Chemin de navigation

REGION DE LA SEMAINE

Luxembourg

(12 - 03 - 2013)

Luxembourg

Le Commissaire européen en charge de la Politique Régionale JohannesHahn se rend le 12 mars au Grand-Duché du Luxembourg. Il y rencontre M. Marco Schank, le ministre délégué luxembourgeois en charge du Développement Durable et des lnfrastructures pour discuter de la future politique de cohésion pour la période 2014-2020.

Le Commissaire Hahn inaugurera également les nouveaux locaux d'ESPON aussi connu sous le nom d'ORATE - Observatoire en réseau de l’aménagement du territoire européen et de la cohésion territoriale" qui bénéficie d'un soutien financier de l'Union Européenne (UE) de 45 millions d'euros. La mission de ce centre est d’élaborer des études, analyses et informations prospectrices sur le développement des régions, des villes et autres territoires plus étendus qui contribuent à un développement harmonieux du territoire européen dans le cadre de la politique régionale de l'UE.

 

Quelles sont les priorités du pays?

Pour la période 2007-2013, le gouvernement luxembourgeois a choisi de concentrer ses interventions dans le sud du pays, notamment afin d'assurer la reconversion d'anciens sites industriels.

Toutefois, l'action soutenue par le Fonds européen de développement régional (FEDER) porte aussi sur d'autres domaines capables d'engendrer un effet de levier et des retombées économiques pour l'ensemble du pays.

Les priorités du programme Luxembourg 2007 – 2013 sont les suivantes:

- Contribuer à rendre le site luxembourgeois plus attractif pour les investissements et l'emploi

- Améliorer la connaissance et l'innovation en soutenant la création et l'amélioration des infrastructures et des compétences permettant de développer et/ou de renforcer les capacités de Recherche & Développement

- Améliorer la coopération entre la recherche publique et la recherche privée et en encourageant le développement des centres de recherche.

- Développer ou confirmer des spécialisations régionales à forte valeur ajoutée et renforcer le positionnement technologique et économique de la région tout en respectant le principe du développement durable et de protection environnementale.

 

Quelle est la contribution apportée par la politique régionale de l’UE?

Le Luxembourg a affiché en 2009 un PIB par habitant de 266 % de la moyenne UE, soit plus que deux fois et demi la moyenne de toutes les régions européennes. En vertu de sa prospérité, il fait partie des régions relevant  de l'objectif "Compétitivité et emploi". L’investissement du FEDER s'élève à 25 millions d'euros au titre du programme «Luxembourg », prévoyant un investissement total de 85 millions d'euros. Les effets escomptés des investissements, en relation avec les priorités du Luxembourg, sont la création de nouveaux emplois, y compris dans le domaine de la recherche et du développement (R & D) et des technologies de l'information et de la communication (TIC), la création de surfaces industrielles reconverties et réhabilitées et la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Le Luxembourg ayant des frontières communes avec la France, l’Allemagne et le Belgique, il est aussi impliqué dans des programmes de coopération transfrontalière.

Le Programme « Grande Région », doté de 106 millions d’euros par l’UE, concerne la Wallonie, la Communauté germanophone de Belgique, la Lorraine en France, la Rhénanie-Palatinat et la Sarre en Allemagne ainsi que le Grand-Duché de Luxembourg. Les actions développées dans le cadre de ce programme opérationnel visent à renforcer l’attractivité dela «Grande Région», à encourager l’innovation et le développement économique, et par conséquent la création d’emplois. La réalisation de ce programme devrait permettre d'améliorer la compétitivité des territoires transfrontaliers et favoriser l’aménagement et le développement durables de cette « Grande Région », en veillant à une meilleure gestion de la mobilité et de l’environnement et à une coopération accrue aux niveaux culturel et social.

