Transports UE - 2012

Type: Banque d'images [longue]   Référence: I-074483   Durée: 10:37:11  Lieu:
Fin de production: 26/09/2012   Première transmission: 27/09/2012
Cette banque d'images vidéo illustre les chapitres suivants: - Aéroport / Avions / Trafic aérien; - Décarbonisation; - Intermodalité; - Voies navigables intérieures / Autoroutes de la mer; - Développement ferroviaire; - Routes. Le Réseau de transport transeuropéen (RTE-T) est un élément majeur de la croissance économique et de la création d'emplois en Europe, car l'existence d'un système de transport intégré, convivial et fondé sur la technologie est considéré comme un facteur clé pour la compétitivité de l'UE. Le RTE-T est essentiel pour faciliter la mobilité des personnes, des biens et des services et ainsi renforcer le marché intérieur et la cohésion économique et sociale de l'UE. En concevant un tel réseau, le programme RTE-T de la Commission européenne apporte un soutien financier à la réalisation d'importants projets d'infrastructures de transport, qui entrent dans le cadre de l'ambitieux objectif de compétitivité européenne, de création d'emplois et de cohésion. Les projets couvrent tous les modes de transport, aériens, ferroviaires, routiers, maritimes et fluviaux, ainsi que la logistique et les systèmes de transport intelligents, et impliquent tous les États membres de l'UE. L'Agence exécutive du réseau transeuropéen de transport (AE RTE-T) assure la mise en œuvre et la gestion techniques et financières du programme du réseau transeuropéen de transport.

La version linguistique originale est la seule faisant foi et elle prime en cas de divergence avec les versions traduites.
Version PDF

HEURE DESCRIPTION DUREE
10:00:00 Générique et titre 00:00:19
10:00:19 1. AÉROPORT / AVIONS / TRAFIC AÉRIEN 00:02:03
10:00:19 Titre 00:00:05
10:00:24 1.1 Titre: CENTRE DE CONTRÔLE DE MAASTRICHT, PAYS-BAS Le Centre de contrôle de l'espace aérien supérieur de Maastricht (MUAC), opéré par Eurocontrol au nom de quatre États, assure le contrôle du trafic de l'espace aérien supérieur (au-dessus de 24 500 pieds, soit environ 7 500 mètres) de la Belgique, des Pays-Bas, du Luxembourg et du nord-ouest de l'Allemagne. La responsabilité internationale ainsi couverte illustre l'harmonisation de l'espace aérien et représente un modèle pour les projets transfrontaliers dans l'esprit du "Single European Sky" (Ciel unique européen). Avec ses partenaires civils et militaires belges, français, allemands, luxembourgeois, néerlandais et suisses, le MUAC travaille actuellement à la création du Bloc d'espace aérien fonctionnel d'Europe centrale (FABEC), un bloc d'espace aérien fonctionnel au cœur de l'Europe, dont l'objectif est de mettre en œuvre une gestion multinationale de l'espace aérien de ces six pays. L'espace aérien du FABEC représente 55 % de l'ensemble du trafic européen et est situé au-dessus ou à proximité des principaux aéroports européens. Une étude pour le développement du FABEC recevra 13 780 130 d'euros d'aide européenne de l'appel pluriannuel 2010 du RTE-T, soit 49,4 % du coût total du projet (27 895 000 d'euros). Cette étude identifiera les solutions pour la poursuite de l'application de la législation du Ciel unique européen II (CUE II). Elle vise à améliorer la sécurité, la capacité et la performance environnementale du transport aérien, ainsi qu'à réduire les coûts. Elle inclut 13 activités portant sur le développement d'une nouvelle conception de l'espace aérien et de mesures de rentabilité dans les domaines de la communication, de la navigation et des services de surveillance (CNS) pour les questions relatives aux ressources humaines telles que la formation et les conditions de travail. 00:00:05
