Chemin de navigation

Comment nous sommes financés

Le budget de l'Union européenne permet de financer les politiques et les dépenses de l'ensemble des institutions européennes. Il est négocié par le Parlement et le Conseil des ministres, sur la base d'une proposition de la Commission.

En 2007, le budget communautaire s'est élevé à environ 126 milliards d'euros, ce qui correspond à peu près à 0,70 centime d'euro par jour et par personne. Cet argent provient de plusieurs sources:

  • 69% proviennent d'un taux uniforme appliqué au revenu national brut de chaque État membre;
  • 15% proviennent d'un taux uniforme appliqué à la taxe sur la valeur ajoutée (TVA);
  • 15% proviennent des droits de douane, des droits agricoles et des cotisations «sucre»;
  • 1% provient des montants non dépensés des années précédentes, des contributions du personnel, etc.

 À quoi sert cet argent ?

Selon les sondages d'opinion, un quart des personnes interrogées pensent (à tort) que la plus grande partie du budget est consacrée aux dépenses administratives. En réalité, les dépenses administratives de l'Union s'élèveront à un total de 6,9 milliards d'euros en 2007, ce qui représente moins de 6% des dépenses de l'UE. La Commission européenne utilise moins de la moitié de cette somme (3,3 milliards d'euros), l'autre moitié servant à couvrir les coûts de fonctionnement des autres institutions européennes, comme le Parlement européen.

Alors, où va le reste ?

Il est en grande partie reversé aux États membres et ce, de la manière suivante:

  • 43% pour renforcer la compétitivité et la cohésion, grâce aux investissements dans la recherche et le développement, les petites et moyennes entreprises, la société de l'information, les infrastructures intégrées et les réseaux transeuropéens de transport et de l'énergie;
  • 34% pour moderniser la production agricole et garantir des denrées alimentaires sûres et de haute qualité;
  • 11% pour encourager le développement rural et protéger l'environnement;
  • 5% pour des projets européens de dimension mondiale (coopération globale, aide humanitaire, aide au développement, fonds de pré-adhésion);
  • 6% pour d'autres dépenses, dont des dépenses administratives;
  • 1% pour rendre l'Europe plus sûre, en empêchant et en combattant le terrorisme, en luttant contre les menaces sanitaires dues aux maladies animales, etc.

 Comment nous sommes financés

Les fonctionnaires de la Commission