Quoi de neuf?

Flux RSSFlux RSS

Un soutien accru de l'UE pour les victimes de la crise humanitaire en Syrie

Des réfugiés syriens marchent à travers bois, aidés par des rebelles de l'Armée syrienne libre, et tentent de traverser la partie nord-ouest de la frontière qui sépare la Syrie de la Turquie voisine (c) Belga/AFP photos/ Giorgos Moutafis
23/03/2012  - 

La Commission européenne débloque une enveloppe supplémentaire de 7 millions d'euros pour financer une aide vitale aux populations blessées ou contraintes de fuir les violences qui sévissent actuellement en Syrie. Cela porte la contribution totale de la Commission à 10 millions d'euros.

La commissaire Kristalina Georgieva, qui a exigé à plusieurs reprises un accès complet et indépendant pour les travailleurs humanitaires, a déclaré: «Chaque jour, la situation en Syrie devient de plus en plus dramatique. L'escalade de la violence pendant un an a causé d'énormes souffrances parmi la population syrienne. Trop de civils ont trouvé la mort. Trop de familles sont obligées de fuir leurs foyers. Une grande partie de la population subit désormais des pénuries de nourriture, de carburant et de soins médicaux.

«Je suis très inquiète pour ceux qui ont un besoin urgent d'aide humanitaire pour survivre. C'est pour ces personnes que nous renforçons notre soutien au Comité international de la Croix-Rouge et à d'autres organisations humanitaires et que nous soutenons toutes les initiatives visant à faciliter l'accès humanitaire d'urgence. Une trêve humanitaire quotidienne est absolument vitale pour venir en aide aux populations qui en ont besoin de manière urgente. La Commission est pleinement mobilisée pour aider à répondre aux besoins humanitaires du peuple syrien à l'intérieur et à l'extérieur du pays par l'intermédiaire des activités des organisations humanitaires et conformément aux principes humanitaires de neutralité et d'impartialité.

Ce nouveau financement permettra de continuer à aider les Syriens qui ont fui le pays pour se protéger. Il fournira également une aide supplémentaire aux personnes qui sont restées en Syrie une fois qu'il sera possible d'y accéder librement. Ces fonds permettront de financer une aide médicale d'urgence, des activités de protection (principalement des visites aux détenus) et une aide alimentaire en Syrie. Dans les pays voisins, l'aide comprendra une assistance médicale d'urgence, l'enregistrement des réfugiés, une aide alimentaire destinée à la fois aux réfugiés syriens et aux familles d'accueil et la distribution d'articles tels que couvertures, du matériel de cuisine et du carburant. En outre, il est prévu de financer le soutien aux personnes traumatisées.

La Commission acheminera le financement par l'intermédiaire de ses partenaires humanitaires, notamment le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et l'Agence de l'ONU pour les réfugiés (HCR).

Les informations concernant la situation sur le terrain en Syrie demeurent rares, en raison de l'accès très limité des agences humanitaires aux régions où les violences font le plus rage. Cependant, grâce à un accès partiel aux victimes, la première décision de financement de 3 millions d'euros a été utilisée pour protéger des missions médicales, pour fournir une assistance médicale aux hôpitaux et aux établissements médicaux et pour protéger les personnes qui avaient fui leurs foyers et trouvé refuge dans les pays voisins.

Selon l'ONU, les meurtres et les violations des droits humains en Syrie ont entraîné plus de 9 381 décès. On estime que les violences touchent entre 1,5 et 3 millions de personnes. Plus de 36 000 personnes ont déjà trouvé refuge dans les pays voisins, principalement en Turquie, au Liban et en Jordanie, mais aussi en Irak et en Libye.