10:00:29 Entrée et panneau du Centre de contrôle de l'espace aérien supérieur de Maastricht (2 plans) 00:00:10
10:00:40 Salle du contrôle aérien (20 plans) 00:01:43
10:02:23 2. DÉCARBONISATION 00:05:43
10:02:23 Titre L'écologisation des infrastructures de transport européennes pour l'électrisation des véhicules est une action visant à analyser et tester le déploiement d'infrastructures intégrées de recharge et d'échange de batteries permettant les trajets longue distance, le transfert modal avec les chemins de fer, l'intégration de systèmes de transport intelligents et l'approvisionnement en énergies renouvelables. Avec une contribution de l'UE de 50 % sous forme d'études et de projets pilotes sur un coût total de 9,9 millions d'euros, la compagnie Better Place a mis en œuvre des infrastructures de rechargement pour les véhicules électriques au Danemark, et commence à peine aux Pays-Bas. Une première station d'échange de batteries a été construite pendant l'été 2012 à l'aéroport d'Amsterdam-Schiphol. Au Danemark, un réseau de cinq stations d'échange de batteries relie Copenhague à Aarhus, l'une des plus grandes routes du pays. On prévoit la construction de treize autres stations. 00:00:05
10:02:28 2.1. Titre: INFRASTRUCTURES POUR VÉHICULES ÉLECTRIQUES, PAYS-BAS 00:00:05
10:02:33 Panneau de la station d'échange de batteries "Better Place", construite à l'aéroport d'Amsterdam-Schiphol, la première du réseau néerlandais (2 plans) 00:00:10
10:02:43 Vue extérieure de la station d'échange de batteries (3 plans) 00:00:15
10:02:58 Employés achevant les travaux à l'intérieur de la station (8 plans) 00:00:40
10:03:39 Vue extérieure de la station d'échange de batteries, passage d'un employé 00:00:06
10:03:46 Côté de la station 00:00:05
10:03:51 Générateur électrique de la structure (2 plans) 00:00:10
10:04:01 Vue arrière de la station 00:00:05
10:04:06 2.2. Titre: INFRASTRUCTURES POUR VÉHICULES ÉLECTRIQUES, DANEMARK 00:00:05
10:04:11 Femme allant recharger sa voiture électrique à une borne de recharge à Hellerup, nord de Copenhague, Danemark (4 plans) 00:00:23
10:04:34 Démarrage de la voiture 00:00:04
10:04:39 Tente de se familiariser avec le système d'assistance automobile "Oscar". Ce système aide à trouver la station d'échange de batteries la plus proche, fournit des informations sur le trafic et anticipe la consommation d'énergie. (2 plans) 00:00:14
10:04:53 Conduite de la voiture (6 plans) 00:00:34
10:05:28 Homme descendant du train à la gare DSB de Roskilde 00:00:05
10:05:33 Il traverse la place de la gare et déverrouille sa voiture électrique à l'aide de son smartphone via SMS. 00:00:05
10:05:38 Il la débranche et quitte la gare au volant de la voiture électrique. (3 plans) 00:00:15
10:05:54 Voiture se dirigeant vers la station d'échange de batteries à Herlev pour remplacer sa batterie (10 plans) 00:00:56
10:06:50 Panneaux "Better Place" devant la station d'échange de batteries 00:00:05
10:06:55 Centre des opérations de "Better Place" à Copenhague; employés surveillant le réseau et les bornes de recharge (6 plans) 00:00:31
10:07:26 Vue extérieure du centre des visiteurs de "Better Place", à Hellerup 00:00:05
10:07:31 Centre des visiteurs de "Better Place" (6 plans) 00:00:35
10:08:07 3. INTERMODALITÉ 00:05:11
