Chemin de navigation

Autres outils

«Jeunesse en mouvement»: soutenir davantage les jeunes d'Europe

15/09/2010

La Commission européenne a donné le coup d'envoi à l'initiative phare «Jeunesse en mouvement», qui vise à aider les jeunes à acquérir les connaissances, les compétences et l'expérience dont ils ont besoin pour décrocher leur premier emploi.

Cinq millions de jeunes Européens recherchent actuellement un emploi. Pour bon nombre d'entre eux, les possibilités d'embauche sont toutefois limitées parce qu'ils ne possèdent pas l'expérience ou les qualifications requises. S'inscrivant dans le cadre de la nouvelle stratégie de l'UE «Europe 2020», «Jeunesse en mouvement» propose vingt huit actions clés destinées à mettre l'éducation et la formation plus en phase avec les besoins des jeunes et à encourager un plus grand nombre d'entre eux à profiter des bourses européennes pour étudier ou se former dans un autre pays, l'idée étant d'améliorer l'employabilité des jeunes et leur accès au marché du travail.

L'initiative «Jeunesse en mouvement» jouera un rôle important à l'égard de deux grands objectifs de la stratégie «Europe 2020», à savoir ramener le taux d'abandon scolaire de 15 % à 10 % et porter le pourcentage de titulaires d’un diplôme de l’enseignement supérieur ou d’un titre équivalent de 31 % à au moins 40 % d'ici à 2020. «Jeunesse en mouvement» aidera également les États membres à atteindre un autre grand objectif de l'Union, à savoir celui de l'obtention d'un taux d'emploi de 75 % dans les dix ans à venir, en contribuant à doter les jeunes des compétences que requerront les emplois de demain. Il ressort des études de la Commission que d'ici à 2020, 35 % des emplois qui seront créés requerront des qualifications de haut niveau et 50 % des qualifications de niveau intermédiaire.

Ces défis appellent une action concertée ainsi qu'une bonne coordination des politiques afin de définir les mesures à mettre en Ĺ“uvre au niveau de l'UE et dans les États membres. La Commission aidera les États membres à concevoir des politiques de soutien aux personnes les plus exposées au risque de chômage, à davantage encourager les jeunes entrepreneurs et à lever les obstacles juridiques et administratifs à la mobilité à des fins d'apprentissage ou d'emploi.

Il ressort d'études indépendantes que plus de 40 % des employeurs accordent de l'importance à l'expérience acquise dans le cadre d'études ou d'un emploi à l'étranger, lesquels permettent aux jeunes non seulement d'améliorer leurs compétences linguistiques, mais aussi d'acquérir d'autres compétences très prisées. La Commission soutient la mobilité depuis déjà de nombreuses années en octroyant des bourses au titre des programmes Erasmus, Leonardo da Vinci, Grundtvig et Marie Curie.

L'initiative «Jeunesse en mouvement» vise à étendre les possibilités de mobilité à des fins d'apprentissage à l'ensemble des jeunes d'Europe d'ici à 2020. La Commission lance aujourd'hui une consultation publique Choisir les traductions du lien précédent  sur l'avenir de ses programmes de mobilité au delà de 2013.