Chemin de navigation

L'Union européenne renforce la sécurité alimentaire et combat la faim dans la région du Sahel

Bruxelles, 23 mars 2012 – Aujourd'hui, le Commissaire européen au Développement, Andris Piebalgs, a proposé un nouveau programme d'aide, d'une valeur de 164,5 millions d'euros, pour renforcer la sécurité alimentaire dans les pays du Sahel. La région souffre actuellement d'une crise alimentaire, alors que 15 millions de personnes risquent de souffrir de famine. La Commission européenne a déjà mobilisé 123,5 millions d'euros pour la réponse humanitaire précoce à la crise.
Le nouveau programme d'aide soutiendra les systèmes nationaux existants de sécurité alimentaire gérés par les gouvernements. De plus, des initiatives d'argent/nourriture pour du travail seront renforcées au profit des pauvres, pour qu'ils puissent se permettre d'acheter de la nourriture, et les fermiers recevront des bons pour des semences et des engrais. En outre, l'information sur la sécurité alimentaire et la nutrition sera améliorée à travers de meilleurs systèmes d'alerte précoce sur la situation alimentaire.

Lors de la conception de sa réponse, l'UE aborde également les causes de l'insécurité alimentaire et de la sous-nutrition grâce à des programmes agricoles et de santé.

Contexte

Cette allocation vient s'ajouter aux financements déjà prévu ou en cours dans le secteur de la sécurité alimentaire dans la région, d'une valeur de 208 millions d'euros, portant la contribution totale de l'UE à l'aide au développement à quelque 373 millions d'euros (pour 2007-2013). De plus, 123,5 millions d'euros ont également été dépensés en réponse humanitaire à la crise.

Plusieurs pays du Sahel ont déclaré une situation d'urgence et ont appelé à l'aide internationale. Les actions de l'UE se centreront sur des programmes au Tchad, en Mauritanie, au Niger et au Sénégal. Suite au coup d'état récent au Mali, le Commissaire Piebalgs a décidé aujourd'hui de suspendre temporairement les opérations de développement de la Commission européenne dans le pays jusqu'à ce que la situation se clarifie. Cette décision n'affecte pas l'aide humanitaire.

La crise au Sahel est le résultat de l'insuffisance des précipitations, de mauvaises récoltes, d'une hausse des prix alimentaires, et est aggravée par le retour de Libye de travailleurs migrants sans revenus ni emploi. De plus, l'insécurité et le terrorisme dans la région ajoutent aux difficultés, et affectent les mouvements des travailleurs humanitaires dans les régions du Nord du Mali et du Niger.

 

Dernière mise à jour : 23/07/2014 |  Haut de la page