Chemin de navigation

Négociateur: un vrai travail

L’idée selon laquelle les fonctionnaires de la Commission imposent des règles sans se soucier de leurs suites ne reflète pas du tout la manière dont les décisions sont prises au niveau de l’Union. Il s'agit en réalité d'un processus démocratique qui englobe la Commission, les 27 gouvernements des États membres, le Parlement européen et de nombreux autres intervenants. Matthias, qui a participé à l'élargissement de l'Union à vingt-cinq en 2004 et aux négociations avec les pays candidats, travaille au cœur de ce processus.

Né en 1967 à Celle, en Allemagne, Matthias est négociateur pour l’agriculture et la sécurité alimentaire avec les pays candidats.

Matthias Langemeyer

«Dans le cadre des négociations d’adhésion, notre service doit avant tout écouter les préoccupations des pays candidats. Nous faisons tout pour en tenir compte, mais nous devons aussi prendre en considération l'avis des autres services (c'est-à-dire, dans mon cas, des collègues chargés de l’agriculture, de la santé et de la protection des consommateurs). Nous devons aussi être équitables vis-à-vis des agriculteurs et des consommateurs européens.»

La position de négociation de l’UE est préparée par la Commission, mais elle doit être validée par les États membres avant d’être présentée aux pays candidats. Pour Matthias, la procédure de validation sert à résoudre les problèmes, et non à engendrer des conflits. «Lors des réunions au Conseil avec les vingt-cinq États membres et la Commission, lorsqu’on essaie de dégager un compromis satisfaisant pour tout le monde, on sent vraiment l’Europe évoluer au quotidien, et puis j’adore travailler sur des sujets qui concernent tant de gens.» Après des études en France et en Allemagne (son pays natal), Matthias a étudié l’agronomie à Bonn et à Toulouse avec l'idée de se lancer dans une carrière internationale. Sa stratégie s'est révélée payante, puisqu’il travaille depuis lors pour l’Union européenne.

Il a tout d’abord passé deux ans à Bruxelles afin d'analyser la législation agricole dans le cadre d’un programme d’expérience professionnelle mené par des universités européennes. Il est ensuite parti en mission en tant que «jeune expert» auprès de la délégation de l’UE à la Barbade, puis il a géré des projets d’aide au Proche-Orient en tant qu'auxiliaire. Nommé agent temporaire, il a séjourné à Belgrade afin d’assister les agriculteurs serbes au lendemain de la guerre. Enfin, il a gagné ses galons de fonctionnaire européen en 2003.

Les fonctionnaires de la Commission