10:08:07 Titre Muelle Prat est un terminal à conteneurs semi-automatique situé dans le port de Barcelone et prévu pour être entièrement opérationnel en 2013. L'objectif est de développer l'arrière-pays du port afin d'augmenter le trafic de conteneurs à destination du sud de l'Europe. Le projet pilote implique la construction d'un terminal ferroviaire au sein de Muelle Prat permettant l'accès aux trains à écartement ibérique et à écartement UIC (International Union of Railways). Une fois achevé, Muelle Prat couvrira 200 hectares, rivalisant ainsi par la taille avec les terminaux nord-européens. Son coût total s'élève à 29 134 988 d'euros, avec une participation de l'UE aux travaux de 2 913 499 d'euros, soit 10 % du montant du projet. 00:00:05
10:08:12 3.1. Titre: TERMINAL MUELLE PRAT, ESPAGNE 00:00:05
10:08:17 Vue extérieure de Barcelone 00:00:05
10:08:22 Vue d'ensemble du nouveau dock Prat 00:00:04
10:08:26 Entrée du dock Prat, où des camions procèdent à l'enregistrement 00:00:05
10:08:31 Zone de transfert terrestre 00:00:05
10:08:36 Grues d'empilage de blocs robotisées, zone où sont entreposés les conteneurs attendant les camions ou les navires (8 plans) 00:00:40
10:09:16 Première porte avec des ouvriers 00:00:05
10:09:21 Panneau du terminal ferroviaire de Muelle Prat (2 plans) 00:00:10
10:09:31 Vue de la voie de chemin de fer avec des grues (2 plans) 00:00:10
10:09:41 Ouvriers 00:00:05
10:09:46 Ouvriers installant des rails (3 plans) 00:00:15
10:10:01 Rails et grues en arrière-plan 00:00:05
10:10:06 Ouvriers construisant une surface en béton (5 plans) 00:00:25
10:10:32 Vue générale du chantier (4 plans) 00:00:20
10:10:52 3.2. Titre: TERMINAL FERROVIAIRE/PORTUAIRE, PORT DE VENISE, ITALIE Un projet pilote a pour objectif l'accessibilité du transport maritime dans le port de Venise-Marghera et consiste en des travaux infrastructurels pour le dragage opérationnel et correctif sur deux tronçons des canaux industriels ouest et sud, dans le but de permettre aux navires de tonnage plus élevé d'accéder aux installations portuaires. Un autre objectif est de réduire la pollution environnementale du lagon en retirant les sédiments contaminés du canal. Un autre projet pilote consiste à adapter les réseaux routier et ferroviaire sur le tronçon Malcontenta-Fusina de la "Via dell'Elettronica" dans le port de Venise-Marghera, afin d'élargir la route de deux voies pour en faire une route à quatre voies et de doubler la voie de chemin de fer existante en construisant 1900 mètres de voie supplémentaire afin d'améliorer les liaisons. Le coût total du premier projet est de 39 120 000 d'euros, avec une participation de l'UE de 10 %, et de 2 700 000 d'euros pour le second projet, avec une participation de l'UE de 50 % dans des études et de 10 % dans les travaux. 00:00:05
10:10:57 Port de Venise, canaux sud et ouest (3 plans) 00:00:16
10:11:13 Le long du port de Venise, canal ouest, panneau du site de construction (2 plans) 00:00:10
10:11:23 Enlèvement des sédiments (4 plans) 00:00:26
10:11:50 Port de Venise, canal (2 plans) 00:00:18
10:12:08 Nouvelles voies de chemin de fer (5 plans) 00:00:32
10:12:40 Bitumage de la Via dell'Elettronica (5 plans) 00:00:31
10:13:12 Panneau routier 00:00:06
10:13:18 4. VOIES NAVIGABLES INTÉRIEURES / AUTOROUTES DE LA MER 00:06:22
10:13:18 Titre Ce projet pilote, qui fait partie du Projet prioritaire 18 (axes de voies navigables Rhin/Meuse-Main-Danube) concerne la construction de la quatrième écluse à Lanaye, une écluse clé sur le canal Albert, à la frontière entre la Belgique et les Pays-Bas. Cette écluse établit la connexion entre les ports maritimes et fluviaux le long du Rhin-Main-Danube (de Rotterdam à Constance) et le long de la Seine-Scheldt (du Havre à Anvers) et constitue un point de passage essentiel pour le réseau fluvial européen. L'écluse existante est très encombrée, ce qui engendre des retards considérables. La quatrième écluse à Lanaye fera 225m x 25m, afin de faire passer la capacité de l'écluse à plus de 50 000 navires par an. L'UE participe à hauteur de 30 % au projet, dont le coût total s'élève à 89 766 666 d'euros. 00:00:05
