen Herman Van Rompuy prononcera, pour la première fois, la déclaration de l'UE lors du débat général.

En savoir plus sur la 66e assemblée générale de l'ONU: présence de hauts responsables de l'UE à New York

Sommet UE – Afrique du Sud

L'Afrique du Sud est un partenaire clé de l'Union européenne

15/09/2011

(c) EU

"Peu de nations incarnent les grands changements de notre époque mieux que l'Afrique du Sud. Nelson Mandela représente l'importance de la défense des valeurs universelles et la puissance des passerelles comme moyen de matérialiser ces valeurs", a déclaré le président Barroso au Centre Nelson Mandela pour la mémoire. Il a insisté sur la transformation pacifique de l'Afrique du Sud et a décrit les bonnes relations entre l'UE et l'Afrique du Sud. Le Président a également rassuré tous ceux qui défendent la liberté en Afrique en déclarant: "l'Union européenne se tient à vos côtés en tant que partenaire", et a conclu son discours par des paroles de Nelson Mandela: "cela paraît toujours impossible, jusqu'à ce que cela devienne réalité".

Décrivant le sommet, le président Barroso a affirmé qu'il s’agissait d'"un témoignage des relations excellentes qu'entretiennent l'UE et l'Afrique du Sud". Cet événement a été l'occasion d'aborder des questions bilatérales et des points d'intérêt mondial, notamment le prochain sommet du G20 et la lutte contre le changement climatique. Le président Barroso a déclaré: "Nous avons été en mesure de nous attaquer à des questions d'intérêt commun dans un esprit d'amitié et de compréhension mutuelle, tout en continuant à approfondir et élargir ainsi notre coopération."

Lire le discours complet

Discours du président au Centre Nelson Mandela pour la mémoire

Voir la vidéo

Débat au PE sur la crise économique et l'euro

Il s'agit d'une lutte en faveur de l'avenir économique et politique de l'Europe. Il s'agit d'une lutte en faveur de l'intégration européenne elle-même.

14/09/2011

 © EU

S'adressant au Parlement européen, le président Barroso a fait des remarques sur la situation économique actuelle et l'euro et a exposé la vision de la Commission pour l'avenir. Il a rappelé que "des propositions solides, réalistes et concrètes ont été faites" et qu'il reste désormais à les mettre en œuvre. Il a aussi souligné que "la seule manière qui convient pour arrêter le cycle négatif et renforcer l'euro consiste à approfondir l'intégration, particulièrement au sein de la zone euro, en se fondant sur la méthode communautaire". Il a souligné qu'une nouvelle impulsion unificatrice, "un nouveau moment fédérateur", est indispensable et il a confirmé que "la Commission va bientôt présenter des options pour l'introduction d'euro-obligations".

Lire le discours complet

Voir la vidéo

Rencontre avec Silvio Berlusconi, Premier ministre italien

13/09/2011

President Barroso © EU

Le président Barroso a rencontré Silvio Berlusconi, le Premier ministre italien, à Strasbourg le 13 septembre. Leur échanges ont porté sur la situation économique de la zone euro et en particulier de l'Italie. La président a salué l'engagement de l'Italie à équilibrer son budget d'ici 2013 et a exhorté une mise en œuvre rapide, efficace et rigoureuse des mesures les plus récentes. Les deux dirigeants ont aussi convenu de la nécessité de renforcer la gouvernance économique de l'Europe.

Déclaration du président Barroso à l'issue de la réunion

Rencontre avec Angela Merkel, chancelière de la République fédérale d'Allemagne

Pour réussir, il nous faut plus d'Europe, pas moins.

12/09/2011

President Barroso © EU

Aujourd'hui, le président Barroso a rencontré la chancelière Merkel pour dresser le bilan de la situation dans la zone euro. Ils ont tous deux convenu de l'importance extraordinaire de l'euro pour l'Europe et l'Allemagne et du fait que la stabilité et la croissance dans les États membres de la zone euro constituent une condition essentielle à la stabilité de la monnaie unique. Ils ont également affirmé que les procédures d'approbation concernant l'amélioration du FESF devraient être achevées d'ici fin septembre. À l'issue de la rencontre, le président Barroso s'est exprimé en ces termes: "L'euro est, et demeure, un réel atout pour l'Allemagne et l'ensemble de l'UE, et les Allemands ont beaucoup plus à gagner qu'à perdre de leur contribution à la "Rettungsschirm". L'aide ne peut continuer que pour ceux qui font tout leur possible pour remettre leur pays sur pied. Comme l'Allemagne, la Commission œuvre pour que l'UE sorte plus forte de la crise et devienne l'Union de stabilité et l'Union de la croissance. Pour réussir, il nous faut plus d'Europe, pas moins. Renforcer l'intégration fait partie de la solution pour prévenir les crises de la dette à l'avenir. Cela ne se fera pas en un jour, mais dans le cadre d'un processus démocratique inébranlable. Ce que les citoyens et les marchés attendent, ce sont une détermination politique et une discipline économique. C'est ce que l'UE doit proposer."

