Navigation path

Recherche avancée Rechercher dans:    Audio    Photo    Video    Liste de plans


OU









Résultat(s) de recherche vidéo

tri par
54 Résultats
 1  sur  6 
I-100918
Ref: I-100918
Date: 19/03/2015

I-087698
Ref: I-087698
Date: 21/03/2014

I-073893
Ref: I-073893
Date: 03/07/2012

I-072539
Ref: I-072539
Date: 02/03/2012
Conseil européen avec la participation de José Manuel Barroso (2e jour)
José Manuel Barroso, président de la CE, et les chefs d’État ou de gouvernement de l'UE se sont réunis à Bruxelles pour un Conseil européen, présidé par Herman van Rompuy, président du Conseil européen.Au cours de la conférence de presse finale concluant le Conseil, José Manuel Barroso s'est félicité de la signature du "Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance dans l'Union économique et monétaire", et a souligné qu'il croyait que depuis que cette culture de la stabilité financière avait été consolidée, il y avait de meilleures conditions pour aborder d'autres questions très importantes de l'UE.Le fait que les États membres signataires aient convenu de respecter le rôle central de la CE dans la réalisation des objectifs de l'accord garantissait la cohérence avec le traité de Lisbonne et la méthode communautaire. La CE a chaleureusement accueilli le fait que l'accord soit resté ouvert à tous, ainsi que l'engagement du traité d'intégrer son contenu dans le droit primaire de l'UE au plus tard dans les cinq ans.Le président a poursuivi en disant que l'euro n'était pas seulement la monnaie de certains pays, mais la monnaie de l'UE. Grâce à leur engagement formel à l'échelle du traité pour augmenter la discipline et la convergence, les États membres montraient que d'une Union monétaire, ils étaient en train de progresser vers une véritable Union économique.José Manuel Barroso a conclu en exprimant sa conviction que, conjointement avec d'autres traités ou les instruments juridiques, du "Six-Pack" au Mécanisme Européen de Stabilité (MES), de la Stratégie Europe 2020 pour la croissance et l'emploi aux fonds structurels, ils allaient réussir à allier stabilité et croissance. Et, ce faisant, ils allaient construire une Union plus forte et mieux répondre aux aspirations des citoyens européens.

I-102083
Ref: I-102083
Date: 24/04/2015

I-101303
Ref: I-101303
Date: 07/04/2015
Conseil européen, Bruxelles, 19-20/03/2015
Les chefs d'État ou de gouvernement de l'Union européenne se sont réunis à Bruxelles les 19 et 20 mars 2015 pour une réunion du Conseil européen.La réunion a débuté par une minute de silence en mémoire des victimes de l'attentat terroriste contre la Tunisie le 18 mars 2015.Les dirigeants de l'UE ont discuté des relations extérieures: la situation en Libye, les relations avec la Russie et l'Ukraine, et les objectifs du Sommet du Partenariat oriental qui se tiendra à Riga les 21 et 22 mai 2015. Des sujets économiques étaient également au programme. Le Conseil européen a examiné la situation économique en Europe et la mise en œuvre de réformes structurelles par les États membres. Les dirigeants ont approuvé les trois priorités de l'examen annuel de la croissance 2015: investissement, réformes structurelles et responsabilité budgétaire. En ce qui concerne le plan d'investissement pour l'Europe, les dirigeants de l'UE se sont félicités de l'adoption de la position de négociation du Conseil sur la proposition relative au Fonds européen pour les investissements stratégiques (FEIS). Les chefs d'État ou de gouvernement ont également discuté de l'état d'avancement des négociations avec les États-Unis sur l'accord de partenariat transatlantique de commerce et d’investissement (TTIP). Enfin, le Conseil européen a planifié les premières étapes d'une Union de l’Énergie.En outre, Jeroen Dijsselbloem, ministre néerlandais des Finances et président de l'Eurogroupe, a rejoint Donald Tusk, président du Conseil européen, Jean-Claude Juncker, président de la CE, Mario Draghi, président de la Banque centrale européenne (BCE), Alexis Tsipras, Premier ministre grec, François Hollande, président de la République française, et Angela Merkel, chancelière fédérale allemande, pour une réunion informelle sur la Grèce.

