Dossiers à suivre

Flux RSSFlux RSS

Crise dans la Corne de l'Afrique: un an plus tard

La sécheresse, la guerre et la famine dans la Corne de l'Afrique ont causé la crise humanitaire la plus grave et la plus vaste en 2011. Près de 13 millions de personnes ont eu besoin d'une aide d'urgence en Afrique de l'Est.

La commissaire Georgieva lors de sa visite dans le camp de réfugiés de Dadaab au Kenya (c) UE

La crise a atteint son paroxysme en juillet 2011, alors que l'Organisation des Nations unies déclarait la famine dans le Sud de la Somalie. Un exode massif de réfugiés somaliens a alors eu lieu, près d'un million de personnes fuyant les conflits, la famine et la perte de leurs moyens de subsistance. Parmi ceux qui ont survécu à cet exode, beaucoup ont trouvé refuge dans d'autres régions pauvres, arides et peu sûres telles que le Yémen, l'Éthiopie, et en particulier Dadaab, le plus grand camp de réfugiés au monde qui se trouve au Kenya et qui compte désormais 500 000 personnes.

L'Union européenne a réagi en fournissant une aide humanitaire dès les prémices de la crise. Cette aide n'a cessé de s'intensifier pour répondre aux besoins croissants. Depuis 2011, l'UE a fourni 788 millions d'euros d'aide humanitaire à la région. À elle seule, la Commission européenne a débloqué 181 millions d'euros en 2011 pour venir en aide à 6,5 millions de personnes en Éthiopie, au Kenya, à Djibouti et en Somalie. La commissaire Georgieva s'est rendue dans la région à deux reprises pour veiller à l'efficacité optimale de l'aide de l'UE. En 2012, la Commission a déjà alloué une enveloppe de 132 millions d'euros à l'aide humanitaire dans la Corne de l'Afrique.


          
        jpeg - 75 KB [75 KB]

L'aide européenne a mis l'accent sur ​​la protection des biens essentiels à la subsistance des communautés les plus vulnérables et la garantie de l'accès à l'alimentation pour les personnes qui avaient perdu tous les moyens de produire ou d'acheter de la nourriture. Les réfugiés, les enfants et les pasteurs ont été particulièrement ciblés. L'aide alimentaire et la fourniture d'un accès à l'eau et à l'assainissement continuent d'être au centre de l'aide de l'UE. Les efforts humanitaires, conjugués à une saison des pluies relativement bonne cette année, ont permis d'améliorer la sécurité alimentaire dans la Corne de l'Afrique et d'éradiquer la famine. Pourtant, des défis subsistent, particulièrement en Somalie et dans les camps de réfugiés somaliens au Kenya et en Éthiopie, où les travailleurs humanitaires bravent les conflits et mettent leur propre sécurité en péril pour acheminer l'aide à ceux qui en ont besoin. Le nombre de personnes vulnérables reste également élevé, surtout parmi les réfugiés qui ont besoin de solutions durables et dans les zones où la pluie n'a pas été suffisante pour garantir une bonne récolte.

Les problèmes chroniques n'ont pas non plus disparu, à savoir la pauvreté, les conflits et le manque de moyens de subsistance durables. Combinés aux sécheresses plus fréquentes et plus intenses dues au changement climatique, ces problèmes augmentent le risque que des crises alimentaires surviennent à l'avenir.

Pour donner à la Corne de l'Afrique une chance de briser le cycle de la sécheresse et de la famine et puisse se développer, la Commission européenne a annoncé au printemps de 2012 l'initiative SHARE (Supporting Horn of Africa Resilience – Appui à la capacité de résistance de la Corne de l'Afrique). Elle investit 250 millions d'euros pour soutenir le relèvement suite à la sécheresse et renforcer la résistance de la population face à des crises similaires. L'initiative SHARE a pour but de créer des emplois, d'améliorer l'accès à l'eau potable et à l'assainissement, de soutenir les activités de subsistance, de renforcer la préparation aux catastrophes et de resserrer les liens entre les projets humanitaires et les projets de développement. SHARE s'achèvera en 2020, preuve de l'engagement à long terme de la Commission dans la Corne de l'Afrique.