Chemin de navigation

Intégrer les questions climatiques dans les politiques et le budget de l'UE

La lutte contre le changement climatique ne sera efficace que si toutes les politiques y contribuent. L'UE doit s'assurer que les actions visant à réduire les émissions dans un secteur ne sont pas annulées par des mesures ayant pour effet de les augmenter dans d'autres. Il faut donc qu'elle garantisse la cohérence de ses efforts globaux. Pour y parvenir, la protection du climat doit faire partie intégrante de chaque politique, c'est ce que l'on appelle «l'intégration des questions climatiques».

Intégrer les questions climatiques dans les principaux domaines de dépenses et les secteurs clés

La proposition de la Commission européenne pour le prochain cadre financier pluriannuel de l'UE, qui couvre la période 2014 2020, représente un grand pas en avant dans l'intégration des questions climatiques, car elle inclut des considérations liées au changement climatique dans les principaux domaines de dépenses et les secteurs clés du budget de l'UE.

Cette proposition permettra d'accélérer la transition de l'Europe vers une société sans incidence sur le climat et économe en énergie et en ressources. «Je suis convaincue que l'UE sera la première au monde à intégrer les questions climatiques dans son budget global si la proposition est acceptée», a déclaré Connie Hedegaard. «La lutte contre le changement climatique entame ainsi une nouvelle étape. La Commission montre l'exemple à cet égard.»

Le budget total proposé, qui a été présenté le 29 juin 2011, s'élève à environ 1 000 milliards d'euros pour la période 2014-2020, et porte la part des dépenses liées au climat à 20 % au moins, soit plus de trois fois le niveau actuel.

Opter pour des solutions qui peuvent être avantageuses pour le climat, la sécurité énergétique et la création d'emplois

«Si nous investissons dans un avenir durable, optons pour des solutions qui soient avantageuses à la fois pour le climat, la sécurité énergétique et la création d'emplois. Certains diront peut-être que nous ne pouvons pas nous le permettre. J'estime quant à moi que l'Europe ne peut en faire l'économie», a déclaré Connie Hedegaard.

Liens utiles::

Dernière mise à jour : 02/10/2013 | Haut de la page