Chemin de navigation

NÉGOCIATIONS INTERNATIONALES SUR LE CLIMAT

Le changement climatique est un problème planétaire qui nécessite de trouver des solutions à l'échelle mondiale et de prendre des mesures à l'encontre des principaux émetteurs de gaz à effet de serre. Le processus de négociation des Nations unies doit déboucher sur un accord complet et juridiquement contraignant pour lutter contre le changement climatique. Cet accord doit être ambitieux si l'on veut parvenir à maîtriser ce changement. L'Union européenne, qui est depuis longtemps à la tête des efforts internationaux déployés dans ce contexte, insiste pour que les pays développés s'engagent à accélérer la réduction de leurs émissions, et pour que les pays en développement s'emploient dès à présent à limiter la croissance rapide de leurs émissions.

L'UE est un acteur de premier plan dans la lutte contre le changement climatique: elle est en bonne voie pour remplir ses engagements pris à Kyoto pour 2008-2012 et s'est fixé des objectifs ambitieux pour 2020. Elle s'est notamment engagée à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 20 % par rapport au niveau de 1990 d'ici à 2020, et a également proposé de porter cette réduction à 30 %, pour autant que d'autres parties prennent des engagements comparables.

L'Europe donne l'exemple

L'objectif majeur de l'Europe est de maintenir la hausse des températures au-dessous de 2°C par rapport aux niveaux de l'ère préindustrielle afin d'éviter les conséquences les plus néfastes du changement climatique. Le seul moyen d'y parvenir est de coordonner les efforts internationaux à l'intérieur du système des Nations unies.

Or, comme l'ont à nouveau montré les dernières conférences sur le changement climatique à Copenhague et Cancún, lorsque 194 parties adoptent des mesures communes dans le cadre des Nations unies, les progrès ne peuvent être que lents.

L'Europe continue de montrer l'exemple. Avant le COP 15 de Copenhague, peu de pays s'étaient engagés à atteindre des objectifs en matière de lutte contre le changement climatique. Aujourd'hui, ils sont plus de 90 dans le monde à avoir souscrit en faveur de la réduction ou de la limitation de leurs émissions de gaz à effet de serre.

«La collaboration à l'échelle internationale est absolument indispensable pour maîtriser le changement climatique. L'Union européenne ne peut y parvenir seule, étant donné qu'elle est responsable d'une part relativement limitée des émissions mondiales (entre 10 et 11 %). En revanche, en montrant l'exemple comme elle le fait aujourd'hui, elle encourage ses partenaires à s'engager eux aussi. Et il faut reconnaître qu'ils sont nombreux à avoir pris des mesures, même si l'effort collectif reste insuffisant». Connie Hedegaard

Liens utiles:

Dernière mise à jour : 02/10/2013 | Haut de la page