Mer Atlantique partie 2

Type: Banque d'images [longue]   Référence: I-071434   Durée: 10:38:39  Lieu:
Fin de production: 04/12/2011
L'Union européenne est bordée d'océans et de mers. Elle compte au total 70 000 km de côtes. Près de la moitié des citoyens européens vivent à moins de 50 km de la mer. Les régions maritimes génèrent près de 40 % du PIB de l'UE, et 90 % du commerce extérieur de l'UE transite par la mer, ce qui est considérable. Dans ses propositions pour une réforme importante de la politique commune de la pêche de l'UE (PCP), la Commission européenne a défini une approche radicale de la gestion des pêches en Europe. Les plans visent à sécuriser les stocks de poissons et les moyens de subsistance des pêcheurs pour l'avenir tout en mettant fin à la surpêche et l'épuisement des stocks de poissons. La réforme va introduire une approche décentralisée à la pêche basée sur la gestion des pêches par région et par bassin maritime, va introduire des normes de meilleure gouvernance dans l'UE et au niveau international par le biais d'accords de pêche durable. Ce nouveau package est soumis au Parlement européen et au Conseil pour adoption selon la procédure législative ordinaire (codécision). La Commission vise à l'adoption et l'entrée en vigueur du nouveau cadre au 1er Janvier 2013. Plus tard cette année, la Commission prévoit de présenter un nouveau mécanisme de financement de la pêche et la politique maritime, en alignement avec le cadre financier pluriannuel. L'océan Atlantique est l'une des zones de pêche les plus importants de l'UE. La région du golfe de Gascogne et des côtes ibériques s'étend du sud de la Bretagne au sud de l'Espagne. Elle fait partie de l'axe reliant la Manche à la Méditerranée et à l’Afrique. Cette région constitue le berceau de la puissance maritime européenne.

La version linguistique originale est la seule faisant foi et elle prime en cas de divergence avec les versions traduites.
Version PDF

HEURE DESCRIPTION DUREE
10:00:00 Générique et titre 00:00:23
10:00:23 Marché de poissons et restaurants: France et Espagne 00:10:03
10:00:23 Titre 00:00:05
10:00:28 Stand de poissons au Port de Boulogne-sur-Mer, France. Les clients flânent, regardent les étals et achètent du poisson (4 plans) 00:00:21
10:00:50 Poissonerie à Boulogne-sur-Mer (10 plans) 00:00:47
10:01:38 "Le Chatillon", restaurant de poissons, à Boulogne-sur-Mer (9 plans) Créée en 1950, au cœur du site de Capécure à Boulogne-sur-Mer, le restaurant Le Chatillon permettait aux marins et aux dockers, qui étaient très nombreux en ce temps-là, de manger des repas chauds et boire des boissons. Aujourd'hui, il est fréquenté par les marins, les dockers et les marchands de poisson de Boulogne et d'ailleurs. 98% des plats sont à base de poisson. 00:00:56
10:02:34 Marché aux poissons du port de Vigo, en Espagne. Vues des étals de poissons et des clients achetant des produits de la mer (20 plans) 00:01:36
10:04:10 2. Inspection, usine de transformation: Irlande 00:00:00
10:04:10 Titre 00:00:05
10:04:16 Port de Killybegs dans le comté de Donegal, Côte Atlantique (2 plans) 00:00:21
10:04:37 Chalutier «Western Endeavour" à quai. Ce chalutier est le plus grand de la flotte irlandaise. 00:00:06
10:04:43 Sea Fisheries Protection Authority Office (SFPA), dans le port de Killybegs : Anita Doherty, directeur du port principal, vérifie caméras de vidéosurveillance 00:00:05
10:04:49 Anita Doherty supervise l'activité portuaire à travers les écrans de vidéosurveillance (3 plans) 00:00:25
10:05:15 Chalutier "Western Endeavour" à quai 00:00:05
10:05:21 Les Inspecteurs de la SFPA embarquent 00:00:06
10:05:27 Inspecteurs de la SFPA vérifient les réservoirs de l'"Endeavour Western", afin de mesurer la profondeur du poisson (maquereau) dans chaque réservoir (6 plans) 00:00:39
