FR - NLheader

L'essentiel

Vers une aide plus rapide en cas de catastrophes naturelles

Tanguy Verhoosel

26-07-2013

Le Fonds de solidarité de l’UE est notamment intervenu en Italie après le tremblement de terre de l’Aquila, en 2009.Le Fonds de solidarité de l’UE est notamment intervenu en Italie après le tremblement de terre de l’Aquila, en 2009.

La Commission européenne a proposé le 25 juillet de réformer le Fonds de solidarité de l’UE, afin qu’il puisse venir en aide plus rapidement aux pays et régions frappés par des catastrophes naturelles.


Créé en 2002, le Fonds de solidarité permet d’octroyer des aides financières en cas d’inondations, de tempêtes, de feux de forêt, de tremblements de terre et de sécheresse. Il est jusqu’à présent intervenu dans 23 pays, pour un montant total de 3,2 milliards d’euros.
L’Allemagne et les pays d’Europe centrale (Autriche, République tchèque, Hongrie et Slovaquie), victimes de terribles inondations en juin, seront les prochains à en bénéficier. En tout cas, la Commission a annoncé qu’elle ferait tout son possible afin de débloquer avant la fin de l’année 350-360 millions d’euros en faveur de l’Allemagne, où les dégâts provoqués par la pluie ont été évalués à 8,2 milliards d’euros.

Le temps presse, en effet, car les Etats membres de l’UE  ont décidé de réduire de moitié, à 500 millions d’euros, le budget annuel du Fonds à partir de 2014. Le nouveau plafond pourrait donc être rapidement atteint au cas où le déboursement de l’aide en faveur de Berlin ne pourrait pas être effectué en 2013.

Réduire de plusieurs mois les délais d’octroi de l’assistance financière, c’est un des principaux objectifs de la réforme préconisée par la Commission, qui devra être approuvée par les Vingt-Huit et le Parlement européen.

Elle vise également à autoriser des avances de fonds ainsi qu’à préciser certaines règles, en particulier en ce qui concerne les «catastrophes régionales». Désormais, c’est clair: le Fonds n’interviendra pas si le montant des dommages subis par une région correspond à moins d’1,5% de son produit intérieur.


Les articles signés n'engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement la position de la Commission européenne.

La Représentation de la CE en Belgique soutient la production d’un nouvel outil éditorial conçu par un groupe de journalistes belges afin de faire bénéficier les citoyens d'un nouvel éclairage sur l'actualité européenne vue de Belgique. Belgoview vous informe sur les politiques de l'Union européenne, leurs implications et résultats concrets pour la Belgique et ses citoyens.