Chemin de navigation

Vos données personnelles, c'est vous seul que cela regarde: l'Europe modernise les règles

25-01-2012

Vos données personnelles, c'est vous seul que cela regarde: l'Europe modernise les règles

Vous vous demandez ce qu'il se passé avec vos données personnelles quand vous réservez un ticket d'avion sur le Net? Etes-vous vraiment certain que vous pouvez effacer une photo sur les réseaux sociaux? Savez-vous qui peut vous aider si vos données ont été volées ou utilisées illégalement? Beaucoup d'Européens se posent ce genre de questions. Et même s'ils sont de plus en plus de gens conscients de la place qu'occupe l'internet dans leur vie de tous les jours, 68 % de Belges craignent de dévoiler trop de données personnelles.
Seuls 31% de Belges qui recourent aux réseaux sociaux et 22% de Belges qui achètent en ligne ont la conviction qu'ils contrôlent vraiment leurs données personnelles. Avec les sites de réseaux sociaux, les téléphones "intelligents" qui nous trouvent le restaurant près de chez soi ou les cartes à puce qui contiennent des informations sensibles quant à notre santé, nous laissons un peu partout des traces numériques sur notre passage.
Dans ce "nouveau monde" numérisé, nous avons besoin de solides règles de protection de données. En Europe, la dernière "loi" – une directive européenne – remonte à 1995: à l'époque elle faisait figure de pionnière parce qu'elle assurait le respect de la vie privée de chacun et garantissait la protection des données. Mais des différences dans l'application des lois au niveau national ont conduit à des "trous" dans la protection, selon où vous habitez ou selon vos achats de biens et services. Les règles actuelles ont besoin d'être dépoussiérées: elles remontent à une époque où seule une minime fraction de données circulait sur internet et l'inventeur de Facebook avait… onze ans!
Afin de protéger plus efficacement les données personnelles, la Commission européenne propose une réforme d'envergure.

Les nouvelles règles vous offriront un meilleur contrôle de et un meilleur accès à vos données privées. Vous serez également mieux informé de ce qu'il arrive à vos données dès que vous décidez de les partager. L'objectif est de mieux protéger vos données où qu'elles soient envoyées ou stockées, y compris en dehors de l'Union européenne, comme c'est souvent le cas avec l'internet.

Alors, concrètement, pour vous, cela va changer quoi?
Il y aura une seule réglementation sur la protection des données pour l'ensemble du territoire des 27 pays de l'Union. Elle s'appliquera lorsque des entreprises traitent des données personnelles hors du territoire de l'Union ou qu'elles offrent des services aux citoyens européens. L'accès à vos données sera facilité et vous pourrez transférer des données d'un service à un autre. Vos photos, vidéos et contacts vous appartiennent à vous seuls, et non à l'entreprise que vous aurez choisie pour votre "profil en ligne". Si vous souhaitez rapatrier vos données, toute l'information vous sera restituée selon un format largement utilisé qui vous permettra aisément d'opter pour un autre service : c'est une question de concurrence loyale.
Le "droit à être oublié" vous permettra de mieux protéger vos données contre les risques en ligne. Lorsque vous ne voulez plus que vos données soient traitées et lorsqu'il n'y a aucune raison légitime de garder vos données, vous pouvez les effacer.
Imaginons un instant que vous ayez mis une photo un peu embarrassante sur votre page de réseau social. Le jour suivant vous avez un entretien d'embauche et vous voulez supprimer la photo. Avec les nouvelles règles, ce droit - et non pas le principe - vous sera pleinement accordé. Il s'agit donc bien de garantir à chaque individu le contrôle de ses données personnelles. Cela ne signifie toutefois pas que l'on puisse effacer des événements rapportés dans le passé par les journaux ou restreindre la liberté de la presse.

Les nouvelles règles disent aussi clairement que lorsque vous acceptez le traitement de vos données, ceci doit se faire de manière explicite et en toute connaissance de cause. Et si vos données sont volées, perdues ou piratées, vous devez en être informé le plus rapidement possible, et non pas après une semaine.
Pour les entreprises aussi, les nouvelles règles signifieront moins de paperasserie et une plus grande sécurité juridique. Elles pourront s'en remettre à une seule autorité nationale de protection des données dans le pays où elles ont établi leur siège principal.
Les citoyens peuvent être plus confiants quand ils achètent en ligne ou partagent des informations avec des amis autour du globe. Cela n'aura plus d'importance où vous vivez, où se trouve le serveur ou le siège d'une entreprise. Cette confiance accrue permettra aux entreprises de croître, d'utiliser pleinement le potentiel d'un grand marché sans frontières, et de servir au mieux les intérêts des cons

    Aidez-nous à améliorer ce site

    Avez-vous trouvé l'information recherchée?
    OuiNon

    Que cherchiez-vous?

    Avez-vous des suggestions?

    Références