Quoi de neuf?

Flux RSSFlux RSS

Déclaration de la commissaire Georgieva sur la libération des travailleurs humanitaires au Niger

Kristalina Georgieva © UE
05/11/2012  - 

C'est avec un grand soulagement et beaucoup de joie que j'ai appris que cinq travailleurs humanitaires qui avaient été enlevés il y a trois semaines au Niger ont retrouvé leurs familles après avoir été libérés samedi. Toutefois, le soulagement et le bonheur que nous ressentons sont relégués au second plan en raison de la tristesse liée au décès tragique de leur collègue tué lors de l'enlèvement.

Aimé Soulembaye a consacré sa vie à aider les personnes dans le besoin. Il a succombé suite aux blessures qu'il a subies lors de l'attaque contre les bureaux d'une agence humanitaire au Niger, au cours de laquelle ses collègues ont été pris en otage.

En raison de la nature de leur travail, les travailleurs humanitaires sont chaque jour confrontés à de grands risques pour atteindre les populations qui ont besoin d'aide, les victimes de la guerre et des violences. Ils bénéficient de la protection du droit international humanitaire et leurs activités relèvent des principes humanitaires fondamentaux de neutralité, d'impartialité et d'indépendance.

Le meurtre d'Aimé et l'enlèvement de ses collègues sont des violations flagrantes du droit international humanitaire. Nous appelons à nouveau toutes les parties concernées à respecter les principes humanitaires fondamentaux et à permettre le libre accès des travailleurs humanitaires aux personnes qui ont besoin d'aide.

Au nom de l'Union européenne, j'ai transmis mes plus sincères condoléances à la famille, aux amis et aux collègues d'Aimé et je suis heureuse que ses cinq collègues aient retrouvé leurs familles.