Interview de David Puttnam, chancelier de l'Open University du Royaume-Uni et "Digital Champion" pour l'Irlande

Type: Interview   Référence: I-076157   Durée: 10:05:18  Lieu:
Fin de production: 15/02/2013   Première transmission: 15/02/2013
Le 15 février 2013, David Puttnam, président de la Open University du Royaume-Uni et Digital Champion de l’Irlande, a participé au Conseil « Éducation, jeunesse, culture et sport » à Bruxelles. Cette vidéo montre des extraits de son interview.

La version linguistique originale est la seule faisant foi et elle prime en cas de divergence avec les versions traduites.
Version PDF

HEURE DESCRIPTION DUREE
10:00:00 Titre 00:00:05
10:00:05 Extrait de l’intervention (en ANGLAIS) de David Puttnam, président de la Open University du Royaume-Uni et Digital Champion de l’Irlande : Je pense que mon objectif en tant que digital champion est d’aider les personnes à prendre conscience des perspectives offertes par le monde numérique comme je l’ai fait il y a disons quelques décennies, […] c’est particulièrement vrai pour les nombreuses petites entreprises (des entreprises comptant 1, 2, 3 personnes) qui réalisent des produits excellents et qui opèrent le plus souvent à un plan très restreint géographiquement alors que leurs produits sont la plupart du temps uniques. Le monde numérique peut leur offrir une place sur le marché mondial. 00:00:32
10:00:37 Plan de coupe 00:00:06
10:00:44 Extrait de l’intervention (en ANGLAIS) de David Puttnam : Le système éducatif irlandais peut bénéficier grandement des avantages offerts par le monde numérique, les perspectives numériques, l’utilisation du meilleur personnel enseignant de façon plus innovante et intéressante. Le monde éducatif est donc un énorme défi pour moi tout comme l’est curieusement l’impact sur les personnes âgées, probablement dû à mon âge, sur la solitude, [...], alors que les familles s’éloignent, le monde numérique peut parvenir à réintégrer les personnes âgées dans la société, dans leurs familles. C’est vraiment un aspect très important du numérique. 00:00:33
10:01:17 Plan de coupe 00:00:05
10:01:23 Extrait de l’intervention (en ANGLAIS) de David Puttnam : Évidemment, l’amélioration des infrastructures est [cruciale]. Cela signifie être prêt à s’engager et à investir, mais sans cette infrastructure, il n’y a pas grand chose à faire. Il est tout aussi crucial de faire comprendre aux personnes que de plus amples perspectives les attendent. Comme je l’ai dit, dans les petites villes où, en général, de bons produits sont fabriqués, souvent de manière artisanale, il faut faire comprendre aux personnes qu’il existe un marché mondial pour leurs produits qui ne requiert pas de compétences spéciales mais plutôt de l’imagination pour voir qu’il pourrait y avoir des clients potentiels à Shanghai et à New York. Nous devons ensuite passer par le processus complexe consistant à transformer une toute petite entreprise dans une entreprise différente, une activité de croissance. C’est un réel défi mais qui peut être relevé. 00:00:55
10:02:19 Plan de coupe 00:00:03
10:02:23 Extrait de l’intervention (en ANGLAIS) de David Puttnam : Je pense que l’un des plus grands défis en Europe reste de trouver de bonnes pratiques ou idées et de les mettre en pratique. Nous [devrions] éviter [d’avoir peur que cela ne fonctionne pas à un moment donné] et essayer de faire comprendre aux personnes qu’il existe de réelles perspectives et qu’il faut laisser de côté son égo et découvrir ce que d’autres personnes peuvent créer. 00:00:26
10:02:49 Plan de coupe 00:00:01
10:02:51 Extrait de l’intervention (en ANGLAIS) de David Puttnam : J’ai eu la très grande chance de faire partie d’un projet développé à Cork par deux jeunes travaillant en Irlande et appelé « coder dojo ». Ils sont partis de l’idée de ce qui pouvait empêcher les jeunes à apprendre l’écriture de code. Le code est un langage et lorsque vous maîtrisez et comprenez ce langage, vous pouvez faire des choses qui n’auraient pas été possibles autrement. Vous resteriez un simple utilisateur [...] et le code peut être enseigné à un âge remarquablement précoce. Nous avons donc établi le « coder dojo » comme une activité complètement gratuite dans les villes locales. Il suffit de l’implication de personnes connaissant le monde numérique et d’un local. Les parents pouvaient accompagner leurs enfants mais n’étaient pas autorisés à toucher les claviers, à aider les enfants car ceux-ci devaient tout découvrir par eux-mêmes. Le projet a donc démarré comme ça. Toutes les petites villes du Comté de Cork ont leurs propres clubs de coder dojo, [certains ont été créés] à Dublin et il y en a aussi à Londres maintenant. C’est un mouvement qui se développe très vite et les enfants adorent ça. L’autre jour, je me suis rendu dans une petite ville du Comté de Cork pour la première cérémonie de remise des diplômes au cours de laquelle j’ai remis 40 certificats à des enfants âgés de 5 à 12 ans. 00:01:24
10:04:15 Plan de coupe 00:00:04
10:04:20 Extrait de l’intervention (en ANGLAIS) de David Puttnam : Je n’ai de cesse d’y penser depuis des années. Ce qui est triste c’est que le débat est dominé par deux positions extrêmes : les fascistes des droits d’auteur, c’est-à-dire ceux qui pensent que tout a un prix, et les radicaux du copyright, ceux qui pensent que tout doit être gratuit. Malheureusement, ce sont ces deux groupes qui ont tort qui monopolisent le débat. La réalité c’est que l’approche sur l’épineuse question du copyright doit reposer sur deux principes : il faut comprendre comment inculquer ce qu’est le copyright et son importance et les détenteurs de copyright doivent comprendre qu’il est dans leur intérêt de permettre la libre circulation de contenu, par exemple, dans le secteur éducatif. J’ai toujours pensé que ce secteur devait être une zone libre, mais contrôlée. 00:00:58
10:05:18 Plan de coupe 00:00:02
Service Audiovisuel
Commission européenne
ec.europa.eu/avservices
 
Conditions d'utilisation
© Commission européenne, 2016