Chemin de navigation

1

Mes articles

Meilleures villes par Connie Hedegaard, commissaire européenne chargée de l'action pour le climat

Il n'est pas facile de désigner d'emblée un élément qui puisse incarner mieux que nos villes la particularité de l'Europe. Qu'il s'agisse de Berlin avec ses larges avenues et ses nouvelles constructions dans sa partie orientale, de Bruxelles où se mêlent chefs-d'œuvre de l'Art nouveau et tristes blocs de béton ou de Barcelone avec sa Rambla, ses ruelles et les œuvres de Gaudi. Chaque ville porte une part de notre héritage – il suffit de penser à Rome et à Athènes – et raconte l'histoire de notre société d'aujourd'hui – de nos valeurs, de nos choix et de nos priorités.

Mais les villes européennes ne sont pas seulement les témoins de notre passé et de notre présent. Elles sont aussi essentielles pour le passage à une société respectueuse du climat que nous nous proposons de réaliser au cours des prochaines décennies. Trois Européens sur quatre vivent aujourd'hui dans une ville ou une banlieue et les villes représentent quelque 70; % de la consommation d'énergie en Europe.

Ce changement demandera d'importants investissements et du courage pour prendre des décisions qui nous engageront à long terme. Mais en choisissant les solutions intelligentes, nous pourrons à la fois améliorer la qualité de vie des citoyens et créer d'innombrables débouchés pour les entreprises européennes;– et notamment les entreprises danoises. Les Danois sont les champions dans certains domaines, par exemple les fenêtres, les thermostats et l'isolation.

Il suffit de prendre le secteur de l'efficacité énergétique qui, comme nous le savons, offre un potentiel énorme. Qu'il s'agisse des complexes d'habitation de Berlin-Est ou des résidences classiques de Horta à Bruxelles, nous savons que les pertes d'énergie sont immenses par les portes et fenêtres et autres ouvertures. En Europe, 40 % de toutes les fenêtres en sont encore à un seul vitrage! Il convient également de citer l'énorme marché en pleine expansion des composants des bâtiments économes en énergie et les nombreux défis pour les architectes, les entrepreneurs et les artisans, à condition bien évidemment que nous osions formuler les exigences nécessaires.

C'est vrai, les investissements coûtent cher. Mais contrairement à des cuisines neuves, les rénovations énergétiques rapportent. Les chiffres de la Commission prouvent que les ménages européens peuvent économiser en moyenne EUR 1000 chaque année au cours de la prochaine décennie grâce à la rénovation énergétique de leur logement. Et les solutions intelligentes elles aussi nous permettent d'aller de l'avant lorsque les capitaux nécessaires risquent de manquer;– par exemple dans le secteur public. À Berlin, les Energy Service Companies (ESCO) ont ainsi mis au point un dispositif qui vise à assainir 1.300 bâtiments publics. Les entreprises du secteur de l'énergie offrent des solutions concrètes pour réaliser des économies d'énergie et sont financées en étant rémunérées pendant un certain nombre d'années sur les excédents des économies d'énergie réalisées par les occupants.

Le développement urbain durable appelle des transformations matérielles – les infrastructures et les constructions. Mais il s'agit presque autant d'êtres humains et de mentalités. De valeurs et de choix. En effet, même si les bonnes raisons sont nombreuses pour s'engager en faveur du développement durable, il faut néanmoins que nous décidions activement et que nous choisissions activement les nouvelles constructions à consommation d'énergie nulle, que nous options pour les systèmes de chauffage et d'énergie respectueux de l'environnement, que nous développions des solutions de transport durables, lorsque nous transformons nos villes. Ce faisant, il ne fait pas de doute que Bruxelles, Berlin et Barcelone resteront à l'avenir de meilleures villes.

Dernière mise à jour : 27/06/2013 | Haut de la page