10:13:23 4.1. Titre: NOUVELLES ÉCLUSES SUR LE CANAL ALBERT, BELGIQUE 00:00:05
10:13:28 Partie de l'écluse existante (2 plans) 00:00:11
10:13:40 Le site de construction 00:00:04
10:13:44 Échafaudage derrière un nouveau mur (2 plans) 00:00:10
10:13:55 Ouvriers inspectant la partie du mur nouvellement construit (2 plans) 00:00:09
10:14:04 Poteau de soutien en métal posé dans un canal récemment dragué (5 plans) 00:00:23
10:14:28 Partie du site de construction (4 plans) 00:00:20
10:14:49 Vue générale du canal Albert 00:00:05
10:14:54 4.2. Titre: SYSTÈMES D'INFORMATION FLUVIALE (SIF), CENTRE DU TRAFIC DE TERNEUZEN, BELGIQUE Situé à la frontière entre la Belgique et les Pays-Bas, l'Escaut occidental est un axe très important pour le transport par voies navigables, étant emprunté de façon massive à la fois par la navigation fluviale et la navigation maritime. Le projet pilote vise à élargir les Services d'information fluviale (SIF) disponibles afin de remplacer le système de radar actuel par un système d'information sur la gestion du trafic maritime (SIGTM). L'échange de données transfrontalier a gagné en importance en raison de l'augmentation du trafic et des routes. La surveillance du trafic doit être progressivement accrue et rendue plus précise à l'aide d'une communication améliorée avec les différents acteurs. L'UE participe à hauteur de 20 % au projet, dont le coût total s'élève à 2 650 000 d'euros. 00:00:05
10:14:59 Vue générale de l'estuaire de l'Escaut 00:00:05
10:15:04 Le Centre du trafic de Terneuzen, qui sera entièrement reconstruit et rééquipé dans le cadre du projet (2 plans) 00:00:10
10:15:14 Homme montrant une carte de l'Escaut occidental (2 plans) 00:00:10
10:15:24 Homme consultant le site internet "vts-scheldt.net", qui fournit des informations de navigation aux bateaux (3 plans) 00:00:20
10:15:44 Femme à un poste de contrôle, écrans vidéo et écrans d'ordinateurs affichant les positions des navires (6 plans) 00:00:30
10:16:14 Bateau navigant vu à travers les fenêtres de la salle de contrôle 00:00:05
10:16:19 Homme en communication pendant l'ouverture d'un pont mobile (3 plans) 00:00:15
10:16:34 Ouverture du pont mobile 00:00:04
10:16:38 Un autre contrôleur au poste, écran d'ordinateur affichant les positions des navires (4 plans) 00:00:19
10:16:58 Barges navigant (2 plans) 00:00:10
10:17:08 4.3. Titre: PROJET GDYNIA-KARLSKRONA, POLOGNE/SUÈDE L'objectif est de mettre en œuvre le projet des Autoroutes de la mer dans la région de la mer Baltique à travers les ports de Karlskrona, en Suède, et de Gdynia, en Pologne. Le projet réduira la quantité de cargaison empruntant les autoroutes maritimes d'Europe du Nord et diminuera la congestion routière associée. On prévoit ainsi une augmentation de la part du transport intermodal sur cet axe, qui passerait ainsi des 3 % actuels à 10 % en 2015, et à 30 % en 2025. L'UE participe à hauteur de 20 % au projet, dont le coût total s'élève à 17 090 800 d'euros. La banque d'images montre la partie suédoise du projet, de la gare ferroviaire d'Alvesta au terminal du ferry de Karlskrona. 00:00:05
10:17:13 Panneau d'affichage avec le projet de terminal (3 plans) 00:00:15
10:17:28 Gare centrale d'Alvesta 00:00:05
10:17:33 Train de marchandises avec des wagons Coop arrivant à la gare centrale d'Alvesta (3 plans) 00:00:15
10:17:49 Train roulant vers la gare de triage 00:00:09
10:17:58 Wagons de marchandise déchargés avec des grues de chargement au terminal d'Alvesta (6 plans) 00:00:38
10:18:37 Conducteur de grue vérifiant que le conteneur n'a pas de dommages externes (2 plans) 00:00:11
