Chemin de navigation

2

Actualité

La Banque européenne d'investissement et la Commission européenne envisagent la possibilité d'une initiative de l'UE en matière de financement de la lutte contre le changement climatique

Mme Connie Hedegaard, commissaire européenne chargée de l'action pour le climat, et M. Philippe Maystadt, président de la Banque européenne d'investissement (BEI), ont convenu lundi d’étudier la mise en place d'une initiative de financement commune en matière de lutte contre le changement climatique pour les pays en développement, dans le cadre de l'engagement contracté par l'Union européenne à la conférence des Nations unies sur le climat organisée à Copenhague en décembre dernier. Au cours des discussions qui se sont tenues au siège de la BEI à Luxembourg, ils ont également salué la conclusion d'un accord politique relatif à la mobilisation de financements pour des projets dans le domaine du captage et du stockage géologique du CO2 (CSC) ainsi que des technologies innovantes liées aux énergies renouvelables au travers de l'initiative «NER 300» (NER pour «new entrants reserve» - réserve destinée aux nouveaux entrants).

Mme Hedegaard a déclaré à ce sujet: «Un financement adéquat est essentiel s’il l’on veut conclure et mettre en œuvre un accord international limitant le réchauffement planétaire à 2° C. L'Union européenne s'est fixé l'un des objectifs les plus ambitieux au monde en matière de réduction des émissions. Les institutions financières telles que la BEI, ainsi que le secteur privé, joueront un rôle capital dans le respect des engagements contractés par l'UE en matière d'émissions et dans la mobilisation des flux financiers nécessaires à l’atténuation des changements climatiques et à l’adaptation à ces derniers dans les pays en développement.»

M. Simon Brooks, vice-président de la BEI et responsable des questions liées à la protection de l'environnement au sein de cette institution, a quant à lui déclaré: «Nous estimons qu'une plateforme de financement de l’UE consacrée à l'action en faveur du climat assurerait une certaine visibilité aux engagements que l’Union a souscrits à Copenhague l'année dernière. L'idée est de combiner les subventions de la Commission européenne et des États membres avec les financements provenant de la BEI et d'autres institutions financières européennes afin de relever le plus efficacement possible les différents défis posés par l'adaptation et l'atténuation.»

La Commission européenne et le groupe BEI coopèrent déjà pour ce qui est de la mise en œuvre du Fonds mondial pour la promotion de l'efficacité énergétique et des énergies renouvelables (GEEREF). Créé en 2008, le GEEREF a déjà octroyé des financements en faveur des énergies renouvelables en Afrique australe et en Asie.

La BEI a prêté l'année dernière près de 17 milliards € afin de soutenir la réalisation des objectifs de l'UE en matière de climat, y compris pour des projets liés aux énergies renouvelables en Égypte, au Kenya, en Turquie et au Vanuatu entre autres. La BEI prévoit que ses prêts en dehors de l'Union européenne permettront de soutenir cette année des investissements dans les énergies renouvelables à hauteur de 2,5 milliards € et envisage de développer son portefeuille de fonds carbone avec d'autres institutions financières.

La Commission européenne a proposé en avril d'augmenter le plafond du financement de la BEI en dehors de l'UE de 2 milliards € pour la période 2011-2013 et de consacrer ces prêts supplémentaires à la lutte contre le changement climatique. Les ministres des finances de l'UE ont apporté leur soutien provisoire à cette proposition, en attendant une première lecture au Parlement européen.

La Commission européenne et la BEI sont actuellement en train de parachever un accord interinstitutionnel concernant la mise en œuvre de l'initiative «NER 300», qui permettra de vendre 300 millions de quotas d'émission issus de la réserve destinée aux nouveaux entrants du système d'échange de quotas d'émission de l'UE, afin de lever des financements pour des projets de démonstration dans le domaine du CSC ainsi que des technologies innovantes liées aux énergies renouvelables. L'accord sera publié une fois finalisé.

Dernière mise à jour : 21/03/2014 | Haut de la page