Chemin de navigation

Andris Piebalgs, Commissaire chargé du développement, se rend au Sud-Soudan pour préparer l'avenir du pays

Andris Piebalgs, Commissaire responsable du développement, se rendra du 12 au 14 mai en République du Soudan et au Sud-Soudan. Cela constitue la première visite d'un responsable européen depuis le référendum de janvier dernier. Le Commissaire européen affirmera que la Commission est prête à faire tout son possible pour soutenir le Sud-Soudan au moment de l'acquisition de son indépendance le 9 juillet 2011. Le Commissaire sera à Khartoum le 12 mai où il rencontrera des représentants du gouvernement soudanais. Durant sa visite  Juba, Sud-Soudan, les 13 et 14 mai, le Commissaire Piebalgs prononcera un discours, où il devrait insister sur le fait que le Soudan est l'une des priorités de l'UE en Afrique et confirmer l'engagement de l'UE à tout mettre en œuvre pour permettre au Sud-Soudan de prendre un nouveau départ sur la scène internationale après son indépendance.

Le Commissaire Piebalgs a déclaré aujourd'hui : « Je veux vous assurer que l'Union européenne est prête à soutenir le Sud-Soudan et son peuple en cette période critique. Nous nous sommes engagés à faire tout ce qui est en notre pouvoir pour aider les populations les plus pauvres du pays et les aider à construire un développement économique et social durable à partir du 9 juillet prochain. » 
 
Lors de sa visite, le Commissaire Piebalgs rencontrera le Vice-président soudanais Ali Osman Taha et le Président sud-soudanais Salva Kiir Mayardiit ainsi que d'autres représentants des deux gouvernements et de la communauté internationale des donateurs.

Le Commissaire Piebalgs devrait insister sur le fait que l'investissement du secteur privé sera essentiel pour stimuler l'économie du Sud-Soudan et mettre le pays sur la voie de la croissance économique. Son indépendance acquise, le Sud-Soudan sera un des pays les plus pauvres et les moins développés du monde : ses taux de mortalité infantile sont parmi les plus élevés et les indices d'éducation de ce pays figurent parmi les plus faibles du monde.

Au Sud-Soudan, le Commissaire visitera un projet de l'Union européenne situé à Juba et qui a pour objectif de lutter contre l'insécurité alimentaire dans la région par le biais de la formation et de l'expertise, notamment dans des domaines tels que la planification des récoltes ainsi qu'en sensibilisant les différentes parties prenantes à ce sujet.

Le Sud-Soudan a organisé un référendum d'autodétermination en janvier dernier. Les électeurs ont voté à une majorité écrasante – à plus de 98% - en faveur de l'indépendance du Sud-Soudan.  
 
CONTEXTE

Les décennies de guerre civile ont laissé le Sud-Soudan dans une situation d'extrême pauvreté, avec de nombreux défis humanitaires et socio-économiques à relever dans un contexte de fragilité politique et de capacité de gouvernance limitée. Aujourd'hui encore, un enfant sur dix meurt avant son premier anniversaire et moins d'1% des filles achève le cycle d’éducation primaire.

La situation reste complexe dans de vastes zones du Sud-Soudan ainsi que dans les régions frontalières avec le nord du Soudan : de violents conflits persistent et des incidents se produisent fréquemment lors de combats d'une grande intensité. Cela conduit à des déplacements de populations de grande échelle et la population restant sur place est exposée à l'insécurité alimentaire, aux épidémies et aux catastrophes naturelles. Aussi, ces populations sont, dans de nombreux endroits, incapables d'accéder aux services les plus élémentaires tels que les soins médicaux et l'accès à l'eau potable.

Après 15 années d'interruption des relations, la coopération avec le Soudan s'est rétablie suite à la signature de l'Accord de Paix Global en janvier 2005. Depuis lors, l'Union européenne s'est engagée à fournir une aide au développement du Soudan de plus de 665 millions d'euros, dont plus de 45% dédiée au Sud-Soudan. Cette aide couvre le rétablissement post-conflit, la réhabilitation et les activités liées au développement. Toutefois, le gouvernement du Soudan a décidé de ne pas ratifier l'accord révisé de Cotonou (accord qui régit les relations entre l'UE et les pays de l'Afrique-Caraïbes-Pacifique), perdant ainsi l'accès au 10e Fonds européen de développement (FED) qui prévoyait un montant total de 294,9 millions d'euros.

Le Soudan est le plus grand bénéficiaire de l'aide humanitaire de l'Union européenne, avec 131 millions d'euros d'aide issus du budget de l'UE pour l'année 2010. Cette aide est complémentaire de l'aide au développement et couvre les opérations au Darfour, au Sud-Soudan et dans les zones de transition.

Dernière mise à jour : 30/08/2014 |  Haut de la page