10:18:48 Ferry arrivant au terminal de Karlskrona 00:00:06
10:18:54 Équipage du ferry s'apprêtant à brancher le câble électrique (2 plans) 00:00:10
10:19:04 Le ferry 00:00:05
10:19:09 Camions montant sur le ferry (3 plans) 00:00:15
10:19:25 Les portes d'étrave du ferry se ferment (2 plans) 00:00:10
10:19:35 Le ferry s'éloigne du port 00:00:05
10:19:40 5. DÉVELOPPEMENT FERROVIAIRE 00:14:53
10:19:40 Titre L'objectif du projet pilote est de relier l'aéroport de Zaventem, à Bruxelles, au réseau de trains à grande vitesse: les axes de trains à grande vitesse Bruxelles-Anvers-Amsterdam et Paris-Bruxelles/Bruxelles-Cologne-Amsterdam-Londres, chaque ligne faisant partie du projet prioritaire 2. Actuellement, l'aéroport n'est accessible que par une gare ferroviaire en cul-de-sac desservie par des trains locaux et régionaux, ou par une route très fréquentée. La construction sous l'aéroport d'un tunnel en direction du nord permettra de relier l'aéroport de Zaventem à l'axe ferroviaire nord-sud entre Bruxelles et Anvers. Indépendamment du projet actuel, une nouvelle voie doit être construite à la place du terre-plein central de l'autoroute E19 entre Bruxelles et Anvers. Ce projet contribue à l'interconnexion des lignes à grande vitesse, et à l'établissement d'un réseau ferroviaire interopérable, tout en réduisant l'isolation de l'aéroport de Zaventem, un centre économique majeur menacé par des problèmes d'accessibilité et de congestion. La contribution de l'UE au coût total du projet (266 970 000 d'euros) s'élève à 5,59 % et sera consacrée aux travaux et études menées. 00:00:05
10:19:45 5.1. Titre: AÉROPORT DE BRUXELLES - VOIE FERROVIAIRE, BELGIQUE 00:00:05
10:19:50 Nouveau pont (3 plans) 00:00:15
10:20:05 Vue générale de l'autoroute 00:00:05
10:20:10 Nouveau viaduc, dont les piliers ont une forme d'iris, la fleur emblème de la ville de Bruxelles 00:00:05
10:20:15 Nouvelles voies de chemin de fer à grande vitesse (5 plans) 00:00:24
10:20:40 Nouveau pont (2 plans) 00:00:10
10:20:50 Vue générale de l'autoroute 00:00:05
10:20:55 Nouveau pont (2 plans) 00:00:10
10:21:05 Panneau de la nouvelle station ferroviaire à l'aéroport de Zaventem, à Bruxelles 00:00:05
10:21:10 Nouveau tunnel et nouvelles voies pour trains à grande vitesse (3 plans) 00:00:14
10:21:24 Panneau de bienvenue 00:00:05
10:21:29 Ascenseur menant à l'aéroport (2 plans) 00:00:10
10:21:39 Passagers arrivant et achetant des tickets de train au guichet automatique 00:00:05
10:21:44 Passagers allant aux comptoirs (3 plans) 00:00:15
10:21:59 Écrans d'information 00:00:04
10:22:04 Panneau de direction de l'aéroport (2 plans) 00:00:10
10:22:14 Vue générale du nouveau hall 00:00:04
10:22:19 5.2. Titre: ÉLIMINATION DE L'ENGORGEMENT FERROVIAIRE, BORDEAUX, FRANCE Ce projet pilote entre dans le cadre de la ligne de voie ferroviaire à grande vitesse Paris-Madrid (branche atlantique du projet prioritaire 3) portant sur le centre ferroviaire de Bordeaux. La voie unique existante dans chaque direction est insuffisante pour gérer le trafic intense qui traverse Bordeaux. Le projet vise spécifiquement à éliminer la congestion ferroviaire autour de la ville, principalement par la construction de deux nouvelles voies (une dans chaque direction). Les activités couvertes par ce projet incluent: - La finalisation de quatre voies entre la gare de Saint-Jean et la vieille gare de Benauge (4x2 km); - Des études et travaux sur les quatre voies entre la vieille gare de Benauge et Cenon (4x3 km); - Des études et travaux relatifs au retrait de trois passages à niveaux situés entre Cenon et la liaison avec Lagrave-Ambarès. La participation de l'UE au coût total du projet d'un montant de 425 540 000 d'euros est de l'ordre de 5 % en travaux et études menées. 00:00:04
