Conseil "Affaires étrangères", 3199e session (défense): extraits des arrivées et allocutions

Type: Reportage   Référence: I-075322   Durée: 10:02:27  Lieu:
Fin de production: 19/11/2012   Première transmission: 19/11/2012
Le 19 novembre 2012, Catherine Ashton, haute représentante de l'UE pour les Affaires étrangères et la Politique de sécurité, a présidé la 3199e session du Conseil "Affaires étrangères", à Bruxelles. Le Conseil a salué la formation de la Coalition nationale des forces de la Révolution et de l'opposition syrienne qu'il a considérée comme une représentante légitime des aspirations du peuple syrien. Cet accord représente une étape majeure vers la nécessaire unité de l'opposition syrienne. Dans le même temps, le Conseil a réitéré son plein soutien aux efforts du Représentant spécial conjoint, Lakhdar Brahimi, à trouver une solution politique à la crise. Le Conseil a fait le bilan de l'évolution du processus de paix au Moyen-Orient. Il a exprimé sa grande inquiétude concernant la situation à Gaza et en Israël, et sa profonde tristesse pour les pertes humaines déplorées dans les deux camps. Il a appelé à une urgente désescalade et cessation des hostilités. Pendant leur réunion semestrielle au sein du Conseil, les ministres de la Défense européens ont discuté de l'état d'avancement concernant la politique de sécurité et de défense commune (PSDC) et ont adopté des conclusions sur le développement des capacités militaires. Le Conseil a également établi le budget de l'Agence européenne de la défense pour 2013. En ce qui concerne les opérations de la PSDC, le Conseil a observé des progrès dans la préparation des missions militaires en soutien à la réorganisation et à la formation des forces armées maliennes. Cette vidéo montre des extraits des arrivées et allocutions.

La version linguistique originale est la seule faisant foi et elle prime en cas de divergence avec les versions traduites.
Version PDF

HEURE DESCRIPTION DUREE
10:00:00 Titre 00:00:05
10:00:05 Extrait du discours (en ANGLAIS) de Catherine Ashton, haute représentante de l'Union pour les Affaires étrangères et la Politique de sécurité et présidente du Conseil: Tout d'abord, l'évolution de la situation à Gaza. J'ai été et je reste en contact avec le Premier ministre israélien, la Ligue arabe et les nations arabes. Je suis très préoccupée par les pertes humaines, mais je répète aussi depuis longtemps que nous devons trouver une solution à long terme à Gaza. Je m'y suis rendue trois fois et nous devons trouver un moyen d'empêcher les violentes attaques à la roquette qui ont été observées, et apporter un peu de sécurité et de paix aux habitants de cette région. Dans ce sens, la solution à deux États de l'UE est tout à fait appropriée. Nous n'oublions bien sûr pas pour autant la Syrie, où les violences se poursuivent. 00:00:45
10:00:50 Arrivée d'Alexandr Vondra, ministre tchèque de la Défense 00:00:11
10:01:01 Arrivée de Štefan Füle, membre de la CE chargé de l'Élargissement et de la Politique européenne de voisinage 00:00:07
10:01:09 Arrivée de Jeanine Hennis-Plasschaert, ministre néerlandaise de la Défense, et extrait de son discours (en ANGLAIS) sur la Turquie et la Syrie, disant qu'ils n'ont pas encore reçu de demande officielle. 00:00:15
10:01:24 Arrivée d'un membre de la délégation militaire 00:00:08
10:01:33 Giampaolo di Paola, ministre italien de la Défense 00:00:05
10:01:39 Jean-Marie Halsdorf, ministre de la Défense du Luxembourg 00:00:08
10:01:47 Extrait du discours (en ALLEMAND) de Thomas de Maizière, ministre fédéral allemand de la Défense, disant que, concernant l'OTAN, il attend aujourd'hui une demande du gouvernement turc pour l'installation de roquettes Patriot à la frontière avec la Syrie. Il s'agit d'une demande qui entre dans le cadre d'un concept existant développé depuis 2006. C'est au commandant en chef de l'OTAN de décider ou non du déploiement de capacités militaires au sein du territoire de l'OTAN. 00:00:39
10:02:27 Extrait du discours (en ANGLAIS) de Carl Bildt, ministre suédois des Affaires étrangères: Nous voulons un cessez-le-feu immédiat, cela tombe sous le sens. L'escalade de la violence n'est dans l'intérêt de personne, mais selon moi, nous devons aller plus loin. Si on se contente de compter les morts et de continuer comme si rien ne s'était passé, alors autant se préparer à la poursuite des combats. Je pense que nous devons étudier la situation à Gaza en tant que telle. Il est évident que nous n'avons pas fait assez dans le cadre de l'alliance suggérée auparavant par les États-Unis, et il devient de plus en plus urgent de parvenir à un processus de paix, car sinon, les crises se succéderont au fil des ans et la situation empirera. 00:00:35
Service Audiovisuel
Commission européenne
ec.europa.eu/avservices
 
Conditions d'utilisation
© Commission européenne, 2014