Chemin de navigation

Conseil des affaires générales: le Commissaire Hahn salue l’accord partiel concernant les nouvelles mesures législatives de la politique de cohésion

25/04/2012


Video de la conférence de presse du Conseil des affaires générales

Le 24 avril, Johannes Hahn, le Commissaire en charge de la politique régionale, a pris part au débat du Conseil des affaires générales (CAG) au Luxembourg. Six points de la proposition de la Commission quant à l’avenir de la politique de cohésion pour la période 2014-2020 ont fait l’objet d’un accord partiel: programmation stratégique, condition ex ante, gestion et contrôle, suivi et évaluation, éligibilité et contrôle proportionné et grands projets.

La Commission se félicite en particulier de toutes les modifications qui contribuent à améliorer la clarté et à renforcer l’importance des résultats et des performances. Il est notamment intéressant de mentionner la confirmation du rôle clé joué par la condition ex ante dans la politique future et le lien étroit des programmes de cohésion avec la stratégie Europe 2020.

Le Commissaire Hahn a commenté l’issue du débat: «Je suis satisfait des avancées réalisées lors de cette réunion. Nous avons progressé dans la préparation d’une politique de cohésion réformée pour 2014 et les années qui suivront, et j’ai pu observer un large consensus sur quatre points fondamentaux: le besoin de cohérence lors du développement de stratégies et de programmes, la concentration des ressources là où les retombées positives sont supérieures, la définition d’objectifs clairs afin d’améliorer la responsabilisation et la transparence dans l’utilisation des ressources publiques, ainsi que la création de conditions favorables afin de maximiser l’impact des investissements».

Concernant la part du budget de cohésion, le commissaire a ajouté: «Pour relancer la croissance et la création d’emplois, un budget de cohésion suffisant est nécessaire. Mais, pour convaincre les contribuables, nous devons également tenir nos promesses afin d’améliorer l’efficacité de la politique».

Conclusions du Conseil