10:22:23 Ouvriers assemblant un cadre en fer 00:00:05
10:22:28 Panneau du projet 00:00:05
10:22:33 Train en circulation 00:00:05
10:22:38 Partie du site de construction 00:00:05
10:22:43 Passage en dessous des nouvelles voies ferroviaires (2 plans) 00:00:09
10:22:53 Ouvriers assemblant un cadre en fer (3 plans) 00:00:14
10:23:07 Grue (2 plans) 00:00:10
10:23:17 Partie du site de construction avec un train en circulation (2 plans) 00:00:09
10:23:27 Ouvriers assemblant un cadre en fer (2 plans) 00:00:10
10:23:37 Arrêt de tramway à la gare de Cenon (3 plans) 00:00:14
10:23:51 Accès au quai de la gare ferroviaire de Cenon (3 plans) 00:00:15
10:24:06 Plan panoramique de l'arrêt de tramway au quai de la gare de Cenon 00:00:11
10:24:18 5.3. Titre: TRONÇON TRANSFRONTALIER VOIE FERROVIAIRE DE TARTU-VALGA, ESTONIE/LETTONIE Le projet pilote, qui fait partie du couloir "Rail Baltica" reliant Varsovie-Kaunas-Riga-Tallinn-Helsinki, implique la reconstruction et la modernisation de la voie ferroviaire sur le tronçon transfrontalier Valga-Tartu: - Rénovation de voie (tronçon estonien); - Modernisation de voies à la gare de Valga; - Travaux de reconstruction à la gare de Valga. La réalisation de ce tronçon va aider à augmenter le nombre de voyageurs et le transport de marchandises à la fois en Estonie et dans la région dans son ensemble et fera partie intégrante de Rail Baltica. L'UE participe à hauteur de 27 % au coût total du projet d'un montant de 34 446 218 d'euros. 00:00:05
10:24:23 Voiture et passage pour piétons (2 plans) 00:00:09
10:24:33 Gare ferroviaire de Valga (2 plans) 00:00:10
10:24:43 Voies de chemin de fer (4 plans) 00:00:23
10:25:06 Vue générale de la gare ferroviaire 00:00:04
10:25:10 5.4. Titre: LIGNE FERROVIAIRE À GRANDE VITESSE MADRID-PAYS BASQUE, ESPAGNE Ce projet, qui fait partie de la branche atlantique du projet prioritaire 3 (ligne ferroviaire à grande vitesse Paris-Madrid) couvre le tronçon entre Arrazua/Ubarrundia et Mondragón, dans le Pays basque espagnol. Il soutient la construction des lignes ferroviaires à grande vitesse suivantes dans les provinces d'Álava et de Guipúzcoa: le projet consiste en la construction de 4,44 km de ballast, dont 3,62 km de tunnels (Túnel de Karraskain et Túnel de Udalaitz), 0,32 km de viaducs (Viaducto de Gabaundi et Viaducto de Kobate) et 0,50 km de ballast en surface. En raison du paysage montagneux de cette région, les travaux incluent la construction d'une série de viaducs et de tunnels. La longueur totale du tronçon est de 24,1 km, dont 4,5 km sont composés de viaducs et 9,8 km de tunnels. Ce projet aidera à améliorer la compétitivité du transport ferroviaire entre Madrid et les villes situées le long du couloir (Valladolid, Burgos, Vitoria, Bilbao et San Sebastián). Il vise également à améliorer considérablement les temps de trajet sur cette ligne. L'UE a contribué sous forme d'études à hauteur de 50 % à ce projet d'un coût total de 34 200 000 d'euros. 00:00:05
10:25:15 Vue extérieure du viaduc (3 plans) 00:00:15
10:25:30 Vue générale des travaux 00:00:05
10:25:35 Nouveau pont 00:00:05
10:25:40 Panneau de construction 00:00:05
10:25:45 Panneau routier, directions Vitoria-Gasteiz-Bilbao (2 plans) 00:00:10
10:25:55 Sous un pont (2 plans) 00:00:10
10:26:05 Tunnel entre Legutiano-Eskoriatza (6 plans) 00:00:34
10:26:40 Piliers en béton (2 plans) 00:00:10
10:26:50 Viaduc au-dessus de la route A-2620 (3 plans) 00:00:15
10:27:05 Tunnel de Mazmela (2 plans) 00:00:10
10:27:15 Détails du site de construction (4 plans) 00:00:19
10:27:35 Ouvriers (3 plans) 00:00:15
10:27:50 Machines et ouvriers le long d'un mur (9 plans) 00:00:45
