Chemin de navigation

REGION DE LA SEMAINE:

Région de la mer Baltique

EU Strategy for the Baltic Region

19/06/2012

Le 18 juin, le Commissaire en charge de la politique régionale, Johannes Hahn, a assisté au 3e Forum annuel sur la stratégie de l’Union européenne pour la région de la mer Baltique, organisé parallèlement au 14e Sommet du Forum de développement de la Baltique les 18 et 19 juin à Copenhague. Le Commissaire s’est aussi rendu au «Networking and Project Village» du forum où seront exposés les activités des projets phares de cette macro-région.

La stratégie de l’Union européenne pour la région de la mer Baltique a été lancée par la Commission le 10 juin 2009 pour stimuler le développement de cette région au bénéfice de ses presque 100 millions d’habitants. Pour les huit États membres concernés (la Suède, le Danemark, l’Estonie, la Finlande, l’Allemagne, la Lettonie, la Lituanie et la Pologne), cette stratégie représente un mode de collaboration innovant au sein de l’Union européenne, une approche macro-régionale qui permet aux régions de coopérer par-delà les frontières, en quête de solutions communes aux problèmes partagés.

La «Northern Dimension» (politique commune de l’UE, la Russie, la Norvège et l’Islande), le Conseil des États de la mer Baltique, HELCOM (la Commission pour la protection de l’environnement marin de la Baltique) et le Conseil nordique des ministres définissent le cadre de coopération externe de la stratégie.

Les rapports d’exécution de juin 2011 et mars 2012 indiquent des résultats et des succès très encourageants.

 

Quelles sont les priorités de la région?

Les huit États membres de l’UE qui mettent en œuvre la stratégie de l’Union européenne pour la région de la mer Baltique sont confrontés à des difficultés similaires: les lacunes en matière de sureté et de sécurité maritimes, la pollution marine et le changement climatique, l’inégalité du développement économique, le manque de soutien en matière de transmission et d’offre d’énergie, les déficiences dans les transports et les goulets d’étranglement aux frontières externes.

C’est pourquoi la stratégie s’est fixé trois grands objectifs: «sauver la mer Baltique», «désenclaver la région» et «accroître sa prospérité».

Ces priorités sont mises en œuvre au travers d’un plan d'action détaillé qui définit 15 domaines prioritaires et quelque 80 projets phares.

 

Quelle est la contribution apportée par la politique régionale de l’UE?

Bien que la stratégie ne s’accompagne pas de financements supplémentaires de la part de l’UE, cette macro-région dispose d’une somme considérable pour la période 2007-2013: 208 millions d’euros au titre de la politique régionale et 8,8 millions d’euros au titre de la politique de voisinage.

Les programmes européens de politique régionale suivants sont particulièrement importants pour la mise en œuvre de la stratégie:

De plus, la stratégie mobilise toute une kyrielle de politiques européennes pour soutenir le développement de la macro-région, par exemple la politique environnementale avec le programme LIFE ou la politique de recherche et d’innovation avec Bonus, le programme de recherche conjoint sur la mer Baltique.

 

Exemples de projets

  • AQUABEST: contribution du FEDER de 2 700 000 EUR
  • AQUABEST est le premier consortium à l’échelon de la région de la mer Baltique réunissant des pouvoirs régionaux, des organisations de producteurs, des représentants du monde académique et des parties prenantes dans l’objectif d’élaborer une stratégie commune en faveur d’une production aquacole durable. AQUABEST présentera une boîte à outils de pratiques et technologies innovantes qu’il testera, puis élaborera une vision de l’aquaculture acceptable par toutes les parties prenantes. AQUABEST est composé d’acteurs régionaux actifs dans le domaine de l’aquaculture. Le projet réunit 14 partenaires issus de 8 pays et une quinzaine de partenaires associés représentant des institutions de recherche et développement, des pouvoirs nationaux et régionaux, des organisations de producteurs et des ONG.

  • BALTADAPT: contribution du FEDER de 2 100 000 EUR

    BALTADAPT cherche à élaborer, à l’échelon de la région de la mer Baltique, une stratégie d’adaptation au changement climatique axée sur la mer elle-même et son littoral. L’objectif du projet est double: améliorer les échanges de connaissances entre les décideurs politiques et les chercheurs de façon à améliorer les capacités institutionnelles (au travers du portail «Baltic Window», plate-forme à l’usage des décideurs de la région de la mer Baltique) et fournir les éléments opérationnels de base pour mettre en œuvre la stratégie d’adaptation au changement climatique dans toute la région et influencer les décisions politiques, les programmes et les réglementations.

  • IMPRIM: contribution du FEDER de 1 900 000 EUR

    IMPRIM est un projet de soins de santé primaires (SSP) qui vise à promouvoir des services de SSP de grande qualité et répartis de façon équitable dans toute la région de la mer Baltique afin d’accroître la rentabilité du système de santé public et de lutter de façon plus efficace contre les maladies contagieuses et les problèmes de santé liés à des facteurs sociaux. Ce projet porte sur trois questions centrales: l’accès aux soins de santé primaires, les ressources financières dont ils disposent et l’évolution professionnelle du personnel dans ce secteur. Il bénéficie d’un fort appui des ministères de la santé nationaux de la région de la mer Baltique.

  • PURE: contribution du FEDER de 2 000 000 EUR

    Le projet de réduction urbaine de l’eutrophisation (PURE) met en œuvre l’une des méthodes les plus efficaces et les plus rapides de lutte contre l’eutrophisation, un phénomène dû à un déversement excessif dans la mer d’éléments nutritifs, de nitrogène et de phosphore en provenance des terres. Le projet améliore l’élimination du phosphore dans certaines stations d’épuration municipales de la région de la mer Baltique. Les installations d’approvisionnement en eau du programme PURE cherchent à atteindre une concentration annuelle moyenne en phosphore de 0,5 mg/litre en sortie, ce qui correspond au niveau recommandé pour obtenir un bon état écologique de la mer. Le phosphore extrait des eaux résiduelles reste dans les boues d’épuration, ce qui s’avère essentiel pour éviter le déversement de phosphore dans les cours d’eau. De plus, PURE conçoit, développe et partage les bonnes pratiques et les techniques innovantes de gestion des boues d’épuration.

  • SCIENCE LINK: contribution du FEDER de 2 700 000 EUR

    Étant donné que les grandes infrastructures de recherche de la région de la mer Baltique sont principalement localisées dans la partie occidentale, SCIENCE LINK veut établir un réseau de points de contact et de consultation dans toute la région pour fournir des informations adaptées sur les possibilités qu’offrent ces infrastructures. Ce réseau fournira de précieux services de conseil et de soutien pour aider les petites et moyennes entreprises à trouver des instruments appropriés et des services correspondant spécifiquement à leurs besoins. Les activités prévues auront un fort impact dans le secteur commercial, surtout dans les pays de l’est de la région de la mer Baltique.

  • TRANSBALTIC: contribution du FEDER de 4 000 000 EUR

    L’objectif général du projet est d’inciter les entités régionales à créer un système de transport intégré dans la région de la mer Baltique grâce à des mesures communes de développement des transports et à la mise en œuvre conjointe de concepts commerciaux. Un cadre global contribuera à créer des synergies entre les différents projets de transport transnationaux et les concepts de développement des transports élaborés pour l’ensemble de la région.

 

Informations complémentaires