Chemin de navigation

1

Évènement

Connie Hedegaard: "Le développement, la croissance économique et la lutte contre le changement climatique doivent aller de pair"

Connie Hedegaard during the Baltic Region Project Conference

"On sait depuis plusieurs années qu'il faut relever le défi du changement climatique. Pourquoi vous, les politiques, n'avez-vous pas fait davantage pour vous attaquer réellement au problème?"

C'était l'une des questions posées par l'assistance à la commissaire Connie Hedegaard lorsqu'elle s'est adressée à une foule de plus de 300 jeunes qui participaient à la conférence sur le projet de la mer Baltique organisée dans la région vallonnée de la péninsule Mols au Danemark.

La commissaire a expliqué que même si de nombreuses mesures ont déjà été prises pour réduire les émissions en Europe, il y a encore d'importantes possibilités d'action au niveau national et des solutions à mettre en Ĺ“uvre en matière de bâtiments, de production d'énergie et de transports par exemple. Elle a ajouté que les habitudes et les choix personnels pourraient également contribuer de manière significative à réduire les émissions (achat d'appareils, d'articles de consommation courante et choix de destination de vacances par exemple). Elle a indiqué que les jeunes avaient un rôle important à jouer en se prononçant en faveur de la lutte contre le changement climatique dans leur pays respectif.

Toutefois, l'Europe ne représente que 11 % des émissions mondiales. Selon la commissaire, l'un des défis fondamentaux consiste donc à faire en sorte que les pays responsables des 89 % restants s'engagent en faveur de la lutte contre le changement climatique. Il s'agit notamment des grandes économies émergentes telles que l'Inde, la Chine et le Brésil qui doivent également répondre aux fortes attentes de leurs populations en matière de croissance et de développement économique.

"Le développement, la croissance économique et la lutte contre le changement climatique doivent aller de pair", a déclaré la commissaire lors de la conférence qui rassemblait des participants de 10 pays de la région de la mer Baltique pour examiner des questions liées au changement climatique et au rôle que peuvent jouer les jeunes pour relever ce défi.

L'un des participants a demandé ce que l'on pouvait faire pour que les autres pays tiennent leurs promesses. "Là est la question essentielle" a répondu la commissaire. "C'est un paradoxe: bien que la Chine ne prenne pas place à la table des négociations, elle est très active sur le terrain car elle constate que ces actions sont bénéfiques pour son économie."

Toutefois, les économies émergentes doivent s'engager aussi, et Madame Connie Hedegaard a insisté en affirmant: "Nous ne pouvons pas continuer à dire que le Nord doit régler tous les problèmes. Dans le contexte mondial actuel, la Chine, le Brésil, l'Inde et d'autres pays encore doivent prendre des engagements internationaux.

Nous déployons des efforts à cet effet, mais la tâche sera bien évidemment difficile",a-t-elle précisé, tout en terminant sur une note plus positive: "Je m'y emploie depuis sept ans. Si nous regardons en arrière, nous remarquons que la situation a énormément évolué. Les progrès que nous réalisons ne sont pas aussi importants que je le voudrais. Malgré tout, nous AVANÇONS dans la bonne direction."

Voir aussi:

Dernière mise à jour : 21/03/2014 | Haut de la page