10:28:35 Camion déchargeant des agglomérés 00:00:06
10:28:41 Viaduc (3 plans) 00:00:15
10:28:56 5.5. Titre: LIGNE FERROVIAIRE À GRANDE VITESSE MADRID-PAYS BASQUE, ESPAGNE Ce projet pilote, qui fait partie de l'axe Paris-Strasbourg-Stuttgart-Vienne-Bratislava, connectera les réseaux ferroviaires à grande vitesse allemands et français. Un pont à une seule voie enjambant le Rhin sera remplacé par un pont à deux voies, ce qui permettra d'atteindre sur le pont une vitesse maximum, en passant de 100 à 160 km/h. La ligne de liaison entre Kehl et Appenweier sera également modernisée pour permettre d'atteindre une vitesse allant jusqu'à 200 km/h et une nouvelle liaison avec la ligne à grande vitesse Karlsruhe-Bâle sera construite. 00:00:05
10:29:01 Pont depuis la berge (2 plans) 00:00:08
10:29:10 Train traversant le pont 00:00:06
10:29:17 Détail du pont 00:00:05
10:29:22 Détails du rail: dispositif antidéraillement sur le pont (double-rail) conçu pour éviter que les wagons, en particulier ceux de marchandises, ne percutent le pont en cas de déraillement (2 plans) 00:00:11
10:29:33 Panneau du pont (2 plans) 00:00:11
10:29:44 Trains passant sur le pont (5 plans) 00:00:30
10:30:15 Drapeau allemand au-dessus de la rivière depuis la voie de chemin de fer 00:00:05
10:30:20 Bateau de plaisance passant sous le pont 00:00:05
10:30:25 5.6. Titre: SYSTÈMES DE SIGNALISATION: LIGNE FERROVIAIRE GRODZISK-ZAWIERCIE, POLOGNE Ce projet comprend la préparation et l'installation du système de contrôle des trains, l'ETCS de niveau 1, sur le tronçon Grodzisk Mazowiecki-Zawiercie de la ligne ferroviaire E 65. Ce tronçon de 224 km est situé sur l'axe ferroviaire du projet prioritaire 23 Gdańsk-Varsovie-Brno/Bratislava-Vienne. L'achèvement du projet contribuera au développement de la première application commerciale de l'ERTMS (système européen de gestion du trafic ferroviaire) au sein du réseau RTE-T en Pologne. Il permettra en principe de dépasser la vitesse des trains de 160 km/h, augmentant ainsi la capacité de la ligne, réduisant le temps de trajet et améliorant le confort des passagers. Les tests des composants de l'ETCS, devant être effectués pendant les procédures de vérification et de certification, seront rendus disponibles à l'Agence ferroviaire européenne (ERA). L'UE participe aux travaux à hauteur de 50 %, sur un coût total de 17 645 314 d'euros. 00:00:04
10:30:30 Trains circulant sur la ligne Grodzisk-Zawiercie (5 plans) 00:00:23
10:30:54 Ouvriers installant l'ETCS et des boîtes de raccordement (8 plans) 00:00:37
10:31:31 Construction de plusieurs viaducs, suffisamment hauts pour permettre le passage de trains à grande vitesse (5 plans) 00:00:24
10:31:56 Campagne polonaise vue depuis un train en mouvement (2 plans) 00:00:10
10:32:06 Vue extérieure du poste de contrôle de la gare ferroviaire sur la ligne Nasielsk-Cracovie-Varsovie-Gdańsk (2 plans) 00:00:08
10:32:14 Employés surveillant le passage des trains à la gare de Nasielsk (7 plans) 00:00:35
10:32:50 5.7. Titre: GARE FERROVIAIRE, VIENNE, AUTRICHE Ce projet fait partie du projet prioritaire 17 relatif à l'axe de chemin de fer Paris-Strasbourg-Stuttgart-Vienne-Bratislava prévoyant la construction d'une nouvelle ligne à grande vitesse continue et modernisée reliant Paris à Bratislava, pour le transport de passagers et de marchandise. Le tronçon transfrontalier Vienne-Bratislava vise à relier la nouvelle gare ferroviaire centrale de Vienne aux aéroports de Vienne et Bratislava, contribuant ainsi à la connectivité de l'Europe centrale et orientale dans son ensemble. Les images montrent la liaison de la nouvelle gare centrale de Vienne aux gares Est, Ouest et Sud (6 km), qui constitue la fusion de toutes les lignes ferroviaires (nord, sud, est, ouest) via une nouvelle gare, la gare ferroviaire centrale de Vienne. Le coût total du projet est de 4 milliards d'euros avec une participation de 62 millions d'euros de la part de l'UE, dont environ 4 millions seront consacrés à l'organisation et le reste à la construction. 00:00:05
