Inauguration du siège de l'ITER

17/01/2013

Le 17 janvier 2013, le Commissaire Günther H. Oettinger s'est rendu à Cadarache (France) à l'occasion de l'inauguration du nouveau siège de l'ITER. Il était accompagné de la Ministre française de l'Enseignement supérieur et de la recherche Madame Geneviève Fioraso. Outre la visite du bâtiment et la participation à des réunions bilatérales avec le Directeur général Monsieur Motojima et la Ministre Madame Fioraso, Monsieur Oettinger s'est adressé aux élus locaux, aux représentants du gouvernement et au personnel de l'Organisation ITER, l'agence européenne en charge de la fusion de l'énergie, et à ceux de l'agence ITER France.

Le Commissaire Oettinger a déclaré : "En cette période où l'urgence de transformer notre système énergétique a été éclipsée par la crise financière, il est indispensable de poursuivre le financement de projets comme l'ITER. Ce projet est à l'avant-garde de la recherche en matière de technologies de l'énergie dans le monde et permet de donner une vision à long terme vers la décarbonisation de notre approvisionnement énergétique. L'ITER, une des plus importantes collaborations scientifiques au monde, a un rôle clé à jouer dans l'établissement de la fusion comme source d'énergie durable. En outre, il profite à l'économie des Etats, notamment à travers le secteur de la haute technologie des PME. L'ITER étant situé sur le territoire européen, nous jouons ainsi un rôle clé en matière de recherche sur les technologies énergétiques au niveau mondial, aujourd'hui mais également demain."

 

L'ITER, qui vise à démontrer la faisabilité scientifique et technologique de la puissance de fusion, sera la plus grande installation expérimentale au monde dans ce domaine. La fusion est le processus qui alimente le soleil et les étoiles : quand des noyaux atomiques légers fusionnent pour former des noyaux plus lourds, une grande quantité d'énergie est libérée. La recherche sur la fusion vise à développer une source d'énergie sûre, abondante et respectueuse de l'environnement. L'ITER représente également une première collaboration-de ce type au niveau mondial. L'Europe contribuera à près de la moitié des coûts de sa construction, tandis que les six autres Etats participants à cette entreprise commune au niveau international (la Chine, l'Inde, le Japon, la République de Corée, la Fédération de Russie et les États-Unis) contribueront de manière égale au reste.

Discours [IP/13/24]

Photos

Plus d'informations sur le projet ITER