Chemin de navigation

L’UE fait appel au Fonds de développement régional pour garantir jusqu’à 1 milliard d’euros de prêts aux entreprises grecques

21/03/2012

Le 21 mars, le Commissaire européen en charge de la politique régionale, Johannes Hahn, était à Athènes où il a lancé un autre outil de stimulation de la croissance: un nouveau fonds de garantie pour les petites et moyennes entreprises (PME) grecques. Ce nouveau mécanisme, établi en coopération avec la Banque européenne d’investissement (BEI), fournira aux banques grecques suffisamment de liquidités pour permettre aux PME qui ont le plus souffert de la crise d’accéder au crédit. Cette étape s’inscrit dans le processus d’aide à l’optimisation de l’utilisation des Fonds structurels européens par le pays: environ 500 millions d’euros en provenance du Fonds européen de développement régional (FEDER) seront utilisés pour garantir les prêts, ce qui devrait permettre à la BEI de mobiliser 1 milliard d’euros pour les prêts aux PME. Les banques agiront en tant qu’intermédiaires.

Le Commissaire Johannes Hahn a déclaré: «La décision prise aujourd’hui est cruciale. Elle va remettre l’économie grecque sur les rails et redonner espoir au pays. La Commission européenne et la Banque européenne d’investissement ont travaillé main dans la main pour trouver des solutions sur mesure pour la Grèce et garantir le financement des petites entreprises. Il faut absolument repartir du bon pied et permettre l’essor des entreprises en Grèce».

Cette initiative s’ajoute aux différents outils financiers déjà prévus pour stimuler l’économie grecque: jusqu’à la fin de l’année 2015, le montant total des crédits disponibles qui seront injectés dans des PME s’élève à environ 4,352 milliards d’euros, effet de levier prévu compris (subventions directes: 1,972 milliard d’euros qui n’ont pas encore été versés; financements dans le cadre du programme JEREMIE spécialement dédié aux petites entreprises: 360 millions d’euros; Fonds pour l’entreprenariat ETEAN (Fonds national de l’entreprenariat et du développement): 900 millions d’euros; garantie de l’ETEAN: 160 millions d’euros; nouveau fonds de garantie: 500 millions d’euros).

La Commission européenne a déjà accordé temporairement à la Grèce la possibilité d’utiliser un taux de cofinancement supérieur pour les projets relevant des fonds structurel, la contribution de l’UE pouvant atteindre 95 %. La Grèce a actuellement recours à cette possibilité. Elle a ainsi bénéficié de versements complémentaires et de paiements anticipés. La hausse du taux de cofinancement n’entraîne pas de changement dans le volume des fonds européens alloués à la Grèce pour la période de financement 2007-2013: il est maintenu à 20,2 milliards d’euros. La Grèce doit juste cofinancer une petite partie des projets, ce qui permet d’accélérer leur réalisation.