10:32:55 Vue en hauteur de la nouvelle gare en construction (2 plans) 00:00:13
10:33:09 Vue extérieure de la future entrée principale (2 plans) 00:00:08
10:33:17 Site de construction de la future gare ferroviaire 00:00:05
10:33:22 Panneaux de construction (2 plans) 00:00:11
10:33:33 Vue extérieure de l'une des entrées principales de la future gare ferroviaire; rez-de-chaussée de la gare (futur centre commercial) 00:00:09
10:33:43 Travailleurs portant des plaques d'isolation 00:00:08
10:33:51 Travailleurs (2 plans) 00:00:11
10:34:03 Le nouveau quai et le ballast de la ligne ferroviaire (2 plans) 00:00:10
10:34:13 Quai en construction (4 plans) 00:00:21
10:34:34 6. ROUTES 00:02:44
10:34:34 Titre 00:00:05
10:34:39 6.1. Titre: AUTOROUTE BOHUMIN-OSTRAVA, RÉPUBLIQUE TCHÈQUE/POLOGNE Ce projet est le résultat d'un accord gouvernemental entre la Pologne et la République tchèque visant à relier l'autoroute A1 polonaise à la D47 tchèque. L'objectif est de construire le tronçon 47092 de l'autoroute D47 dans les municipalités de Bohumín et Dolní Lutynì, situées près de la frontière polonaise. Ce projet inclut des travaux pour un échangeur autoroutier (MÚK Bohumín), deux déviations de routes primaires (catégorie I) et cinq déviations de routes de catégorie III, 9 ponts autoroutiers, 13 autres ponts et le déplacement de plusieurs routes et infrastructures de services. L'UE participe aux travaux à hauteur de 10 %, sur un coût total de 102 737 616 d'euros. 00:00:05
10:34:44 Vue générale de l'autoroute avec divers panneaux 00:00:04
10:34:49 Panneau de la frontière tchèque 00:00:05
10:34:54 Panneau CZ/PL sur la glissière de sécurité 00:00:05
10:34:59 Panneau de la frontière polonaise 00:00:05
10:35:04 Vue depuis le pont surplombant l'autoroute 00:00:05
10:35:09 Panneau autoroutier directionnel indiquant Brno et Bohumín 00:00:05
10:35:14 Autoroute se divisant en deux (2 plans) 00:00:10
10:35:24 Panneau du projet 00:00:05
10:35:29 Téléphone d'urgence sur le bord de l'autoroute 00:00:05
10:35:34 Panneau autoroutier indiquant la distance restante jusqu'à la ville polonaise de Gliwice 00:00:04
10:35:39 Pont suspendu (2 plans) 00:00:09
10:35:49 Vue depuis le pont surplombant l'autoroute (2 plans) 00:00:10
10:35:59 Mur anti-bruit 00:00:03
10:36:03 6.2. Titre: ÉLIMINATION DE L'ENGORGEMENT ROUTIER, ROME, ITALIE L'objectif de la construction est d'achever le tronçon du Grand Contournement de Rome (GRA) entre les kilomètres 11+250 et 12+650, avec le nouveau tunnel de Cassia et la modernisation des accès à l'échangeur de Cassia. Le GRA est la plus importante infrastructure routière de la ville de Rome, car il relie et réunit les routes nationales dans la ville. L'ensemble du GRA a été modernisé pour le doter de trois voies dans chaque direction. Parcourir ce périphérique long de 68 km est désormais possible en 41 minutes, au lieu de 60 minutes auparavant. L'UE participe aux travaux à hauteur de 10 %, sur un coût total de 29 810 000 d'euros. 00:00:05
10:36:08 Vue générale du Grand Contournement de Rome et du tunnel de Cassia (5 plans) 00:00:31
10:36:39 Panneau du projet 00:00:04
10:36:44 Tunnel de Cassia (5 plans) 00:00:27
10:37:11 Droits d'auteur 00:00:07
Service Audiovisuel
Commission européenne
ec.europa.eu/avservices
 
Conditions d'utilisation
© Commission européenne, 2014