FR - NLheader

L'essentiel

L'aéronautique doit pouvoir voler de ses propres ailes

Dirk De Wilde (traduit du néerlandais)

21-02-2014

L'aéroport de Charleroi devra bientôt pratiquer des tarifs qui collent à la réalité.L'aéroport de Charleroi devra bientôt pratiquer des tarifs qui collent à la réalité.

Les aéroports et les compagnies aériennes doivent pouvoir subvenir eux-mêmes à leurs propres besoins, sans aide publique extérieure. C’est le principe que la Commission européenne souhaite appliquer une bonne fois pour toutes. Et ce ne sera pas sans conséquences pour l’aéroport de Charleroi et Brussels Airlines.

Les services de Joaquín Almunia, le commissaire européen à la Concurrence, ont ouvert plusieurs dizaines d'enquêtes sur les subventions accordées aux aéroports et aux compagnies aériennes par les pouvoirs publics. C’est un signe manifeste du malaise qui entoure les règles et le respect de ces mêmes règles dans ce secteur.

Joaquín Almunia a donc décidé de les remplacer par de nouvelles règles, qui doivent être plus claires, mais aussi plus strictes. Toute aide opérationnelle (dont les subventions à l’exploitation) offerte aux aéroports sera ainsi interdite, exception faite des tout petits aéroports. Une période transitoire de 10 ans a été prévue.

Les autorités, toutefois, pourront encore financer les nouveaux projets, notamment lorsqu'ils visent à contribuer au développement d’une région spécifique. Par ailleurs, une compagnie aérienne pourra toujours être subventionnée lors du lancement d'une nouvelle ligne, mais à condition que ce projet ait pour objectif de répondre à un réel besoin sociétal.

En Belgique, cette décision aura surtout un effet sur les activités de l'aéroport de Charleroi – il fait partie des aéroports de l'Union européenne sur lesquels une enquête est actuellement menée. Mais les principes de l'aide fournie par le gouvernement fédéral à Brussels Airlines devront eux aussi être revus.

La Commission dispose d'un pouvoir de décision unilatéral sur l’établissement de ces «lignes de conduite», qui clarifient un point précis de la politique de concurrence existante. Cela signifie que cette décision est définitive. Elle entrera en vigueur dans quelques semaines.



Les articles signés n'engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement la position de la Commission européenne.

La Représentation de la CE en Belgique soutient la production d’un nouvel outil éditorial conçu par un groupe de journalistes belges afin de faire bénéficier les citoyens d'un nouvel éclairage sur l'actualité européenne vue de Belgique. Belgoview vous informe sur les politiques de l'Union européenne, leurs implications et résultats concrets pour la Belgique et ses citoyens.