I-098797
Ref: I-098797
Date: 13/02/2015

I-098823
Ref: I-098823
Date: 12/02/2015
Réunion informelle des chefs d'État ou de gouvernement de l'UE, Bruxelles, 12/02/2015
Le 12 février 2015, les chefs d’État ou de gouvernement de l’UE ont assisté, à Bruxelles, à une réunion informelle portant sur les trois grands défis auxquels doit faire face l’Europe : l’Ukraine, la lutte contre le terrorisme et la Grèce. Petro Poroshenko, président de l’Ukraine, a été convié à cette réunion. Il a fait part au Conseil européen de la situation terrible dans laquelle se trouve son pays depuis l’agression russe et il a réalisé une évaluation sobre de l’accord conclu ce matin à Minsk. Angela Merkel, chancelière fédérale allemande, et François Hollande, président de la République française, ont également informé le Conseil européen de l’issue de leurs négociations avec Vladimir Poutine, président de la Russie, et Petro Poroshenko à Minsk. Les leaders de l’UE ont apporté un soutien prudent à l’accord obtenu. Concernant la lutte contre le terrorisme, le Conseil est d’accord pour fixer de nouvelles priorités. Un accord relatif à l’échange d’informations sur les passagers au sein de l’Union européenne est plus que nécessaire. Enfin, Jeroen Dijsselbloem, président de l’Eurogroupe, a évoqué devant le Conseil les discussions intenses menées la veille sur la Grèce entre les ministres des Finances de l’UE. Le Conseil européen n’a pas pris part aux négociations sur cette question. Les leaders de l’UE ont également parlé de l’amélioration de la politique économique dans la zone euro.

I-096923
Ref: I-096923
Date: 19/12/2014
Conseil européen de Bruxelles avec la participation de Jean-Claude Juncker
Jean-Claude Juncker, président de la CE, et les chefs d’État ou de gouvernement de l'UE se sont réunis à Bruxelles pour un Conseil européen, présidé pour la première fois par Donald Tusk, président du Conseil européen.Les discussions ont porté sur deux défis les plus importants de l'Europe: stimuler les investissements, et la situation à ses frontières orientales. Les chefs d’État ou de gouvernement de l'UE ont examiné les moyens d'améliorer l'environnement de l'investissement en Europe, et ils ont convenu que cette amélioration était nécessaire pour renforcer les réformes structurelles et l'assainissement budgétaire menés par les États membres. Ils ont soutenu la création du Fonds européen pour les investissements stratégiques (FEIS), un régime de 315 milliards d'euros dévoilé par la Commission Juncker au PE le 26/11/2014. Les dirigeants ont également appelé à une action rapide visant à améliorer l'environnement réglementaire des investissements.Les chefs d’État ou de gouvernement de l'UE ont ensuite félicité le nouveau gouvernement ukrainien, et ont encouragé celui-ci à mener des réformes politiques et économiques indispensables. Ils ont également discuté du soutien financier à l'économie ukrainienne. Ils ont ensuite partagé leurs points de vue sur la politique de la Russie envers ses voisins, et comment l'UE devait y répondre. Finalement, les dirigeants ont salué le renforcement des sanctions sur les investissements, les services et le commerce avec la Crimée et Sébastopol.

I-092256
Ref: I-092256
Date: 01/09/2014

54 Résultats
 1  sur  6 


Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez ? Demandez-nous !



Go to useful links page Liens utiles
ONU

Go to rss page Go to EU Tube page Go to twitter page Go to facebook page Go to contact page


Crédit © Union européenne, 2018