10:06:07 Inspecteur de la SFPA quittent le chalutier 00:00:07
10:06:14 Chauffeur de camion en attente pour le déchargement 00:00:04
10:06:19 Séquence de grue: fixage de la pompe sur le camion (3 plans) La pompe va extraire les poissons et l'eau des réservoirs réfrigérés du chalutier. 00:00:22
10:06:41 Maquereau pompée à partir des réservoirs chalutier par le système de tuyauterie du camion citerne (3 plans) Il y avait 1000 tonnes de maquereaux à bord; le déchargement durera 3 jours. 00:00:23
10:07:05 Jens Bach, vérifie la qualité de son maquereau (2 plans) 00:00:17
10:07:22 Le capitaine supervise le déchargement du navire (2 plans) 00:00:14
10:07:36 Vue du "Endeavour Western" à quai, lors de son déchargement (2 plans) 00:00:16
10:07:53 Camion venant le long du "Western Endeavour" pour le chargement 00:00:08
10:08:02 Camion arrivant à l'usine de traitement Killybegs Seafoods (2 plans) 00:00:16
10:08:19 Réservoir de camion vide (4 plans) 00:00:26
10:08:45 Maquereaux transportés à l'intérieur de l'usine dans le but d'être traités (3 plans) 00:00:27
10:09:13 Transport du poisson dans des réservoirs en plastique; chariots élévateurs apportant la marchandise en usine pour le traitement (5 plans) 00:00:42
10:09:55 Placement des boîtes dans un réfrégirateur grande taille (4 plans) 00:00:31
10:10:26 3. Contrôles, inspections et amarrage: Espagne 00:10:57
10:10:26 Titre 00:00:05
10:10:31 Vues extérieurs de l'Agence européenne de contrôle des pêches (EFCA) à Vigo, en Espagne (2 plans). L'Agence européenne de contrôle des pêches est un organe de l'Union européenne créé en 2005 pour organiser la coordination du contrôle de la pêche et les activités d'inspection par les États membres. Elle vise aussi à aider les Etats membres à coopérer afin de se conformer aux règles de la politique commune de la pêche de l'UE afin d'assurer son application effective et uniforme. EFCA a son siège officiel à Vigo, en Espagne. 00:00:13
10:10:45 Vues de la salle de coordination: les écrans de surveillance du personnel indiquant le lieu des inspections, la position des navires de pêche dans les eaux communautaires, etc (7 plans) L'EFCA coordonne les activités sur terre et dans les eaux communautaires et internationales. 00:00:34
10:11:20 Bateau de pêche "Anuva" à quai, dans le Port de Vigo (3 plans) 00:00:15
10:11:36 Drapeau Lithuanien 00:00:05
10:11:41 Inspecteurs ouvrant des réservoirs pré-scellés frigorifique où le poisson congelé est stocké (5 plans) 00:00:25
10:12:06 Travailleur soulevant le couvercle des cuves de réfrigération (2 plans) 00:00:16
10:12:23 Travailleurs chargeant le poisson (6 plans) 00:00:31
10:12:55 les inspecteurs supervisent les étiquettes (4 plans) 00:00:20
10:13:15 Palettes avec les poissons levés par une grue et conduit au quai (3 plans) 00:00:20
10:13:35 Conducteur de grue 00:00:05
10:13:41 Vue de la grue 00:00:12
10:13:53 Clark soulevant la palette 00:00:07
10:14:01 Hall de réception du port de Vigo, où les paquets de poissons du "Anuva" sont mis dans des boîtes pour la commercialisation 00:00:06
10:14:08 Travailleurs ouvrant les sacs en plastique avec les poissons du "Anuva" (5 plans) 00:00:36
10:14:44 Étiquetage des sacs de poissons (3 plans) 00:00:13
10:14:57 Vue générale de l'unité de ré-emballage 00:00:10
10:15:08 Inspection à Vigo: deux gardes-côtes utilisent des bateaux rapides afin d'atteindre les endroits où les pêcheurs pêchent des palourdes; ils contrôlent ainsi les prises (34 plans). Des inspections de routine sont effectuées par la Garde côtière galicienne dans la baie de Vigo. Dans la première séquence, deux gardes-côtes utilisent des bateaux rapides. Une fois qu'ils s'approchent du bateau pour une inspection, ils vérifient que tous les papiers sont en ordre (papiers du bateau, l'autorisation de pêche, etc) et que les palourdes pêchés ne dépassent pas la taille autorisée pour la commercialisation. 00:03:35
