"Nous devons améliorer la stabilité future du secteur du lait"

Dacian Cioloș, Commissioner for Agriculture and Rural Development presenting a set of measures aiming to rebalance the bargaining power of the dairy producers within the food chain

"Il est nécessaire de tirer les leçons de la crise qui a frappé le secteur du lait l'an dernier", a déclaré Dacian Cioloş, le Commissaire européen à l'Agriculture et au Développement rural, lors de la présentation le 9 décembre, devant le Parlement européen, d'une série de mesures visant à rééquilibrer le pouvoir de négociation des producteurs de lait au sein de la chaine alimentaire. "La stabilité future de ce secteur doit être renforcée, notamment dans la perspective de la fin des quotas laitiers en 2015", a-t-il souligné.

Pour y parvenir, la proposition de la Commission européenne contient quatre éléments clefs : l'introduction de contrats entre les producteurs et les transformateurs; la possibilité pour les producteurs de négocier collectivement ces contrats dans une certaine limite (3.5% de la production totale de lait et pas plus de 33% de la production nationale); l'incitation au développement des interprofessions en donnant la possibilité aux différents maillons de la chaine de coordonner leurs actions sur certains sujets comme la recherche ou l'amélioration de la qualité ; le renforcement de la transparence du marché avec un mécanisme d'information régulier sur les livraisons de lait.

Ces mesures découlent des recommandations élaborées par le Groupe d'experts à haut niveau (HLG) approuvées par des conclusions de la présidence du Conseil le 27 septembre 2010. Elles seront d'application temporaire, valables jusqu'en 2020, avec deux clauses de révision en 2014 et 2018.

Dernière mise à jour : 24/04/2014 |  Haut de la page