Chemin de navigation

À la une

Accord de Copenhague sur le climat

19/12/2009

José Manuel Barroso © EC

Déclaration commune de la présidence de l'UE et de la Commission européenne

En réaction à l'accord de Copenhague, qui doit être soumis à la séance plénière de l'ONU, le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, a déclaré tôt samedi matin: "Cet accord est mieux que rien, mais il ne constitue pas un pas décisif. Il se situe clairement en dessous des objectifs que nous avions fixés. Je ne cache pas ma déception en ce qui concerne la nature contraignante ou non du futur accord."

Discours d'ouverture de M. Barroso pdf - 17 KB [17 KB]

Déclaration de M. Barroso du 18/12/2009 english

"Nous avons réalisé d'importants progrès ici à Copenhague"

18/12/2009

José Manuel Barroso et d'autres participants à la conférence de Copenhague

"Il est désormais certain que nous n'obtiendrons pas l'accord escompté", le président Barroso a-t-il déclaré lors de la séance plénière de la conférence de Copenhague sur le changement climatique. "Copenhague constitue toutefois une étape cruciale de la lutte contre le réchauffement climatique. Nous avons accompli des progrès en matière de transparence et d'internationalisation des efforts nationaux. Mais surtout, notre offre contraignante a engendré une longue liste de nouveaux engagements fermes en matière de réduction des émissions de la part des pays développés et des pays en développement, qui seront soumis à une surveillance et à un contrôle rigoureux, si nous parvenons à conclure un accord."

Lire le discours english

Nous encourageons toutes les parties à aller jusqu'à l'extrême limite de leur flexibilité

17/12/2009

Logo de la conférence sur le changement climatique de l'ONU à Copenhague © EC

"L'Union européenne est préoccupée par l'absence de progrès dans les négociations. Nous encourageons toutes les parties à aller de toute urgence jusqu'à l'extrême limite de leur flexibilité afin que les pourparlers puissent progresser", la Commission européenne et la présidence de l'UE ont-elles annoncé lors d'une déclaration commune sur l'état d'avancement des négociations sur le changement climatique à Copenhague. "L'Union européenne a mis des propositions concrètes sur la table et maintient son offre conditionnelle d'aller plus loin, si les autres, en particulier les grands pollueurs, améliorent également leur offre."

Voir la vidéo video [1'54"]

Un accord ambitieux à portée de main

16/12/2009

José Manuel Barroso © EC

"Nous allons devoir redoubler d'efforts, mais, je suis persuadé que nous serons en mesure de conclure un accord vendredi", le président Barroso a-t-il déclaré lors de son discours au segment de haut niveau de l'ONU COP 15. "Nous disposons désormais de bases solides pour parvenir à un accord significatif et ambitieux pendant les derniers jours de négociations. Il s'agira ensuite de conférer à cet accord un caractère juridiquement contraignant au cours de l'année prochaine." Cette conférence constitue également un "véritable test pour notre crédibilité collective pour trouver des solutions mondiales au plus haut niveau”, a-t-il annoncé afin de souligner l'importance du moment.

Lire le discours english

Le chiffre ambitieux annoncé par l'UE peut donner une nouvelle impulsion aux négociations de Copenhague

11/12/2009

Lors de la deuxième journée du Conseil européen, le président Barroso s'est dit ravi de la décision des 27 États membres d'octroyer pendant les trois prochaines années une aide de 7,2 milliards d'euros à un fonds mondial destiné à aider les pays pauvres à faire face au réchauffement climatique. "Il s'agit d'un chiffre ambitieux pour le financement à mise en œuvre rapide qui dépasse les attentes à l'égard de l'UE", a-t-il constaté, tout en notant que lorsque la Commission avait suggéré une aide comprise entre 5 et 7 milliards d'euros, ce montant avait été considéré comme disproportionné. "Je suis persuadé que cet engagement de l'UE est capable de donner une nouvelle impulsion aux négociations de Copenhague. Au sommet sur le changement climatique, les négociations entrent aujourd'hui dans une nouvelle phase avec la présentation des premiers projets de texte."

Lire la version complète de la déclaration english

Voir la vidéo video [6'55"]

Sans soutien aux pays les plus vulnérables, nous ne parviendrons pas à un accord à Copenhague

10/12/2009

La crise financière, la relance économique et le climat figuraient parmi les principaux points abordés lors de la première journée du Conseil européen. En ce qui concerne les questions économiques, les chefs d'État et de gouvernement ont mené des discussions très ouvertes qui s'appuyaient sur le document de consultation sur la future stratégie européenne, la stratégie UE 2020, lancée il y a quelques semaines par la Commission européenne. En matière de changement climatique, l'UE reste engagée à poursuivre les objectifs qui ont été définis en octobre. Les discussions portaient également sur le financement de mesures visant à lutter contre le changement climatique et le président Barroso a affirmé s'être entretenu mercredi par téléphone avec le Premier ministre éthiopien Meles Zenawi, qui coordonne la position africaine. Il a également déclaré: "Certaines personnes ont tendance à oublier les pays africains les plus pauvres et les plus vulnérables, ainsi que les petits États insulaires. Sans soutien à ces pays partenaires, nous ne parviendrons pas à un accord à Copenhague. Par conséquent, si demain l'UE et certains chefs d'État font preuve d'un engagement important en termes de financement à mise en œuvre rapide, une telle mesure pourrait contribuer grandement au succès de Copenhague."