10:18:43 Inspection par hélicoptère dans la zone de pêche de Vigo (13 plans) Enrique, chef des inspecteurs de la Garde côtière, monte dans un hélicoptère pour effectuer un contrôle de routine. De l'air, il regarde s'il y a des bateaux de pêche qui travaillent en dehors des zones autorisées. S'il ya des soupçons, il envoie une patrouille maritime pour inspecter le bateau. Dans l'hélicoptère, il est en communication constante avec le sol. 00:01:24
10:20:07 Inspection des coquillages à la criée (13 plans) Un inspecteur de la Garde côtière va mettre aux enchères les palourdes et vérifie que les palourdes vendues ne dépassent pas la taille minimale autorisée pour la commercialisation. 00:01:17
10:21:24 4.Formation: France 00:17:25
10:21:24 Titre 00:00:05
10:21:29 Vue extérieure du Centre de formation des produits de la mer Marcel Baey, à Boulogne-sur-Mer, France. Le Centre de formation a été créé en 1968 pour répondre à la demande des travailleurs spécialisés dans la transformation des produits de la mer. Le centre offre une formation spécialisée dans les domaines de la transformation, la technologie, l'hygiène, la qualité et la valorisation culinaire des produits de la mer. Il a une moyenne de 1.300 stagiaires par an et fournit plus de 80.000 heures de formation par an. 00:00:05
10:21:35 Atelier de cuisine (14 plans) 00:01:14
10:22:49 Atelier de filetage (11 plans) 00:01:06
10:23:56 Vues du lycée Maritime de Boulogne-sur-Mer (2 plans). Le lycée offre des programmes de formation maritime pour les jeunes, avec un accent principalement sur les métiers de la pêche (matelot, mécanicien, commerçant, monteur électricien, etc) Entre 100 et 170 étudiants sont licenciés chaque année de cet institut. 00:00:10
10:24:06 Classe: les étudiants apprennent à fabriquer et à réparer des filets de poisson (8 plans) 00:00:48
10:24:55 Moteur de bateau et simulateurs d'une salle de contrôle (8 plans) 00:00:34
10:25:30 5. Recherce: France et Irlande 00:00:00
10:25:30 Titre 00:00:05
10:25:35 Institut français de recherche pour l'exploration de la mer (IFREMER); départ pendant la nuit d'un bateau de recherche du port de Boulogne-sur-Mer (5 plans) Durant cette expédition de 6 semaines, les scientifiques de l'IFREMER vont surveiller les niveaux de pollution de l'eau de mer et aussi les niveaux des stocks de poissons de différentes espèces. Les poissons sont ensuite classés par espèces, pesés et mesurés. Le contenu de leurs estomacs sont prélevés et analysés afin de suivre la position des poissons dans la chaîne alimentaire. Afin de déterminer l'âge des poissons, des scientifiques retirent les otolithes de poissons et les amènent à des laboratoires à Boulogne-sur-Mer pour une analyse ultérieure. 00:00:27
10:26:02 Les scientifiques prélèvent des échantillons d'eau de mer pour analyser le niveau de pollution (7 plans) 00:00:35
10:26:38 Les filets sont jetés pour attraper le poisson et mise en place des filets (3 plans) 00:00:15
10:26:53 Les poissons sont mis dans des paniers et ensuite portés vers le laboratoire où les scientifiques pèsent le poisson, les trient par espèce, les mesurent, retirent les otolithes et ensuite les classent (22 plans) 00:01:56
10:28:49 Libéreration des poissons dans la mer après les avoir mesurés (5 plans) 00:00:22
10:29:11 Vues extérieures du siège de l'IFREMER à Boulogne-sur-Mer (2 plans) 00:00:08
10:29:20 Scientifiques de l'IFREMER mesurant un groupe de rouget et enlevant les otolithes de poissons adultes avec une paire de pinces; il les classe ensuite pour une analyse approfondie dans les laboratoires (9 plans) 00:00:38