Déclaration du président Barroso à l'issue de sa rencontre avec la chancelière Merkel à Berlin

10e anniversaire des attentats aux États-Unis

09/09/2011

President Barroso © EU

À l'occasion du 10e anniversaire des attentats aux États-Unis, le président Barroso et le président Van Rompuy ont déclaré: "Aujourd'hui, l'Europe honore les victimes et exprime sa solidarité envers les personnes qui ont perdu des proches lors de ces attentats et de toutes les autres attaques terroristes". Ils ont ajouté: "L'Europe se tient aux côtés de ses amis et alliés dans la lutte contre les réseaux terroristes et leur structure de financement".

Lire la déclaration

Visites officielles en Australie et en Nouvelle-Zélande, du 4 au 9 septembre

L'Union européenne – un partenaire engagé auprès de la Nouvelle-Zélande et du Pacifique.

08/09/2011

José Manuel Barroso (c) EU

Après avoir reçu jeudi un doctorat honoraire en droit de l'université d'Auckland, le président Barroso a donné le cours annuel Europa de l'université sur le thème de "L'Union européenne – un partenaire engagé auprès de la Nouvelle-Zélande et du Pacifique". Le président a annoncé son intention de s'assurer que l'Union européenne renforce ses relations bilatérales avec la Nouvelle-Zélande lors de la révision de l'actuelle déclaration commune en 2012. Par ailleurs, il a affirmé qu'il était confiant dans le fait que l'UE et les pays du Pacifique auront des liens de plus en plus étroits dans les années à venir.

Le président Barroso s'est également exprimé et a répondu aux questions d'un vaste public lors du Conseil des entreprises de Nouvelle-Zélande - Europe qui s'est tenu à Auckland. Le président a félicité les néo-zélandais pour leur attitude "égalitaire, environnementale et leur esprit d'entreprise" et a exprimé son admiration pour la compétitivité et la réussite de la croissance verte de la Nouvelle-Zélande. "L'Union européenne souhaite faire des affaires avec vous. Nous souhaitons demeurer un partenaire commercial de premier plan."

Dans le discours liminaire qu'il a prononcé à l'occasion du Forum des îles du Pacifique à Auckland, le président Barroso a évoqué un nouveau financement de 20 millions d’euros destiné à lutter contre le changement climatique et à promouvoir le développement. "Nous pouvons faire reculer la pauvreté et stimuler la prospérité dans le Pacifique uniquement en mettant vos ressources naturelles à votre service, et non pas en les utilisant à vos dépens." Le Président a appelé à une position commune de l'Europe et du Pacifique concernant les négociations mondiales sur le changement climatique. "Nous devons continuer à unir nos forces et maintenir la pression sur tous les partenaires mondiaux à Durban."

Dans le discours liminaire qu'il a prononcé à l'Université nationale d'Australie, M. Barroso a évoqué l'avenir commun de l'Europe et de l'Australie au XXIe siècle. Il a noté que "l'Australie montre qu'il est possible de combiner des réformes économiques avec une bonne protection sociale et le progrès" et a souligné que "l'Union européenne salue les efforts du gouvernement australien pour aborder le problème des émissions de CO2 et élaborer une politique qui se greffera à la nôtre à l'avenir".

Dans une déclaration faite à l'issue de sa rencontre avec Mme Gillard, le Premier ministre australien, le président Barroso a insisté sur la nouvelle phase de coopération renforcée entre l'Australie et l'Union européenne: "Nous avons un patrimoine, des intérêts et des valeurs en commun: la démocratie et les droits de l'Homme, mais aussi l'ouverture, la tolérance et la responsabilité à l'échelle mondiale." Les deux dirigeants ont convenu de travailler à l'élaboration d'un accord-cadre ambitieux qui permettra de donner un nouveau départ à leurs relations et ont également signé un nouvel accord portant sur la sûreté nucléaire.