Lire le discours english

Redressement de l'économie de marché sociale de l'Europe grâce à la stratégie UE 2020

10/12/2009

Dans un discours prononcé à Bonn, lors du congrès du Parti populaire européen (PPE) qui s'est tenu avant le Conseil européen, le président Barroso a souligné la nécessité de redresser l'économie de marché sociale de l'Europe et de parvenir à un accord ambitieux sur le changement climatique à Copenhague la semaine prochaine. Il a déclaré: "La crise, engendrée en partie par des comportements avides et irresponsables, montre qu'il ne peut y avoir d'économie forte sans valeurs morales. De même, nous avons besoin d'une économie forte pour être en mesure d'assurer une plus grande solidarité. La modernisation de l'économie de marché sociale de l'Europe se trouvait au cœur de mon premier mandat à la Commission et cet objectif a été mis en œuvre à travers la stratégie de Lisbonne. Nous avons réalisé d'importants progrès en la matière. Ma deuxième Commission s'appuiera sur ces avancées dans le cadre de la stratégie UE 2020." À propos de la conférence de Copenhague, le président Barroso a affirmé: "La question n'est pas de savoir quels chiffres seront négociés, mais si chacun des principaux acteurs a fait des propositions concrètes qui se trouvent aux limites extrêmes de ses capacités et si nous avons atteint des objectifs aussi ambitieux que possible".

Lire le discours complet pdf - 10 KB [10 KB] English (en)

Incendie tragique en Russie

05/12/2009

Le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, a adressé ses condoléances au président de la Fédération de Russie, Dimitri Medvedev, et au peuple russe après l'incendie tragique qui s'est produit dans la ville de Perm. "Je suis profondément attristé par l'accident qui a coûté la vie à de nombreuses personnes dans la ville russe de Perm. Toutes mes pensées vont aux familles des victimes. Au nom de la Commission européenne, je souhaiterais exprimer ma solidarité et ma profonde sympathie à toutes les personnes touchées par ce tragique accident."

La crise économique et la sécurité énergétique au cœur du sommet UE-Ukraine

04/12/2009

Le 13e sommet UE-Ukraine, qui s'est tenu le 4 décembre, a permis au président Barroso et au président Yushchenko de discuter de problèmes clés, tels que la réforme économique et la relance économique en Ukraine, ainsi que la sécurité énergétique et le partenariat oriental. À l'issue de la rencontre, le président Barroso a déclaré: "Nous avons une vision bien claire de la manière dont notre relation peut évoluer au cours des prochaines années. Nous avons montré que nous sommes prêts à soutenir l'Ukraine dans tous les domaines. J'espère que l'Ukraine procédera également aux réformes nécessaires pour que notre aide soit plus efficace."

Informations générales

Lire le discours english

"L'heure de vérité à Copenhague approche à grands pas"

03/12/2009

Lors d'un discours à l'issue d'une réunion avec Lord Stern, président du Grantham Institute for Climate Change and the Environment et le Dr Pachauri, président du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), le président Barroso a déclaré que le compte à rebours vers Copenhague exige "des objectifs aussi ambitieux que possible" de la part de toutes les communautés différentes impliquées dans la lutte contre le changement climatique. Il a salué les engagements concrets pris par des pays tels que la Chine, tout en ajoutant qu'il était encourageant de voir que quelque 90 de dirigeants mondiaux participeront à la conférence de Copenhague. En ce qui concerne l'objectif de réduction conditionnelle de 30 %, il a annoncé que l'UE "ne pourra pas s'engager sur des diminutions plus ambitieuses si les autres ne nous suivent pas".

Lire le discours english

Voir la vidéo video [16'05"]

ARYM: il est temps de résoudre la question du nom "une fois pour toutes"

02/12/2009

En 2009, l'ancienne République yougoslave de Macédoine s'est rapprochée de l’Union européenne à la suite de la recommandation pour le lancement des négociations d'adhésion en octobre dernier. C'est ce qu'a annoncé le président Barroso hier à Bruxelles en présence de M. Gruevski, le Premier ministre de l'ARYM. Le président de la Commission a souligné le "caractère délicat" de la question du nom pour le pays et a souhaité envoyer un message d'encouragement: "Je suis convaincu que l'occasion de présente aujourd'hui, à condition que les deux côtés fassent preuve de la volonté politique nécessaire pour résoudre ce problème et trouver une solution qui convienne à tout le monde." Il a également rappelé la nécessité d'avancer davantage dans des domaines tels que la mise en œuvre de l'accord-cadre d’Ohrid et de la réforme de l'administration publique.

Lire le discours pdf - 7 KB [7 KB] English (en)