10:29:59 Analyse des otolithes au laboratoire sclérochronologie (11 plans). La sclérochronologie est l'étude des variations physiques et chimiques dans les tissus durs des invertébrés, des algues coralliennes et des poissons; et le contexte temporel dans lequel ils ont formé. Écailles, os, rayons des nageoires et des otolithes ont tous été utilisés pour déterminer l'âge des poissons, car ceux-ci et d'autres parties osseuses de poissons forment souvent des anneaux annuels comme ceux d'un arbre. Toutefois, les otolithes fournissent généralement les âges plus précises, en particulier dans les poissons vieux. La meilleure façon de «lire» un otolithe est de prendre une tranche, ou section, hors de l'otolithe avec une scie spéciale et ensuite compter les anneaux sous un microscope. Le pôle sclérochronologie au siège de l'IFREMER à Boulogne-sur-Mer est une référence au niveau national. Chaque année, des milliers de pièces calcifiées retiré de poissons sont envoyés ici pour estimer le taux de croissance de nombreuses espèces de poissons. 00:00:45
10:30:44 Le scientifique prend des photos de spécimens et mesure leur forme, diamètre bouche, etc (9 plans) 00:00:50
10:31:34 Le scientifique retire le contenu de l'estomac du poisson et l'observer sous le microscope (7 plans) En analysant le contenu de l'estomac, les scientifiques peuvent déterminer la structure de la chaîne tropique. 00:00:36
10:32:11 Chercheur compte le nombre d'œufs et de larves de poissons (5 plans) 00:00:26
10:32:38 Vue extérieure de la piscine d'essai de l'IFREMER 00:00:04
10:32:42 Chercheurs testant le comportement de différentes formes de pêche sous l'eau (12 plans) 00:01:07
10:33:49 Vues extérieures de l'Institut maritime sur la côte de Galway, Irlande (4 plans) 00:00:20
10:34:10 Le jeune stagiaire français, Hugo Lidouren, entre dans le laboratoire avec une boîte de crevettes 00:00:09
10:34:19 Tablier de Hugo, avec inscription «Marine Institute» dans le dos 00:00:07
10:34:26 Hugo mesurant des crevettes (3 plans) 00:00:21
10:34:47 Imelda Hehir et Mairead Sullivan transportant une caisse de poissons pour le mesurage 00:00:18
10:35:05 Chercheurs mesurant et pesant les poissons (5 plans) 00:00:24
10:35:30 Mairead coupe la tête du poisson pour récupérer les otolithes, les arêtes d'oreille (2 plans) 00:00:26
10:35:57 Extraction d'otolithes (5 plans) 00:00:35
10:36:33 6. Emploi lié à la pêche: Espagne 00:00:00
10:36:33 Titre 00:00:05
10:36:38 Vue extérieure de l'usine où les femmes font des filets de pêche dans le petit village de pêche de A Guarda. A Guarda est située à la frontière entre la Galice et le Portugal. En Galice, ce travail a été traditionnellement réservée aux femmes, mais les salaires pauvres et les conditions de travail difficile sont à l'origine du recul de cette profession auprès de la jeune génération. 00:00:04
10:36:42 Femmes travaillant ​​les filetsde pêche (8 plans) 00:00:46
10:37:29 Vue extérieure de l'atelier de construction de bateaux à Alvaro près de Vigo. 00:00:04
10:37:34 Les travailleurs construisent des bateaux de pêche neufs (13 plans) Cette petite entreprise avait pour habitude de fabriquer des bateaux de pêche en bois, mais il y a quelques années il a abandonné le bois au profit de la fibre de verre. Ces ouvriers travaillent sur commande, et dans le chantier naval ils sont actuellement occupés à construire deux nouveaux bateaux de pêche 16 mètres de long chacun. La construction de nouveaux bateaux prend environ six mois, une fois la construction terminée, ces bateaux seront utilisés pour pêcher dans la côte de Vigo. 00:01:04
10:38:39 Droits d'auteur 00:00:10
Service Audiovisuel
Commission européenne
ec.europa.eu/avservices
 
Conditions d'utilisation
© Commission européenne, 2014