Quoi de neuf?

Flux RSSFlux RSS

La commissaire Georgieva demande fermement à tous les acteurs du conflit en Syrie de respecter le droit humanitaire international

Kristalina Georgieva
16/01/2013  - 

« Je crains que le pire ne reste à venir », a affirmé la commissaire Georgieva à propos de la dégradation de la crise humanitaire en Syrie.

La commissaire Kristalina Georgieva a rendu aujourd’hui la déclaration suivante: « Je suis consternée par la détérioration de la situation en Syrie et ses conséquences pour la population qui souffre de ce pays. Ces dernières semaines, les combats se sont accrus et le conflit se propage encore davantage. Les prix des biens de première nécessité, comme le pain et le carburant, montent en flèche. Le mauvais temps, y compris les pluies torrentielles, la neige et les températures glaciales, fait payer un terrible tribut aux deux millions de personnes déplacées en Syrie et aux 623 000 personnes qui ont fui vers des pays voisins. Étant donné qu’aucune solution politique n’est en vue, je crains que le pire ne reste à venir.

Il est crucial dans cette situation que la communauté internationale maintienne fermement son engagement et qu’elle continue d’aider généreusement le nombre croissant de Syriens en proie au désespoir.

Heureusement, les pays voisins maintiennent leurs frontières ouvertes pour les réfugiés et abritent un nombre croissant de femmes, d’enfants et d’hommes. L’UE, qui est le plus grand donateur dans la crise syrienne, continuera fermement à partager le fardeau des populations touchées. Nous nous efforcerons également d’ouvrir davantage de voies pour acheminer l’aide à l’intérieur de la Syrie, là où les besoins les plus pressants se font sentir. Je demande fermement, une nouvelle fois, aux autorités syriennes d’autoriser davantage de travailleurs humanitaires internationaux à entrer dans le pays pour permettre à l’aide de parvenir dans toutes les régions touchées. Je réitère également mon appel afin que toutes les parties respectent le droit humanitaire international. »

Le texte intégral de cette déclaration est disponible ici.