Chemin de navigation

Déclaration du commissaire européen chargé de la politique régionale, Johannes Hahn, se félicitant du pacte de la ville de Mexico sur le rôle des villes dans la réduction des émissions de CO2

22/11/2010

Le commissaire européen chargé de la politique régionale, Johannes Hahn, se félicite de l’adoption, par plus de cent maires de grandes villes du monde entier, du pacte de la ville de Mexico visant à réduire les émissions de CO2 dans leur ville et à lutter contre le changement climatique. «Dans la mesure où plus de 70 pour cent de la population européenne vit déjà dans des zones métropolitaines et où plus de 70 pour cent des émissions de CO2 sont produites dans les zones urbaines, les villes peuvent et doivent jouer un rôle central dans la réduction des émissions de CO2. Par conséquent, je salue le Global Cities Covenant on Climate (pacte mondial d’engagement des villes pour le climat) et les efforts auxquels les villes sont prêtes à s’astreindre pour réduire les émissions de CO2. Ce pacte cadre avec les objectifs de la Commission européenne, engagée dans la réduction des émissions de CO2, et avec la stratégie Europe 2020, qui vise une croissance intelligente, durable et inclusive.

Dans le 5e rapport sur la cohésion, présenté le 10 novembre, la Commission européenne a déjà souligné le rôle de la politique de cohésion dans la lutte contre le changement climatique et dans la réalisation des objectifs d’Europe 2020. En concentrant notre politique sur un nombre limité de zones cibles définies comme prioritaires, liées à la stratégie Europe 2020, la politique de cohésion peut devenir le meilleur instrument d’une croissance intelligente, durable et inclusive, moyennant la mise en œuvre de projets pratiques et ciblés dans les villes, où des gains prodigieux peuvent être réalisés en termes de réduction des émissions de CO2. Je considère le pacte de la ville de Mexico comme un soutien à nos objectifs politiques et me réjouis à la perspective d’une coopération intensive avec toutes les villes et zones métropolitaines européennes, en vue d’aborder la question du changement climatique par une approche commune, en utilisant le financement de la cohésion par l’UE comme un instrument permettant de réduire les émissions de CO2 là où elles sont le plus produites.»