Le président Barroso a rencontré dimanche le Premier ministre de Singapour, M. Lee Hsien Long. Ils ont exprimé leur engagement à renforcer la relation dynamique qui unit l'Union européenne et Singapour, notamment en concluant un accord de libre-échange complet et un accord de partenariat et de coopération. Ils ont également abordé la situation de l'économie mondiale, la situation régionale en Asie du Sud-Est et l'approfondissement des liens entre l'ASEAN et l'Union européenne.

Le président Barroso se rendra en Australie du 4 au 7 septembre et en Nouvelle-Zélande du 7 au 9 septembre. En Australie, il s'entretiendra avec le Premier ministre Gillard et d'autres dirigeants politiques et économiques, ainsi qu'avec la société civile, en vue d'approfondir la relation bilatérale déjà florissante. En Nouvelle-Zélande, le Président rencontrera le Premier ministre Key ainsi que des dirigeants politiques et des chefs d'entreprises pour discuter d'un renforcement de nos liens. Il assistera au Forum des îles du Pacifique pour mettre en évidence le rôle de l'Union dans la lutte contre le changement climatique dans la région.

Déclaration du président Barroso à l'issue de la rencontre avec Mme Gillard, le Premier ministre australien, lors du point presse à Canberra, le 5 septembre 2011

Résumé de la rencontre avec Mme Gillard, le Premier ministre australien

Déclaration du président Barroso suite à la réunion avec le Premier ministre de Singapour, Lee Hsien Long

Discours à l'Université nationale d'Australie: Des avenirs communs: l'Europe et l'Australie au XXIe siècle, Canberra, 6 septembre 2011

Allocution lors du discours de l'Europe Australian Business Council: anciens alliés, nouvelles perspectives: liens commerciaux de l'UE et de l'Australie à l'horizon 2020, Sydney, 6 septembre 2011

Video - keynote address to the Australia National University

Le président Barroso lors de la séance plénière du Forum des îles du Pacifique qui s'est tenu à Auckland: l'UE et le Pacifique – un partenariat renouvelé pour une nouvelle ère, Nouvelle-Zélande, 7 septembre 2011

Discours à l'université d'Auckland, cours Europa 2011, 8 septembre 2011

Video - Official visit to New Zealand

Discours au conseil des entreprises de Nouvelle-Zélande - Europe à Auckland, le 8 septembre 2011

Vidéo - José Manuel Barroso at Auckland University

Video - Official visit to New Zealand

Visites officielles en Australie et en Nouvelle-Zélande, du 4 au 9 septembre

02/09/2011

President Barroso and Australian Prime Minister Gillard © EU

Le président Barroso se rendra en Australie du 4 au 7 septembre et en Nouvelle-Zélande du 7 au 9 septembre. En Australie, il s'entretiendra avec le Premier ministre Gillard et d'autres dirigeants politiques et économiques, ainsi qu'avec la société civile, en vue d'approfondir la relation bilatérale déjà florissante. En Nouvelle-Zélande, le Président rencontrera le Premier ministre Key ainsi que des dirigeants politiques et des chefs d'entreprises pour discuter d'un renforcement de nos liens. Il assistera au Forum des îles du Pacifique pour mettre en évidence le rôle de l'Union dans la lutte contre le changement climatique dans la région.

Conférence internationale sur la Lybie, Paris

L’UE les accompagnera sur le chemin de la liberté et de la démocratie

02/09/2011

President Barroso © EU

Le président Barroso a réaffirmé la détermination de l'Union européenne pour soutenir la transition et la reconstruction économique de la Lybie. Il a exposé l'action en cours de l'UE dans le domaine de l'aide humanitaire et a souligné qu'il convenait d'apporter davantage de soutien concernant les infrastructures essentielles. Au-delà des besoins immédiats, le Président a fait savoir que l'UE était prête à contribuer au renforcement des capacités, à la démobilisation, à la réconciliation nationale et à la démocratisation. Il a souligné deux points importants: les Libyens doivent diriger eux-mêmes le processus de transition et l'ONU doit être à la tête de la communauté internationale pour fournir une assistance, sous la direction de la Libye.

Déclaration du président Barroso à l’issue de la conférence

Répondre au défi de la stabilisation de la Lybie après le conflit

Déclaration vidéo du président Barroso