Conseil européen, 25-26 mars 2010: point de presse national d'Angela Merkel, chancelière fédérale allemande

Type: Conférence de presse intégrale   Référence: I-065345   Durée: 13:14:03  Lieu:
Fin de production: 26/03/2010   Première transmission: 26/03/2010
Angela Merkel, chancelière fédérale allemande, a donné un point de presse national le 26/03/2010 à Bruxelles, en marge du Conseil de Printemps qui s'est tenu les 25 et 26/03/2010, lors duquel elle a évoqué les principaux domaines qui y ont été débattus: le soutien financier apporté à la Grèce, la nouvelle stratégie 2020, et le changement climatique.

La version linguistique originale est la seule faisant foi et elle prime en cas de divergence avec les versions traduites.
Version PDF

HEURE DESCRIPTION DUREE
13:07:35 DECLARATION (en ALLEMAND) par Angela Merkel, chancelière fédérale allemande, disant qu'hier, les chefs d'Etat ou de gouvernement ont pris des décisions importantes en faveur de la situation économique accablante en Grèce. En effet, les pays de la zone euro se sont mis d'accord sur les mesures à prendre, et veulent éviter la déstabilisation de l'euro. Dans le même ordre d'idées, ils sont arrivés à trouver une solution appropriée, en vue de respecter la stabilité et la solidarité. Il s'agit bien entendu d'une situation difficile. Mais George A. Papandreou, Premier ministre grec, a fait savoir que ce soutien se fera non pas par les 27 Etats membres, mais par les 16 pays de la zone euro; disant que le Conseil a convenu que l'UE et le FMI octroieraient un crédit bilatéral à la Grèce, en tant que dernier recours. Mais avant que toute aide concrète ne soit décidée, il y aura un autre Conseil de l'Eurogroupe, afin de parvenir à un accord consensuel. Il a également été très important que les Etats membres montrent leur disposition, quant à une participation en cas d'aide de dernier recours. Cependant, la Grèce doit démontrer sa volonté de ne pas aboutir à cette situation de dernier recours, et doit être prête à endosser entièrement sa part de responsabilité. Il faut souligner le fait que la réussite de ce Conseil doit aux efforts conjoints de la France et de l'Allemagne. Il est clair que les efforts à fournir dans ce contexte, ne se feront qu'à long terme, c'est pourquoi tous les pays membres vont prendre part à des groupes de travail, afin d'établir les modifications législatives, et les manières de les interpréter/les faire appliquer, au regard des exigences du Pacte de stabilité. Cependant Angela Merkel a indiqué avant ce Conseil, que le Pacte de croissance ne suffit pas, et qu'il ne convient pas qu'un Etat paie pour les autres, alors qu'il est endetté. Ce n'est pas la meilleure démarche. En cela, ils devront se pencher sur le sujet, ultérieurement; disant que le Conseil européen a défini 5 grands objectifs qui vont guider l'action des Etats membres et de l'Union, à savoir: augmenter le taux d'emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans à 75%; porter à 3% du PIB, le niveau cumulé des investissements publics et privés dans la R & D; réduire de 20% les émissions de gaz à effet de serre par rapport aux niveaux de 1990, faire passer à 20% la part des sources d'énergie renouvelable et augmenter de 20% notre efficacité énergétique; améliorer les niveaux d'éducation; et favoriser l'inclusion sociale en réduisant la pauvreté; et disant qu'elle est satisfaite du résultat du Conseil et que les attentes étaient grandes, quant aux décisions relatives au redressement de la situation de la Grèce. 00:06:27
13:14:03 Questions-réponses des journalistes 00:33:13
Service Audiovisuel
Commission européenne
ec.europa.eu/avservices
 
Conditions d'utilisation
© Commission européenne, 2014