Le Programme « Europe du Nord-Ouest », qui concerne sept Etats Membres de l’UE (la Belgique, l’Allemagne, l’Ireland, la France, le Luxembourg, les Pays-Bas et le Royaume-Uni) et la Suisse, est doté de 355 millions d’euros par l’UE. Le programme est unique en ce qu'il adopte une conception intersectorielle du développement territorial qui encourage une étroite coopération entre les universités, les organisations non gouvernementales, les autorités publiques et le secteur privé. Il offre l'avantage de créer des liens entre les mesures régionales, nationales, transnationales et interrégionales. Il complète les projets, les politiques et les programmes des pays participants. Les objectifs spécifiques de ce programme sont notamment l'innovation, l'environnement, l'accessibilité et le développement urbain durable.

 

Exemples de projets:

Construction d'une installation de séchage des boues d'épuration par énergie solaire: contribution UE 875.000 EUR

La station d'épuration biologique de Bettembourg a vu sa capacité augmenter de 70.000 équivalents-habitants à 95.000 équivalents-habitants. Les installations existantes ont également été modernisées. Le projet comprend la construction de 8 unités composées de serres en polycarbonates couvertes d'une surface totale de 5.000 m2. Les boues d'épuration y sont introduites pour y être séchées. Après la période de séchage, la boue est comprimée en lingot et ensuite utilisée comme combustible d'appoint dans l'industrie régionale pour produire de l'énergie. Ce substitut d'énergie fossile est neutre en termes d'émissions de CO2. Grâce à ce projet, la boue d'épuration a été réduite de 60% ainsi que les émissions de gaz à effet de serre (1.100 to de CO2 par an) et 5 emplois ont été créés.

 

Extension du centre d’entreprise et d’innovation Ecostart à Foetz: contribution UE: EUR 1 550 994

Le centre Ecostart est une structure d’incubation destinée à favoriser la création de nouvelles sociétés innovantes de haute technologie à profil industriel. La vocation du centre Ecostart est d’une part l’accueil et l’accompagnement des entreprises innovantes à vocation technologique en phase de démarrage. D’autre part, il sert de bâtiment-relais en offrant temporairement un hébergement aux entreprises en phase de développement ainsi qu’aux entreprises étrangères qui cherchent à établir une activité au Luxembourg. La construction de cette nouvelle structure d’incubation sur le site de Foetz permettra au centre Ecostart de disposer d’un espace additionnel de 1.000 m2 de bureaux et 3.300 m2 de halls industriels à mettre à disposition de jeunes entreprises innovantes. Le centre Ecostart disposera d’une surface totale de quelque 12.300 m2 disponible qui est répartie en 2.300 m2 de surface bureaux et 10.000 m2 de surface industrielle.

 

Structure d’incubation d’entreprises sur l’ancien site industriel de Belval  : contribution EU EUR  2.000.000 sur les périodes 2000-2006 et 2007-2013

L’incubateur d’entreprises situé construit dans d’anciens hauts-fourneaux du site industriel de Belval a une surface4400 m2et une capacité d’accueil de six à huit entreprises prometteuses par an. Il vise à améliorer les chances de survie et de croissance des jeunes entreprises innovantes et à la pointe de la technologie en leur fournissant du matériel informatique, des conseils de gestion et des services de soutien opérationnel.

 

Luxembourg Center for Systems Biomedecine: contribution UE EUR 2.667.000

La construction et l'exploitation du « Luxembourg Center for Systems Biomedecine - LCSB » s'inscrit dans le partenariat stratégique entre des instituts de recherche américains et le Gouvernement du Grand-Duché de Luxembourg dans le cadre du plan national « Technologies de la Santé », mis en œuvre avec l'Université du Luxembourg et les Centres de Recherche Publics. Cette initiative a pour objectif de développer un pôle de compétences en médecine moléculaire et en biologie systémique au Luxembourg sur l’ancien site industriel de Belval. Le projet comporte également un important volet technologique, centré en autres sur des développements en bioinformatique. Les activités développées au LCSB comprennent la recherche scientifique et appliquée de très haut niveau, la formation spécialisée au niveau doctoral et post-doctoral, la documentation et l'édition scientifique de niveau international et l'encadrement de mémoires de master et thèses de doctorat. Le LCSB a une surface totale de 3.300 m2, 55 emplois ont été créés ainsi que 37 postes de chercheurs.

 

Plus d’informations:

Autorité de gestion (Ministère de l’Economie et du Commerce Extérieur)

Liste des projets co-financés par l’UE